Conseils pour le traitement des douleurs persistantes

Please download to get full document.

View again

of 5
46 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
Page -1- Conseils pour le traitement des douleurs persistantes Ce qu'il faut savoir avant tout, c'est que les douleurs persistantes sont des douleurs particulières , qui doivent donc être traitées en
Document Share
Documents Related
Document Transcript
Page -1- Conseils pour le traitement des douleurs persistantes Ce qu'il faut savoir avant tout, c'est que les douleurs persistantes sont des douleurs particulières , qui doivent donc être traitées en respectant des règles précises et par un antalgique approprié. Nous allons vous décrire les règles qui doivent être appliquées lors d'un traitement de douleurs persistantes. Etant donné l'importance du respect de ces règles pour le succès du traitement de vos douleurs, nous vous demandons de lire attentivement les chapitres qui suivent: Comment naissent les douleurs et comment les ressent-on? Qu'est-ce qu'on entend par «douleur aiguë»? Quand parle-t-on de «douleur persistante»? Comment soigne-t-on la douleur persistante? Quels sont les avantages des comprimés à effet retard? Qu'est-ce qu'un antalgique à action centrale? Quel sont les effets secondaires typiques des antalgiques à action centrale? Est-ce que ces médicaments n'entraînent pas une accoutumance? De quoi faut-il tenir compte? Pourquoi ne pas attendre que la douleur soit perceptible pour prendre le médicament? Pourquoi les premiers jours du traitement sont-ils si importants? Qu'est-ce que vous pouvez faire vous-même? Le médecin: votre principal associé dans la douleur! Comment naissent les douleurs et comment les ressent-on? Les douleurs naissent lorsque des fibres nerveuses spéciales qui parcourent le corps tout entier réagissent à des excitations qui déclenchent une douleur (p. ex. le froid, la chaleur, la pression, une blessure, une inflammation ou une usure) et la transmettent sous forme de messages douloureux au centre de la douleur dans le cerveau. Là, les messages douloureux sont traités et transformés en perception de la douleur proprement dite. Selon la prédisposition individuelle du patient et son état d'esprit, une même source de douleur peut entraîner une perception très différente de la douleur. Ce qu'une personne perçoit à peine sera ressenti par une autre comme une douleur insupportable. Qu'est-ce qu'on entend par «douleur aiguë»? La douleur aiguë survient sans prévenir (p. ex. après une blessure) et disparaît à nouveau quand la cause a été traitée. Dans son rôle important de signal d'alarme, la douleur aiguë prévient que quelque chose ne va pas dans l'organisme et aide ainsi à identifier et à supprimer des effets dommageables. Page -2- Quand parle-t-on de «douleur persistante»? Une douleur persistante (tenace ou chronique) peut se développer quand une affection douloureuse persiste ou que la source de la douleur n'est pas supprimée. On peut citer comme exemple les affections du système moteur (p. ex. les douleurs dans le dos, les douleurs qui résultent d'une usure des articulations), les douleurs nerveuses (p. ex. dans le cas d un zona), les troubles circulatoires ou les sensations de douleur dans un membre amputé. Les douleurs persistantes ont perdu leur fonction naturelle de signal d'alarme et sont de ce fait devenues une douleur sans objet . Pour le patient, elles sont souvent une contrainte encore plus lourde que la maladie sous-jacente. Les douleurs persistantes et les troubles du sommeil qui en résultent fréquemment peuvent épuiser l'organisme et dominer la pensée et la sensibilité du patient. Souvent, il se sent isolé de la vie normale. Il est donc important de traiter les douleurs persistantes avec le même soin que les autres maladies ou affections. Car vivre sans douleur est un droit. Les paroles d'encouragement sont inutiles dans les douleurs persistantes, quel qu'en soit l'auteur! Comment soigne-t-on la douleur persistante? En dépit des nombreuses méthodes de traitement non médicamenteux, comme la kinésithérapie, les massages ou l'acupuncture, un traitement médicamenteux des douleurs persistantes est souvent inévitable. Mais il faut tenir compte dans ce cas de certaines exigences puisque les douleurs persistantes persistent généralement de manière ininterrompue en faisant particulièrement souffrir la nuit et doivent être traitées sur une longue période de temps. Un médicament contre les douleurs persistantes devra donc calmer la douleur de manière durable