Etude sur la relation formation / emploi dans le spectacle vivant

Please download to get full document.

View again

of 29
204 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
Etude sur la relation formation / emploi dans le spectacle vivant Mars 2012 Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications du Spectacle Vivant CPN E F-SV 48, rue Saint Honoré Paris
Document Share
Documents Related
Document Transcript
Etude sur la relation formation / emploi dans le spectacle vivant Mars 2012 Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications du Spectacle Vivant CPN E F-SV 48, rue Saint Honoré Paris Tel site : Sommaire Préambule de la CPN E F-SV... 1 Synthèse générale... 5 Première partie : Formation initiale et insertion professionnelle dans le spectacle vivant Introduction à la première partie Champ de la première partie Méthodologie de la première partie Résultats Répartition de la population par profils Répartition de la population par classes Les trajectoires sur 5 ans Présentation méthodologique des entretiens qualitatifs Résultats issus des entretiens qualitatifs Conclusions de la première partie Deuxième partie : Formation professionnelle continue et parcours dans le spectacle vivant Introduction à la deuxième partie Champ et méthodologie de la deuxième partie Résultats Les salaires Conclusions de la deuxième partie Annexes Annexe 1 Synthèse des entretiens qualitatifs Annexe 2 Présentation des enquêtes Génération du Céreq Annexe 3 Liste des formations suivies par les individus repérés comme formés au spectacle vivant Annexe 4 Présentation de la base du Groupe Audiens Annexe 5 Références bibliographiques du Céreq... 80 Préambule de la CPN E F-SV En 2010, 1, les partenaires sociaux du spectacle vivant membres de la CPNEF-SV 2 ont décidé de conduire une étude sur la relation formation / emploi. Thème pourtant majeur, initiale et continue, et les besoins vait jamais été véritablement analysée au niveau national. S l'univers des arts et de la culture, et en particulier le spectacle vivant, suscite de nombreuses vocations parmi les jeunes et même les publics adultes. La demande d'emploi, ne cesse de croître et crée un déséquilibre structurel. Ainsi, plus de actifs étaient comptabilisés en en majorité en CDD, dont une partie importante n'effectue pas un équivalent temps plein. Les situations professionnelles sont très inégales et les carrières y sont incertaines, voir précaires, tant dans les métiers artistiques que techniques ou encore administratifs. Néanmoins, si le marché du travail est réputé ouvert 4, la montée générale du niveau de qualification impose la détention de compétences pointues reconnues. Dans ce contexte, il est donc essentiel de mieux au marché du travail formation. Quant au paysage de la formation professionnelle dans le spectacle vivant, il a profondément évolué ces dernières années. Si bon nombre de métiers étaient traditionnellement appris sur le tas , en situation de travail, la branche constate depuis une vingtaine d'année la croissance exponentielle de l'offre de formation professionnelle initiale et continue, émanant Près 5, de nature et de contenu très hétérogènes. Les certifications se sont également multipliées (diplômes et titres), complexifiant encore et creusant les écarts entre les formations reconnues par 6 et les autres. réputée professionnelle, les cours pour les publics amateurs, jeunes mais aussi adultes, ainsi que des pratiques -formation via les nouveaux médias et technologies diverses, se sont également largement développés, contribuant à brouiller les frontières entre,, académique» et/ou, des apprentissages informels qui développent les appétences à ces métiers et permettent parfois une entrée sur le marché du travail. Dans ce contexte, le mode d'acquisition et de reconnaissance des qualifications s'en trouve bouleversé et a fait naître un sentiment, fondé ou non, d'une mauvaise articulation entre l'offre de formation et le marché du travail. sur le plan des contenus et des pédagogies déployées, a permis une véritable professionnalisation des entrants dans le spectacle vivant, notamment dans les domaines techniques et administratifs (les artistes ayant quant à eux traditionnellement recours plus massivement à des formations initiales longues). Néanmoins conduite par les organismes reste encore insuffisante tant en amont de la création des formations (lisibilité des qualifications et compétences visées, positionnement à un niveau pertinent, analyse des débouchés, implication du milieu professionnel, prise en compte de, accessibilité par la VAE, etc.) métiers, suivi du devenir des personnes, ). 