Activités de génératrices de revenus et risque face au VIH/SIDA des jeunes à Ewo en République du Congo

of 16
29 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
5 e Conférence internationale sur la population africaine Arusha (Tanzanie) Activités de génératrices de revenus et risque face au VIH/SIDA des jeunes à Ewo en République du Congo Résumé Prisca Rolande
Document Share
Document Transcript
5 e Conférence internationale sur la population africaine Arusha (Tanzanie) Activités de génératrices de revenus et risque face au VIH/SIDA des jeunes à Ewo en République du Congo Résumé Prisca Rolande Miyouna Jean-Christophe Boungou Bazika Centre d Etudes et de Recherche sur les Analyses et Politiques Economiques (CERAPE) BP Brazzaville Congo En 2004, le taux de prévalence du VIH/Sida au Congo était estimé à 4,2% pour l ensemble de la population. On comptait entre et personnes infectées (Ministère de la santé, 2004) avec un pourcentage élevé chez les jeunes (Boungou Bazika, 2007). Cette communication a pour objectif d analyser l impact des activités génératrices de revenu dans la réduction du risque d infection du VIH/Sida chez les jeunes vivant dans la localité d Ewo au Congo. Cette localité dispose de facteurs (pauvreté, migration, prostitution, défaillance du système de santé) favorisant une large propagation du VIH. La méthodologie est basée sur une enquête menée auprès de 372 jeunes âgés de ans. Une approche comparative entre les jeunes ayant une activité génératrice de revenus et ceux ne menant pas ce genre d activités a été utilisée pour mesurer le risque face au VIH et dégager des leçons au niveau des ménages et de la communauté. Mots clés : activités génératrices de revenu, VIH/SIDA, comportement à risque, jeunes Introduction Cette étude analyse l efficacité des stratégies utilisées pour générer les revenus chez les jeunes d Ewo (localité située dans la partie Nord-Ouest du Congo) dans le but de réduire le risque de contamination au VIH. Elle analyse les contraintes et limites de ces stratégies dans un contexte de pauvreté généralisée et de faible développement des infrastructures. L objet de cette étude est de tirer les leçons permettant d améliorer les politiques et programmes de prévention en milieu jeune. Ce papier présente le profil économique et social du Congo, la situation épidémiologique du VIH/SIDA et les facteurs à risques face à la contamination du VIH particulièrement en milieu jeune. Par ailleurs, il met en lumière les objectifs, les questions et les méthodes utilisées d une part et d autre part, présente les résultats de la recherche, les conclusions et les recommandations Profil économique et social de la République du Congo La République du Congo est située en Afrique centrale. Elle s étend sur une superficie de Km et une population estimée en 2000 à près de 3,2 millions d habitants. La plupart de ces habitants vivent en zones urbaines (57%). La proportion des jeunes adolescents (13-20 ans) est élevée (18%) (PNUD, 2000). Après l indépendance de 1960, le gouvernement a mis en place des politiques sociales visant à améliorer le taux d alphabétisation et l accès aux 2 soins de santé. Ces politiques ont conduit au progrès social, tel que l accès aux soins de santé qui a connu une augmentation en passant de 41,2% en 1960 à 89,1% en 1995 (PNUD, 2002). L instabilité politique chronique et les guerres civiles des années 1993, 1997 et 1998 ont cependant entraîné la destruction des infrastructures socio-économiques et détérioré le tissu social. L instabilité politique a été suscitée par les crises économiques et sociales. Le pétrole brut est la principale ressource économique et la base des exportations. La production annuelle du pétrole est estimée à 12,8 millions de tonnes (CEA, 2004), les fluctuations du prix du pétrole sur le marché international ont accru la vulnérabilité de l économie. La dette extérieure en 2002, chiffrée à plus de milliards de FCFA (5,8 milliards de dollar), représente 163% du produit intérieur brut (PIB). Le ratio service de la dette en 2002 représentait 104% du budget (CEA 2002). L instabilité économique et les dettes ont de plus en plus réduit l investissement public et le panier de la ménagère. L étude récente en 2005 montre qu en moyenne 50,7% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté (Ministère du plan, 2006). L expérience de vie a baissé de 52 à 48 ans au cours de la dernière décennie (PNUD, 2000). 