Colloque RIUSS Communication CEJUS. Introduction

Please download to get full document.

View again

of 14
251 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
Les ambiguïtés du commerce équitable : l économie sociale et solidaire peut-elle se passer d une théorie de la justice? Cyrille Ferraton Benoît Prévost LASER, Université de Montpellier Colloque RIUSS Communication
Document Share
Documents Related
Document Transcript
Les ambiguïtés du commerce équitable : l économie sociale et solidaire peut-elle se passer d une théorie de la justice? Cyrille Ferraton Benoît Prévost LASER, Université de Montpellier Colloque RIUSS Communication CEJUS Introduction Le commerce équitable s affirme comme (ré)organisation des échanges fondée sur une exigence normative qui semble assurer une essence commune aux divers courants du mouvement : l exigence d un prix juste permettant une juste rémunération du travail. Cette exigence est en soi porteuse d une ambiguïté constitutive de la contestation contemporaine de l économie de marché et de ses rapports au discours libéral. D un côté, le credo affirmant un avantage mutuel à l échange, une identité naturelle des intérêts valables aussi bien entre individus qu entre Etats. De l autre, la remise en question de ce dogme libéral : à l idéal de la concurrence pure et parfaite les partisans du commerce équitable renvoient la réalité des inégalités entre les acteurs des filières et entre pays et l extrême pauvreté et la précarité des petits producteurs du Sud. Comme le soulignent de nombreux auteurs (Cary, 2004, Le Velly, 2006) il existe ainsi une tension entre d une part une approche qui tend vers une modification des rapports marchands pour faire en sorte que le commerce tienne effectivement ses promesses et, d autre part, une approche qui tend à modifier radicalement les rapports socio-économiques afin de soumettre le marché à des normes et impératifs qui lui seraient étrangers. Les différents mouvements participant au commerce équitable se situeraient ainsi entre ces deux pôles. Mais, au-delà de leurs différences, les défenseurs du commerce équitable sont porteurs d une utopie particulière (que nous appellerons provisoirement utopie équitable) : celle d un marché qui ne serait plus le «marché des capitalistes» et des marchands, un «autre marché» au service d une «autre économie» et d un «autre développement» (Caillé, 2005). La question du statut de cet «autre marché» se pose. Qu est-ce qui fait sa spécificité alors que les prix du commerce équitable restent ancrés sur ceux du «marché des capitalistes» (Cary, 2004, p. 107 ; Le Velly, 2008)? Pourtant cette ambiguïté est rarement perçue comme telle, en particulier parce que les tenants d une autre économie suggèrent une ligne de fracture radicale liée à l idée d encastrement. L utopie libérale se caractériserait par la défense du «désencastrement» compris ici dans le sens d une structuration hiérarchique entre économie et société reposant sur l autonomie et l autorégulation du marché. L utopie équitable, de son côté, proposerait de remettre l économie à sa juste place, autrement dit comme moyen de satisfaire des fins individuelles et sociales plus légitimes que la poursuite du seul profit (la chrématistique aristotélicienne) 1. Le ré-encastrement ici ne s entend donc pas seulement dans le sens épistémologique renvoyant à la nécessité d inclure des phénomènes non-marchands dans les outils d analyse et de 1 Cette thèse du «désencastrement» est inspirée des travaux de Karl Polanyi (1944). Elle pose d autres problèmes que nous n aborderons pas ici en particulier concernant la pertinence de cette notion. André Orléan ( ) la conteste montrant que «l impersonnalité, la discontinuité et l abstraction» propres au «marché des capitalistes» ne sont pas «le symptôme d une société atone, incapable de s opposer à l autonomisation des forces économiques marchandes, mais l expression d un nouveau style de vie, organisant la société dans sa totalité» (2003, p. 184) 1 compréhension des phénomènes marchands : il procède d une philosophie et non pas d une analyse économique (au sens défini par exemple par Berthoud, 2002). Les réflexions autour de la justice dans l échange seraient, à ce titre, éclairantes de la fracture entre les deux utopies. L approche en termes d encastrement/désencastrement renvoie à l idée selon laquelle autonomie du marché et autonomie de l économie politique iraient de pair. Et le rejet du désencastrement va de pair avec le rejet d une économie politique jugée incapable de traiter la question de l équité et, en particulier, de l équité des prix. Cette césure entre le «marché des capitalistes» fondamentalement inégalitaire et l «autre marché» ne remisant pas la question de la justice sociale, mérite examen non seulement car l écart entre les deux n est pas aussi important que certains discours pourraient le laisser entendre, mais aussi parce que l idée de prix juste et de juste rémunération du travail n est pas étrangère à l analyse et à la philosophie économiques dans l histoire de la pensée économique libérale. Nous entamerons cet examen en considérant le projet du commerce équitable de «réencastrement» du marché conventionnel et les diverses pistes théoriques qui permettent d en formuler les principes fondateurs, notamment en lien avec des références communes et récurrentes dans la littérature sur l économie sociale et solidaire (1). Nous verrons que cet objectif donne lieu à deux stratégies distinctes l une éloignée du «marché des capitalistes» mais qui semble vouée à la marginalité, l autre au contraire s en servant afin d augmenter ses débouchés mais avec un risque d alignement sur ce même «marché des capitalistes» (2). Cependant, le poids du commerce conventionnel contraint les acteurs du commerce équitable à se positionner par rapport à celui-ci notamment au niveau de la détermination des prix. Cette référence au prix marchand n est-elle pas antinomique du prix juste? Nous montrons alors que la détermination des prix ne peut-être identique suivant les «sphères de justice» mobilisées (Walzer, 1997). Or, en se référant au prix du «marché des capitalistes», le commerce équitable s appuie sur une sphère de justice étrangère à son projet fondateur (3). 1-Le commerce équitable, un «réencastrement» de l échange marchand? Le commerce équitable s est développé comme alternative au commerce conventionnel critiqué pour ne pas apporter aux producteurs du Sud des revenus suffisants pour couvrir leurs besoins. Les premières initiatives remontent aux années 1940 mais comportaient une forte connotation religieuse et morale (Diaz Pedregal, 2008). Le commerce équitable s en est progressivement émancipé avec l implantation de magasins alternatifs (Artisans du Monde) et surtout l apparition de produits labellisés (Max Havelaar) au cours des années 1970 et Son principal objectif consiste en l établissement d échanges justes entre producteurs du Sud et consommateurs du Nord. Le réseau FINE regroupant les principales filières du commerce équitable en donne ainsi la définition suivante : «Le commerce équitable est un partenariat commercial, fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l objectif est de parvenir à une plus grande équité dans le commerce mondial. Il contribue au développement durable en offrant de meilleures conditions commerciales et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés, tout particulièrement au Sud. Les organisations du commerce équitable (soutenues par les consommateurs) s engagent activement à soutenir les producteurs, à sensibiliser l opinion et à mener campagne en faveur de changements dans les règles et les pratiques du commerce international conventionnel» (Gendron, Torres, Bisaillon, 2009, pp ) 2 Il s agit d intervenir, d une part sur le marché en visant la politisation de l acte de consommation, et d autre part, sur la formation des prix et des revenus (Gendron, Torres, Bisaillon, 2009 ; Chanteau, 2008) 2. Ainsi, la demande de justice sociale ne s adresse pas à l Etat bien que celui-ci soutienne au moins financièrement les organisations du commerce équitable. Par ailleurs, il ne s agit pas de remédier aux inégalités engendrées par les échanges marchands (redistribution ex post) mais bien d intervenir avant que ceux-ci ne se réalisent (justice ex ante). Les causes de ces inégalités restent néanmoins à identifier clairement. Il semble que ce soit les structures réelles des marchés qui soient remises en question bien plus que les marchés en eux-mêmes. Les intermédiaires entre la production et la consommation sont depuis le développement de l économie de marché régulièrement dénoncés 3 parce que leurs prélèvements réduiraient les revenus perçus par les producteurs. Le commerce équitable entend remédier à cet état de fait en développant un commerce direct entre producteur et consommateur qui permette d écouler les produits à leurs véritables prix. Finalement, le marché comme mécanisme n est pas jugé négativement par les acteurs du commerce équitable : c est l usage qui en est fait par le commerce conventionnel qui est récusé. L autonomisation du marché de la société est directement mise en cause. Ce «désencastrement» du marché est dans cette perspective le principal facteur responsable de la pauvreté des producteurs du Sud qui ne peuvent pas écouler leurs productions à un «juste prix» en l absence de toute règle d équité. Par conséquent, il convient d introduire des règles spécifiques dans le fonctionnement du marché de façon à développer un commerce alternatif qui soit à même de rivaliser avec le commerce conventionnel. Le commerce équitable ne revendique pas de nouveaux droits individuels ou l introduction de nouveaux devoirs sociaux afin d améliorer la situation des producteurs du Sud mais simplement une distribution plus juste des richesses circulant grâce au commerce international (Wilkinson, 2007). Aussi, cet objectif de justice sociale ne pourra être atteint que si une double condition est respectée : -La suppression des intermédiaires entre producteurs et consommateurs ; -Et la détermination de prix justes, du moins d un niveau supérieur à ceux actuellement pratiqués par le commerce conventionnel. Pour définir le marché équitable et bien le différencier du «marché des capitalistes», nous nous appuierons sur la distinction «place de marché» / «lien (ou relation) de clientèle» qui renvoie à deux acceptions opposées du marché (Servet, 1999 ; 2006). -La «place de marché» correspond à une transaction à la fois égalitaire et instantanée. Quel que soit le statut des protagonistes en dehors du marché, ils se reconnaissent égaux dans l échange ; ils neutralisent ainsi leurs différences sociales hors marché instituant une relation horizontale et non hiérarchique. Il n y a pas de mémoire et de continuité de la relation. Le paiement clôt définitivement la transaction. La solidarité 2 Le commerce équitable est «contre le marché tout en y participant par le biais d un consommateur devenu mililtant» (Gendron, Torres, Bisaillon, 2009, p. 230) 3 Les «réformateurs sociaux» de la première moitié du XIX e (saint-simoniens, fouriéristes ) ont été les premiers à le faire. Exemplaire en ce sens est la critique de Pierre-Joseph Proudhon, qui accusait les propriétaires d entraver la circulation des richesses et ainsi de causer des déséquilibres entre la production et la consommation responsables de la misère ouvrière (Proudhon, 1849). Plus en amont encore, dès le 17ème siècle on trouve dans des écrits mercantilistes (Montchrétien, 1615) une dénonciation des spéculateurs sur les marchés du blé. 3 n est pas absente de ce marché mais elle est involontairement produite par l interdépendance des opérations réalisées 4. -Le «lien (ou relation) de clientèle» est une transaction continue et qui peut être hiérarchique. L échange est personnalisé contrairement à la place de marché qui se caractérise par l anonymat des protagonistes. La perpétuation de la relation a souvent pour objectif de fidéliser le consommateur. La transaction peut être un moyen de créer des rapports de confiance durables. Le statut des protagonistes n est pas neutralisé et peut engendrer une relation verticale et hiérarchique. La configuration du marché équitable reprend à la place de marché sa dimension égalitaire et non hiérarchique, et, au lien de clientèle la personnalisation et la perpétuation de l échange. Les acteurs du commerce équitable récusent l idée selon laquelle l introduction de règles éthiques dans les transactions marchandes serait vouée à l échec. Des relations personnalisées et directes entre producteurs et consommateurs sont, selon eux, un moyen de concilier marché et équité. Atteindre cet objectif repose cependant sur un double présupposé, d une part que les consommations au Nord offrent les débouchés suffisants aux producteurs du Sud pour écouler leurs productions, et d autre part, que la suppression des intermédiaires conduise bien à une augmentation des prix et des revenus des producteurs. Les pratiques du commerce équitable montrent que ces présupposés ne sont pas toujours respectés (Gendron, Torres, Bisaillon, 2009). Cependant, les différents observateurs s accordent pour conclure que le commerce équitable permet bien aux producteurs du Sud d écouler leurs produits à des prix supérieurs aux prix du commerce conventionnel 5. En définitive, une perspective commune anime les différentes initiatives du commerce équitable : développer un nouveau commerce égalitaire et personnalisé (commerce direct) entre producteurs du Sud et consommateurs du Nord qui améliore les revenus des premiers grâce à des niveaux de prix supérieurs à ceux du commerce conventionnel. La personnalisation des échanges vise ainsi la construction d une «économie domestique» au niveau international «où les personnes se connaissent et échangent en tenant compte des besoins réciproques» (Le Velly, 2006, p. 325). Mais une économie domestique d une nature spécifique puisqu elle s appuie sur le principe égalitaire du marché et rejette toute dimension hiérarchique. La notion d «économie des personnes» utilisée par l anthropologie est aussi d une grande utilité pour caractériser le commerce équitable. En effet, elle est pensée en opposition à l «économie de la marchandise» dont l avatar contemporain est le «marché des capitalistes». La détermination de la valeur dans cette économie résulte moins des caractéristiques des marchandises échangées (quantité de travail, rareté ) que de la «qualité intrinsèque des relations sociales» (Breton, 2002, p. 22). Pour souligner encore la nature différente du marché équitable du «marché des capitalistes», un rapprochement avec le principe économique de réciprocité peut être opéré. Ce rapprochement se justifie d autant plus que l analyse de l économie sociale et solidaire montre la prédominance de la réciprocité dans les organisations de l économie sociale et solidaire. Pour cela, elle s appuie sur la typologie introduite par Karl Polanyi qui distingue échange marchand, redistribution et réciprocité (Laville, 1994). 4 Servet souligne : «en donnant momentanément à vivre l utopie moderne de l égalité et de la similitude, la place de marché apparaît comme une matérialisation du mythe marchand fondateur du savoir économique moderne» (Servet, 1999, p. 134) 5 Même si la qualité des produits imposée aux producteurs du Sud minore l écart de prix entre commerce équitable et commerce conventionnel. 4 Dans une étude plus récente, Marshall Sahlins dans Âge de pierre, âge d abondance. L économie des sociétés primitives (1972) distingue trois formes de réciprocité (Sahlins, 1972, chap. V) : -La réciprocité généralisée est identifiée au don unilatéral, sans contrepartie matérielle. La solidarité philanthropique ou encore la charité sont incluses dans cette forme d échange. Cette réciprocité est la plus personnalisée des trois ; les motivations sociales dans l échange sont prédominantes. -La réciprocité équilibrée ou encore symétrique correspond à un échange direct : «Conçue en termes d équilibre strict, la contre-prestation est l équivalent culturellement défini de la chose reçue, et elle ne souffre pas de délai». Est aussi compris dans cet échange, le don contre-don mais la contrepartie ne vient qu après un laps de temps. Cette réciprocité est personnalisée identiquement à la réciprocité généralisée mais à un moindre degré. Surtout, l échange est motivé autant par des déterminants matériels et économiques que sociaux 6. -Enfin la réciprocité négative se rapporte aux échanges marchands «classiques» motivés par la recherche du gain. L échange est impersonnel ; chacun des protagonistes se préoccupe avant tout de son propre intérêt. La réciprocité généralisée définie en termes «d équilibre strict» nous semble particulièrement opératoire pour décrire l idéal recherché par le commerce équitable. Cependant, certaines expériences montrent que ne doit pas être exclue une évolution : -Soit vers la réciprocité généralisée et par conséquent une déconnexion avec l échange marchand remettant en cause l égalité prônée entre producteurs et consommateurs ; -Soit vers la réciprocité négative où alors plus aucune différence ne distingue commerce équitable et commerce conventionnel (Gendron, Torres, Bisaillon, 2009). Historiquement, enfin, l objectif de justice redistributive du commerce équitable n est pas sans faire écho aux premiers projets de refondation économique développés pour contrecarrer la croissance de l économie capitaliste et ses conséquences sociales durant la première moitié du XIXe siècle. La proximité avec le projet proudhonien qui recherchait identiquement au commerce équitable la suppression des intermédiaires entre producteurs et consommateurs convient d être soulignée. Proudhon pose les bases d une nouvelle économie, le mutuellisme, où les intérêts accaparés par les propriétaires capitalistes sont redistribués aux producteurs. Cette économie, très proche de l économie domestique, renoue avec un échange économique originel selon Proudhon, qui a précédé le développement du capitalisme : c est-à-dire «l échange en nature [ ] la synthèse de deux idées de propriété et de communauté ; synthèse aussi ancienne que les éléments qui la constituent, puisqu elle n est autre chose que le retour de la société à sa pratique primitive à travers un dédale d inventions et de systèmes, le résultat d une méditation de six mille ans sur cette proposition fondamentale, A égale A» (Proudhon, 1846, pp ). Son projet de banque d échange qui avait pour objectif de réduire au minimum l intérêt devait déboucher sur la généralisation des échanges directs sans intermédiaire (Proudhon, 1849). On retrouve là encore un trait distinctif du commerce équitable. L inclusion du commerce équitable dans le champ large de l économie sociale et solidaire semble dans cette dernière perspective pleinement justifiée dans la mesure où cette dernière se 6 Sahlins souligne : «dans le mode généralisé, les relations sociales commandent aux flux matériels, alors que dans l échange symétrique, les flux matériels informent les relations sociales» (Sahlins, 1972, p. 249) 5 réfère à l associationnisme de la période , qui a vu se multiplier les initiatives ouvrières associatives et mutualistes. 2. Le commerce équitable est-il soluble dans le marché? L un des points de désaccord au sein de la mouvance du commerce équitable concerne le positionnement vis-à-vis du commerce conventionnel. Comment en effet échafauder cette nouvelle «économie domestique»? De manière schématique, on peut distinguer deux réponses possibles : -Soit développer un commerce autonome sans connexi
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x