Commerce équitable Commerce durable?

Please download to get full document.

View again

of 33
46 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
Commerce équitable Commerce durable? F A I R T R A D E E T L E N V I R O N E M E N T Avant-propos Rédaction : Olivier Bailly Coordination : Samuel Poos Editeur responsable : Carl Michiels CTB, Agence belge
Document Share
Documents Related
Document Transcript
Commerce équitable Commerce durable? F A I R T R A D E E T L E N V I R O N E M E N T Avant-propos Rédaction : Olivier Bailly Coordination : Samuel Poos Editeur responsable : Carl Michiels CTB, Agence belge de Développement, Août. Tous droits réservés. Les opinions exprimées dans cette publication sont celles de son auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de la CTB ou de la Coopération belge au Développement. Des extraits de cette publication peuvent être utilisés dans un but non commercial à condition d en citer l origine et l auteur 2 Avant-propos Avant-Propos 4 Introduction : 5 Equitable et environnement, un couple tendu? Commerce équitable et environnement Première tension : 7 Le transport du produit 1. Prise en compte de tous les facteurs polluants 7 2. Un kilomètre n est pas l autre 9 3. La pollution générée par le commerce équitable, enjeu de taille? Ne pas fuir ses responsabilités Des solutions pour les déplacements équitables? Réduire la pollution/km Réduire les kilomètres 14 Deuxième tension : 15 La production agricole et son impact sur l environnement 1. Mécanisation Bio, pesticides et OGM Ressources naturelles et biodiversité 19 Troisième tension : 21 Les déchets de la production 1. Modes de fabrication générant le moins de déchets possibles Produits et emballages recyclables Déchets valorisés 22 Pour en finir Environnement, le chaînon manquant d une équité soutenable? 24 Glossaire : quelques concepts et quelques institutions 27 3 Avant-propos AVANT-PROPOS Le commerce équitable*, vecteur de la solidarité entre les peuples, constitue-t-il une initiative à abandonner au plus vite, pour le bien-être de la planète? Cette question, qui paraissait saugrenue avant les années nonante, prend de plus en plus de consistance avec l émergence des défis environnementaux que doit relever l Humanité. Le commerce équitable amène des produits du Sud au Nord. Cette transhumance de produits a un coût écologique. Peut-on l éviter? N y a-t-il pas lieu de privilégier les produits locaux et de saison? Au-delà de la question du transport, le commerce équitable peut également mettre à sac notre planète à coup de pesticides, d emballages, ou de déchets non recyclables. Quels engagements pour la planète a pris ce commerce solidaire? En voulant améliorer l existence de paysans, ne détruit-on pas leurs lieux de vie et le nôtre? Cette brochure, publiée par le Trade for Development Centre, propose une analyse des rapports entre l environnement et le commerce équitable. Elle ne représente ni l avis officiel de la CTB*, ni le tour exhaustif des positions sur la question. Elle constitue une réflexion à glisser dans l épais dossier d un commerce juste au XXIe siècle, en phase avec les nouveaux enjeux du monde. CTB Les termes marqués d une * sont définis dans le glossaire 4 Introduction : commerce équitable et environnement, un couple tendu? INTRODUCTION : COMMERCE EQUITABLE ET ENVIRONNEMENT, UN COUPLE TENDU? COMMERCE EQ UIT ABLE Le commerce, l acquisition des biens ou services en échange de monnaie, existe depuis que l homme est homme. Le commerce équitable* ajoute une dimension à cet échange. Il se fonde sur l idée que quiconque travaille a droit à une rémunération équitable lui assurant, ainsi qu à sa famille, une existence conforme à la dignité humaine (art. 23 de la Déclaration universelle des droits de l homme). L organisation en coopératives 1, le partenariat Nord-Sud et des perspectives de contrats à long terme sont aussi des caractéristiques du commerce équitable. Ce type de relations économiques implique donc un prix permettant de couvrir, outre les coûts de la production, un niveau de vie décent pour le travailleur ainsi qu une marge pour des investissements en biens collectifs et une épargne personnelle. Par ailleurs, la gestion du travail en coopératives doit être démocratique. Enfin, les conventions de base de l OIT (Organisation internationale du travail), dont la liberté d association, doivent être d application tout au long de la chaîne de production du produit équitable. Aussi, le commerce équitable est bien plus qu un échange matériel. Sa raison d être dépasse la volonté d enrichissement. Il vise, à travers une solidarité le plus souvent intercontinentale à créer des conditions de bien-être pour les travailleurs les plus démunis de la planète..et ENVIRO NNEM ENT Simon Rawles 2007 Fairtrade Foundation Avec l exploitation massive des ressources minières et forestières, avec l augmentation des niveaux de vie et l accès à de plus en plus de biens et services de consommations pour une partie de l Humanité (de plus en plus nombreuse), la pression de l espèce humaine sur l environnement naturel est devenue insoutenable. L ère industrielle a engendré une destruction sans commune mesure dans l histoire de l humanité. Et aujourd hui, au début du XXIe siècle, la situation est catastrophique. Elle touche directement les principaux acteurs du commerce équitable : les petits agriculteurs du Sud. Conséquence parmi d autres : des études évoquent 25 millions de réfugiés climatiques d ici à 2010 tandis que d autres avancent le chiffre de 700 millions d ici Choisissant la voie médiane, l IOM* (l Organisation internationale pour les migrations) estime à 200 millions le nombre de personnes qui migreront pour des raisons climatiques d ici La majorité des petits producteurs du commerce équitable travaille en coopératives. Cependant, d importantes plantations produisent également des aliments équitables. Les représentants des ouvriers et de la direction forment alors des comités paritaires qui décident de l affectation de la prime du commerce équitable. 2 In Search of Shelter - Mapping the Effects of Climate Change on Human Migration and Displacement, mai 2009, (http://www.ciesin.columbia.edu/documents/clim-migr-report-june09_media.pdf 5 Introduction : commerce équitable et environnement, un couple tendu? Pour la Fairtrade Foundation (Angleterre), les conséquences climatiques pour les producteurs du Sud ont remis à l avant-plan un problème plus ancien et plus profond : Les inégalités. Les pays développés, historiquement responsables du changement climatique, font payer aux pays plus pauvres les conséquences écologiques de leur industrialisation débridée. Ainsi est né le terme «Justice écologique» (Fédération Artisans du Monde). En effet, 20% de la population consomme 80% des richesses de notre planète, pourquoi dès lors les pays du Sud devraient-ils payer le coût des actes de ceux du Nord? Autres chiffres de la Fédération Artisans du Monde : les émissions de CO2 sont de 8.4T par Européen, 20T pour un Américain, et à peine moins de 500kg pour un Africain de l Ouest. La Fédération Artisans du Monde suggère d ajouter la notion d un droit pour les pays les plus pauvres à émettre des gaz à effet de serre au débat sur le commerce équitable et l environnement. Mais comment calculer ce droit? Et pour quels pays? Se pose également la question du suivi, accorder ainsi un «droit à polluer» suggère que ces pays le pensent bien, sans tomber dans la dérive paternaliste. La Fairtrade Foundation insiste sur le fait que consommer équitable aide à réduire ces impacts climatiques, en promouvant un système plus durable et équitable. Producteurs américains, africains et asiatiques subissent de lourdes pertes dans leurs récoltes à cause du changement climatique. La productivité a baissé jusqu à 40%. La solution à long terme est un changement radical de notre mode de consommation. 6 Introduction : commerce équitable et environnement, un couple tendu? Commerce équitable et protection de l environnement se rejoignent donc dans un même souci : améliorer (ou préserver) les conditions de vie des populations au Sud du globe. Pourtant, ces alliés objectifs d un développement durable* au Nord comme au Sud sont souvent présentés comme mus par des logiques antinomiques. En cause, la pollution engendrée par le commerce équitable. Réponse en trois tensions. (SCHEMA EXPLICATIF DU RECH AUFFEMENT CLIMATIQ UE) Fonctionnement général simplifié de l'atmosphère. Les chiffres représentant la valeur moyenne, temporelle (sur l'année) et géographique (sur la surface de la planète) en Watts par mètre carré, de chaque flux d'énergie représenté. Le réchauffement climatique peut, en première approximation, être résumé de la manière suivante : quand on augmente la concentration de gaz à effet de serre dans l'atmosphère, cela augmente son opacité au rayonnement terrestre, et donc le terme B (le rayonnement infrarouge terrestre qui parvient à s'échapper directement vers l'espace) diminue. Corrélativement le terme C augmente, ce qui conduit l'atmosphère à recevoir plus d'énergie. Elle rayonne donc plus, et le terme D augmente aussi. Le sol va donc recevoir une énergie accrue et sa température moyenne va monter. Source: 7 Première tension : le transport du produit PREMIERE TENSION : LE TRANSPORT DU PRODUIT Le commerce équitable est très largement un commerce entre des producteurs du Sud et des consommateurs au Nord. Il implique donc de longs déplacements de produits et génère pour ce faire une pollution, que le fret soit effectué en avion, en bateau et/ou en camion. Ce constat amène la question suivante : faut-il prendre ses distances avec ces produits qui proviennent de loin et abîment la planète? Alter Eco 1. P RISE EN COMPT E DE TO US LES F ACT EURS POLLUANT S La réponse est nuancée. De toute évidence, à paramètres environnementaux, sociaux et économiques identiques, il sera toujours préférable de favoriser les trajets courts et l économie locale. Cependant, prendre le seul facteur «transport» pour déterminer l impact écologique réel d un produit ne permet pas d avoir une vision précise de la pollution générée par le processus de fabrication du produit en question. Des analyses ont démontré qu en prenant de plus amples données sur la méthode de production, les conclusions pouvaient s inverser. Une étude de l'université britannique de Cranfield a ainsi calculé qu il est cinq fois moins nuisible à l environnement de produire des roses au Kenya et de les exporter ensuite par avion vers le Royaume-Uni, plutôt que d opter pour les fleurs cultivées sous serres chauffées au Pays-Bas. 3 Cependant, l étude des roses suscite tout de même quelques questions : pourquoi comparer deux modes polluants de production sans évoquer une troisième voie locale et bio? Pourquoi ne pas prendre en compte tous les facteurs polluants de production (pesticides, pollution de ressources naturelles, etc.) afin de donner une idée plus précise de l impact environnemental? Enfin et de manière plus fondamentale, le commerce équitable ne doit-il pas se questionner sur le fait d expédier à des milliers de kilomètres des fleurs par avion, ceci dans un contexte d urgence écologique? Une relocalisation de l économie doit-elle effrayer les acteurs d un commerce juste? Pas tous visiblement, puisque cette relocalisation est d ores et déjà un des critères d un référentiel du commerce équitable, l ESR* (d ECOCERT*). 