Ces oubliés de l Histoire. Ottomont à l action. Paroles d hommes, c est parti! LE DOSSIER. Associations. Festival

of 15
23 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
Le mensuel d éducation permanente du Centre culturel de Dison Numéro 354 Février 2014 Ces oubliés de l Histoire LE DOSSIER Associations Ottomont à l action Festival Paroles d hommes, c est parti! Alessia
Document Share
Document Transcript
Le mensuel d éducation permanente du Centre culturel de Dison Numéro 354 Février 2014 Ces oubliés de l Histoire LE DOSSIER Associations Ottomont à l action Festival Paroles d hommes, c est parti! Alessia Contu en ouverture Rue de Rechain, Dison Tél : Fax : Heures d ouverture : Lundi, mercredi, jeudi et vendredi de 7 h 30 à 18 h. Le samedi de 7 h à 17 h. Le dimanche de 7 h à Carte de fidélité : À l achat de 5 pains, le 6e gratuit. Pour la Saint Valentin, venez découvrir nos petits gâteaux. Entre autre à la framboise et bien d autres goûts. Ainsi que nos pralines artisanales. GARAGE Liégeois Sommaire Février 2014 n En ouverture 4 DOSSIER DU MOIS Ces oubliés de l Histoire / 4 8 actu culture Ciné-débat : Vers un autre modèle / 8 Enfance : Stage de carnaval / 8 Festival : Paroles d Hommes / 9 Visite culturelle : Düsseldorf / 10 Découverte : Déserts du monde / 11 Jeune public : Coco and Co / 11 Seniors : Thé dansant / les amis d adolphe hardy 14 le saviez-vous? Notre géant Bihin / 14 Nos occasions My Way : 16 bibliothèque 17 associations Animation : La Commission d'ottomont à l'action / 17 Activités : Zapping / 18 Carnaval Bienvenue à Ludo 1 er / 19 Zoning des Plénesses : Une centrale de repassage / 20 Hommage : Madame Jongen / actu culture Coin du wallon / 22 Agenda / pages communales Rue Pisseroule Dison Tél Fax : ÉDITO Les Diables à la Fête de la musique On vous en parlait au lendemain de la qualification de nos Diables Rouges pour la prochaine Coupe du Monde de football au Brésil : si d aventure, notre équipe nationale devait jouer le même jour que la Fête de la musique, nous ferions en sorte de diffuser le match sur un écran géant. Vous le savez sans doute, le hasard a (bien) fait les choses, puisque ce dimanche 22 juin, date de la Fête de la musique, est prévue la rencontre Belgique-Russie. L occasion est donc belle de profiter de ce rendez-vous devenu incontournable pour beaucoup pour faire jouer, dans la même équipe, ce match avec les habituels concerts, lors d un rendez-vous unique. Que les amoureux de musique et les moins amateurs de foot soient néanmoins rassurés. Il n est pas question ici de mettre les concerts hors-jeu. Ainsi, à l instar des autres années, la grande scène accueillera à nouveau des groupes et artistes toute l après-midi durant et jusqu à la tombée de la nuit. Le village multiculturel et gastronomique «Mond assiette» sera lui aussi de la partie, de même que de nombreuses animations en tous genres, afin de donner à cette journée son habituel côté convivial et festif. À ce propos, si vous êtes un groupe et vous avez envie de participer à cette fête qui rassemble des milliers de personnes chaque année, envoyez-nous votre candidature. Pour célébrer cette atmosphère «Coupe du Monde», tous les styles sont les bienvenus, compos ou reprises. Envoyez votre démo dès aujourd hui, en l accompagnant de vos coordonnées complètes ainsi que de quelques mots ou d un court dossier de présentation à : Fête de la Musique 2014, Centre culturel de Dison, rue des Écoles, 2 à 4820 Dison ou sur Dossier du mois : CES OUBLIÉS DE L HISTOIRE Lire pages 4 à 7 Vous êtes un groupe? envoyez votre démo dès aujourd'hui pour participer à la fête de la musique. Le Mot de la Présidente 14 février l'amour au temps du SMS une étude française, un ado (c'est-à-dire nous demain ) envoie 2500 SMS par D'après mois, soit 83 textos quotidiens en moyenne. Avec des pics à la sortie de l'école et après 23 heures, quand leurs parents pensent qu'ils dorment. Certains répondraient même aux messages pendant leur sommeil, machinalement. Avec la mauvaise surprise que cela réserve au réveil. D'autres j'en connais créent un écran d'accueil destiné à