Available online at Int. J. Biol. Chem. Sci. 7(5): , October PDF

Please download to get full document.

View again

of 15
46 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
Available online at Int. J. Biol. Chem. Sci. 7(5): , October 2013 ISSN X (Online), ISSN (Print) Original Paper
Document Share
Documents Related
Document Transcript
Available online at Int. J. Biol. Chem. Sci. 7(5): , October 2013 ISSN X (Online), ISSN (Print) Original Paper Effets des aliments contenant les folioles de Moringa oleifera Lam et des aliments commerciaux sur les performances de croissance des lapins (Oryctolagus cuniculus) et la qualité de la viande M. DAHOUDA 1*, S. ADJOLOHOUN 1, M. SENOU 1, S.S. TOLEBA 1, M. ABOU 1, D.S. VIDJANNAGNI 1, M. KPODEKON 2 et A.K.I. YOUSSAO 2 1 Faculté des Sciences Agronomiques, Université d Abomey-calavi, Département des Productions Animales, 01 BP 526 Cotonou, Benin. 2 Ecole Polytechnique d Abomey-Calavi, Université d Abomey-calavi, Département de Production et Santé Animales, BP 2009, Cotonou, Bénin. * Auteur correspondant ; RESUME La présente étude s est intéressée à la comparaison des performances (zootechniques et économiques) et à la qualité de la viande des lapins nourris aux aliments à base de folioles de Moringa (Moringa oleifera Lam.) ou aux aliments commerciaux. Au total 144 lapereaux de race locale âgés de 35 à 40 jours dont 79 mâles et 65 femelles, ont été répartis en 6 lots de 24 animaux, à raison de 3 cages de 8 lapereaux par cage. Chaque lot a été nourri à volonté avec l une des rations suivantes : deux commerciales (ProvA et ProvB) et trois à bases de folioles de Moringa à 10% (Mor10), 20% (Mor20) et 30% (Mor30) et une ration témoin (Tem). A la fin de l engraissement, 3 à 5 lapins par lot ont servi à l évaluation des caractéristiques des carcasses et la qualité de la viande. Après 56 jours d engraissement, les gains de poids moyens quotidiens (GMQ) des lapins des lots ProvB (19,5 g/j), Tem (20,9 g/j), Mor10 (17,4 g/j) et Mor30 (17,1 g/j) n étaient pas différents (P 0,05). Toutefois, ces GMQ sont supérieurs (P 0,05) à ceux des animaux nourris au Mor20 (13,6 g) ou au ProvA (12,4 g). Il ressort des calculs économiques que les coûts alimentaires (Ca) par kg de gain de poids (GP) enregistrés au niveau du lot Tem (515 FCFA/kg GP) et des lots ayant consommé les aliments à base de Moringa (entre 455 et 555 FCFA/kg GP) étaient inférieurs à ceux des lots nourris aux aliments commerciaux (lots ProvA 691 FCFA/kg GP et ProvB 954 FCFA/kg GP). Une influence significative de l alimentation sur la qualité de la viande ainsi que sur le rendement carcasse a été observée. L effet du sexe a été significatif (P 0,05) pour les pourcentages de la carcasse et la perte d eau à la conservation. Ces paramètres ont été plus faibles chez les lapines. Toutefois, l effet des aliments n a pas été observé pour les proportions des poumons et les pertes d eau. Les rendements des carcasses chaudes et froides des lots Tem, ProvB, Mor10 et Mor30 sont identiques et sont significativement plus élevés (P 0,05) que ceux du lot ProvA. Dans tous les lots, le ph ultime de la cuisse est supérieur à celui mesuré au niveau du râble. Ces résultats suggèrent l utilisation des rations à base de ressources locales (folioles de Moringa) comme solution alternative moins coûteuse aux rations commerciales International Formulae Group. All rights reserved. Mots clés : Lapins, Moringa oleifera, engraissement, qualité de la viande, calculs économiques. INTRODUCTION L élevage de lapin (Oryctolagus cuniculus) est actuellement une activité en pleine expansion au Bénin. L un des facteurs les plus importants aussi bien pour la réussite que pour l économie de cet élevage demeure l alimentation (Agroscope, 2008). Selon Soltner (1994), les charges liées à 2013 International Formulae Group. All rights reserved. DOI : l alimentation représentent 70% des charges totales de production. Dès lors, la réduction des coûts alimentaires devient une préoccupation importante pour les petits éleveurs des pays chauds. Dans les élevages cunicoles du Bénin par exemple, la quasi totalité des matières premières utilisées sont des ressources alimentaires classiques telles que le maïs, le soja, la farine de poisson, etc. De plus, l accès à ces ressources est limité pour bon nombre d éleveurs, du fait de leurs coûts sans cesse croissants (Aboh, 2002 ; Braine, 2008). L utilisation des aliments locaux non conventionnels dans l alimentation des monogastriques herbivores apparaît raisonnablement comme une alternative aux aliments commerciaux classiques (Aboh, 2002). Cette étude vise donc essentiellement la valorisation des ressources locales dans l alimentation du lapin afin de réduire le coût de sa production. Parmi celles-ci, le Moringa occupe une place de choix, du point de vue de son impact potentiel sur l augmentation de la productivité (Foildl et al., 2001). D autre part, l existence de facteurs toxiques dans le Moringa n est pas signalé (Fuglie, 2001). Pour ces raisons, le présent travail sera focalisé sur l effet comparé du Moringa à différentes doses avec deux rations commerciales sur les performances de croissance, les caractéristiques des carcasses ainsi que la qualité de la viande du lapin. L efficience des rations étudiées en termes de coût (FCFA) par kg de GMQ est également étudiée. MATERIEL ET METHODES Animaux, dispositif expérimental et alimentation Cette étude a été réalisée sur 144 lapereaux (Oryctolagus cuniculis) de race locale, appartenant aux deux sexes et âgés de 35 à 40 jours d âge au sevrage. Ils ont été logés dans des cages grillagées (80 cm 45 cm 35 cm) avec une mangeoire et un abreuvoir. Au début de l expérimentation, les animaux étaient pesés et répartis de manière 1839 aléatoire en 6 traitements (lots) homogènes de 24 lapereaux. Chaque lot comprend 8 cages contenant chacune 3 lapereaux. Chaque cage était considérée comme une répétition. La répartition des animaux a été effectuée de sorte que les poids moyens de chaque cage soient les plus proches possibles. Les animaux de chaque cage ont été marqués à l aide de trois différentes couleurs appliquées sur les poils des pattes afin de faciliter leur suivi individuel. Une randomisation des cages des différents lots a été effectuée à l intérieur de la lapinière. Afin de permettre aux animaux de s habituer à leur nouvel environnement d élevage, une phase d adaptation et de transition alimentaire (14 jours) a été respectée avant le démarrage de la phase expérimentale. Deux lots d animaux étaient nourris aux aliments commerciaux (ProvA et ProvB), trois lots ont reçu les aliments composés à base de folioles séchées de Moringa oleifera incorporées à des taux de 10% (Mor10), 20% (Mor20) et 30% (Mor30) et un lot a consommé l aliment témoin (Tem). Les formules alimentaires ont été établies en se référant aux besoins recommandés par Kpodékon et al. (2000) et Drogul et al. (2009). Les animaux ont été nourris ad libitum au cours de l expérimentation. Les formules alimentaires correspondant à chaque groupe d animaux ainsi que leurs compositions chimiques sont indiquées dans le Tableau 1. Toutefois, celles des aliments commerciaux (ProvA et ProvB) ne sont pas connues. Soins vétérinaires et hygiène du bâtiment Pour réduire l incidence négative des pathologies sur les performances des animaux, les animaux ont été déparasités à base de l Alfamizol (levamisol, Alfasan Holand, 1g/1,5L d eau par jour) et d Anticox (Sulfamidine, Laprovet France, 4 g/20 L d eau pendant 3 jours) et un anti stress (AMIN TOTAL, Laprovet France, 5 g/20 L d eau pendant 3 jours) leur a été administré. Un mois après, ces traitements ont été renouvelés et complétés par l ALFAMEC (Ivermectin, INOUKO, France, 0,5 ml/animal en une seule injection). Les animaux ont été inspectés chaque jour afin de détecter d éventuelles pathologies. Le bâtiment d élevage a été nettoyé quotidiennement. Calculs des paramètres et données économiques Les refus et les rejets ont été pesés journellement. Les poids des animaux ont été relevés chaque semaine les matins avant le service des aliments. Ces données ont permis de calculer les consommations alimentaires journalières par cage en faisant la différence entre la quantité d aliment servie moins l ensemble refus et rejet. Le coût alimentaire du Kg de croît (Ca) est calculé en faisant le produit entre l IC et le prix du Kg d aliment. Les autres paramètres pris en compte pour le calcul de la rentabilité financière sont le prix actuel de vente de lapin et les frais sanitaires. Abattage des animaux et découpe des carcasses Au terme de l engraissement, cinq à huit lapins ont été choisis de manière aléatoire par lot et abattus selon la technique d abattage traditionnel décrite par Djago et al. (2000) afin de déterminer les caractéristiques des carcasses et d évaluer l effet des aliments sur la qualité de la viande. Le poids de la carcasse chaude a été mesuré juste après l éviscération et le poids de la carcasse froide a été déterminé 24 h après conservation au réfrigérateur à 4 C. La tête a été prise en compte pour la détermination du rendement de la carcasse parce qu elle est très appréciée par certains consommateurs. La découpe des différents morceaux (partie avant, partie arrière, râble, tête) a été faite conformément à la méthode recommandée par Blasco et Ouhayoun (1993). Afin d obtenir le reste, les bras ont été séparés des pattes antérieures. Les côtes représentent la partie comprise entre le ème et la dernière vertèbre thoracique. Les poids du foie, du cœur, du gras abdominal et des reins ont été mesurés et leur pourcentage a été déterminé. Les rendements des carcasses froides et chaudes ont été exprimés en pourcentage du poids vif des animaux. Quant aux proportions des parties antérieures et postérieures, du râble, du foie, du cœur, des poumons, du gras abdominal, des reins, des bras, des cuisses, des côtes et du reste ; ils ont été évalués en pourcentage de la carcasse froide. Mesures des caractéristiques technologiques de la viande de lapin Les ph post mortem des muscles de la cuisse et du râble ont été mesurés à 1 h (ph1) et à 24 h (phu) à l aide d une électrode à viande munie d une sonde permettant de mesurer la température (ph-mètre INOLAB 730 : ph-electrode Sentix). La détermination des pertes d eau a été réalisée selon la méthode de Djikinhedo et Toviéhou (2006). Des morceaux de viande des cuisses et des râbles ont été mis à un crochet et suspendus dans un sac plastique sans qu il ne touche le fond du sac plastique et garder 48 heures au réfrigérateur (4-5 C). L échantillon est sorti de la poche sans toucher le fond qui contient l eau d égouttage et pesé après l avoir légèrement essuyé. Ainsi, la perte de jus facteur de la jutosité de la viande a été déterminée. Ensuite, chaque morceau est mis dans un sac plastique scellé pour éviter par la suite un contact direct avec l eau de cuisson. Placé dans un bain-marie à 70 ± 0,5 C pendant 60 minutes, il est refroidi sous l eau courante pendant 45 minutes. Chaque tranche est sortie du sac et pesé après l avoir légèrement essuyée. La différence de poids avant et après cuisson donne la perte d eau à la cuisson et est exprimée en pourcent du poids avant la cuisson. La capacité de rétention d eau est la somme des pertes dues à l écoulement et à la cuisson. Tableau 1: Les compositions centésimales (%) des aliments étudiés ainsi que leurs compositions chimiques. Ingrédients alimentaires Tem ProvA ProvB Mor10 Mor20 Mor30 Manioc Maïs ,5 10 Tourteau de coton Tourteau de palmiste Tourteau de soja Son de blé Son de maïs 25, ,5 Son de riz ,5 0 0 Drèche de brasserie Coquille d huître Folioles de Moringa Lysine 0, ,5 0,5 0,5 Prémix 0, ,5 0,5 0,5 Sel 0, ,5 0,5 0,5 Total Compositions analysées en % de la MS MS (%) 90,9 91,5 91,2 90,5 91,3 91,4 MO (%) 93 90,0 88,9 90,5 92,6 91,7 MAT (%) 22,7 17,3 20,9 21,1 20,9 22,5 NDF (%) 42,6 40,5 41,9 36,3 34,5 34,2 ADF (%) 18 20,5 25,0 15,5 13,9 14,1 HCL (%) 24,6 20,0 16,9 20,8 20,6 20,1 MG (%) 8,2 7,4 4,9 10,3 10,1 9,1 CT (%) 7 10,0 11,1 9,5 7,4 8,3 EB (kcal/kg MS) Analyses statistiques Le logiciel SAS (2003) (Statistical Analysis System) a été utilisé pour le traitement statistique des données. Les moyennes des poids, des Gains Moyens Quotidiens (GMQ), des quantités d aliments consommés, des indices de consommation alimentaire (IC) et des coûts alimentaires du Kg de croit (Ca), ainsi que les caractéristiques de la carcasse et de la viande ont été comparées par la procédure Proc means. L analyse de variance est faite par la procédure des modèles linéaires généralisés (Proc GLM). Les effets fixes qui sont pris en compte dans le modèle sont : l aliment ou lot et le sexe. La comparaison des moyennes au sein des facteurs étudiés a été réalisée par la méthode de Student Newman Keuls. RESULTATS Croissance pondérale Au début de l expérimentation, les poids vifs moyens des lots étaient compris entre 635,5 g et 693,1 g et, ces valeurs étaient similaires (P 0,05), montrant ainsi l homogénéité de l allotement (Tableau 2). Les différences significatives (P 0,01) de poids entre les lots ont été notées à partir du 7 ème jour et se sont maintenues jusqu à la fin de l engraissement. En considérant les différents aliments consommés par lot, il ressort que les animaux des lots témoin, 1841 ProvB et Mor30 sont plus lourds (P 0,05) durant toute la période expérimentale par rapport à ceux du lot ProvA et Mor20. Gain Moyen Quotidien, consommation alimentaire et coût du kilogramme de croît. Les résultats présentés dans le Tableau 3 montrent une influence significative (P 0,01) des aliments sur les Gains Moyens Quotidiens (GMQ), les indices de consommation (IC) et des coûts alimentaires du kg de croît (Ca). Le sexe n a influencé aucun de ces paramètres. En général, la meilleure vitesse de croissance a été enregistrée au niveau du lot Tem, tandis que les plus faibles valeurs ont été obtenues avec l aliment ProvA et Mor20. Les autres lots (Mor10, Mor30 et ProvB) ont présenté des valeurs intermédiaires. Au niveau de tous les lots, les vitesses de croissance ont marqué une diminution progressive du début jusqu à la fin de l expérimentation sauf les lots Mor10 et Mor30 qui ont présenté une augmentation respectivement à partir de la 3 ème et 4 ème semaine jusqu à la fin de la période expérimentale. Les IC moyens ont été similaires entre tous les lots (P 0,05) et compris entre 2,85 et 4,53 pendant les quatre premières semaines. Mais au cours des quatre dernières semaines, le meilleur IC moyen a été obtenu au niveau du lot Mor10 soit 4,40 et le plus élevé a été enregistré au niveau de ProvB soit 6,73 (P 0,05). En considérant toute la période expérimentale, l indice de consommation de l aliment ProvB a été le plus élevé et ceux des aliments Tem et Mor20 ont été les plus faibles (P 0,05). Le coût alimentaire du kg de croît a varié entre 414 et 747 FCFA/kg de Gain de Poids (GP) au cours des quatre premières semaines, entre 608 et 1303 FCFA/kg GP les quatre dernières semaines et, entre 455 et 954 FCFA/kg GP sur toute la période expérimentale. Pendant les vingt huit premiers jours de l expérimentation, les animaux nourris aux aliments contenant les feuilles de moringa ont donné des Ca similaires. Le lot Témoin a affiché le meilleur Ca au cours de la première période et le lot Mor10 a présenté le meilleur Ca pendant la deuxième période (P 0,05). Aucune différence significative n a été observée entre les valeurs des lots témoins et celles des aliments à base de folioles de moringa (P 0,05). Par contre, durant toute la période expérimentale, les lots nourris aux aliments commerciaux ont présenté les coûts alimentaires du kg de croît les plus élevés (P 0,05) en comparaison à ceux nourris aux aliments moringa et témoin. Notons qu en général, le sexe n a nullement influencé les performances zootechniques. Mortalité Aucun cas de mortalité n a été enregistré avec l aliment commercial ProvB. Les mortalités enregistrées dans les lots Tem et Mor10 sont respectivement de 8,33% et 16,67% contre 33%, 45,83% et 54,17% respectivement pour Mor30, ProvA et Mor20. Pour l ensemble des lots, 63% des cas de mortalité ont été enregistrés pendant les quatre premières semaines d expérimentation. Ces mortalités ont été associées aux diarrhées qui constituent la prédominante cause des cas