2. L épidémie du SIDA au Congo 2.1. Contexte national Depuis 1989, le Congo a mis en place un système de surveillance par site sentinelle de l infection du VIH au niveau des femmes enceintes dans plusieurs zones géographiques du Pays. Les résultas de cette surveillance montrent que le taux de prévalence chez les femmes enceintes à Brazzaville est passé de 3,3% à 5,2% entre 1989 et Selon le rapport national, le taux de prévalence atteint 7,8% en 2001 (Ministère de la santé, 2002). L enquête nationale menée en novembre 2003 par le gouvernement avec l aide de la Banque mondiale avait pour but de déterminer avec une plus grande précision la séroprévalence de VIH au Congo Brazzaville. Sur un échantillon total de personnes à travers toutes les villes du pays, personnes ont été testées. Les résultats de ce sondage sont illustrés dans le tableau 1. Tableau 1 : La séroprévalence en République du Congo, 2003 Ville Testé VIH + Séroprévalence H F Total H F Total H F Total Ages/Brazzavil le ,4% 1,9% 2,1% ,1% 4,2% 2,4% ,5% 5,8% 5,7% ,2% 0,0% 4,4% Total ,1% 3,6% 3,3% Ages/Pointe- Noire ,0% 0,9% 0,5% ,0% 3,3% 5,1% ,3% 9,0% 7,5% ,0% 2,2% 6,7% Total ,5% 4,2% 4,4% Ages/ autres villes ,0% 0,5% 0,3% ,8% 5,5% 4,2% ,3% 5,8% 6,6% ,2% 6,6% 8,6% Total ,5% 4,2% 4,4% Tranches d âge ,6% 1,0% 0,8% ,7% 4,8% 3,2% ,2% 7,7% 4,7% ,5% 7,2% 5,2% ,5% 6,2% 8,7% ,9% 2,9% 8,0% ,7% 4,7% 5,8% Total ,8% 4,6% 4,2% H = Homme ; F = Femme Source: Ministère de la Santé, L enquête a révélé un taux de séroprévalence de 4,2% avec une grande différence dans les régions. Les régions du Niari et de la Lekoumou, situées au sud du pays avaient le plus grand taux (10%), alors que d autres avaient le taux de prévalence le plus bas, moins de 3%. Il a été estimé qu entre et personnes vivaient avec le VIH au Congo. L enquête a estimé que personnes sont mortes du SIDA, laissant derrière elles orphelins (Ministère de la santé, 2004). L'enquête nationale montre un risque élevé de contamination au VIH au sein des groupes d âge les plus jeunes, particulièrement les femmes. Le maximum de séropositivité est observé plus tôt parmi les femmes (environ 7% âgés entre 25 et 39 ans) que parmi les hommes (environ 10% âgés entre 35 et 49 ans). Avant l âge de 35 ans, les femmes sont doublement frappées que les hommes. Les jeunes filles devraient alors constituer une cible privilégiée pour les mesures préventives (Ministère de Santé, 2004, p.9). L infection précoce du VIH chez les jeunes filles peut s expliquer par le fait de la précocité des rapports sexuels. Cela est aussi similaire dans les autres pays d Afrique. Les hommes d un certain âge tendent à avoir des contacts sexuels avec des jeunes filles de ans, qui acceptent pour de l argent et d autres avantages matériels (PNUD, 2002). A Brazzaville plus que dans d autres villes (voir figure 2), les jeunes garçons montrent la même structure d âge d infection au VIH que les filles (Voir figure 1 en dessous). Les rapports sexuels précoces des jeunes garçons à Brazzaville peuvent être dû à l'absence de règlementations des vidéo-clubs et de l Internet qui projettent des images pornographiques et détériorent ainsi les normes sexuelles culturellement établies dans une ville où les jeunes ont des rapports sexuels considérablement précoces (Jackson, 2004). 4 Figure 1 : Structuration de la séroprévalence à Brazzaville (2004) Structuration de la séroprévalence à Braz z aville 9,00% 8,00% 7,00% 6,00% Taux 5,00% 4,00% 3,00% Homme Femme 2,00% 1,00% 0,00% ans ans ans ans Source: Ministère de la Santé, 2004 Figure 2: Structuration de la Séroprévalence dans d autres villes du Congo (2004) Structuration de la séroprévalence dans d autres villes 12,00% 10,00% 8,00% Taux 6,00% 4,00% Hommes Femmes 2,00% 0,00% ans ans ans ans Ages Source: Ministère de la Santé, Contexte Régional de la Cuvette-Ouest L'enquête nationale réalisée par le gouvernement en 2003 ne s est pas déroulée dans la Cuvette-Ouest. A cette période la fièvre Ebola était répandue dans la zone. Ewo le chef lieu de la cuvette ouest, est une ville semi- rurale qui compte 5256 habitants (UNFPA, 2004). 5 Il y a plusieurs facteurs qui augmentent la propagation du VIH dans la région tels que la pauvreté, les inégalités de genre, le faible niveau d'éducation, les tabous. Les infrastructures sociales à Ewo sont pauvres, avec un bas niveau de l'investissement public dans l éducation et la santé en 2004 et 2005, en dépit de la détérioration de conditions sociales des foyers (Département du Ministère du plan d'ewo, 2005). Au niveau de l école primaire et secondaire, un besoin remarquable en équipements et enseignants est ressenti, le lycée technique des jeunes filles ne compte que vingt cinq (25) tables pour un effectif de cinquante élèves (Direction Départementale de l éducation d'ewo, 2005). L'hôpital aussi a besoin d un corps médical et matériel médical. Un seul docteur travaille dans l'hôpital, il y a cinquante deux (52) lits, ce qui est insignifiant pour cette localité. Il y a un fait notoire dans cet hôpital, on remarque que 2 ou 3 enfants sont mis ensemble dans un lit. Le taux de séroprévalence varie entre 1% et 8% à Ewo ce taux est supérieur chez les femmes qu aux hommes dont l âge varie entre ans (voir figure 3). Figure 3. Taux de séroprévalence des donneurs de sang, Ewo, 2005 Taux de séroprévalance Nombre mois ans 31-40nas 41 ans et plus tranche d'âge Garçons Filles Source : Centre de transfusion sanguine d Ewo, 2006 Comme l hôpital n a pas la facilité de faire le test de VIH et le diagnostic, les patients passent le test dans les centres de transfusion sanguine. La prévalence du VIH estimé inclut les patients (avec un grand risque de VIH) et les donneurs de sang (avec risque de contamination du VIH au centre de transfusion). Beaucoup de patients ne sont pas informés de leurs maladies à cause de l absence de traitement et le traumatisme psychologique qui peut affecter les personnes infectées. Les deux services, médical et conseil ne sont disponibles dans les hôpitaux, c est pourquoi ces services ne sont pas capables d informer les malades de leurs infections au VIH. L absence d accès au test et aux services conseils n est pas seulement propre à Ewo. Elle réduit la possibilité des jeunes de connaître leurs statuts face au VIH et d être conseillés sur la manière d éviter ou de gérer l infection. La localité d Ewo continue à expérimenter la stigmatisation de la maladie du 6 Sida. Par exemple les gens ont rapporté qu en 2004, une femme après avoir été informé de son infection au VIH, s était enfuie en forêt, et depuis on ne l a plus revue. A Kellé, une localité proche d Ewo, une personne a été abandonnée par sa famille parce que les suspicions de séropositivité pesaient sur elle Risques majeurs qui causent l expansion de VIH chez les jeunes et stratégies Les facteurs qui affectent les jeunes Les données de la séroprévalence montrent que les adolescents sont un des groupes les plus vulnérables au Congo (Ministère de santé, 2002) cependant ils sont affectés par les risques liés à l environnement. Plusieurs facteurs sociaux augmentent leurs risques. Le gouvernement, l employé principal au Congo, avait arrêté les recrutements des étudiants en fin de cycle après 1985 dans le contexte de l ajustement structurel (PNUD, 2002). Cette mesure a élevé le taux de sans emplois, laissant ainsi la majorité des jeunes gens dans la précarité. Certains d entre eux sont tentés par la prise de la drogue, certains ont une nutrition pauvre en rendant faible leur immunité