leur rappeler de ne jamais envoyer de message sous l'effet de la fatigue, de la boisson ou d'autres substances Une bonne idée que certains feraient peut-être bien de piquer! Nous assistons en effet à la mutation la plus remarquable du début du XX e siècle. Les garçons ont les pouces qui poussent. On les disait incapables de communiquer? ils participent autant aux échange numériques. Les deux tiers de ceux-ci auraient «un contenu à orientation relationnelle». Aucun de mes contacts Twitter n'a encore, comme Rihanna, déclaré sa flamme en 140 signes. Mais qui sait ce qui se susurre en message privé? Ce qui est sûr, c'est qu'un message texto avec un garçon, c'est un casse-tête d'interprétation : «il a mis trois points, ça veut dire quoi?» L'on se dit finalement qu'un bonne conversation Véronique Bonni, Présidente PRéSENCE Mensuel d éducation permanente tiré à 6200 exemplaires distribués toutes boîtes Rédaction : Jérôme Wyn, Frédéric Muller Mise en page et photos : Centre culturel de Dison Secrétariat et publicité : Evelyne Rouvroi Éditeur responsable : Centre Culturel de Dison Rue des Écoles, 2 à 4820 Dison Tél Fax PRéSENCE I n 354 I Février dossier dossier Portrait Paul le Malmédien, boche malgré lui Parmi les nombreux Belges des communes annexées qui sont alors obligés de combattre dans l armée allemande, il y avait Paul Dandrifosse. Un Malmédien que Philippe Carrozza, journaliste au journal L Avenir, a rencontré et que les nazis appelaient le «Niks compris». Un épisode oublié En 1940, l armée de l Allemagne nazie envahissait la Belgique. Peu après, l annexion de plusieurs communes belges proches de la frontière, dont Eupen, Waimes et Malmedy, est décidée. Il en résulte que des milliers de jeunes belges se voient enrôlés de force dans la Wehrmacht, l armée allemande, et obligés de combattre. Avec, à la libération, un lourd poids à porter pour ces hommes. Un épisode méconnu et douloureux de l histoire de notre région qui sera évoqué par le spectacle «Le carnaval des ombres», joué à Dison en février, de et avec l acteur waimerais Serge Demoulin. Pour mieux comprendre ce qui s est déroulé durant cette période, nous y consacrons notre dossier mensuel. Paul Dandrifosse Enrôlé de force dans la Wehrmacht EdA Le 10 mai 1940, Hitler annexe les dix communes de l Est de la Belgique, dont Malmedy. Paul Dandrifosse, né en 1923 à Mont-Xhoffraix, fait le choix d émigrer en Belgique occupée pour ne pas être forcé de devenir allemand, être enrôlé dans les troupes nazies et finir sur le front de l Est. Il quitte son village au début du mois Je suis belge, je n avais rien à faire dans l armée allemande ; je me suis caché. de sep- septembre, après avoir résisté à l embrigadement dans les jeunesses hitlériennes : «Ma sœur Agnès, qui était restée avec mes parents pour s occuper de notre ferme, franchissait clandestinement la frontière pour me ravitailler avec les produits de la ferme. Ce jeu dangereux se terminera avec mon arrestation par la Gestapo au printemps de Bien que j avais des papiers en ordre, mes parents ont reçu en décembre 1941 un papier de mobilisation me concernant. Je suis belge, je n avais rien à faire dans l armée allemande ; je me suis caché.» Un métal froid sur la tempe : c était un revolver Jusqu à ce matin-là où un Gestapiste l arrête : «Dans la soirée précédant mon arrestation, je m étais rendu chez mon frère aîné à Sart-lez-Spa. Je venais lui dire qu il fallait qu il parte immédiatement parce que lui et moi étions sous la menace d une dénonciation. Il est parvenu à me convaincre qu il n y avait pas le feu et qu il valait mieux que je passe la nuit chez lui ; ce que je fis, hélas. Le lendemain à l aube, j ai été réveillé par une étrange sensation : quelque chose de froid contre ma tête. Quand j ai ouvert les yeux, l homme réputé traqueur de réfractaires, qui me recherchait depuis plus d un an, se tenait penché sur mon lit, le canon de son revolver collé sur mon front! Pour le même prix, la Gestapo venait de capturer deux frères, deux émigrés de 1940, deux réfractaires à la Wehrmacht, deux résistants civils.» Paul Dandrifosse est