de mortalité. Caractéristiques des carcasses et qualité des viandes Les poids moyens des animaux abattus sont de 2048 g, 2014 g, 1996 g, 1778 g, 1088 g et 1656 g respectivement pour les lots Tem, Mor10, ProvB, Mor30, ProvA et Mor20. Les valeurs des rendements des carcasses chaudes (entre 56,1% et 65,4%) sont à une unité près plus élevées que celles des carcasses froides (entre 55,7% et 64,4%). Contrairement à l'effet sexe, les aliments ont influencé significativement (P 0,001) ces rendements ainsi que les pourcentages du gras 1842 abdominal (Tableaux 4a et b). Les rendements des carcasses chaudes, froides avec ou sans tête des lots nourris aux aliments Tem, ProvB, Mor10 et Mor30 ont été significativement plus élevés (P 0,05). Les pourcentages des viscères, notammentles poumons (1,16% - 1,43%), le foie (2,74% - 4,59%), le cœur (0,38% - 0,54%), et les reins (0,74% - 1,1%) ainsi que le gras abdominal (0,5% - 2,51%) sont faibles. Le pourcentage en gras abdominal a été plus important chez les animaux ayant les poids vifs les plus élevés. Ni le sexe, ni l aliment n a influencé significativement les poids des poumons. De même, contrairement à l effet du sexe, une influence significative des aliments a été observée sur les poids des foies, des reins et des cœurs. Par exemple, le pourcentage moyen des foies des animaux ayant consommé l aliment Mor20 a été significativement plus élevé (P 0,05). En ce qui concerne les morceaux de la découpe (la tête, le râble, la partie avant, la partie arrière, les bras, les côtes et le reste), seule l influence significative des aliments a été remarquée (P 0,05). Les aliments Tem et Mor30 ont en effet permis d obtenir des proportions de râbles plus élevées (P 0,05) que ceux des autres lots expérimentaux. Le pourcentage de la tête a été plus élevé avec l aliment ProvA (P 0,05). Par rapport aux pourcentages des parties arrières, ceux des animaux nourris à Mor20 a été supérieur à ceux des animaux ayant consommé les aliments Tem, ProvB et Mor30 (P 0,05). Quant aux pourcentages des parties avant, les valeurs les plus élevées ont été enregistrées avec ProvB (P 0,05), tandis que les plus faibles valeurs ont été obtenues au niveau des animaux du lot Mor30 (P 0,05). Les animaux des lots Tem et Mor30 ont affiché les proportions en reste les plus élevées (P 0,05) et les pourcentages en bras les plus faibles (P 0,05). Le pourcentage des côtes des animaux du lot ProvB a été plus élevé que ceux des lots Tem et Mor30 (P 0,05). Si la perte d eau à la conservation a varié en fonction des sexes (P 0,05), les pertes à la cuisson et les pertes d eau totale n ont toutefois pas été influencées par le sexe (Tableau 5). En général, au niveau de tous les lots une diminution du ph a été observée entre le ph1 et le phu. Les ph1 sont compris entre 5,76 et 6,19 pour les râbles et les ph ultime du même morceau se situent entre 5,61 et 6,06. Les râbles des animaux des lots ProvA et Mor20 étaient moins acides 1 h après l abattage (P 0,05). Les râbles des animaux du lot ProvA ont été moins acides 24 h après abattage (P 0,05). Les valeurs de ph ont varié en fonction des aliments consommés par les animaux (P 0,001). Mais ces valeurs ont été similaires entre les sexes (p 0,05). DISCUSSION Performances de croissance et consommation alimentaire Les aliments commerciaux ProvA et ProvB testés sont utilisés par les éleveurs de lapins du Sud Bénin. Pourtant, les performances zootechniques et de santé des lapereaux nourris avec l aliment ProvA ont été très mauvaises. Les faibles GMQ enregistrés avec cet aliment sont en relation avec la faible ingestion alimentaire des animaux de ce lot. Il ressort de ce résultat que certains aliments commercialisés par les usines sont de mauvaise qualité et par conséquent, ne permettent pas de couvrir les besoins des animaux. Même si les performances zootechniques et de santé ont été acceptables avec l aliment ProvB par rapport à ProvA, toutefois, il ne permet pas aux cuniculteurs de réaliser de bénéfices en raison de son coût du Kg de
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x