Forever Nouvelle ( Extrait )

Please download to get full document.

View again

of 15
15 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
« La musique est un art où l'esprit vagabonde dans nos propres paysages de nos songes » Ma citation. Pour toujours Prologue : Salut, Je m'appelle Sasha,…
Document Share
Documents Related
Document Transcript
« La musique est un art où l'esprit vagabonde dans nos propres paysages de nos songes » Ma citation. Pour toujours Prologue : Salut, Je m'appelle Sasha, et je fais partie d'un groupe de Pop-rock, Les Forever ! Tu as peut-être déjà entendu parler de nous... Mais si, un groupe extraordinaire qui a surmonté de nombreuses épreuves ! Oui, avant que nous ne formions officiellement le groupe, il s'en est passé des choses incroyables et horribles ! En effet, pour moi, pour être un vrai groupe, il faut que les membres soient d'accord pour le former, unis quoi qu'il arrive et bien sûr le plus important qu’il soit écouté, apprécié et surtout qu’il ne reste pas dans l’ombre. Enfin, comme j'ai l'impression que tu ne sembles pas nous connaître, je vais te raconter comment est né les Forever à travers cette anecdote. Cette anecdote qui a changé ma vie ! Et ça, ce n’est pas mal non plus ! L'aube rosissait déjà l'horizon baignant le monde nocturne d'une lueur bleue irréelle. Allongé dans mon lit, j'entendais mon petit frère et ma petite sœur, âgés tous deux de neuf ans, ronronnaient comme des chats sous leur couverture. Je percevais aussi des bruits de casseroles et de portes de placard se claquant les unes après les autres. C'était ma mère ou mon père qui devait préparer le petit déjeuner. Ma famille et moi étions en vacances à Zagarella, un camping, à Longeville-sur-mer situé en Vendée. La particularité de ce séjour était que chaque famille ou bande d'amis logeaient dans des mobiles-homes numérotés, à l'instar des ghettos. On pouvait dire que nous étions dans une sorte de quartier très spécial où nous étions tous voisins pendant ses vacances alors que nous ne venions pas du même département. D'après mes parents, cela nous ferait du bien de voir de nouvelles têtes surtout qu'au bout de deux semaines nous n’allions plus les revoir ! Enfin, bref à Zagarella on proposait d'innombrables activités pour les jeunes comme pour les adultes qui restaient ici, et qui ne se promenaient pas en dehors du camping pour visiter les lieux. Je posai le pied sur le carrelage froid puis le second. Notre mobile-home était composé de deux chambres et de l'entrée qui faisait office de salon et de cuisine. On avait aussi une véranda. Je me levai en essayant de faire le moins de bruits possible pour ne pas réveiller mon frère et ma sœur. Je troquai mon tee-shirt où il y avait un motif d'une tête de mort ainsi que mon pantacourt contre un sweat noir et un jean serré où une chaîne en argent pendait de ma poche gauche. Il fallait bien avouer que j'étais plutôt le genre de garçons gothique-émo. C'est- à-dire, celui qui mettait de temps à autre du verni noir et qui écoutait de la musique triste ou puissante à longueur de journée accompagnée d'un carnet où étaient gribouillées mes pensées les plus profondes. D'ailleurs, la plupart des choses écrites dans mon journal étaient des chansons. Cependant, je ne les jouais jamais, du moins que rarement, malgré le fait que je connaissais leurs accords et que je savais jouer de la guitare depuis mes douze ans. Une fois ma famille m'avait encouragé à chanter en public ou devant des personnes proches, mais j'avais refusé. Je ne me sentais pas prêt pour cela. Même à dix-sept ans, je ne me sentais pas encore prêt pour me tenir devant des personnes et dévoiler certaines de mes émotions. Enfin, ma mère avait du mal à accepter que son fils aimait se vêtir de cette façon-là, comparé au reste de la famille. Elle me répétait sans arrêt que cela faisait fuir les gens ou que j'aurais du mal à m’insérer dans la vie active. Cependant, c'était quelque chose de ma personnalité et je ne souhaitais pas la cacher. Du moins tant que cela n’était pas nécessaire. -Bonjour, dis-je en fermant la porte de la chambre derrière moi. Vous êtes très matinale aujourd'hui ! Il n'est même pas huit heures. Mon père était assis sur une chaise en train de régler sa radio tandis que ma mère faisait bouillir le lait. -Une habitude avec le boulot, répliqua ma mère en me souriant alors que mon père se contenta de hocher la tête. Tu risques de crever de chaud avec le temps qu'il fera, me fit-elle remarquer. Et nous sommes en vacances aussi Sasha. -Je sais, ça ira ne t’en fait pas ! Mais merci de tout de même de t’inquiéter. Une tentative pour essayer de me faire changer de vêtements. Cela faisait trois jours que nous étions ici et trois jours que nous n’avions pas eu de beau temps. Néanmoins, d'après les météorologues, à partir d'aujourd'hui le mois de juillet allait devenir particulièrement chaud et ensoleillé. -Florent et Christelle ne sont pas encore réveillés ? demanda mon père lorsque je vins m’asseoir à côté de lui. Je secouai la tête et attendis quelques minutes avant de mettre les couverts. La matinée passa assez rapidement. Mes parents étaient partis faire les courses de la semaine tandis que j'avais dû m'occuper de mon frère et de ma sœur. Heureusement pour moi, les animateurs avaient programmé une activité aquatique dans la piscine extérieure du camping pour les petits. J'étais resté assis à l'ombre d'un arbre à les regarder jouer tandis que j'écoutais ma musique. Comme la météo l'avait décrété, le soleil se tenait haut dans un ciel sans aucun nuage à l'horizon. La température devait se situer entre les dix-sept et vingt-deux degrés pour ce matin. Du coin de l’œil, j'observais un groupe d'adolescents s'amusant au ping-pong sur la terrasse, devant l'entrée du bar. Parmi les adolescents, j'avais identifié un garçon qui était arrivé le même jour que nous. Il s'était rapidement fait des amis. À vrai dire qui voudrait traîner avec un mec comme moi. Dans ces moments-là, j'aurais aimé que mes amis soient là. Enfin, à leurs retours, mes parents étaient passés à l’accueil et m’avaient inscrit à un espace de soirée pour ados, lundi soir. -Comme ça tu te feras des amis durant le séjour, s'était justifiée ma mère. Je songeais plutôt qu'elle désirait me dire « Regard si tu restes dans ton coin habillé comme un mort, c'est normal que tu risques de passer d'horribles vacances ». Néanmoins, cela restait gentil de sa part d'avoir fait cela. Même si je n’aurais jamais pensé pas m'inscrire à ce genre de soirée. Mais, pourquoi pas, cela ne risquerait pas de me tuer. Dans l'après-midi, mes parents me confièrent encore une fois ma sœur et mon frère. Ces derniers voulaient faire un petit foot. Alors, je les amenais au terrain de sport qui se trouvait vers le sud-ouest du camping. On y accédait en passant sous un petit tunnel qui passait sous la route et nous amenait de l'autre côté du camping. Des personnes avaient déjà pris possession du terrain de foot qui faisait office aussi de terrain de badminton. Il était clôturé par des barrières en bois. Il y avait aussi des parents accompagnés de leur chien qui discutaient, à une table en bois, de boulot. Comme s'ils ne pouvaient pas oublier ça pendant leurs vacances ! -Là-bas, il n'y a personne, dit Florent en me tirant par le bras. Mon frère me traîna vers un espace où il y avait peu de végétations. Christelle nous suivait derrière en observant le petit chien, un chihuahua, qui l'observait aussi de ses petits yeux noirs. -Fait attention il veut te dévorer, ironisai-je en l'agrippant légèrement aux épaules. -N'importe quoi Sasha ! Ça ne mange que des croquettes pour chiens, répliqua-t-elle en me tirant la langue. -Allez viens plutôt shooter dans le ballon avec Florent et moi ! Sous un soleil de plomb, je faisais des passes à Florent. Ma petite sœur préférait compter les petits insectes qu'elle croisait au lieu de s’abîmer les pieds. Ce n'était pas une fille pour rien. Trente minutes plus tard j'étais complément épuisé et j'avais les vêtements qui me collaient à la peau. Je décidais d'aller rejoindre Christelle qui était assise à l'ombre, appuyée contre un tronc d'arbre. -Ça va ? demandai-je en croisant mes jambes. Elle hocha la tête puis examina mon verni noir sur mes ongles des mains. -C'est beau hein ! ricanai-je en lui tendant une main. -Tu pourras essayer le rose, répondit-elle avec sarcasme, un sourire au visage. -Non, ce n'est pas pour moi ça, éludai-je en portant mon attention sur Florent. Il jouait avec un autre petit garçon. Peut-être pour toi cela ira bien sur tes ongles. -Hum...D'accord ! Mais c'est toi qui me le mettras ! J'acquiesçai lorsque je remarquai quelqu'un venir dans notre direction. Je tournai la tête à droite et à gauche afin de voir sûrement un ballon perdu par cet inconnu, mais il n'y avait rien. -Excuse-moi, est-ce que tu es occupé ? demanda le garçon à lunettes. On aurait besoin d'un joueur supplémentaire pour notre activité ! Il m'indiqua du doigt un groupe de personnes réunis devant le petit terrain de foot où une animatrice blonde, en tee-shirt rouge, gribouillée quelque chose sur son ardoise. -On va faire une balle aux prisonniers, expliqua-t-il. Toutefois, il nous manque un joueur dans notre équipe ! -Euh...je… -Allez ! On va bien se marrer tu verras ! -Oui ! Maman sera contente que tu participes à une activité, rajouta ma sœur en me donnant un coup d’épaule. Je t’encourageai, promis ! Je me résignai et j'opinai. Cependant, il fallait que je change de tenue car dans mes vêtements actuels cela ne serait pas possible ! -Laisse-moi le temps d'aller me changer et je vous rejoins ! -Cool ! Je me redressai et appelai mon petit frère afin de l'informer que je revenais dans quelques minutes dans le but de ne pas l'inquiéter s'il ne me voyait plus. Le garçon alla prévenir ses équipiers pendant que je filai au mobile-home. Cinq minutes s'écoulaient que j'étais de retour au terrain. J'avais troqué mon jean serré ainsi que mon sweat contre un short et un tee-shirt noir. Seulement, j'avais gardé mes vieilles Converses. Florent et Christelle étaient assis sur un banc avec le nouveau copain de mon frère. -Le voilà ! s'écria le garçon qui m'avait proposé de faire partie de son équipe. L'animatrice me sourit en me voyant puis me demanda : -Comment t'appelles-tu ? -Sasha ! -Bien, tu seras avec Elena, Lucien, Marc et Stéphanie, m'informa-t-elle en m'indiquant mon équipe. Il vous faut un nom de groupe ! J'acquiesçai et allai les rejoindre. Marc, un mec d'environ vingt-cinq ans, aux cheveux blonds, m'expliqua le déroulement du jeu. Nous étions quatre équipes de cinq. Chaque équipe allait se rencontrer et l'équipe qui gagnait le plus de manche était les vainqueurs et obtenait un lot ! -J'espère que tu es chaud ! fit le garçon à lunettes en me donnant une tape amicale dans le dos. Moi c'est Lucien. -Oui. -Bien, et si on choisissait le nom de notre équipe, déclara une rousse aux magnifiques yeux bleu-gris. Et au fait je suis Elena, ajouta-t-elle à mon encontre en me tendant une main que j’acceptais. Je déduisais rapidement que celle qui s’étirait était Stéphanie. Je fixai Elena avec insistance. Je trouvais cette fille très mignonne avec ses jolies pommettes rosées et ses cheveux flamboyants cascadant gracieusement sur ses épaules. Comme si elle avait senti mon regard, elle tourna la tête vers moi en me souriant. Nerveux, j'étirai un petit sourire avant de détourner les yeux vers Lucien. -Les X-men, vous en pensez quoi ? hasarda ce dernier. Je haussai simplement les épaules, tandis qu'Elena gloussait et que Marc opinait. -Stéphanie ? -Comme tu veux ! Du moment qu'on commence à jouer, dit-elle en attachant ses cheveux bruns. Ainsi, notre équipe se surnommait les X-men. Après quelques secondes, l'animatrice décida des équipes qui commenceront. L'activité débuta dans des cris de joie. -Le truc, c'est de bouger tout le temps, m'expliqua Lucien en passant une main dans ses cheveux châtains. Ces yeux bleus brillant d’excitations étaient dissimulés derrière sa paire de lunettes. -Mais je suis sûre que tu seras le premier touché, décréta Elena en s'appuyant contre le rebord de la barrière. Ce dernier frappa amicalement Elena à l'épaule qui répliqua aussitôt par un autre coup. Ces deux-là devaient sans doute se connaître. -Vu les balèzes de l'autre équipe cela risque de s'appliquer à toute l'équipe, lâchai-je. En effet, une des quatre autres équipes était composée seulement d'adultes. Cela ne sera pas une partie de plaisir. -Peut-être qu'ils ne sont pas si forts les jeunes, intervient l'animatrice, un sourire au coin des lèvres. Ainsi je passais tout mon après-midi, sous un soleil chauffant, à jouer à la balle aux prisonniers sous les regards d'inconnus, de mon petit frère et de ma petite sœur, qui a mon grand étonnement étaient partis chercher des glaces. Cela avait été très marrant et incroyablement sympa. Une atmosphère de plaisance et d'amitié planait au-dessus du terrain ! Ce n'était pas comme au collège ou au lycée où à la moindre erreur on vous criait dessus comme à un animal. Là c'était différent et cela donnait réellement envie de jouer et de donner son maximum pour mener son équipe à la première place. Ce qui ne manqua pas, puisque les X-men étaient contre les King étant donné que nous étions à égalité ! -Attention Sasha ! me prévient Lucien sur le côté. De justesse j'évitai la balle et je la pris au sol afin de toucher un membre de l'autre équipe. J’essayai de viser le petit garçon, qui soit dit en passant, courait partout. Je le ratai ! C'était un vrai petit lièvre. Au bout de dix tentatives Lucien réussi à l'avoir. Toutefois, il se fit toucher à son tour. Il ne restait que Stéphanie et moi contre deux adultes et une petite fille. Afin de reconsolider notre équipe et nos chances de gagner Stéphanie et moi adoptions une nouvelle stratégie. Celle de récupérer la balle et de l'envoyer à nos équipiers prisonniers. Ce qui ne tarda pas à fonctionner, puisque Marc et Elena purent se libérer. Cependant, je fus à mon tour touché et allai en prison. J'entendais les encouragements de Florent et de Christelle lorsque j'essayais de viser le petit lièvre qui m'avait eu. Au bout de quinze minutes la partie s'acheva et ce fut les X-men qui remportèrent le tournoi de la balle aux prisonniers ! Nous étions tous fier de nous et comme de bon joueur nous félicitâmes l'autre équipe. -Venez ce soir pour chercher les lots, les jeunes ! déclara l'animatrice en rendant les portables qu'elle avait gardés dans sa poche. Lorsqu'elle me le rendit, je le consultais. Il était dix-huit heures. Nous avions joué environ deux heures trente. -Bien joué ! On est trop fort les gars, se réjouissait Lucien en me donnant un coup de coude dans les hanches. -Bien sûr, nous sommes les X-men, ironisa Elena en passant devant moi, le sourire aux lèvres. -Par contre ça creuse ! intervient Stéphanie en aidant une autre fille à monter le filet de badminton pour l’activité suivante. C'était vrai ! J'avais une faim de loup ! Après avoir dit au revoir à mes équipiers et pris Florent et Christelle, je me dirigeai vers le tunnel. Je ne rêvais que d'une chose: une bonne douche et un bon repas ! A suivre …
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x