conduit à Malmedy où il est interrogé par celui qui venait de l arrêter : «Un Malmédien, un unterscharffüher SS de sinistre mémoire, précise M. Dandrifosse. Je m étais préparé au pire. Après un interrogatoire qui s éternisait entrecoupé de menaces de mort, je lui ai Prisonnier des Américains dit, épuisé moralement, que je ne savais pas où mon frère se trouvait et que si je le savais, je ne le lui dirais pas. Et la sentence tomba : la Russie et ses champs de mines étaient désormais ma destinée.» Encaserné à Mülheim, le Malmédien est forcé de passer un uniforme allemand. «Mutée à Venlo (Pays-Bas) ma compagnie continua son entraînement. Comme à Mülheim, je continuais à utiliser le stratagème du Niks compris (rien compris, à être le fou du roi, à ne faire pratiquement aucun progrès en matière militaire. Ainsi m étais-je fait à l idée que je resterais longtemps avant d être envoyé en Russie.» Il se mutile «Un matin du mois d août, avant le départ quotidien vers la plaine d exercices, j entendis un sousofficier dire : c est fini avec le Niks compris, il part en Russie dans deux jours. Le même soir Rentré en Belgique, Paul Dandrifosse obtient une fausse carte d identité qui fait de lui un citoyen hesbignon sous le nom d Henri Lamarche. Il devient le faux petitneveu des grands-parents Neyens, chez qui il a trouvé refuge. Là-bas, il peut notamment compter sur l imperturbable grand-maman Neyens au sujet de la prétendue déficience mentale de son faux-petit neveu, qui lui sauve la mise. Plus tard, alors que l offensive des Ardennes bat son plein et qu il séjourne à Dison, il décide de rentrer chez ses parents. À Hockai, on l avertit du danger d être arrêté par les américains, qui le rechercheraient. Il est d ailleurs intercepté par ceux-ci en décembre, alors qu il est à l église de Xhoffraix. «Le soir même, je me retrouve dans un hangar à Francorchamps, en compagnie de prisonniers allemands. Le lendemain, je suis parqué dans la salle des pas perdus de la gare de Verviers, puis direction la citadelle de Huy, celle de Namur, Compiègne et enfin Cherbourg où j ai été libéré. Pendant quatre mois j ai été prisonnier des Américains.» 4 PRéSENCE I n 354 I Février dossier dossier je reposais tranquillement dans un lit à l hôpital de Venlo. Au cours d une lutte organisée comme chaque jour sur le champ d exercices, j ai glissé volontairement mon pied dans un trou avec une belle fracture de la malléole à la clef. Les Allemands vinrent me récupérer à la mi-novembre.» De retour à la caserne, le Malmédien poursuit sa résistance. Les instructeurs de caserne se cassent la tête et n arrivent pas lui faire comprendre un mot d allemand. Puis un jour : «Les sanctions humiliantes ont commencé.» Sans pour autant le faire partir au front, contrairement aux autres. Puis il s évade De blessure en blessure, Paul Dandrifosse est hospitalisé non loin de la frontière hollandaise. C est là qu il fait al connaissance d une infirmière qui fait partie de la Résistance néerlandaise. Ils mettent sur pied un plan d évasion. «C était le 26 juillet Un officier allemand fait savoir que la compagnie à laquelle j appartiens partira le soir vers le front russe. Avec mes amis d infortune, je vais prendre possession de mon paquetage. Alors que sept heures sonnent au clocher d une église proche, comme un vrai soldat, qui s en va vers quelque plaisir, je passe devant la guérite de surveillance gardée par un tout jeune soldat en lui faisant le Heil requis. Je suis en train de m évader. J ai été pris en charge par l armée secrète hollandaise et deux jours plus tard, j étais presqu en Belgique.» Article paru dans L Avenir, le samedi 28 septembre 2013, repris ici en partie. Philippe Carrozza prépare un livre à paraître en novembre prochain, qui contiendra des témoignages d Ardennais et Ardennaises des provinces de Liège, Namur, Luxembourg ; du Grand-Duché et des Ardennes françaises. Il s intitulera « , les Ardennais n oublieront jamais». photo Le comédien et auteur Serge Demoulin, seul en scène dans «Le carnaval des ombres». Entretien Parle, toi. On te fait confiance L acteur Serge