3 Comparative Study of Cut Roses for the British Market Produced in Kenya and the Netherlands, Précis Report for World Flowers, Dr Adrian Williams, 12 February 2007, Cranfield University. Etude citée par Samuel Poos, «Le commerce équitable en 2009», Trade for Development Centre, document de travail - Mars Première tension : le transport du produit Etude comparative de roses coupées pour le marché britannique produits au Kenya et aux Pays-Bas Roses en provenance du Kenya Énergie primaire : MJ (dont 15% en énergie fossile) Emissions de GES : 2200 kg CO2. Roses en provenance des Pays-Bas Énergie primaire : MJ (dont 99% en énergie fossile) Emissions de GES : kg CO2. Source : Dans une étude récente, Oxfam-Magasins du monde interroge également la pertinence de certains types d exportations 4 : ne faut-il pas se demander si le transport de fleurs par avion est compatible avec un mode de développement durable*? En bref, le commerce équitable doit-il vendre tout type de produit au Nord? Doit-il prendre en compte la présence de produits locaux, comme le miel, le vin ou l huile, pour évaluer l impact de son action et la présence de ces produits sur les marchés du Nord? Selon Stéphane Leborgne, Président de la Fédération Artisans du Monde en France (et par ailleurs agréé pour la réalisation de Bilan Carbone* ), «privilégier la production locale permettrait de supprimer l étape du transport à longue distance. Mais ces produits (NDLR : comme le miel ou le vin) sont distribués d abord pour des raisons politiques et parce que la production française n est pas suffisante pour couvrir les besoins. ( ) Dans tous les cas, ce sont bien les bénéfices économiques et sociaux du commerce équitable qui sont particulièrement recherchés, le revenu généré par la vente de ces produits est vital pour leurs producteurs dans l immédiat» 5. Même si elle ne doit pas dédouaner le commerce équitable de ses responsabilités environnementales, l importance d échanges économiques justes dans la survie des petits agriculteurs constitue un autre facteur à prendre en compte. 4 «Commerce équitable et environnement : une relation durable», étude de François Graas publiée le 18 Mars 2009 sur le site des Magasins du Monde-Oxfam 5 Argumentation développée dans «Les impacts environnementaux du commerce équitable», dossier de presse présentant le thème 2009 de la Semaine Equitable en France (mai) : «commerce équitable et environnement», pp. 6 à 8 9 Première tension : le transport du produit BELGIQUE E T H I C S T O R E Lauréat du BE Fair Awards 2007, Ethicstore.be est un magasin en ligne qui ne vend que de l équitable ou de l éthique. Quatre cents produits en tout, «à prix avantageux». Dans sa Charte pour un Commerce Durable , Ethicstore avance plusieurs principes dont celui-ci «Tous nos partenaires fournissent les efforts nécessaires pour respecter la planète dans leurs modes de production, de transport et de distribution des marchandises» et surtout celui-ci «s interdire de vendre des produits qui peuvent être produits localement». Cet engagement est décliné dans une vue restrictive. Des produits issus du Sud sont vendus sur Ethicstore alors qu il existe des produits d un même type (peignoir, jouet pour enfant) mais pas identiques aux produits d Ethicstore. 2. UN KILOMÈT RE N EST PAS L AUT RE Le concept «kilomètre alimentaire» comporte le danger d un raccourci populaire : plus le produit vient de loin, plus il pollue. Or, les «kilomètres» ne sont pas tous égaux devant le bitume (ou les flots). Les chercheurs 6 du Department for Environment, Food and Rural Affairs (DEFRA) ont développé une modélisation du concept afin de prendre en considération les multiples paramètres (poids de la production, remplissage, ratio tonne-kms en route sur tonne-kms total, etc.) Dans le cadre de ce modèle, complexe, deux paramètres paraissent déterminants sur la pollution émise par kilomètre : le moyen de transport pour véhiculer le produit, et la notion de distance entre point de production et point de consommation. Concernant les moyens de transports, les kilomètres en bateau sont préférables à ceux en camion qui sont eux-mêmes préférables aux déplacements en avion. Selon l ADEME (Agence de l Environnement et de la Maîtrise de l Energie, France), «le transport routier (camions) est 4 fois plus émetteur que le transport ferroviaire et 6 fois plus que le transport fluvial». Sur cette seule base, une orange à Bruxelles en provenance de Grenade (Espagne km) par camion serait aussi polluante qu une orange venue du Brésil