7/8/2016. Pépinière de Genolier primée pour ses truffiers. Hêtres et épicéas à l aune du climat. Chalarose: frênes auscultés dans le Jura

Please download to get full document.

View again

of 40
13 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
7/8/2016 Hêtres et épicéas à l aune du climat Pépinière de Genolier primée pour ses truffiers Chalarose: frênes auscultés dans le Jura Matériaux meubles dans la construction Public: Ing. forestiers et
Document Share
Documents Related
Document Transcript
7/8/2016 Hêtres et épicéas à l aune du climat Pépinière de Genolier primée pour ses truffiers Chalarose: frênes auscultés dans le Jura Matériaux meubles dans la construction Public: Ing. forestiers et apparentés, gardes forestiers Direction: Philippe Raetz, fobatec Intervenants: Yvan Mandia, géologue Laurent Dorthe, GCM Florian Zellweger DGE GEODE Jeudi 1 sept. 2016, gravière GCM, Savigny (VD) Coûts: Fr p. personne, repas et script inclus Inscription et informations sur le site Nombre de participants limité (20). Inscriptions jusqu au 15 août. 2 N o 7/8 SOMMAIRE juillet/août 2016 revue fondée en 1947 Prix du bois, prix de la vie Actualité Quelle protection offrent les hêtraies incendiées? Changements de dirigeants Fin du Prix Binding pour la forêt 5 Le kiwi, liane à surveiller 7 Néobiontes: qui doit payer? Gel tardif sur le hêtre 8 CCT: Projet national remis sur le métier 9 Candidats au brevet, annoncez-vous! 10 Ces apprentis ont pris du galon, ils sont forestiers-bûcherons 12 Science et pratique Une pépinière romande à l avant-garde 14 Publication: Les mycorhizes Le sentier du passe-partout: Quand les bois morts valaient de l or 17 Comment réagissent le hêtre et l épicéa? 18 Les frênes adultes vont-ils aussi mourir? 20 La zeuzère du poirier 23 Responsabilité: Chacun répond lui-même du risque, mais Photo de couverture Photo: Alain Douard/LA FORÊT Photo: WSL François Blondel est directeur de la Pépinière de Genolier, primée par proquercus pour son travail en faveur du chêne et des chênes truffiers en particulier. Marché du bois Italie du Nord: Bilan de la saison CMB: Prix bas mais stables Brèves Lombardie: Les surprises du bois précieux 30 Services Agenda Solution du mots croisés 31 Offre aux lecteurs Le cliquetis du charbon Echos des régions VS: On a touché du bois au Grand-Paradis Photo: Alain Douard/LA FORÊT 32 Quatre lustres et une exposition 33 VD: A modération des soins, coûts plus doux 300 hectares de réserve nouvelle Boiz en fête le 3 septembre GE: Promenade des lucanes à Thônex FR: Réglementation sur la chasse NE: La desserte expliquée aux enfants Concours au Locle 36 Page ASF Riche programme en perspective 37 Pages ForêtSuisse Futur président élu et avenir du hêtre Retirez les néophytes invasifs! Deuxième prix pour Stephan Isler et Mario Tabozzi Nos voisins d Italie du Nord nous livrent dans cette édition leurs relevés des prix des bois de la saison passée. Ces tableaux fournissent un aperçu des cotes du marché dans les régions concernées. S ils ne feront pas rêver les producteurs d ici, les montants indiqués (leur ajouter environ 10% pour obtenir des francs) ne sont pas tous et partout ridiculement faibles, comparés à ceux de la Suisse. Le compte rendu de la première vente aux enchères de bois précieux de Lombardie a, de surcroît, une portée anecdotique de par la diversité des essences proposées; la présence de billes de cèdre, mûrier ou séquoia sans oublier l orme, quasi disparu des mises en Suisse depuis belle lurette est amusante à observer. Au-delà, force est de constater que les prix de vente des bois classiques sont bas, partout, à hauteur de ceux des années 1980, et qu il y aurait là matière à alimenter plus que la grogne qu on perçoit chez les propriétaires et exploitants forestiers, une véritable révolte. Notre propos n est pas d appeler au soulèvement, juste d exprimer un constat: tous les producteurs de matières premières logent, peu ou prou, à la même enseigne. Pétrole, eau, gaz, bois, électricité, lait ou céréales, les fruits du secteur primaire sont mal rémunérés. Mais nous tous, producteurs compris, aurions tort