Demoulin, à qui l on doit «Le carnaval des ombres» revient sur la genèse du projet et sur ses motivations. Un entretien réalisé par Cédric Juliens dans le cadre du dossier pédagogique fourni par le Rideau de Bruxelles, que nous vous proposons en partie. Serge Demoulin Comédien Cédric Juliens : Serge, quel est le déclic qui t a poussé à écrire «Le carnaval des ombres»? Serge Demoulin : Ce désir, je le porte en moi depuis longtemps. Je rêvais de faire un spectacle sur «cette chose». Mais je ne m en sentais pas capable. J ai d abord sollicité un auteur. Michael Delaunoy m a poussé plus loin : «il n y a qu une personne qui peut l écrire, c est toi». Pourquoi? J ai rencontré un monsieur (Paul Dandrifosse, qui a été enrôlé de force voir page précédente) qui m a transmis de la documentation, presque une thèse, sur ces questions. À ce moment, j ai reçu les réponses que je n ai pas eues à 20 ans. Notamment de la part de ma famille. J ai alors pris la liberté d écrire. Quand j en ai parlé à mon père, sa réaction a été : «tu es fou! Tu ne peux pas faire ça». «Ça»? Réveiller des choses, des bisbrouilles, des crises non réglées, le souvenir de dénonciations, par exemple. Tout ce qui s était échangé, après la libération, avant qu une chape de plomb ne vienne s abattre sur cette histoire. Pour mon père, écrire, représenter, signifiait réveiller les querelles intramuros. Mais ma génération veut passer outre. Les fils ne sont pas responsables des erreurs de leurs pères. Même si, inconsciemment, «quelque chose» se transmet. Car ce que j ai reçu de cette histoire étant gamin, c est avant tout le silence. Il y a de quoi raconter, pourtant : ma mère avait perdu son père à la guerre ; mon père, ses deux frères. Des bribes surgissaient lors des fêtes de famille. Sous le coup de l alcool, l émotion ressortait, en magma, toujours en très peu de mots. Et moi, gamin, j absorbais tout ça comme une éponge. Ce spectacle, c est une tentative des fils de rétablir la vérité des pères? Il s agit plutôt d une page d histoire à établir, tout simplement. Ce qui s est passé à l Est de la Belgique durant la période , est ignoré des livres d histoire. Notamment l annexion forcée des Cantons par l Allemagne nazie. Une annexion sauvage, c est-à-dire non juridique il n y a pas eu de traité d annexion signé par les deux pays. En cherchant, on découvre que la Belgique avait tenté de revendre cette région en sous-main aux Allemands, un peu avant la guerre. Qu à cette époque déjà, la propagande nazie y tissait ses réseaux culturels, avant 1940, sous l œil débonnaire Alessia Contu de Bruxelles. Il était nécessaire d écrire cette page. Ce travail de recherche passait également par un travail de mémoire au sein de ma famille : donner la parole à ceux qui n ont pas pu ou pas voulu s exprimer. Actuellement, tout se passe encore comme si «cela» n avait pas existé. Il fallait donc simplement établir les faits avant d essayer de rétablir quoique ce soit. Tant que cette parole ne sera pas dite, on restera toujours «des Boches». Au départ, il y avait chez moi une peur de prendre la parole. Après, on se rend compte que ce n est pas si difficile que cela au contraire, ça fait du bien de l avoir dit. Ça permet de comprendre, de se réapproprier son histoire. Les générations d avant s étaient construites un mur de silence. En 47, ils avaient dû échafauder une paix sociale sur des non-dits. Pour continuer à vivre ensemble, tout simplement. Je cite un extrait du texte : «Moi qui ne voulais plus jamais entendre parler de cette histoire, voilà que je n ai plus assez de dents dans la bouche pour lui faire barrage.» Un barrage au désir ou à la honte? Il y a d abord une lutte contre un sentiment d ignorance. Il m a fallu du temps pour récolter des informations qui m ont permis de comprendre ce qui s est passé. Aujourd hui encore, beaucoup, dans la région, ne connaissent pas les faits. Ensuite, la honte d avoir eu des gens de ma famille qui ont porté l uniforme allemand. Serrer les dents pour garder le silence. On ne parle pas de cette histoire dans la famille. Alors qu en fait, ce n est pas si grave d en parler. Ce qui est sûr, c est que tant qu on n en parle pas, ça se transmet dans les gènes. Mon père, 76 ans, m a dit : «Parle, toi. On te fait confiance». Je lui ai apporté une ébauche du texte : «de toutes façons, m a-t-il dit, tu ne pourras jamais comprendre». Et pourtant. Dans le village, le spectacle est annoncé, il y a des affiches, ça commence à se savoir. Un jour, je tombe sur mon père en train de discuter dans le salon avec un homme de son âge. De «ça». Ils ne se parlaient pas avant. Récemment, on a retrouvé des lettres datant de 1919 : des habitants de la région, dont mon grand-père, qui demandaient le rattachement de l enclave wallonne à la Belgique. Le théâtre commence à libérer la parole, au village, chez nous. Entretien réalisé le 19/12/2011 De toutes façons, tu ne pourras jamais comprendre. carte Ci-dessous la carte reprenant les territoires belges annexés à l Allemagne nazie en Parmi ceux-ci, on retrouvait les communes de langue française Malmedy et Waimes. Le carnaval des ombres Un jour, il se fait traiter de Boche. «Ah tu viens des cantons rédimés, de chez les». Il ne sait pas quoi dire. Il sort à peine de l adolescence. Il est belge, oui. Mais son grand-père et ses deux oncles ont été enrôlés de force dans la Wehrmacht. Le plus jeune allait avoir vingt ans. Comment meurt-on sous cet uniforme-là? Dans le village où il est né, on ne parle pas de tout ça. On rit en wallon, on chante en wallon, on rêve en wallon. Mais parfois, sur les chemins de fête, l alcool fracasse les digues, les corps tremblent d une tristesse inexplicable L acteur Serge Demoulin rend hommage à ses racines. Il dévoile un pan occulté de notre histoire : l annexion des Cantons de l Est par l Allemagne nazie en 1940 et le silence de l État belge. Que s est-il vraiment passé dans ces cantons au cours de la seconde guerre mondiale? Que signifie concrètement «l annexion»? Comment a-t-elle été vécue par la population? Et comment expliquer les milliers de portés disparus de la région? Ou que le corps de son oncle «Karl»(Charles de son nom de baptême), mort au front sous les couleurs de la Wehrmacht avec d autres «malgré nous», n a jamais été rapatrié? Ce sont toutes ces questions qui pose «Le carnaval des ombres». Samedi 8 février à 20 h Centre culturel de Dison Salle Comédis / Le Tremplin Entrée : 10 Réservations : PRéSENCE I n 354 I Février ACTU CULTURE ACTU CULTURE Ciné-débat Vers un autre modèle! Face à la crise systémique actuelle, il est primordial de revoir nos modèles de consommation et de production. En effet, nous sommes touchés par une crise financière, économique, sociale, environnementale et démocratique. économiques et destructeur pour notre environnement au Nord comme au Sud. Par conséquent, c est aux citoyens et aux militants de co-construire un modèle alternatif : une société plus égalitaire, plus prospère et plus solidaire Partenaire du projet, le Centre culturel de Dison accueillera Enfance Stage de carnaval : crée ta chanson Durant les congés de Carnaval, le Centre culturel propose un stage créatif pour les enfants de 6 à 9 ans. Un stage qui visera à créer un CD et proposé dans le cadre de l opération Vacances actives de la Province de Liège. Partir de rien, créer un son, un texte, une mélodie, un rythme De la création à l enregistrement d une chanson, comment cela se passe-t-il? Les enfants et les jeunes pourront voir l envers du décor, afin d en comprendre les rudiments et enregistrer leur propre CD. Festival Festival Paroles d Hommes Du 1 er au 28 février prochains, se tiendra la treizième édition du festival Paroles d Hommes. Herve, Soumagne, Verviers, Welkenraedt, Stavelot, Theux, Blegny et Liège accueilleront différents rendez-vous, au même titre que Dison. Le Centre culturel, partenaire de longue date, s est en effet à nouveau associé à cet événement devenu incontournable. I.debeir.light africaines, sa musique a semé partout sur son passage un vent de bonne humeur. À découvrir, re-découvrir, savourer et déguster! Lauréat du F
Similar documents
View more...
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x