et fiable, pendant la nuit aussi, et être bien toléré pendant toute la durée du traitement. Quels sont les avantages des comprimés à effet retard? Les médicaments pour un traitement de longue durée sont souvent administrés sous la forme de comprimés spéciaux, dits comprimés à effet retard. Ces comprimés n'agissent pas immédiatement après la prise mais libèrent le principe actif lentement dans l'organisme pendant une durée pouvant aller jusqu'à 12 heures, ce qui permet d'obtenir un effet antalgique durable et régulier. (Prise du matin à 8 h Prise du soir à 20 h) Page -3- Comparés aux antalgiques de courtes durées, ils ont un avantage majeur: Comme les comprimés à effet retard agissent généralement jusqu'à 12 heures d'affilée, vous ne devez les prendre, le plus souvent, que 2 fois par jour (p. ex. le matin à 8 h et le soir à 20 h). Après la prise du comprimé du soir, vous aurez une nuit sans douleur et donc un sommeil non troublé du fait de l'action antalgique prolongée du produit. C'est là une condition importante pour être en forme le lendemain. Et comme le principe actif est libéré lentement dans l'organisme, il est généralement mieux toléré. Qu'est-ce qu'un antalgique à action centrale? Tout comme les inhibiteurs naturels de la douleur, qui sont libérés par l'organisme dans des situations données (p. ex. lors de blessures graves aussitôt après un accident), les antalgiques à action centrale bloquent la transmission et le traitement des messages douloureux dans la moelle épinière et le cerveau. C'est pourquoi les antalgiques à action centrale se sont révélés sûrs et ont fait leurs preuves, notamment dans le traitement de douleurs vives. Quel sont les effets secondaires typiques des antalgiques à action centrale? Comme vous le savez sans doute déjà, tous les médicaments peuvent produire des effets indésirables, dits effets secondaires, en plus de leur principal effet bénéfique. Les antalgiques à action centrale peuvent provoquer des effets secondaires, notamment de la constipation, des nausées et des vomissements ainsi que de la fatigue. Demandez conseil à votre médecin si vous êtes constipé ou si au cours du traitement par un antalgique à action centrale vous souffrez de constipation. Il pourra vous prescrire un médicament régulateur du transit intestinal - au besoin à base de plantes. Vous pouvez prévenir vous-même la constipation en adoptant une alimentation équilibrée et riche en fibres, en buvant abondamment et, dans la mesure du possible, en prenant de l'exercice. Les autres effets secondaires (p. ex. les nausées et les vomissements) qui peuvent être très déplaisants, ne surviennent toutefois que de manière passagère au début du traitement (1 à 3 jours) et peuvent aussi être traités en cas de besoin. Si vous avez encore des questions à poser sur ce point ou sur d'autres effets secondaires mentionnés sur le prospectus d'emballage ou si vous présentez vous-même des effets secondaires, adressez-vous à votre médecin et/ou à votre pharmacien. Page -4- Est-ce que ces médicaments n'entraînent pas une accoutumance? Des études réalisées à une grande échelle ont montré que la prise d'antalgiques à action centrale sur prescription médicale par des patients souffrant de douleurs n'entraîne une accoutumance que dans des cas exceptionnels. Alors que ces produits peuvent avoir chez les personnes saines un effet stimulant, qui les pousse à en reprendre, cet effet n'apparaît pas chez les patients qui souffrent de douleurs. Au contraire, lors d'une administration systématique du produit selon un horaire régulier (p. ex. toutes les 12 heures), ces patients ressentent une atténuation ininterrompue et régulière de la douleur, qui ne produit en aucun cas une envie de reprendre une nouvelle dose de médicament en courant le risque de développer une dépendance. Les craintes d'accoutumance sont donc tout à fait injustifiées pour les patients qui souffrent de douleurs! Ces antalgiques peuvent être supprimés à nouveau progressivement à tout moment. De quoi faut-il tenir compte? Tout d'abord, votre médecin va définir la posologie de votre antalgique individuellement, en fonction de votre douleur personnelle - aussi forte que nécessaire, mais également aussi faible que possible. Augmentation des effets secondaires posologie trop forte Bonne atténuation de la douleur posologie exacte Atténuation insuffisante de la douleur posologie trop faible N'hésitez pas à signaler à votre médecin si vous souffrez encore ou si des douleurs ressurgissent en cours de traitement. Il a besoin de connaître vos réactions au traitement pour pouvoir vous traiter de manière approfondie. Il faudra peut-être augmenter la dose. En dehors de la posologie, votre médecin va aussi définir votre horaire de prise du médicament (p. ex. le matin à 8 h et le soir à 20 h). En effet, il est essentiel pour le succès de votre traitement de la douleur que vous respectiez le rythme de prise qui vous a été prescrit. Vous ne devez, en aucun cas, modifier la posologie ou l'horaire de prise du médicament sans en avoir parlé auparavant à votre médecin! Ce n'est qu'en respectant ces règles que vous atteindrez l'objectif du traitement - une atténuation ininterrompue et régulière de la douleur avec des effets secondaires aussi réduits que possible. Pourquoi ne pas attendre que la douleur soit perceptible pour prendre le médicament? Sachez aussi que les comprimés à effet retard ne commencent à produire leur effet que 2 à 4 heures environ après la première prise. Si vous avez oublié de prendre un comprimé ou si vous l'avez pris trop tard, l'action risque elle aussi d'être retardée. Quelques conseils encore! Si vous ne prenez votre antalgique que lorsque la douleur est devenue trop forte, non seulement vous allez souffrir inutilement mais aussi prendre des risques additionnels. Vous aurez besoin d'une dose plus élevée pour obtenir la même atténuation de la douleur que celle que vous obtenez avec un horaire de prise fixe. Et la probabilité de voir survenir des effets secondaires sera elle aussi augmentée. D'autre part, une atténuation irrégulière de la douleur peut créer l'envie de reprendre un comprimé, ce qui doit être évité. Pourquoi les premiers jours du traitement sont-ils si importants? Comme dans chaque traitement médicamenteux, cela risque de prendre un peu de temps avant que votre médecin ait trouvé la réponse antalgique optimale à votre cas. Ce sont aussi dans les premiers jours que peuvent survenir des effets secondaires passagers, comme les nausées et la fatigue. Page -5- Il est dès lors particulièrement important que vous coopériez étroitement avec votre médecin au début du traitement: Respectez votre horaire de prise du médicament. C'est la forme d'administration la plus économe, la plus efficace et la plus sûre. Une fois que la bonne dose de médicament a été trouvée, il se peut que vous ne ressentiez plus qu'une très faible douleur ou que la douleur ait entièrement disparu. N'en profitez pas pour interrompre votre traitement prématurément. Parlez-en auparavant avec votre médecin! Qu'est-ce que vous pouvez faire vous-même? Vous pouvez contribuer de manière notable au succès du traitement par vos efforts personnels: Mentionnez à votre médecin vos soucis et vos problèmes. Ne cachez pas vos douleurs, parlez-en Essayez d'être aussi actif et sociable que possible: activités physiques, programmes d'entraînement en groupe (p. ex. techniques de relaxation, training autogène) et contacts avec d'autres personnes concernées (groupes d'entraide) vous apporteront une aide et une détente additionnelles pour vous faire oublier un peu vos douleurs persistantes. Demandez à votre médecin d'autres mesures de soutien, p. ex. physiothérapie, massage ou traitement par la chaleur. Le médecin: votre principal associé dans la douleur! En tant que spécialiste, votre médecin est votre principal interlocuteur pour le traitement de la douleur. Il est le mieux placé pour adapter le traitement à votre cas personnel et représente ainsi un trait d'union important entre votre médicament et vous. Un rapport de confiance avec votre médecin est aussi une condition clé pour garantir le succès du traitement de la douleur. Pour établir ce rapport de confiance, il est indispensable d'avoir un entretien approfondi. Or, ce n'est pas toujours facile dans le temps limité d'une consultation de régler toutes les questions et tous les problèmes que l'on a sur le cœur. Quelques conseils pour l'entretien avec votre médecin Préparez l'entretien dans le calme! Si vous avez peur d'oublier quelque chose, écrivez tout sur une feuille de papier Rédigez une liste de tous les points que vous voudriez aborder. Cette liste point par point vous aidera à formuler vos pensées de manière plus précise et facilitera votre entretien médical pour vous comme pour votre médecin. Meilleures salutations Mundipharma Medical Company Remarque: Vous trouverez aussi ce texte sur notre site internet: Domaines thérapeutiques Douleurs Service
Similar documents
View more...
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x