de n y voir qu un aspect négatif. Ces prix bas et l abondance dont notre société bénéficie sont à bien des égards consubstantiels. A chacun d en être conscient et à la communauté de s engager à rémunérer par d autres biais les producteurs «victimes» de cette situation globalement plutôt favorable à l humanité. Alain Douard La prochaine édition de LA FORÊT paraîtra début septembre. Revue spécialisée dans le domaine de la forêt et du bois, paraît 11 fois par an Editeur: Président: Max Binder Directeur: Markus Brunner Responsable d édition: Urs Wehrli Rédaction: Rosenweg 14, 4501 Soleure T , F Réd. en chef: Fabio Gilardi (fg), Réd. adjoint: Alain Douard (ad), Administration: Rosenweg 14, 4501 Soleure, T , F , Annonces: Gassmann Media SA, Roger Hauser, chemin du Long-Champ 135, 2501 Bienne T , M Abonnements: Manuela Kaiser, Prix de vente: Abonnement annuel: Fr Prix spéciaux pour apprentis, étudiants, retraités et groupes. Prix à l unité: Fr. 10. Tirage: 1654 ex. (REMP ) Impression: Stämpfli SA, Wölflistrasse 1, 3001 Berne La reproduction des articles est autorisée uniquement avec l accord de la rédaction. Mention des sources obligatoire Label de qualité du groupe presse spécialisée de l Association de la presse suisse ISSN Vente Réparation Entretien & Cie C o r g é m o n t Tél Agence pour la Suisse Romande Espace emploi En ligne sur -kocher-cie.ch 4 actualité RecheRche FOResTièRe Quelle protection offrent les hêtraies incendiées? Nombre de hêtraies protègent nos localités et infrastructures contre les chutes de pierres. Peuvent-elles encore les retenir lorsqu un incendie a sévi? Des chercheurs se sont penchés sur la question. comment évolue l effet protecteur des hêtraies après des incendies de forêt? Les scientifiques ont choisi au Tessin et dans le Piémont (italie) plus de 30 peuplements de hêtre incendiés une fois au cours des 40 dernières années. ils ont analysé la façon dont la forêt s y est développée en fonction du temps écoulé depuis l incendie et de la gravité de celui-ci. dans ces peuplements, ils ont décrit et mesuré tous les arbres d un diamètre de 8 cm et d une taille de 2 m au moins. Le bois mort a également été recensé. A l aide de l application Rockfor.Net, qui simule l effet protecteur d une forêt contre les chutes de pierres, les chercheurs ont ensuite étudié le degré de protection qu offrent ces peuplements contre de tels événements. Les résultats prouvent que les hêtraies repoussent après des incendies épisodiques pour reformer un peuplement stable. Le moment et le degré de récupération de la forêt, ainsi que sa structure après l incendie, dépendent toutefois fortement de la gravité de ce dernier. Les incendies faibles ne semblent pratiquement pas modifier l effet protecteur des hêtraies et leur structure reste encore comparable à celle des forêts intactes. il n est pratiquement pas nécessaire de prendre de mesures ou d effectuer des interventions forestières pour la protection contre les chutes de pierres. Jusqu à 50% de protection en moins après un gros incendie en revanche, la structure forestière est fortement modifiée après des incendies dont l impact était modéré à très fort. Les incendies modérés font périr, entre autres, les hêtres petits et moyens, tandis que les incendies plus graves affectent également les gros arbres. Le bois mort restant sur place et les hêtres survivants peuvent cependant continuer à retenir une partie des pierres qui dévalent les pentes. Les faînes des hêtres adultes survivants garantissent en outre la régénération naturelle. Le bois mort finit cependant par se décomposer, tandis que les jeunes arbres ont besoin de temps jusqu à pouvoir assurer totalement la fonction de protection. Les chercheurs ont observé que les parcelles étudiées 10 à 30 ans après l incendie pouvaient perdre jusqu à la moitié de leur effet protecteur, selon la gravité de l incendie, la structure du peuplement, la taille des pierres, la longueur et la pente du versant. dans de telles situations, il est recommandé de dresser des filets contre les chutes de pierres ou, ponctuellement, d abattre perpendiculairement à la pente des arbres morts assez gros ou résistants. Leur effet protecteur doit cependant être contrôlé régulièrement (surtout en cas d accumulation de pierres tombées). Une approche prévue pour les praticiens Un des acquis importants de ce projet est une approche méthodologique développée pour la pratique. elle permet aux forestiers d évaluer dès les deux ou trois années qui suivent un incendie comment l effet protecteur pourrait évoluer suivant la gravité de l incendie, la taille présumée des pierres et les caractéristiques du versant considéré. Les responsables de la sécurité peuvent ainsi engager à temps les mesures de protection devenues nécessaires. Informations: index_fr Plusieurs instituts impliqués en Suisse, Allemagne et Italie ce projet a été financé par l Office fédéral de l environnement (OFeV) et réalisé par des collaborateurs du site de cadenazzo (Ti) de l institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WsL), l institut pour l étude de la neige et des avalanches (slf) de davos (gr), avec des collègues d italie (Université de Turin), d Allemagne (Université de stuttgart) et de la haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires (hafl) de Zollikofen (Be). PeRsOnnALiTés Changements de dirigeants Après 16 ans à la tête de l association entrepreneurs forestiers suisse (efs-fus), Pius Wiss transmet le témoin à christian gränicher. ce père de famille de 36 ans est entrepreneur forestier à Oberwil bei Büren (Be). Pius Wiss, entrepreneur forestier à dietwil (Ag), a mené la barque de l association de main de maître depuis la tempête Lothar jusqu à aujourd hui. Un changement intervient aussi à la direction d energie-bois suisse. Andreas Keel (photo Energiebois Suisse), ingénieur forestier epfz, succède à christoph Aeschbacher. Le nouveau directeur a déjà travaillé pour energie-bois suisse de 1992 à Informations: PRix Binding La fin d une ère Après 30 ans de Prix Binding pour la forêt et la remise du prix 2016 à Basadingenschlattingen (voir LA FORÊT 5/16), le conseil de la Fondation suisse sophie et Karl Binding a décidé d utiliser dorénavant les fonds consacrés à ce concours à d autres projets. La fondation maintient cependant son engagement dans le domaine de l environnement et le programme thématique Protection des paysages. La fondation a investi environ 10 millions de francs au cours des 30 années d existence du Prix Binding pour la forêt. «Les exemples positifs des lauréats du Prix ont eu un effet d encouragement. Le climat d incertitude et de paralysie qui caractérisait les années 1980 dans le contexte du dépérissement des forêts, et qui conduisit à la création du Prix Binding pour la forêt, a cédé la place à une gestion novatrice et diversifiée des forêts, prête à relever les défis actuels», explique la fondation dans un communiqué. Informations: 5 6 actualité PROTecTiOn des FORÊTs Le kiwi, liane à surveiller Des érables sycomores étranglés par une liane agressive ont été découverts cette année à Stans (NW). L identification de la liane révèle qu il s agit d une espèce de kiwi. Les érables sycomores en question se trouvent en pleine surface Lothar (fig. 1). L étranglement de ces arbres au stade du perchis a provoqué des déformations bien visibles du tronc. L identification de la liane a révélé qu il s agit d une espèce de kiwi (Actinidia deliciosa). La question se pose de savoir si cette plante originaire de chine a un caractère envahissant et si des mesures sont nécessaires pour enrayer sa propagation. Potentiel envahissant Fig. 1: Le kiwi a provoqué des étranglements bien visibles à droite de l image. Le kiwi, ou groseille de chine (Actinidia deliciosa), a été introduit en 1904 en nouvelle-zélande, où il est cultivé. il y est aujourd hui considéré comme envahissant. Par exemple, sur l île du nord, dans la région de Bay of Plenty, il s est propagé dans une plantation de Pinus radiata. Une lutte chimique a été menée, permettant de limiter son extension. Aux etats-unis, après une phase d alarme dans le Massachusetts, en 2002, la dangerosité du kiwi a été revue à la baisse et l espèce considérée comme «problème limité qu il faut garder à l œil», mais non comme espèce «très répandue/non indigène», voire «envahissante». On y a constaté que cette plante ne germe qu extrêmement rarement à partir de fruits tombés au sol. Disséminé par des oiseaux Un petit oiseau, indigène en Australie et en nouvelle-zélande, le zostérops à dos gris (Zosterops lateralis), joue dans le second pays un rôle central pour la propagation des graines. des essais ont révélé que le taux de germination des graines qui ont traversé le tube digestif de l oiseau ou qui ont été désagrégées en laboratoire est de 64%, alors qu elles ne germent quasi jamais à partir de fruits entiers ou ouverts. Identification assez simple L espèce se reconnaît aux caractéristiques suivantes: liane à croissance rapide; Photos: WsL pousses brun-rouge tomenteuses (fig. 2); moelle jaunâtre cloisonnée (fig. 3); feuilles presque rondes de 8 à 12 cm de long (fig. 4), qui se différencient de celles du célastre orbiculaire ou bourreau des arbres (Celastrus orbiculatus) dont les feuilles sont ovales et ne mesurent que 5 à 10 cm de long. Menace pour la forêt suisse? Le kiwi n est mentionné ni dans la liste néophytes suisse ni dans celle de l Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes (eppo). Le centre national de données et d informations sur la flore de suisse propose sur son site internet des informations, listes, fiches et liens utiles. Le kiwi est considéré comme une espèce relativement peu problématique et, en ce sens, comme une alternative à des plantes décoratives potentiellement envahissantes (Andreas Gigon, 2007). La présence de kiwis à stans pourrait relativiser cette estimation. Le fait qu une graine de kiwi ait pu germer en pleine forêt permet de déduire que des oiseaux indigènes propagent ces graines et qu il faut donc garder cette plante à l œil. Au Tessin aussi, on observe de plus en plus souvent des kiwis en forêt, sur des rives ou en zone urbaine où ils forment parfois des peuplements étendus. Le kiwi peut également se reproduire par voie végétative. Le bouturage est largement utilisé en horticulture. Le kiwi n est que partiellement résistant au gel et ne survit pas à des températures très basses. c est pourquoi il ne faut pas s attendre actuellement à une propagation illimitée. cette situation pourrait cependant changer si le réchauffement du climat se poursuit. Informations: Article original avec références complètes: wsinfo/index_fr centre national sur la flore de suisse: Article d Andreas Gigon, 2007, (en allemand): flora neophyten Photo: Baumkunde.de Fig. 2: Bourgeon après débourrement. Fig. 3: Moelle d une liane. Fig. 4: Feuille du kiwi. 7 actualité PROTecTiOn des FORÊTs Néobiontes: qui doit payer? La question a été soulevée lors d une table ronde organisée dans la région de Zurich. Les avis divergent assez profondément sur le sujet. La nouvelle loi sur les forêts met à contribution les cantons et les propriétaires forestiers pour la surveillance et l élimination des espèces exotiques envahissantes. début juin, au Parc naturel de la forêt de la sihl, près de Zurich, la communauté de travail pour la forêt (AfW-cTF) organisait une table ronde sur les néobiontes invasifs. contre les espèces exotiques invasives, la prévention doit primer: les intervenants étaient unanimes à ce propos, reconnaissant toutefois que, parfois, il ne reste plus d autre solution que de gérer la nouvelle venue. dans les détails, cependant, les opinions ont divergé rapidement et parfois fortement. Pour christoph Küffer, professeur à l institut du paysage et des espaces verts (ilf) de la Haute école technique de Rapperswil (sg), l introduction d une nouvelle espèce doit être empêchée dans toute la mesure du possible. sinon, tout réside dans sa détection précoce et la lutte contre son expansion. La Suisse n est pas une île Michael Reinhard, de l Office fédéral de l environnement (OFeV), a souligné que la suisse n est pas une île. La lutte contre les «organismes nuisibles particulièrement dangereux» fait l objet de normes internationales. egalement appelés «organismes de quarantaine», ils doivent obligatoirement être annoncés et combattus. La règle est moins stricte pour les autres néobiontes (organismes non indigènes introduits par l homme). Récemment adoptée par le conseil fédéral, la «stratégie de la suisse relative aux espèces exotiques envahissantes» doit permettre une classification dynamique des espèces, une amélioration du cadre légal et une action coordonnée. daniel Fischer, du groupe de travail néobiontes invasifs (AGin), a parlé des expériences dans le canton de Zurich. Pour lui, la lutte n a de sens que si les biens à protéger et les objectifs à atteindre sont déterminés et que les ressources sont présentes. il définit la notion de biens à protéger de manière large. ce peut être la santé des humains et des animaux, la biodiversité, la production agricole et sylvicole, les infrastructures, etc. Urs Tester, de Pro natura suisse, compare les espèces exogènes envahissantes aux incendies de forêt. La prévention et le savoirfaire pour les combattre sont primordiaux. Parfois, ajoute-t-il, il faut renoncer à éteindre l incendie. «A partir d un certain degré d extension, la bataille contre une espèce envahissante est perdue et il vaut mieux engager sur un autre front des moyens qui sont limités.» La difficulté est alors de décider pour quelles espèces c est le cas. La question du financement est revenue plusieurs fois sur le tapis. La loi révisée sur les forêts doit apporter non seulement une meilleure base juridique aux mesures à prendre contre les organismes de quarantaine et autres nuisibles, mais aussi autoriser des subventions fédérales pour les actions de lutte. Une indemnisation n est cependant pas obligatoire. Urban Brütsch, de l association forestière thurgovienne, s est élevé contre le fait que les propriétaires puissent devoir payer eux-mêmes des mesures de lutte contre les néobiontes. Autre point controversé: l économie forestière estelle seulement victime ou aussi coupable, puisque, par exemple, les engins forestiers contribuent à propager les néobiontes. Expériences dans les cantons de Vaud et du Tessin Jean-Louis Gay a parlé des expériences faites dans le canton de Vaud. L inspecteur forestier a fort à faire notamment contre le buddleia (arbre à papillons) le long des lignes de débardage par câble ou contre la berce géante dans les forêts claires. La commune d Ollon, avec ses 700 hectares de forêts, consacre à la lutte contre les néophytes entre et francs par an. cela engloutit 30% à 50% des recettes des ventes de bois d œuvre. Le canton le plus affecté est sans doute le Tessin. Giorgio Moretti, chef de l Office des forêts, a montré de façon impressionnante à quels adversaires il est confronté. Bonjour l ailante, le paulownia, le kudzu! citant l exemple du cynips du châtaignier et de son parasite Torymus sinensis, il a montré que la lutte biologique contre les ravageurs connaît aussi des succès. Brigitte Wolf, afw-ctf Traduction: Rémy Viredaz, Genève Informations et compte rendu: runde waldtische (en allemand) Voir aussi prise de position en page Forêtsuisse. Gel tardif sur le hêtre De tels dégâts de gel ne devraient pas avoir d effets trop néfastes à long terme sur les arbres atteints. Les températures élevées de fin mars et d avril ont provoqué un développement rapide de la végétation. Le débourrement du hêtre a été observé le 6 avril, date considérée comme précoce à très précoce dans la série des observations phénologiques de Météosuisse. dès mi-avril, des bourgeons de hêtre ont également débourré au-dessus de 900 m d altitude. Les températures se sont refroidies la dernière semaine du mois et sont notamment redescendues en dessous de 0 degré dans la nuit du 27 au 28 avril en maintes régions. Par conséquent, à certaines altitudes, le jeune feuillage des hêtres a subi des dégâts de gel tardif et s est coloré en brun. en mai, les peuplements touchés se signalaient sous forme de zones ou de bandes brunes le long des versants en montagne. des dégâts de gel tardif ont été annoncés dans le massif jurassien au-dessus de m, dan
Similar documents
View more...
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x