par bateau. BELGIQUE Befre, les sacs réutilisables compensés L alternative aux sacs plastiques jetables et polluants. Société belge labellisée Max Havelaar et Bioéquitable, Befre propose des sacs, des housses, des cabas, des emballages durables de matières recyclés et recyclables, biodégradables, équitables et bio (GOTS et Ecocert) et fabriqués sur mesure. «1 sac BeFre remplace environs 330 sacs plastiques jetables par an par ménage» Befre calcule et compense ensuite toutes ses émissions de GES via la société CO2logic. Elle participe ainsi aux programmes de réduction de CO2 certifiés par les Nations Unies. 6 https://statistics.defra.gov.uk/esg/reports/foodmiles/annex2.pdf 10 Première tension : le transport du produit émission (grammes) des gaz à effet de serre à distance égale (1 km) avion camion voiture train bateau Pour une (1) tonne de denrées déplacée, la pollution en CO2 rejetée est de Bateau: 15 à 30 g/km Train: 30 g/km Voiture: 168 à 186 g/km Camion: 210 à g/km (Les valeurs varient fortement selon le type de camion. Généralement, un grand camion émet plus de CO2 qu'un petit camion; les camions frigorifiques émettent jusqu'à 800g CO2/tonne km en plus qu'un camion non réfrigéré). Avion: 570 à g/km (E. Millstone & Tim Lang The atlas of food: who eats what, where and why.) Source : Observatoire Bruxellois de la Consommation Durable Guayapi Tropical, une entreprise française qui vend des compléments alimentaires, a réalisé une étude sur l impact carbone d un de ses produits. Les conclusions sur le transport sont déroutantes. Ainsi les 9000 kilomètres que parcourent en bateau boites de warana (une plante énergisante) de 70g, de Belem (Brésil) au Havre (France), émettent l équivalant de 0,1456 tonnes équivalent CO2. Les mêmes kilomètres en avion représentent 10,4241 tonnes de CO2, environ 70 fois plus de pollution atmosphérique. Mais pour autant, le produit n est pas encore arrivé au consommateur. A ce stade, il reste bloqué au port de Havre. Pour une vision la plus complète d un kilomètre alimentaire, il faut prendre en considération les kilomètres utilisés pour acheminer le produit vers les détaillants 7. Or dans l étude des boites de warana, l essentiel de la pollution engendrée par le transport est dû aux trajets entre le centre de distribution et les détaillants : à savoir 31,279 tonnes de CO2. Environ trois fois le déplacement «avion» et 210 fois le déplacement «bateau»! 8 Si la «qualité environnementale» du déplacement est donc un critère à prendre en compte, l origine du produit n est pas représentative de la totalité des kilomètres parcourus par le produit 9. 7 Pour une vision complète et amusante des gaz à effets de serre engendrés lors d un cycle complet de production d un aliment, la brochure de l ADEME «des GES dans mon assiette?» : 1&cid=20713&m=3&catid= «Commerce équitable et environnement, une alliance pour un développement durable», Plate-Forme pour le Commerce Equitable, Paris, Au mieux l origine donne une idée des kilomètres minimum parcourus par le produit. 11 Première tension : le transport du produit La distance à prendre en compte est le trajet effectivement parcouru par le produit. Et à ce calcul, il n est pas évident que le commerce équitable soit plus pénalisé qu un autre. Il suffit pour s en convaincre de penser aux crevettes pêchées à la Mer du Nord, et dégustées sur la côte belge après un aller/retour Belgique-Maroc pour être décortiquées à la main 10. Enfin, la pollution contre laquelle chacun devrait lutter est celle dégagée par le consommateur final! Selon Joël Pain, directeur de Up&Up Développement, une entreprise qui vise entre autres à aider des producteurs du Sud à accéder à nos marchés et à se développer, «les études montrent que le coût environnemental est environ 10 fois plus élevé pour le segment point de vente - domicile que pour le segment pays d origine - point de vente. ( ) Le vrai souc
Similar documents
View more...
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x