1 2 Commission Paritaire Nationale Emploi Formation du Spectacle Viva 3 -SV version n 2 édition Donnée Groupe Audiens : personnes ont travaillé dans le spectacle vivant en 2009, quel que soit le type de contrat de travail (CDI, CDD ou CDDU). Sur la période 2000/2009, les effectifs ont augmenté de 33 % SV de longue durée (plus de 400h), certifiantes ou qualifiantes : 6 1 Aussi, la professionnalisation llaire un phénomène de régulation des flux entrants. Le initiale et continue a au contraire plutôt contribué à déstructurer le marché du travail par la création de nouvelles formations augmentant aturé et ultra concurrentiel. Enfin, il convient de rappeler que les activités du spectacle vivant fonctionnent selon un modèle économique et social atypique au sens où les emplois offerts ne correspondent majoritairement pas à des postes de salariés permanents (CDI ou CDD) recours au salariat intermittent (CDDU 7 ), brouillent articulation naturelle qui devrait exister. Ces spécificités sectorielles empêchent le, comme cela peut se pratiquer où le CDI est la norme. Ces caractéristiques complexifient donc les enquêtes de devenir, qui en restent à des éléments déclaratifs non vérifiables et rendent souvent les résultats affichés par les organismes approximatifs, Ainsi, l 8 entre formation et emploi est rendu encore plus complexe à mesurer dans le spectacle vivant devant être analysée en terme de quantité de pas dans un emploi précis. Ainsi, les enjeux généraux sous-tendus par une telle étude étaient les suivants : La formation professionnelle devient-elle incontournable pour accéder aux emplois du spectacle vivant? Est-ce vrai pour tous les emplois ou bien pour certains d'entre eux? La formation sur le tas est-? -il des pratiques -formation? Assiste-t-on à une élévation du niveau de qualification? Si tel est le cas, quels seront les effets sur l'organisation de l'emploi et le contenu des métiers? Cette montée en qualification permet-elle de faciliter les mobilités professionnelles et de sécuriser les parcours? Quelles sont les filières de formation et les trajectoires qui conduisent à l'emploi? Existe-t-il une voie royale? Quelles sont celles qui au contraire conduisent à des impasses et à des situations d'exclusion? La branche du spectacle vivant a confié la réalisation de cette étude sur la relation formation / emploi au Céreq 9 en lui demandant : D e processus d'insertion et de professionnalisation des sortants de formation, afin de décrire les modes d'entrée dans la vie active identifier les voies d'accès analyser les trajectoires et les stratégies individuelles. A noter : du fait des caractéristiques socio-économiques du marché du travail particulières au spectacle vivant (généralisation du salariat intermittent à employeurs multiples 10, fragmentation de l'emploi, multi- il avait été convenu que l'insertion ne pouvait pas être mesurée au regard simplement de l'accès à l'emploi en CDI, mais plutôt envisagée en terme de capacité des personnes à s'insérer sur le marché du travail et à s'y maintenir, de manière à ce qu'elles puissent «vivre de leur métier»., de mesurer l'articulation entre la formation suivie et l'emploi exercé (ou les emplois exercés), pour connaitre la part des professionnels qui exercent un métier correspondant à leur formation et de mesurer le taux de professionnalisme t illusoire, voire non souhaitable car il limite les perspectives de carrière en une cohérence est tendanciellement néanmoins attendue entre la formation suivie et emploi exercée. 9 rches sur les Qualifications. 10 CDDU, Code du travail D Il ressort de cette étude, la première du genre, un certain nombre de constats et de tendances à caractère général Par exemple, la formation professionnelle est une voie efficace pour entrer dans les métiers du spectacle vivant. Cependant, puisque la majeure qui sont spécialisées, pour montrer que les secondes ont un effet variable selon les domaines de r de carrière, parfois faible voir négatif (insertion professionnelle sur le long terme moins bonne). Il ressort également que se former pour faire carrière apparait comme une condition suffisante mais pas nécessaire car facteurs semblent bien plus prégnants : l confirme ainsi du fait exercé (artistique, technique et administrative), du sexe ou encore de pointe aussi la multi-activité choisie ou subie sur une carrière (emplois connexes au spectacle ou emplois alimentaires). Cette étude souligne également ation des parcours de formation et la diversité du devenir de ces personnes, tant sur le plan de la nature du contrat de travail 11, que sur le type 12, sans pour autant établir de corrélation. Il convient également de noter que beaucoup de ceux qui réussissent une insertion dans le spectacle vivant sans avoir suivi une formation spécifique entreprennent par la suite des actions de formation continue assez lourdes. En cela le spectacle vivant est un secteur dans lequel les principes de formation tout au long de la vie semblent avoir une traduction réelle. Par ailleurs, il est fréquent que les individus dans le secteur financent directement une bien plus grande partie de leur formation professionnelle que le reste de la population. Il en découle que les formations ont souvent tendance à accueillir des publics aux statuts mixtes (jeunes poursuivant leurs parcours scolaires, stagiaires de la FPC 13 fois de la formation initiale et continue, les deux voies étant moins cloisonnées dans les autres branches. Ces résultats généraux présentés par le Céreq seront désormais commentés et débattus par les partenaires sociaux membres de la CPNEF-,, également par les pouvoirs publics (en particulier, le ministère de la Culture et les Conseils régionaux), les organismes de formation et tous les acteurs concernés par ces enjeux. Il est clair que les conclusions exposées devront être enrichies, confortées ou réinterrogées par des travaux complémentaires. Des approches sectorielles ou par types ablissements seraient par exemple utiles pour faire apparaitre les spécificités et particularismes à des niveaux plus fins. De plus, c pu être abordés. Par exemple : la égalité la combinatoire entre formation initiale et formation continue, l'articulation entre le niveau de formation et le niveau d'emploi occupé, les écarts de trajectoires entre les générations (séniors / jeunes), es filières d'emplois accessibles uniquement via une formation professionnelle par rapport à ceux plus ouverts et/ou accessibles à des salariés moins qualifiés, la détermination de facteurs discriminants dans les parcours professionnels, 11 CDI, CDD, CDDU ayant droit ou non ayant droit. 12 Dans la branche du spectacle, hors branche, une combinatoire des deux plus ou moins choisie. 13 Formation professionnelle continue / stagiaires (Organisme Paritaire Collecteur Agréé) 3 Enfin, au-delà des résultats ponctuels extrêmement riches apportés par cette étude, ce travail jette les bases capable le via un croisement de fichiers des organismes de formation avec la base du Groupe Audiens. Dans cette perspective, avec le concours du Groupe Audiens, les partenaires sociaux membres de la CPNEF- La CPNEF- travaux novateurs et pour Nos remerciements sincères vont également au Groupe Audiens formation continue / emploi de façon inédite. Nous adressons nos meilleurs remerciements aux organismes de formation du spectacle vivant qui ont accepté de participer à la par a qui ont récits de parcours». Enfin, nous saluons vivement la Culture qui ont été associés à ces travaux dans le cadre du comité de pilotage. Pour l'observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications du Spectacle Vivant, et Pour la Commission Paritaire Nationale Emploi Formation du Spectacle Vivant Jean-Joël Le Chapelain Président de la CPNEF-SV Jean-François Pujol Vice-président de la CPNEF-SV Organisations professionnelles membres de la CPNEF-SV : Collège employeurs CPDO, CSCAD, PRODISS, PROFEDIM, SCC, SMA, SNDTP, SNES, SNSP, SYNAVI, SYNDEAC, SYNOLYR, SYNPASE, ARENES Collège salariés : FASAP-FO, FCCS-CFE-CGC, FNSAC-CGT, F3C-CFDT, Fédération communication CFTC 4 Synthèse générale Caractériser la relation formation / emploi dans le domaine du spectacle vivant suppose, dans le système professionnelle puis à la formation professionnelle continue en lien avec les parcours professionnels. selon une méthode particulière, et restitués ci-après dans les deux parties distinctes du rapport. Première partie : Formation initiale et insertion professionnelle Méthodologie : 1- ête génération du Céreq (parcours de 620 individus pris en compte) 2- entretiens qualitatifs (32 entretiens réalisés) Le premier aspect de la relation formation / emploi consiste à examiner les premières années de vie active des sortants 14 en 2004 de formations professionnelles du domaine du spectacle vivant et des sortants (interrogés en 2007 c'est-à-dire à trois ans de leur sortie) mais ayant au cours de leurs trois premi le spectacle vivant. Une partie de ces sortants de 2004 ayant été réinterrogée poursuivie lors des quatrième et cinquième années de vie active. enquête Génération 15 du Céreq qui interroge une cohorte de sortants scolaires trois et cinq ans après leur sortie. Deuxième partie : Formation continue et parcours professionnels Méthodologie : Croisement de listes de stagiaires fournies par les organismes de formation avec la base du Groupe Audiens (12 organismes de formations volontaires et 322 parcours de stagiaires analysés.) Le second aspect de la relation formation / emploi consiste, Audiens qui collecte (des adultes en cours de carrière) sur les parcours professionnels. mière expérience qui observe le parcours professionnel des participants à une formation trois ans avant leur entrée en formation et trois ans après la fin de cette formation. Après autorisation de la Commission Informatique et Liberté (CNIL), quelques organismes de formation du domaine du spectacle vivant ont bien voulu nous adresser une liste de participants à certaines de leurs formations en 2006 et le Groupe Audiens a renseigné les parcours de 2003 à t travail sur des informations non anonymisées et donc toute ré-interrogation Cf. P enquête Génération en annexe 2. 5 Constats sur la relation formation initiale / emploi Quelques conclusions inhabituelles ressortent de cette étude : les trois ans qui suivent la fin de ses études un emploi en relation avec le contenu de sa formation 16, dans le spectacle connaissent au moins une, le secteur du spectacle tants travaillant dans le spectacle vivant de ce secteur auprès des jeunes, mais aussi, peut être lié au fait que des pratiques du domaine artistique (danse, musique, théâtre la scolarité sans y être incluse. Sans surprise trois types de liens formation / emploi peuvent être distingués avec netteté selon les trois grandes familles de métiers : artistes, techniciens et administratifs. Deux caractéristiques individuelles viennent cependant fortement bouleverser cette classique partition : le lle. 1) Le sexe : les hommes formés aux métiers techniques du spectacle vivant ont une insertion assez aisée et pratiquent en parallèle secteur mais qui, pour beaucoup, ont un caractère complémentaire (dans de spécialités proches), alors que les femmes pratiquent des métiers moins rémunérés et plus précaires et sont taire, simplement à abandonner les activités du secteur. Majoritaires parmi les débuts de carrière des administratifs (près des ¾) les femmes sont fortement diplômées, plus généralement issues de formations non spécifiques au spectacle vivant et issues de familles plutôt aisées. Leur insertion professionnelle est meilleure lorsque leur formation initiale ne relève pas du domaine du spectacle vivant. 2) Ce sont les artistes qui semblent les le sexe. L ormation ne relève pas du domaine du spectacle vivant. Les artistes femmes issues du même type de familles et plus fréquemment que les hommes ayant suivi des mploi et de niveau de rémunération que les hommes. Enfin les jeunes hommes et femmes issus de familles populaires, dotés de diplômes de niveau moyen, du champ du spectacle vivant. professionnelle des sortants de formation initiale se retrouvent dans les pratiques du secteur. Le secteur spécifiquement aux métiers du spectacle vivant. Mais ceux qui participent aux formations spécifiques du professionnelle. 16 Thomas Coupié, Jean-François Giret et Alberto Lopez «Des formations initiales aux premiers emplois : une correspondance plutôt mal assurée» in Des formations pour quels emplois? p. 79 à 97 La découverte- Céreq Constats sur la relation formation continue / emploi Les résultats dont il est fait état ici ne sont pas issus de travaux statistiques qui peuvent être considérés comme représentatifs. Les phénomènes analysés sont cependant suffisamment marqués pour prétendre à une certaine généralité. Ces constats mériteraient probablement de plus amples confirmations par des travaux de plus grande ampleur. La méthode en est esquissée et traitée ; elle atteste de la capacité à analyser Les résultats commentés portent sur un peu plus de trois cents personnes réparties dans les trois grandes spécialités du spectacle vivant. désigne : «formation professionnelle continue». En effet, près du tiers des eu aucune activité dans le secteur du spectacle vivant dans les trois années qui précèdent leur formation ( ). La partition habituelle tant dans la spécialité des organismes de formation que dans la qualité des participants à ces formations contredit la dualité traditionnelle entre formation initiale et formation continue. Ce fait est en partie à rapporter au constat réalisé dans les travaux relatifs à la qualité des formations 17 : mations continues, les organismes du domaine recrutent des stagiaires qui autofinancent leur formation 18 par leur employeur (public, privé ou OPCA) soit par les régions ou Pôle emploi. personnes obtiennent des contrats de faibles durées qui, même cumulées dans le temps, ne leur permettent généraleme : la formation continue protège-t-elle les transitions? Cette question, conforme au discours européen sur la «flexicurité», est plus particulièrement importante dans un secteur à forte présence de contrats courts. Les intermittents, quelle que soit leur spécialité, voient les formes de leur emploi rester stables ou pour une %). ouvrir, eux semblent plutôt quitter le e CDDU. rès une formation eux qui sont salariés intermittents sans droit indemnisation du chômage. Les formations administratives so phénomène le plus marquant est celui de la nette croissance des contrats en CDI. Pour les artistes enfin la formation accroît leur nombre mais de façon relativement modeste par rapport aux deu alors que les non indemnisés parviennent plus aisément à intégrer la partie des intermittents indemnisés. Sommes-nous face à un particularisme sectoriel ou devant des éléments très accentués de tendances à des rôles sociaux attribués à la formation initiale par rapport à la formation continue, ses effets salariaux tout au long de la vie. 17 Rapport : Définition, OPMQ-SV / Céreq avril 2011 Téléchargeable 18 La part des ménages dans le financement de la formation professionnelle continue en France dépasse à peine 4 % du total des dépenses, source Annexe au projet de loi de finances pour la formation professionnelle Première partie Formation initiale et insertion professionnelle dans le spectacle vivant 8 1-1 Introduction à la première partie cette partie est la relation formation professionnelle initiale / emploi dans le spectacle vivant. Cet objet est complexe et ne se résume pas à une relation adéquationniste largement battue en brèche par les st constater une adéquation entre les formations spécifiques et les emplois occupés, au spectacle vivant travaille systématiquement dan vivant soit nécessairement formé à cela. Une telle adéquation ne
Similar documents
View more...
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks