95 ème année n 4 15 octobre. Loué sois-tu! La lettre du pape sur notre maison commune. Spécial étudiant à l'intérieur صفحات بالعربية في وسط المجلة

Please download to get full document.

View again

of 20
5 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
95 ème année n 4 15 octobre Loué sois-tu! La lettre du pape sur notre maison commune Spécial étudiant à l'intérieur صفحات بالعربية في وسط المجلة AGENDA 13 octobre Rencontre interdiocésaine pour la Pastorale
Document Share
Documents Related
Document Transcript
95 ème année n 4 15 octobre Loué sois-tu! La lettre du pape sur notre maison commune Spécial étudiant à l'intérieur صفحات بالعربية في وسط المجلة AGENDA 13 octobre Rencontre interdiocésaine pour la Pastorale universitaire Agenda octobre Ecole de l Unité au Bon Pasteur 18 octobre Dimanche des Missions Semaine missionnaire mondiale octobre Journées Diocésaines des Etudiants octobre Pèlerinage des consacrés du diocèse à la basilique Saint-Augustin 1 er novembre Solennité de la Toussaint 2 novembre Commémoration de tous les fidèles défunts 5-6 novembre Rencontre du secteur est à Constantine novembre Rencontre du secteur ouest à Batna 22 novembre Solennité du Christ Roi de l univers 29 novembre Entrée en Avent 1 er décembre Fête du Bienheureux Charles de Foucauld 8 décembre Solennité de l Immaculée Conception décembre Récollection diocésaine à Constantine 18 décembre : ouverture de la porte sainte de la Miséricorde à Hippone 23 décembre Fête musulmane du Mouloud 25 décembre Solennité de la Nativité du Seigneur 27 décembre Fête de la Sainte Famille 1 er janvier Sainte Marie, mère de Dieu 1 er et 2 janvier : pèlerinage diocésain à Touggourt janvier Session des nouveaux arrivants à Alger janvier Session d islamologie à Ben Smen 2-4 février Session interdiocésaine de la pastorale pénitentiaire 10 février Mercredi des Cendres 7 mars Rencontre des accompagnateurs à Constantine 7 mars Messe chrismale 7-8 mars Conseil presbytéral mars Journées diocésaines des étudiants 18 mars Rencontre interreligieuse sur la Miséricorde Fête des Rameaux et début de la Semaine Sainte 27 mars Fête de la Résurrection du Seigneur avril Journées diocésaines 20 mai Conseil Pastoral diocésain Fin juillet Fin septembre Journées Mondiales de la Jeunesse à Cracovie en Pologne Pèlerinage interdiocésain à Rome pour l Année Jubilaire Page 3 EDITORIAL La lecture de l encyclique du pape François, Laudato Si, m a fait revenir à la mémoire ce commentaire de saint Bernard sur l expression employée dans le Cantique des Cantiques où le Bien-aimé parle de «notre terre» (Ct 2, 12). «Voici la seconde fois, écrit saint Bernard, que le Céleste époux parle de la terre. Il en parle si tendrement qu on croirait entendre une créature céleste. Il y a une grande douceur à entendre le Dieu du Ciel dire «Notre Terre». Ces mots n ont pas l accent de la souveraineté, mais du compagnonnage et de l amitié. Il revendique notre terre, non comme son fief, mais comme sa patrie et pourquoi non. Il tient d elle son Epouse et son propre Corps. Comme Seigneur, il règne sur elle, comme Créateur, il la gouverne, comme Epoux, il la partage» Et le Frère Christian de Chergé ajoutait : «Comme frère il la donne» C est cet accent de tendresse qui m a saisi lorsque le pape parle de «notre maison commune». Dans la contemplation du Mystère de l Univers, François, invitant à une conversion du regard, reçoit l appel à la conversion écologique. A la suite du Petit Pauvre d Assise, le Saint-Père expérimente le désir d adorer le Seigneur pour toutes ses créatures (87). Et tout en rappelant la distance entre le Créateur et sa création, il invite à la suite des évêques du Brésil à éprouver la nature comme le lieu de sa Présence (88). Dans cette contemplation, le pape puise l indispensable Espérance pour un travail urgent et rigoureux pour la sauvegarde la planète terre. Il peut faire aussi le lien entre «la préoccupation pour l environnement, un amour sincère envers les êtres humains et un engagement constant pour les problèmes de société» (91). Il ajoute : «Quand la capacité de contempler et de respecter est détériorée chez