et le lien entre la pauvreté et la santé est illustré dans beaucoup d études (Jackson, 2004 ; WHO, 2003 ; OECD, 2001 ; etc.). Le niveau d éducation au Congo tend à se dégrader. Le fait que la sexualité soit considérée au Congo comme tabous par la plupart des parents, réduit la communication entre les parents et l enfant, ceci ne permet pas de réduire le risque de contamination. Les conséquences de cette situation impliquent le niveau élevé des relations sexuelles précoce parmi les jeunes (PNUD 2002). Ces facteurs socio-économiques sont l œuvre des inégalités engendré en milieu jeune. Les filles sont incapables de demander aux hommes d utiliser le préservatif (condom) pendant l acte sexuel et les hommes ne se sentent pas responsables de la contamination sexuelle de leur partenaire (Ampofo, 1999 ; ONUSIDA, 2004). Les filles en provenance des ménages pauvres sont exposées au commerce du sexe, pour obtenir les habits et d autres biens pour satisfaire leurs besoins (PNUD 2004). De 1997 à 1998, les conflits armés ont accru les violences sexuelles en milieu jeune, particulièrement à l égard des filles et des femmes. Ceci a pris deux formes : viol et agression sexuelles femmes et filles étaient victimes de viol pendant leur retour suite aux déplacements causés par les guerres (35,7%). De janvier à septembre 1999, 2036 cas de viol ont été enregistrés ; avec une recrudescence du risque d infection du VIH (PNUD 2002, p 62). 4. Principaux stratégies en milieu jeune Pour répondre à ces risques liés à l environnement, les autorités locales avec l aide des agences des Nations Unies, UNFPA et la FAO en particulier, ont mis en place à Ewo en 2002 une stratégie basée sur la promotion des activités génératrices de revenus parmi les habitants de la zone. Un programme de prévention du VIH était réalisé en incluant les campagnes de sensibilisation et les petites activités économiques. En d autres termes, deux groupes pilotes ont été mis en place : 20 jeunes pâtissières et 20 jeunes maraîchères avec la mission que ces dernières au retour, devrait former d autres filles. Le matériel et les intrants ont leurs été fournis (houes, râteaux, moules à gâteau, semence, etc. ). 7 Le programme de prévention a reçu l appui des organisations non gouvernementales (ONG), en particulier la Fédération des femmes et enfants (FEFCO) de Ewo, qui était chargée de sélectionner des jeunes filles vulnérables. Récemment en 2006, lorsque nous avons mené cette investigation, il a été constaté que la stratégie de promotion des activités génératrices de revenus utilisée en 2002 n a pas été un succès comme prévu. Le programme avait échoué trois mois après son lancement. Cependant, cette expérience a permis à certains jeunes d avoir des compétences et sur la base de leurs propres initiatives et ont continué de mener les activités génératrices de revenus. 5. Les objectifs et méthodes de la recherche Si la pauvreté est un facteur déterminant du risque de l infection au VIH, alors l amélioration du niveau de vie de la population est une issue de la lutte contre le VIH (Sida) pour aider la population à faire face dans les meilleurs conditions à la pandémie, en développant un vaccin social (Desmond 1999 ; Aventin et Huard 2000). Notre attention s est focalisée sur les petites activités génératrices de revenus découlant des initiatives propres des jeunes et comment elles ont affecté les facteurs de risque et l environnement des jeunes face au risque du VIH. En outre, nous explorons les contraintes et les limites de ces activités dans les conditions de la Cuvette ouest Méthode de recherche Nous avons utilisé une approche micro-économique (basée sur une activité économique individuelle). (Desmond 2003 ; Brunet-jailly 1999). La complexité et la susceptibilité du VIH donne lieu à une recherche quantitative et qualitative pour mieux explorer l interaction entre les facteurs économiques, politique et culturels. Supposons que les variables telles que l âge, le sexe, l éducation, la pauvreté, les tabous sexuels, etc. influencent le risque de contamination au VIH, alors nous pouvons exprimer leur relation par la formule suivante : V= f(p, A, S, H, EST, Ms, Ed, E, M) avec V : Facteur de vulnérabilité individuelle (usage du préservatif) A : Age S : Sexe H: Taille du ménage Ms : Etat matrimonial (Etat civil) SRE : Risque environnemental social (connaissance sur le Sida, manque d éducation sexuelle) Ed : Niveau d éducation E : Type d activité économique. La vulnérabilité exprime le comportement à risque. C est une variable dichotomique. Elle prend la valeur 1, quand la personne a un comportement à risque et la valeur 0 dans le cas contraire. S= a1, a2y + a3a + a4e + a5g +µ 8 Le modèle a été utilisé pour estimer les variables qui influencent la vulnérabilité. L estimation par la méthode multi-variée est utilisée. Les données proviennent des questionnaires soumis aux jeunes, des interviews des autorités locales, du centre de santé, au centre de transfusion sanguine, du directeur exécutif du département de l agriculture des jeunes de la localité, au plan, à l éducation et des organisations non gouvernementales (ONG). En plus il a été organisé un focus groupe comprenant des jeunes et adultes, filles et garçons incluant les membres et non membres des coopératives des jeunes créés pour réduire le risque de vulnérabilité à Ewo Echantillonnage La localité d Ewo compte 5156 habitants constitués de 871 ménages. Un échantillon de 372 répondants a été sélectionné sur la base de sondage, soit 7% de la population de la localité. Les répondants étaient les jeunes dont l âge varie entre 15 et 24 ans, en utilisant les registres des ménages préalablement établis avant l étude. Tableau 2: Structure de l échantillon Strate Garçons Filles Total Total Total population Ménages Bouta Centre Kangamitema et Loufoulakari Ouenze et Okoyo Total Source: données d enquête (2006) (UNFPA, 2005) 6. Résultats de la recherche Les résultats de la recherche concernent les caractéristiques des jeunes présentant un comportement risqué et non risqué, la relation entre ce comportement et les activités génératrices de revenus Comportement et environnement des jeunes Des 372 répondants, seulement 21 (5,6%) des jeunes gens interrogés ont signifié qu ils ont des rapport sexuels avec les partenaires sans le port du préservatif. Nous avons utilisé le port du préservatif comme un indicateur pour mesurer le comportement à risque. Le faible pourcentage s explique par l action intensive de sensibilisation menée à Ewo depuis 1994 par l Association de lutte contre le Sida. Tableau 3 : Caractéristiques des jeunes qui présentent un comportement à risque et non risqué (*) C risqué Variables % % Sexe Garçons Filles 5,8 4,2 C non risqué 94,2 95,8 9 Age Niveau d éducation Statut Matrimonial Profession Groupe Social ans ans Sans éducation Primaire Secondaire Supérieur Célibataire Marié/union libre Veuf/veuve Divorcé Agriculteur Etudiants Chômeurs Commerçants artisans et autres Appartient à un groupe social N appartient pas à un groupe social 3,2 6,5 8,3 10,5 4,1 0,0 4,2 6,8 28,6 0,0 25,0 4,1 3,3 8,3 4,3 7,5 3,5 96,8 93,5 91,7 89,5 95,9 100,0 95,8 93,2 71,4 100,0 75,0 95,9 96,7 91,7 95,7 92,5 96,5 Taille du ménage Pauvreté Connaissance du Sida Tabou Sexuel 1-2 membres 3-8 membres 9 membres et plus Extrêmement pauvre Pauvre Non pauvre Connaissent le Sida Ne connaissent pas le Sida Famille avec tabou 18,4 9,1 1,9 2,3 14,9 6,6 4,6 6,6 4,7 81,6 91,9 98,1 97,7 85,1 93,4 95,4 93,4 95,3 94,6 Famille sans tabou 5,4 Total 5,1 94,9 (*) Le comportement C à risque se traduit par les rapports sexuels entretenus sans préservatif avec un partenaire qu ils viennent de rencontrer. Les jeunes ayant un niveau d étude primaire ayant un comportement à risque ont un pourcentage de 10,5%. Un grand pourcentage de personnes veuves ont également un comportement risqué (28,6%).
Similar documents
View more...
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x