7 685 Nouveaux réfugiés centrafricains arrivés au Tchad entre décembre 2013 et le 19 février 2014) (Source : HCR)

Please download to get full document.

View again

of 5
15 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
Tchad: Retournés de la RCA Rapport de situation n o 02 (21/02/2014) Ce rapport a été produit par OCHA en collaboration avec les partenaires humanitaires. Il couvre la période du 09 au 21 février 2014.
Document Share
Documents Related
Document Transcript
Tchad: Retournés de la RCA Rapport de situation n o 02 (21/02/2014) Ce rapport a été produit par OCHA en collaboration avec les partenaires humanitaires. Il couvre la période du 09 au 21 février Le prochain rapport sera publié vers le 28 février Faits saillants La persistance des violences, des pillages et des meurtres perpétrés par des groupes armés anti-balaka et ex-séléka en République Centrafricaine (RCA) continuent à chasser des milliers de personnes vers les pays voisins. Plus de migrants tchadiens, réfugiés et ressortissants de pays tiers, y compris plus de 980 mineurs non accompagnés ou séparés, ont été enregistrés par l'oim dans les centres de transit. Les arrivées continuent alors que les capacités d accueil sont limitées dans ces centres. Les attaques contre les convois en RCA sont signalés. Les contraintes budgétaires ont forcé l'oim à suspendre leurs vols d'évacuation de Bangui vers N'Djamena. Le PAM a distribué des rations alimentaires à personnes. L'UNICEF et ses partenaires fournissent des services WASH et santé pour personnes touchées. Le HCR assure l identification rapide et facilite le transport des nouveaux réfugiés des sites de transit vers les camps de réfugiés existants ou les communautés d'accueil. Le CERF réponse rapide vient de financer les activités d aide nécessaire pour la survie, ciblant personnes avec 4 millions de dollars. Les frontières et les noms indiqués et les désignations employées sur cette carte n'impliquent pas reconnaissance ou acceptation officielle par l'organisation des Nations Unies. Source: unochatchad.unocha.org ; htt://reliefweb.int/country/tcd Retournés, réfugiés et ressortissants de pays tiers depuis le 21 décembre 2013 (Source : OIM) 628 Personnes évacuées sur les deux derniers vols OIM en provenance de Bangui (Source : OIM) Nouveaux réfugiés centrafricains arrivés au Tchad entre décembre 2013 et le 19 février 2014) (Source : HCR) Personnes ciblées par les partenaires pour les six premiers mois de 2014 $33 millions Fonds requis dans le Plan de réponse d urgence de six mois (CAR) $4.2 millions CERF (Réponse Rapide) reçus le 21 février pour personnes ciblées Aperçu de la situation Les arrivées de migrants tchadiens, réfugiés centrafricains et ressortissants des pays tiers de la RCA continuent dans les sites de transit à N'Djamena et au sud du pays. En date du 18 février, l'oim a enregistré personnes à N'Djamena et dans cinq sites de transit dans le sud du pays. Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) a identifié 7685 réfugiés centrafricains parmi ces individus. Le HCR prend des mesures pour assurer une identification rapide et l'enregistrement des nouveaux réfugiés centrafricains. À partir du 14 janvier, le HCR a facilité leur transfert soit vers des camps de réfugiés existants ou dans des communautés d'accueil au sud du Tchad. À ce jour, plus de personnes ont été déplacées de Bekoninga, Bitoye (sud) et N'Djamena. Personnes enregistrées par l OIM à la date du 18 février N'Djamena Goré Sido Sarh Doba Mbitoye Moundou Source: IOM La majorité des personnes qui arrivent après la dernière vague de violence en RCA sont des femmes et des filles (54 pour cent), suivi par des hommes et des garçons (46 pour cent), un tiers des arrivants sont des enfants (31 pour cent). Les nouveaux arrivants sont majoritairement musulmans (96 pour cent), avec seulement 4 pour cent de chrétiens, selon l OIM. Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a enregistré 981 mineurs non accompagnés ou séparés parmi ces personnes dans les centres de transit. + Pour plus d informations, consultez la section Historique de la crise à la fin de ce rapport. Bureau de la coordination des affaires humanitaire (OCHA) Nations Unies. La coordination sauve des vies Tchad retournés de la RCA Rapport de situation n o 02 2 Quelques personnes sont arrivées au sud du Tchad à travers des convois organisés par le gouvernement et facilitées par l'oim entre le 21 décembre 2013 et le 18 février En plus de cela, personnes ont été transportées par avion de Bangui à N'Djamena a bord de 66 vols organisés par le gouvernement et 16 vols affrétés par l'oim. Le gouvernement a suspendu les évacuations aériennes de Bangui vers