l être humain, les conditions sont créées pour que le sens du travail soit défiguré» (127). L encyclique est sans complaisance sur les dangers que court notre planète. Cependant elle n est pas une dénonciation, mais une proposition, une invitation à changer de style de vie et sont donnés des exemples simples de comportements capables de faire changer y compris les entreprises dans leurs relations avec l environnement (206). Ainsi son appel rejoint chacun dans sa vie quotidienne. Il prône une éducation à la responsabilité environnementale capable d encourager à : «éviter l usage de matière Notre Maison commune plastique et de papier, réduire la consommation d eau, trier les déchets, cuisiner seulement ce que l on pourra raisonnablement manger, traiter avec attention les autres êtres vivants, utiliser les transports publics ou partager le même véhicule, planter des arbres, éteindre des lumières,» (211) L encyclique nous montre combien nous sommes tous concernés par cette «conversion écologique». D un regard renouvelé sur la création, nous pouvons puiser la force d une vie sobre et économe. Et puisque l écologie de la personne humaine fait partie de l écologie, nous sommes aussi interrogés sur notre attention à notre frère, au plus pauvre, sur notre manière de vivre la différence sexuelle de façon respectueuse et chaste. Le Saint-Père sait bien que rien ne se fera sans une profonde conversion intérieure (217). Il nous propose encore à la fin de l encyclique le modèle de François d Assise. Ainsi la sobriété proposée est un chemin de joie et de paix, car elle est libératrice. «On peut vivre intensément avec peu, surtout quand on est capable d apprécier d autres plaisirs et qu on trouve satisfaction dans les rencontres fraternelles, dans le service, dans le déploiement de ses charismes, dans la musique, dans l art, dans le contact avec la nature, dans la prière» (223). Le pape est bien conscient que pour développer «une saine humilité et une sobriété heureuse», nous avons besoin de Dieu et d une spiritualité de la Présence. EDITORIAL Page 4 Le Créateur vit parmi nous. Nous avons besoin de silence et de recueillement pour l entendre et le voir. «Sa présence ne doit pas être fabriquée, mais découverte, dévoilée» (225). «L univers se déploie en Dieu qui le remplit tout entier. Il y a une mystique dans une feuille, dans la rosée, dans le visage du pauvre» (233). Recevons la grâce d éprouver le monde comme le «chez soi» de notre Dieu. La terre et le ciel chantent la gloire de Dieu. J imagine que notre pape connaît bien ces lignes de Teilhard de Chardin : «Partout, autour de nous, à gauche, à droite, en arrière et en devant, au-dessous et au dessus, il a suffi de dépasser un peu la zone des apparences sensibles pour voir sourdre et transparaître le Divin. Ce n est pas simplement en face de nous, auprès de nous, que s est révélée la divine Présence. Elle a jailli si universellement, nous nous en trouvons tellement entourés et transpercés, qu il ne nous reste même plus la place de tomber à genoux, fût-ce au fond de nousmêmes A la faveur de toutes les créatures sans exception, le Divin nous assiège, nous pénètre, nous pétrit. Nous le pensions lointain, inaccessible : nous vivons plongés dans ses nappes ardentes. In eo vivimus Venite adoremus (Teilhard, Le Milieu Divin, Seuil, p ) Le Transcendant est l infiniment aimant au-dedans de toute chose. C est comme si du dedans de toute créature d abord opaque et épaisse, puis s éclairant du dedans, il venait me dire : «C est Moi ton Dieu» comme une apparition. Ainsi sur un morceau de pain consacré, par l action de l Esprit, le prêtre ose dire : «Ceci est mon corps.» Prenons soin de notre maison commune, la nôtre et le sienne. + Père Paul Le denier de l Eglise. Comme l an passé, en ce début d année pastorale, il faut parler d argent. Le denier de l Eglise est nécessaire à la vie de la famille-eglise. Nous continuons d avoir besoin de sommes importantes pour financer les travaux encore à effectuer dans certaines paroisses. Vous vous rappelez que la somme la plus importante des nos dépenses concerne la prise en charge des prêtres et celle de ceux qui participent à la vie pastorale du diocèse, ainsi que du personnel à notre service. Nous n avons pas de réserve d une année sur l autre. Certes nous recevons des aides bien indispensables, mais elles ne couvrent qu une partie de nos dépenses. Je vous rappelle ce point de repère : on parle selon le langage biblique, de la dîme (offrande du dixième des récoltes). Cela peut être l équivalent de trois à cinq semaines de votre revenu annuel. Merci à chacune et chacun de réfléchir en conscience à sa participation à la vie de l Eglise. Je n oublie pas les pauvres qui sont à nos portes. Durant l année nous serons sollicités pour apporter notre aide, en plus de la générosité au quotidien des uns et des autres. Déjà un grand merci pour votre générosité. Nous nous accompagnons aussi les uns les autres dans la prière. Constantine le 15 septembre 2015, + Père Paul Libye Le 4 septembre 2015 a été ordonné évêque coadjuteur de Tripoli de Libye le père George Bugeja, frère franciscain de Malte. L évêque titulaire du vicariat apostolique de Tripoli depuis 1985 est Mgr Giovanni Martinelli, né en Libye, franciscain également. L évêque coadjuteur devient automatiquement évêque titulaire lorsque l évêque titulaire se retire, par démission ou parce qu il a atteint l âge de 75 ans. Page 5 EGLISE UNIVERSELLE «Laudato Si Loué sois-tu!» La sauvegarde de la maison commune Présentation de l Encyclique du pape François - juin 2015 Un dossier préparé par Gérard de Bélair Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas.. Attribuée à tort à A. Malraux, la citation authentique, selon A. Frossard, serait : Le XXIe siècle sera mystique ou ne sera pas. La proposition du Pape François développant son concept d écologie intégrale nous entraîne beaucoup plus loin : la mystique étant la source d une démarche clairement holistique. Rendre compte de 187 pages d une telle densité n est pas une sinécure. Le Pape François se propose «d entrer en dialogue avec tous au sujet de notre maison commune». ( ) Ce dialogue, souhaité par François, s est ouvert avec un écrivain connu. «Selon Edgar Morin, sociologue non croyant, l encyclique Laudato si est un texte «providentiel : un texte inattendu, et qui montre la voie». Providentielle, non pas dans le sens de la divine providence! Mais nous vivons dans une époque de désert de la pensée, une pensée morcelée où les partis qui se prétendent écologistes n ont aucune vraie vision de l ampleur et de la complexité du problème, où ils perdent de vue l intérêt de ce que le pape François dans une merveilleuse formule reprise de Gorbatchev appelle «la maison commune». ( ). Dans ce «désert» actuel, donc, voilà que surgit ce texte que je trouve tellement bien pensé, et qui répond à cette complexité! François définit «l écologie intégrale», qui n est surtout pas cette écologie profonde qui prétend convertir au culte de la Terre, et tout lui subordonner. Il montre que l écologie touche en profondeur nos vies, notre civilisation, nos modes d agir, nos pensées. Plus profondément, il critique un paradigme «techno-économique», cette façon de penser qui ordonne tous nos discours, et qui les rend obligatoirement fidèles aux postulats techniques et économiques pour tout résoudre. Avec ce texte, il y a à la fois une demande de prise de conscience, une incitation à repenser notre société, et à agir. C est bien le sens de providentiel : un texte inattendu, et qui montre la voie». ENTRETIEN : Propos recueillis par Antoine Peillon et Isabelle de Gaulmyn (Source : La Croix ) Quelques remarques..1 Pour la première fois, un Pape n utilise pas le latin pour intituler son encyclique, mais une expression ombrienne, en l occurrence, les mots mêmes de St François d Assise entonnant son chant des créatures : «Laudato Si» (Loué sois-tu)..2 Comme il est de tradition, François convoque ses prédécesseurs, mais aussi les évêques du monde entier, dont la voix résonne ainsi au niveau mondial et les décisions des assemblées internationales sur l Environnement..3 ( ) le Pape a rédigé ce document dans un style accessible et ( ) la confirme au 135 : «appeler les choses par leur nom». Au 52, il rappelait : «Pas de place pour la globalisation de l indifférence». Il affirmera : «le marché est divinisé» 56. Il a déjà confirmé cette conviction par ailleurs à Lampedusa, en Indonésie, à Istanbul ou à Naples.4 Il est vrai que son diagnostic est connu, car développé largement dans la bibliographie, les articles, les medias ou autres. Mais, comme souverain d un Etat minuscule, il peut parler haut et fort, parce qu indépendant des autres Etats et des intérêts politiques ou économiques des multinationales et des banques. Les réactions, au plus haut niveau mondial, en témoignent. 5 Les termes «écologie», diversement qualifiée, «écosystèmes», jalonnent le texte de François. Son origine signifie «maison», impliquant un lien existentiel entre tous ses résidents (composé du gr. ο ι κ ο ς «maison» et de λ ο γ ο ς «discours»), terme forgé en 1866 par le zoologiste et biologiste allemand E. H. Haeckel [ ]. L'étude de ce processus complexe qui met en jeu les systèmes technologiques et l'organisation sociale, est l'objet de l'écologie. EGLISE UNIVERSELLE Page 6 Le Pape lui donne une dimension beaucoup plus large, embrassant la planète dans toutes ses dimensions («tout est lié», cf. supra), y compris spirituelle..un autre terme, oikoumené (οἰκουμένη), veut dire «terre habitée».ce terme, plus prégnant, implique la totalité de la planète, puisque la science nous fait découvrir qu elle est totalement habitée par le Vivant dans toute sa biodiversité. Les clés pour comprendre l encyclique (Source : A. Artèche, in Arcre : Action pour la Rencontre des Cultures et Religions en Europe) Les destinataires. Le pape François s adresse à «chaque personne qui habite cette planète». Tradition ouverte par Jean XXIII dans son encyclique Pacem in terris (1963) qui était adressée «aux fidèles de l univers» tout entier tout en ajoutant : «ainsi qu à tous les hommes de bonne volonté». Son encyclique débute avec cette double adresse, elle s achève avec deux prières, l une ouverte à tout croyant (Prière pour notre terre), l autre aux chrétiens (Prière chrétienne avec la création). La démarche qui repose sur un discernement, pour lequel François propose des instruments. Le diagnostic «ce qui se passe dans notre maison» est sombre : pollution et changement climatique, menace sur les ressources d eau potable, perte de la biodiversité, détérioration de la qualité de la vie humaine et dégradation sociale «Nous n avons jamais autant maltraité ni fait de mal à notre maison commune qu en ces deux derniers siècles», écrit le pape François qui fustige un modèle de développement qui conduit à la dégradation de l environnement. Ce qui se répercute immanquablement sur la vie des personnes, à commencer par les plus pauvres. Ce terme revient 51 fois dans le texte. Il peut être considéré comme le critère primordial de tout discernement. Une réponse qui doit être globale. Il est frappant de noter le nombre de fois où le mot système parfois qualifié de complexe revient sous la plume du pape François : système mondial, système industriel, système climatique Ceci a une conséquence logique : du fait de sa nature systémique, la crise écologique n attend pas des éléments de réponse partielle. Il faut une approche intégrale de cette crise à la fois environnementale, économique, sociale, culturelle, qui embrasse aussi la question de la justice. Les obstacles. Sa critique est particulièrement sévère à l égard de la communauté internationale, faible dans sa réaction politique : «La soumission de la politique à la technologie et aux finances se révèle dans l échec des Sommets mondiaux sur l environnement. Il dénonce avec la même force la volonté des pays riches d imposer aux pays pauvres un contrôle des naissances au motif que la croissance démographique serait incompatible avec le développement L espérance. En dépit de tous ces obstacles, le pape n est pas résigné. «Le défi urgent de sauvegarder notre maison commune inclut la préoccupation d unir toute la famille humaine dans la recherche d un développement durable et intégral, car nous savons que les choses peuvent changer» Les propositions. Dialogue tous azimuts, pourrions-nous écrire (de nouveau un terme souvent repris).le dialogue est la voie obligée en vue de réponses intégrales que personne ne possède : dialogue entre science et religion «qui proposent des approches différentes de la réalité» (ndlr: avec les risques que cela comporte, contradictions comprises, cf. supra) Spiritualité écologique. Expressions du document : «miser sur un autre style de vie» dans un monde où «le marché tend à créer un mécanisme consumériste compulsif pour placer ses produits» (n 203) ; une «citoyenneté écologique» ; «don de soi dans un engagement écologique» (n 211) «Une écologie intégrale implique de consacrer un peu de temps à retrouver l harmonie sereine avec la création, à réfléchir sur notre style de vie et sur nos idéaux, à contempler le Créateur, qui vit parmi nous et dans ce qui nous entoure, dont la présence ne doit pas être fabriquée, mais découverte, dévoilée (Evangelii gaudium, n 71)» (n 225). Tout est lié, tout nous est donné, tout est fragile Elena Lasida, économiste. «Laudato si» décryptée : trois clés, trois axes, trois cris. Premier centre, première expression qui revient constamment : tout est lié ( 16, 91, 138, 142) Cela est dit et redit en permanence dans cette encyclique. Page 7 EGLISE UNIVERSELLE L idée d écologie et de rapport à la terre ne peut être conçue indépendamment par rapport aux humains, à Dieu, aux institutions, à la culture, à la politique, à l économie «Depuis la moitié du siècle dernier, après avoir surmonté beaucoup de difficultés, on a eu de plus en plus tendance à concevoir la planète comme une patrie, et l humanité comme un peuple qui habite une maison commune». 92. «Tout est lié et, comme être humains, nous sommes tous unis comme des frères et des sœurs dans un merveilleux pèlerinage, entrelacés par l amour que Dieu porte à chacune de ses créatures et qui nous unit aussi, avec une tendre affection, à frère soleil, à sœur lune, à sœur rivière et à mère terre». 9. Et il cite le Patriarche œcuménique Bartholomée : «Que les hommes dégradent l intégrité de la terre en provoquant le changement climatique, en dépouillant la terre de ses forêts naturelles ou en détruisant ses zones humides ; que les hommes portent préjudice à leurs semblables par des maladies en contaminant les eaux, le sol, l air et l environnement par des substances polluantes, tout cela, ce sont des péchés» «C est notre humble conviction que le divin et l humain se rencontrent même dans les plus petits détails du vêtement sans coutures de la création de Dieu, jusque dans l infime grain de poussière de notre planète». (Discours au 1 Sommet de Halki: «Global Responsibility and Ecological Sustainability: Closing Remarks», Istanbul (20 juin 2012). 25. «Les pires conséquences retomberont probablement au cours des prochaines décennies sur les pays en développement» «L augmentation du nombre de migrants fuyant la misère, accrue par la dégradation environnementale, est tragique». 49. «Mais aujourd hui, nous ne pouvons pas nous empêcher de reconnaître qu une vraie approche écologique se transforme toujours en une approche sociale, qui doit intégrer la justice dans les discussions sur l environnement, pour écouter tant la clameur de la terre que la clameur des pauvres». (soulignés par le Pape) 117. «Quand on ne reconnaît pas, dans la réalité même, la valeur d un pauvre, d un embryon humain, d une personne vivant une situation de handicap pour prendre seulement quelques exemples on écoutera difficilement les cris de la nature elle-même. Tout est lié». Deuxième pivot : le don, le rappel que tout nous est donné. Cette terre dégradée, il faut avant tout se rappeler que c est un don. Un rappel lié à la destination universelle des biens, un des principesclés de la doctrine sociale de l église. François note chez St François : 11, «un renoncement à transformer la réalité en pur objet d'usage et de domination» et rappelle la réflexion des évêques allemands : 69 : «priorité de l être sur le fait d être utile». 7
Similar documents
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks