Bâle III Tour d horizon. FUSL D.E.S. en gestion des risques financiers Gestion des risques et ALM Année académique Yves MATHIEU

of 126
17 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
Bâle III Tour d horizon FUSL D.E.S. en gestion des risques financiers Gestion des risques et ALM Année académique Yves MATHIEU Agenda Introduction Bâle II Bâle III Conclusion générale 2 Agenda
Document Share
Document Transcript
Bâle III Tour d horizon FUSL D.E.S. en gestion des risques financiers Gestion des risques et ALM Année académique Yves MATHIEU Agenda Introduction Bâle II Bâle III Conclusion générale 2 Agenda Introduction Le métier de banquier Les risques L évolution Bâle II Bâle III Conclusion générale 3 Les fonctions essentielles et rôles d une banque Fonctions Collecter des fonds (par exemple l épargne) Remployer les fonds (par exemple l octroi de crédits) Assurer les paiements (nationaux et à l étranger) Exercer un rôle de courtier et/ou de mandataire Rôles Création de monnaie Transformation Conséquence(s) : surveillance par les autorités de tutelle et prise en compte à partir du nouveau cadre de Bâle III des aspects macroprudentiels 4 Positionnement des banques Finance directe Finance indirecte Les agents économiques entrent directement en relation entre eux sur les marchés des capitaux L intervention d une institution financière résout les imperfections de la finance directe 5 Secteur Réel Déficit Investis. productifs Secteur Financier Secteur Réel Surplus Courtage & Commissions Besoins Cash Cash Dette et Financem t Contrat X Contrat X Capital C o n t r a t C A S H Marché des activités de courtage Revenus de Courtage & Commissions Contrat Intermédiation Contrat C A S H C o n t r a t Z Z Y Y Marché de l intermédiation Revenus d intermédiation 6 Organisation et surveillance du secteur financier Contrôle prudentiel (Rôle de transformation) Contrôle économique (Rôle de création de monnaie) Contrôle de l information publiée Problèmes Identification et classification des risques Emergence du concept «macroprudentiel» Les règlementations microprudentielles et la politique monétaire ne suffisent plus à garantir la stabilité financière 7 Agenda Introduction Le métier de banquier Les risques L évolution Bâle II Bâle III Conclusion générale 8 Identification Risques financiers Risques opérationnels Risques métiers Risques exogènes 9 Identification Risques financiers Risques opérationnels Risques métiers Risques exogènes Structure du bilan Structure du compte de résultat Adéquation des fonds propres Risque de crédit Risque de marché (y compris le risque de change) Risque bancaire Risque de liquidité Risque de taux d intérêt 10 Identification Risques financiers Risques opérationnels Risques métiers Risques exogènes Fraude interne Fraude externe Pratiques internes Pratiques externes Dommages aux biens Défectuosités Défaillances dans l exécution 11 Identification Risques financiers Risques opérationnels Risques métiers Risques exogènes Risque législatif Risque prudentiel Infrastructure financière Risque systémique 12 Identification Risques financiers Risques opérationnels Risques métiers Risques exogènes Risque politique Risque de contagion (dominos) Risque de crise bancaire Autres risques exogènes 13 Agenda Introduction Le métier de banquier Les risques L évolution Bâle II Bâle III Conclusion générale 14 Evolution Le Comité de Bâle Création en 1974, sous l impulsion de la BRI, par les gouverneurs des banques centrales du G10 suite à la faillite de la banque allemande Bankhaus Herstatt Participants (fondateurs/aujourd hui) : Argentine, Belgique, Brésil, Canada, Chine, France, Allemagne, Hong-Kong, India, Indonesia, Italie, Japon, Corée, Luxembourg, Mexique, Pays-Bas, Russie, Arabie Saoudite, Singapour, Afrique du Sud, Espagne, Suède, Suisse, Turquie, Royaume-Uni et les Etats-Unis Mission initiale : garantir la stabilité du système bancaire international en fonction de deux principes fondamentaux Tous les systèmes bancaires y sont soumis La supervision doit être conforme pour toutes les banques qui opérent de manière internationale Son objectif est de fournir des standards internationaux à implémenter par les autorités nationales 15 Adéquation des fonds propres Evolution 12/09 Publication du document de consultation Bâle 3 07/88 Publication de Bâle 1 12/96 Publication de l amendement risques de marché 06/04 Publication de Bâle 2 12/07 Implémentation des méthodes avancées Bâle 2 12/11 Implémentation des règles pour le trading 01/19 Implémentation complète de Bâle 3 12/97 Implémentation de l amendement risques de marché 07/09 Publication des règles révisées pour le trading et la titrisation 01/13 Début de l implémentation de Bâle 3 12/92 Implémentation complète de Bâle 1 12/06 Implémentation de Bâle 2 11/10 Approbation de Bâle 3 par le G20 Source BIS 16 Un voyage vers Bâle I en Fin des accords de Bretton Woods après la décision en 1971 de laisser flotter le dollar sur les marchés des changes 1974 Le cas Herstatt : faillite de la Herstatt Bank causée par un settlment risk sur le marché du change DEM/USD, qui donne lieu à la crétation du Comité de Bâle par le G10 fin Début de la crise des Savings and Loans 1982 Crise mexicaine 1983 International Lending and Supervisory Act (ILSA) qui détermine un exigence de fonds propres à 5,5% du total des actifs 1986 Dernier acte de la crise des S&L : près de institutions sont concernées (47%) dont 441 sont insolvables 1987 Crash de la bourse (black Monday) 17 Evolution Principe Libéralisation 1988: Traité Bâle : Bankhaus Herstatt 1974: mise en place du Comité de Bâle par le G : application de Bâle 1 par 100 pays 18 Evolution Le Traité Bâle I Ratio de fonds propres = Fonds propres Risque de crédit + Risque de marché Fonds propres : tier 1, tier 2 et tier 3 Ratio : 8%, dont le tier 2 est maximum égal à 100 % du tier 1 Risque de crédit : ensemble des risques pondérés Risques pondérés : en fonction des recommandations du Comité OCDE Non-OCDE 0%, 20%, 50%, 100% 19 Evolution Le Traité Bâle I Catégories d'actifs Montants Pondération Montant ajusté Caisse Dépôts interbancaires % 160 Titres émis par des gouvernements OCDE Titres émis par des gouvernements non-ocde % 500 Crédits hyppothécaires % 750 Autres crédits % 1100 Total Engagements hors-bilan: Montant Coeff. Crédits documentaires % 100% 40 Facilités % 100% 150 TOTAL 2700 Capital requis: 8% Capital minimum Evolution Le Traité Bâle I Drivers Situation des banques japonaises dans le courant des années 80 Compétition internationale exacerbée Manque d encadrement au niveau de la gestion du risque de crédit Traité Bâle 1 Standards de capital minimum pour la couverture du risque de crédit Deux principaux standards exigés Ratio Cooke Ratio de transformation 21 Evolution L amendement de 1996 Introduction de la composante «risques de marché dans les exigences de fonds propres Risque de marché pour : Le portefeuille commercial (trading book) Le risque de change et le risque sur matière premières (commodities) pour l ensemble des activités Le risque de marché peut être calculé selon : La méthode standard Les modèles internes (évolution fondamentale) 22 Evolution Le Traité Bâle I Structure à trois étages Comité de Bâle : recommandations et bonnes pratiques Communauté Européenne : directives Pays membres : circulaires (en Belgique) lois règlements etc. 23 Evolution Le Traité de Bâle I Conclusion Valeur ajoutée du traité Renforcement de la solvabilité des banques et de la solidité du secteur financier international par : Accroissement du niveau des fonds propres pour les institutions qui opèrent internationalement Lignes directrices claires et cohérentes pour l ensemble des intervenants Mise en place d un «Level Playing Field» 24 Evolution Le Traité de Bâle I Conclusion Faiblesses Évolution du niveau de gestion des risques de crédit (modélisation) Utilisation de plus en plus poussée de techniques de réduction des risques de crédit par transfert création d arbitrages réglementaires Absence de la prise en compte du risque opérationnel Distorsion entre le niveau de risque économique et la couverture par les réserves réglementaires 25 Evolution Le Traité de Bâle I Conclusion Conclusion finale en 1998 Le traité Bâle 1 devient obsolète Nécessité de revoir le traité en tenant compte de tous les éléments de gestion des risques avec comme particularités Réduction et/ou pénalisation de l uniformisation par l individualisation de l analyse des institutions et de leur approche de la gestion des risques Maintien des niveaux de fonds propres d une manière globale dans le secteur financier 26 Agenda Introduction Bâle II Organisation Pilier 1 Pilier 2 Pilier 3 Bâle III Conclusion générale 27 Bâle II Principes Les 3 piliers Pilier 1 : exigences de fonds propres minimum Pilier 2 : processus de supervision Pilier 3 : discipline de marché Processus de réduction (mitigation) des risques Couverture des risques résiduels Réduction des exigences de fonds propres Équilibre entre précision et complexité 28 Bâle II Principes Renforcement du rôle des trois piliers Pilier 1 : exigences de fonds propres approches évolutives Risque de crédit Risque opérationnel Risque de marché Pilier 2 : 4 principes Évaluation interne Processus de contrôle de la supervision Niveau des fonds propres Intervention des superviseurs Pilier 3 : transparence 29 Bâle II Principes Liens entre les 3 piliers Pilier 1 : exigences de fonds propres Mesure des risques et de leurs composantes Prise en compte des techniques de réduction (mitigation) Approche quantitative Pilier 2 : processus de contrôle Examen de la qualité de la gestion et de l information relative aux risques Approche qualitative Pilier 3 : transparence Publication consolidée des niveaux de fonds propres et de l exposition aux risques 30 Bâle II - Evolution Nov: QIS2,5 principe Libéralisation 1988: Traité Bâle I Avr&Mai: QIS1,2 Oct: QIS3 Dec: Finalisation du nouveau Traité Jan/2001: CP2 Jan: Bâle II entrée en vigueur June/1999: CP1 1996: Risque de marché July: résultats du QIS3 1974: Bankhaus Herstatt 1974: mise en place du Comité de Bâle par le G10 May: Release du CP3 1990: application de Bâle 1 par 100 pays Jan: démarrage des tests en parallèle 31 Bâle II La consultation du secteur CP1 : juin 1999 CP2 : janvier 2001 CP3 : mai Bâle II Les études quantitatives (QIS) Objectif : récolter l information pour vérifier si la proposition de nouveau Traité rencontre les objectifs du Comité. QIS 1 : avril/mai 2001 Sous forme de questionnaire et de réponse aux FAQ. QIS 2 : avril 2001 Concentration sur le risque opérationnel QIS 3 : annoncé en octobre 2002 Suivi de la consultation du CP3 Résultats QIS 1 et QIS 2 Ne sont pas en lignes avec les attentes Les méthodes IRB nécessitent plus de fonds propres que la méthode standard? 33 Bâle II Résultats des QIS The calibration intended in CP 2 (January 2002) Current Accord Standardised Approach Foundation IRB Operational risk Credit risk QIS2 results (Spring 2002) G10 average, after incorporating some of the working paper proposals Current Accord Standardised Approach Foundation IRB Operational risk Credit risk Source: CBF 34 Bâle II Calibration selon la consultation QIS2 results (Spring 2002) G10 average, after incorporating some of the working paper proposals Current Accord Standardised Approach Foundation IRB Operat. risk Credit risk Review of the Standardised Approach calibration QIS2.5(Nov.2001) QIS3(Oct.2002) Further review of the IRB calibration The calibration aimed at for in CP Current Accord Standardised Approach Foundation IRB Operat. risk Credit risk Source: CBF 35 Bâle II 3ème consultation (mai 2003) Implémentation progressive Risque de crédit Risque opérationnel Ajustement des exigences minimum à ce qui est praticable Renforcement du rôle du second pilier Approches différenciées Spécificités locales (institutions ou pays) Nouvelles approches Risque de crédit Risque opérationnel 36 Bâle II 3ème consultation et QIS Objectif du QIS 3 Test du troisième document de consultation CP3 Couverture de tous les risques (crédit et opérationnel), selon les différentes approches Analyse de tous les portefeuilles Résultats (confirmation des positions prises dans le CP3) Exigences de fonds propres moindre pour les méthodes avancées Définition de catégories de risques (Nations et Banques Corporate PME & retail) Qualité des données très variable Evolution de la mesure du risque opérationnel (peu de données) 37 Bâle II Europe Information du parlement européen Etude de l impact de Bâle sur les PME européenne Entrée en vigueur de Bâle II Entrée en vigueur de CRD Présentation du projet de directive au parlement européen Elections européenne. Adoption du rapport du parleentaire européen Alexander Radwan. Publication de la directive CRD avec un délai de 12 mois pour la transcription dans la législation des pays membres Date prévue pour les débats au parlement pour mise en vote de la proposition à l été Agenda Introduction Bâle II Organisation Pilier 1 Pilier 2 Pilier 3 Bâle III Conclusion générale 39 Pilier 1 Couverture Risque de crédit Risque opérationnel Risque de marché Dans l Accord, présentation du risque de crédit différente Expositions non structurées Titrisation 40 Pilier 1 Risque de crédit Définition Le risque de crédit résulte de la détérioration de la capacité de crédit d un emprunteur jusqu à un défaut final Il comprend : Le risque de contrepartie Risque de perte dû à un défaut de la contrepartie par rapport à ses obligations contractuelles Le risque d échange (settlement) Risque de perte dû à une inadéquation entre paiement et livraison Le risque pays Risque de perte dû à des situations politiques et/ou économiques dans un pays donné 41 Pilier 1 Risque de crédit Définition de la notion de défaut (principalement défini au niveau de l approche basée sur les modèles internes) Il y a défaut lorsque : Le débiteur à un retard de plus de 90 jours pour le paiement Du principal et/ou Des intérêts et/ou Des commissions Le débiteur ne pourra faire face à ses obligations sans mesures prises par la banque, comme par exemple la réalisation des garanties 42 Pilier 1 Risque de crédit Evolution Possibilité de choisir entre différentes méthodes d évaluation du risque, à des niveaux de complexité différents Les institutions qui font appel à des méthodes plus avancées et qui dès lors sont susceptibles de mesurer avec précisions les différentes composantes du risque de crédit seront récompensées par des exigences moindre de fonds propres Des exigences moindres de fonds propres signifient qu ils peuvent être libérés pour d autres buts 43 Pilier 1 Risque de crédit Approches possibles Approche standardisée Simple Complète Approches basées sur des évaluations internes (IRB) «Foundation» Avancées 44 Pilier 1 Risque de crédit Réduction des risques Principe Les méthodes de réduction des risques (mitigation) jouent un rôle important dans le calcul des exigences de fonds propres Instruments Garanties (et) dérivés de crédit Collatéral Compensation Objectifs Traitement approprié des risques résiduels Réduction des exigences de fonds propres Equilibre entre précision et complexité 45 Pilier 1 Risque de crédit Approche standardisée Classes d actifs Expositions individuelles Souverains Pouvoirs publics Banques de développement Banques Entreprises d investissement Corporate Agrégats Retail Portefeuilles couverts par des garanties foncières privées Portefeuilles couverts par des garanties foncières commerciales Autres Créances impayées Autres Eléments hors-bilan Titrisation 46 Pilier 1 Risque de crédit Approche standardisée Fonds propres minimum = actifs pondérés (par le risque) x 8 % Actifs pondérés = exposition x pondération de risque Exposition nette = exposition brute provisions Pondération Externe via ECA et ECAI ECA : Export Credit Agency (Ducroire) ECAI : External Credit Assesment Institution (Moodys, S&P, Fitch) 47 Pilier 1 Risque de crédit Approche standardisée Critères d éligibilité pour les agences externes ECAI Objectivité Indépendance Accès international et transparence Exigences de publication d information Ressources suffisantes Crédibilité Les autorités de contrôle nationales sont responsables pour l évaluation de l égibilité des ECAI 48 Pilier 1 Risque de crédit Approche standardisée Catégories de notation Investment Grade Speculative Grade S&P a.o. Moody s Meaning S&P a.o. Moody s Meaning Best Quality, BB+ Ba1 Payment AAA Aaa Extremely BB Ba2 probability, strong BB- Ba3 Uncertainty AA+ Aa1 B+ B1 Claims with high AA Aa2 High Quality B B2 risk AA- Aa3 B- B3 A+ A1 High CCC+ Caa1 Actual A A2 repayment CCC Caa2 susceptibility to A- A3 capacity CCC- Caa2 default BBB+ Baa1 Adequate CC BBB Baa2 repayment C Ca BBB- Baa3 capacity D Default Source IBM 49 Pilier 1 Risque de crédit Approche standardisée Pondération réglementaire, expositions individuelles Risk Weight ECA Claim Sovereigns 1 0% 2 20% Assessment % 100% 7 150% ECAI Rating Claim AAA A+ to BBB+ BB+ to Unrate Below B- B Unrated to AA- A- to BBB- B- d Sovereigns 0% 20% 50% 100% 150% 100% Option 1 a 20% 50% 100% 100% 150% 100% Banks Option 2 b 20% 50% 50% 100% 150% 50% Option 2 c 20% 20% 20% 50% 150% 20% AAA A+ to BBB+ Unrate Below BB- Unrated to AA- A- to BB- d Corporates 20% 50% 100% 150% 100% a b c favourable risk weight according to the credit assessment of the sovereign of incorporation risk weight according to the credit assessment of the bank itsel f short-term claims (original maturity 3 months) receive a risk weighthat is one category more Source IBM 50 Pilier 1 Risque de crédit Approche standardisée Pondérations, agrégats Retail traditionnel Pondération de 75 % Portefeuilles couverts par des garanties foncières privées Pondération de 35 % Portefeuilles couverts par des garanties foncières commerciales Pondération de 100 % Créances impayées De 50 % à 150 % Autres 100 % 51 Pilier 1 Risque de crédit Approche standardisée Pondérations (fin) Hors-bilan Application d un facteur de conversion (Credit convertion factor) De 0 % à 100 % Titrisation Notation long terme De 0 % (AAA) à 350 % (BB-) Notation court terme De 20 % à 100 % 52 Pilier 1 Risque de crédit Approche standardisée Techniques de réduction Compensation des risques Calcul d une exposition nette Collatéral Importance de la législation et des processus développés par l institution pour la réalisation des collatéraux Garanties (et) dérivés de crédit La manière de prendre en compte la réduction du risque, réduction pure ou substitution, permet de définir la nature de l approche (simple ou étendue) 53 Pilier 1 Risque de crédit Approche IRB Homogénéité des méthodes Application à toutes les classes d actifs Application phasée possible Exceptions pour des métiers non-significatifs Pas de retour en arrière Période de transition Calculs parallèles en 2006 Au minimum 5 années d estimation des PD Au minimum 3 années d utilisation du système de notation Au minimum 7 années de données 54 Pilier 1 Risque de crédit Approche IRB Fonds propres minimum = actifs pondérés (par le risque) x 8 % Actifs pondérés = exposition x pondération de risque EAD x PD x LGD x M EAD : exposition au défaut PD : probabilité de défaut LGD : perte liée au défaut M : échéance effective 55 Pilier 1 Risque de crédit Approche IRB Notion de perte attendue (expected loss) contre perte inattendue (unexpected loss) Perte attendue Taux annuel moyen de perte prévisible dans un métier, intégré dans le pricing Perte inattendue Non-prévisible et non-anticipable, nécessite un «coussin» de fonds propres pour la couverture 56 Pilier 1 Risque de crédit Approche IRB Unexpected Loss Amount Expected Loss amount Time t 57 Pilier 1 Risque de crédit Approche IRB Composantes de la perte probable Probabilité de défaut Quelle est la probabilité qu une contrepartie soit en défaut? Exposition au défaut Quelle sera l exposition de la banque au moment du défaut? Perte liée au défaut Quelle est le montant que nous risquons de perdre finalement? (Y inclus, les coûts de recouvrement, l escompte dû au retard des remboursements, le coût de financement du défaut) 58 Pilier 1 Risque de crédit Approche IRB Composantes de la perte inattendue La perte attendue ne constitue par un «vrai» risque si elle correspond au niveau prévu. Il n y a dès lors pas d exigence de fonds propres. Le risque est généré par la variation du niveau de perte. Ecart-type des pertes de crédit autour de la moyenne attendue Couverture par la défin
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x