N'Djamena en raison de problèmes techniques que connait l'avion. L OIM a également suspendu ses vols faute de fonds jusqu'à ce qu'elle obtienne un financement supplémentaire. Les deux derniers vols de l OIM, les 8 et 9 février a évacué plus de 600 ressortissants tchadiens les plus vulnérables (les personnes âgées et les familles avec enfants de moins de 2 ans) qui se trouvaient sur le site de transit jouxtant l'aéroport militaire de Bangui. Beaucoup de chefs de famille ne sont pas en mesure de produire des pièces d'identité tchadiennes ou centrafricaines, les mettant ainsi à risque d'apatridie. Environ personnes (la plupart des migrants tchadiens de la RCA) sont en transit au Cameroun et attendent d'être évacués sur Moundou. Un convoi d'environ 150 véhicules, avec environ migrants tchadiens a bord a quitté Bangui vers la frontière tchadienne le 14 février. L'OIM a signalé que le convoi avait été attaqué deux fois par des hommes armés ; trois civils ont été tués et quatre autres grièvement blessés. Ce convoi est arrivé le 18 février à Sido RCA. Plus de personnes sont arrivées par convoi à Moundou, le 14 février. Le HCR continue à plaider auprès du Gouvernement du Tchad pour s'assurer que des documents d identité sont délivrés aux Tchadiens retournés qui ont perdu tout lien avec le pays. Cela permettrait d'éviter le risque d'apatridie à ces rapatriés de 2ème et 3ème génération. Selon les chiffres du gouvernement, plus de ressortissants tchadiens vivaient en RCA avant la crise actuelle. Financement Le Coordonnateur humanitaire a rencontré les donateurs internationaux, le 3 Février 2014, soulignant la nécessité d'engagements financiers pour permettre l'intervention humanitaire. L ONG ACT/Alliance, a lancé, au nom de la Fédération Luthérienne Mondiale, un appel d un montant de dollars, le 12 février pour les réfugiés centrafricains et soudanais ainsi que les communautés hôtes au Tchad. Le Coordonnateur Humanitaire a demandé des fonds au Fonds Central d'intervention d Urgence des Nations Unies (CERF), sous la fenetre Réponse Rapide (RR), le 7 février. Une enveloppe de 4,2 millions a été allouée 21 février par le Coordonnateur des secours d'urgence, pour six projets dans les secteurs de protection, WASH, sécurité alimentaire, nutrition, santé et d'assistance multisectorielle pour les réfugiés. Ces projets visent personnes. L'équipe humanitaire de pays (HCT) a élaboré un plan d'intervention d'urgence visant personnes sur une période de six mois pour un montant de 33 millions dollars. Tous les partenaires humanitaires y compris les bailleurs de fonds et les agences bénéficiaires sont encouragés à informer FTS de toute contribution en argent et en nature en envoyant un courriel à Réponse humanitaire Coordination et gestion des sites, transport humanitaire Les arrivées continuent aux points d entrée alors que les capacités d accueil sont réduites, surtout à Doyaba, Sido et N Djamena. Il est urgent d identifier et aménager d autres sites plus viables pour accueillir les personnes en provenance de la Centrafrique personnes sont encore dans les centres de transit à N Djamena et au sud Des milliers de personnes n'ont pas accès à un abri adéquat sur les sites de transit a Sarh, Sido, Doba, Gore et Bitoye. Tchad retournés de la RCA Rapport de situation n o 02 3 Le Gouvernement du Tchad n a pas encore pu identifier un partenaire humanitaire ONG nationale ou internationale - pour gérer le site de Gaoui à N'Djamena (voir sous section logistique de ce rapport). L activation du Cluster CCCM suggérée précédemment n a pas encore été faite ; ce qui permettrait une réponse plus intégrée aux besoins des bénéficiaires. Education Besoins: Environ 58 pour cent des enfants arrivés ont moins de 18 ans, selon le profilage de l'oim dont un grand nombre en âge de scolarité. Réponse: L'UNICEF et le Ministère de l'éducation mènent une évaluation dans tous les centres de transit pour un retour à l'école. Sécurité alimentaire Environ personnes ont besoin d'assistance alimentaire au cours des six premiers mois de l'année. Cela inclut les rapatriés de la RCA au Tchad, les réfugiés nouvellement arrivés, ainsi que les communautés d'accueil dans les régions touchées par l insécurité alimentaire. 15 tonnes Biscuits énergétiques pour les personnes arrivant sur les sites de transit. Le Programme alimentaire mondial (PAM) a poursuivi les distributions alimentaires dans tous les sites de transit à N Djamena et au sud du Tchad. Depuis janvier, le PAM a distribué des rations (céréales, légumes secs, huile végétale, farine enrichie) couvrant pour une semaine à personnes. Le PAM et ses partenaires ont déjà réalisé deux séries de distributions. Le PAM et ses partenaires ont également distribué 15 tonnes de biscuits énergétiques aux personnes immédiatement après leur arrivée sur les lieux de transit. Le PAM prépare une opération d'urgence (EMOP) pour six mois afin de soutenir personnes touchées par la crise de la RCA au Tchad. Il prévoit d aider personnes recevant directement de l'aide alimentaire en nature et personnes recevant des coupons. Santé Tous les enfants qui arrivent de la RCA doivent être vaccinés contre la rougeole, la polio et la méningite, comme cette zone frontalière avec la Centrafrique fait l objet de flambées récurrentes de ces épidémies. Le statut vaccinal des enfants arrivants n est pas documenté et donc inconnu. Des dizaines de personnes évacuées ont subi des blessures de guerre graves et ont besoin de soins médicaux complexes qui ne sont pas disponible dans le pays Personnes recevront les vaccins contre la méningite a Mbitoye À l'arrivée, l'oim fait le screening des arrivées a N'Djamena, Moundou et Sido (où l'afflux est le plus élevé) et transfère les cas critiques vers les établissements médicaux locaux. Un poste de santé temporaire est également fonctionnel dans le centre de transit de Gaoui. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) fournit des kits de vaccination et des consommables médicaux au profit des personnes arrivées dans les sites de transit. L'ONG International Rescue Committee (IRC) apporte une assistance médicale dans les sites de transit de Doba, Moundou Doyaba et dans le sud du pays, avec le soutien de l'unicef. L ONG Médecins Sans Frontières (MSF) - France a commencé une campagne de vaccination contre la rougeole pour 8180 enfants de moins de moins de 15 ans, la poliomyélite pour 3749 enfants de moins de 5 ans et la méningite pour personnes de moins de 29 ans a Mbitoye. MSF va commencer la vaccination contre la rougeole et la méningite à Sido autour du 5 mars avant de continuer sur Goré. Les autorités sanitaires locales ont demandé le report de la vaccination à Sido pour ne pas interférer avec une campagne nationale de vaccination contre la polio en cours. Tchad retournés de la RCA Rapport de situation n o 02 4 MSF-Hollande a commencé à fournir des soins de santé dans les centres de transit de N'Djamena (sauf Gaoui), y compris un traitement ambulatoire, des visites médicales postopératoires et des transfèrements. En trois jours, MSF-Hollande a traité 337 patients, référé sept patients dans les hôpitaux de N'Djamena, et a examiné environ 20 patients postopératoires. Aucun acteur humanitaire de la santé n est présent sur le site de Goré pour fournir une assistance médicale. Une offre générale insuffisante en médicaments essentiels et le manque de personnel qualifié sont signalés par les acteurs de la santé. Nutrition Les premières évaluations conduites dans certains sites de transit montrent un taux de malnutrition aigüe globale au-dessus du seuil d urgence de 15%. UNICEF a envoyé une mission sur le terrain, au sud, pour évaluer la situation nutritionnelle dans les centres de transit de Doba, Doyaba et Sido. $1,2 million (Unicef) requis Protection Plus de 981 enfants séparés et non accompagnés ont été enregistrés par le gouvernement avec l'appui de l OIM a Doba, Doyaba, Moundou et N Djamena. Des menaces de violences sexuelles ont été enregistrées au point d enregistrement de Sido. L'OIM a facilité le transport de (30% du total des arrivées) dans leurs zones d'origine. Les migrants rapatriés de la RCA des Tchadiens de 2ème et 3ème génération ayant perdu toute attache au Tchad - hésitent à retourner dans leurs zones d'origine. OIM facilite le retour pour ceux qui souhaite retourner vers leurs zones d'origine. L'UNICEF et ses partenaires ont mis en place des lieux adaptés aux enfants à Doba, Doyaba, Moundou et N'Djamena, assisté les 981 mineurs non accompagnés ou séparés en soins psychosociaux et appuyé le gouvernement dans le processus de réunification familiale. Le HCR a identifié et a fourni une assistance à 66 mineurs non accompagnés ou les enfants réfugiés séparés dans le centre de transit géré par la Direction de l Action Sociale (DAS) à N'Djamena. Le HCR poursuit ses efforts de plaidoyer avec le gouvernement pour s'assurer que les Tchadiens sans liens au Tchad reçoivent la documentation nécessaire à leur éviter le risque d'apatridie. $1,1m Requis pour la protection de l enfance, $50,000 disponible 981 enfants séparés et non accompagnés Risque d apatridie pour les retournés tchadiens de deuxième et troisième génération qui n ont pas de pièce d identité. Le statut juridique des rapatriés ayant la double nationalité (centrafricaine et tchadienne) reste à déterminer. Le délai de 10 jours accordé aux retournés par le gouvernement semble insuffisante pour permettre un retour harmonieux de ces personnes dans leurs zones d origine. Abri d urgence Les capacités d accueil des centres de transit dans le sud du pays et dans/près de N'Djamena sont dépassées pendant que plus d'arrivées sont attendues dans les jours à venir. Environ personnes sont ou seront dans le besoin d'un abri dans les six premiers mois de l'année. Des besoins aigus en articles non alimentaires tels que les moustiquaires, les nattes, les kits de cuisine et d'autres ont été identifiées dans plusieurs centres de transit. 150,000 People in need of shelter in the first six months of the year. Tchad retournés de la RCA Rapport de situation n o 02 5 Eau, hygiène et assainissement Inexistence ou existence limitée des services d eau potable et d assainissement dans les différents sites de transit et d accueil dans la Capitale et dans le Sud. UNICEF est en train de réaliser 30 forages et 300 latrines sur tous les sites de transit. UNICEF est également en train de réhabiliter les systèmes d adduction d eau à Sido et Moundou. Oxfam a ciblé personnes dans la zone de Moissala et Yamodo (zone de transit) pour la fourniture d eau. Une équipe d évaluation est également rendue à Doyaba. Le plan de réponse est en cours d élaboration. Les infrastructures d hygiène et assainissement sur les sites de Doyaba et de Sido sont engorgées. Une solution durable doit être trouvée à cette situation avant l arrivée des pluies d ici à un mois et demi. Logistique OIM facilite le transport, des centres de transit à N'Djamena et dans le sud, en faveur des rapatriés qui souhaitent continuer leur voyage vers leurs communautés d'origine. L'OIM a facilité le transport de dans leurs villages d'origine et sont retournés d eux-mêmes. Au total, 30 pour cent des rapatriés ont atteint leur destination finale. L attention doit être accordée à l'assistance au départ vers les destinations finales. Les rapatriés qui s'inscrivent pour la distribution alimentaire et les articles non-alimentaires reçoivent ces denrées. Coordination générale Le 10 février OCHA a reçu l appui d'un spécialiste du PNUD avec des équipements des TIC pour faciliter les efforts de coordination de Moundou et l'installation d'un centre de gestion de crise. A Doba, OCHA a tenu une réunion avec les acteurs humanitaires en présence du Gouverneur de la région du Logone Occidental. À N'Djamena, une réuni9on de coordination générale s est tenue le 12 février au bureau d OCHA. Le 13 Février l'équipe de pays des Nations Unies (UNCT) a tenu sa réunion au même endroit. Une mission inter-agence se rendra dans la zone de Haraze, région de Salamat, du 24 au 28 février 2014, pour faire une évaluation rapide de la situation des retournés dans la zone. Le Ministère de l Economie et du Plan est en train de préparer un plan de réponse au mouvement de population actuel, avec l appui du PNUD. Historique de la crise Le président de la Centrafrique, François Bozizé est renversé par les rebelles de la Séléka le 24 mars 2013, après dix ans à la tête de l'état, plongeant le pays dans une crise politico-sécuritaire et humanitaire. Le 13 avril, le chef de l ex-rébellion, Michel Djotodia est désigné président de la république par le Conseil national de la transition (CNT) pendant que la terreur s amplifie dans le pays (tueries, viols et pillage). Des milices d auto-défense se forment et s opposent aux éléments dits incontrôlés de l ex-séléka, s attaquant aux musulmans. Entre-temps, certains éléments de l ex-rébellion sont désarmés, à partir de juillet, par la Force multinationale de l Afrique Centrale (FOMAC) et le dispositif militaire français. La situation se détériore, le Conseil de Sécurité des Nations Unies adopte, le 5 décembre, la résolution 2127 autorisant les forces africaine (MISCA) et française a intervenir pour rétablir l ordre. Le 19 décembre, le Tchad faisant partie de la MISCA, renforce son effectif militaire en RCA. Ses ressortissants étant menacés de mort, le gouvernement tchadien établit, le 21 décembre, un pont aérien entre N Djamena et Bangui pour les évacuer. Selon le Gouvernement tchadien, plus de Tchadiens vivaient en Centrafrique avant les événements. Pour plus d informations, veuillez contacter : David Cibonga, Chef de Bureau OCHA a.i, Tél: Philippe Kropf, Chargé de l Information Publique, Tél. : Augustin Zusanné, Assistant Chargé de l Information Publique, Tél: Pour plus d informations, veuillez vous rendre sur OCHA Chad or Reliefweb on Chad. Afin de recevoir (ou ne plus recevoir) ce rapport de situation, veuillez envoyez un courriel à
Similar documents
View more...
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x