Grandeur et décadence de la partitocratie. régulée. L évolution du système politique au Japon et en Italie depuis la guerre. Revue

Please download to get full document.

View again

of 15
270 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
Grandeur et décadence de la partitocratie redistributive régulée. L évolution du système politique au Japon et en Italie depuis la guerre Jean-Marie Bouissou, Paolo Pombeni To cite this version: Jean-Marie
Document Share
Documents Related
Document Transcript
Grandeur et décadence de la partitocratie redistributive régulée. L évolution du système politique au Japon et en Italie depuis la guerre Jean-Marie Bouissou, Paolo Pombeni To cite this version: Jean-Marie Bouissou, Paolo Pombeni. Grandeur et décadence de la partitocratie redistributive régulée. L évolution du système politique au Japon et en Italie depuis la guerre. Revue Française de Science Politique, Presses de Sciences Po, 2001, 51 (4), pp hal HAL Id: hal https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal Submitted on 22 Jul 2014 HAL is a multi-disciplinary open access archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers. L archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés. Monsieur Jean-Marie Bouissou Monsieur Paolo Pombeni Grandeur et décadence de la «partitocratie redistributive régulée». L'évolution du système politique au Japon et en Italie depuis la guerre In: Revue française de science politique, 51e année, n 4, pp Résumé sources disponibles pour la redistribution via les partis. Elle pose la question de la transforma-tion de deux pay s qui apparaissent encore, à certains égards, comme des «empires» formés de «réserves indiennes» mal intégrées, en véritables communautés politiques. Abstract Greatness and decline of the «regulated redistrffiutive partitocracy». the development of the political system in postwar japan and italy In both Italy and Japan, the representative regimes derived from the late 19th c. reforms were unable to establish their legitimacy. In 1945, the fall of the strong regimes which succeeded them gave birth in both countries to a rigid constitutional order which established de facto the parties ' domination over the executive. In both cases, after a phase of confrontation, there appeared a «regulated re distributive partitocracy» in which all the established parties agreed to cohabit and share benefits on behalf of their particular clienteles. Although this institutiona-lized collusion undermined the legitimacy of the regime, as observed in both countries during the 1970s, that system ensured a strong social cohesion and a satisfactory redistribution during three decades of modernization. Its present questioning - much more radical in Italy than in Japan appears to be linked less to the end of the Cold War, as often claimed, than to the reduc-tion of resources available for redistribution via the parties. This begs the question of the trans-formation of countries which still, in some ways, appear to be «empires» made up of poorly integrated «Indian reservations», into genuine political communities. Citer ce document / Cite this document : Bouissou Jean-Marie, Pombeni Paolo. Grandeur et décadence de la «partitocratie redistributive régulée». L'évolution du système politique au Japon et en Italie depuis la guerre. In: Revue française de science politique, 51e année, n 4, pp doi : /rfsp GRANDEUR ET DECADENCE DE LA PARTITOCRATIE REDISTRIBUTIVE GUL évolution du système politique au Japon et en Italie depuis la guerre JEAN-MARIE BOUISSOU PAOLO POMBENI Depuis est catégorie auraient partisme sions ruption qui Italie refonder clientélistes la aurait pas politique partisanes Tous Dans Guerre dans induite connu le nouveau des Mais tâtonnerait ruiné système deux les les que japonaise démocraties des ils deux froide la et par seraient leurs auraient légitimité Il évolutions politique enraciner cas la qui systèmes la déjà nature la comme recherche sortis semble il échoué fin atypiques est du dix sur parallèles sa de en même système devenu politiques ans la légitimité la avoir 1945 base Guerre un stabiliser systèmes de habituel de une produit Pempel politique On nouvel deux respectifs systèmes froide les cause ce dictature en partis rangeait décrit modèle des équilibre aurait phase hui de parler effets sont communément emprise souvent pour provoqué de les entrés cause des plutôt plus transition deux la comme forces tourner politique croissante dans au pays de Japon moins véritable deux une décrits excès en dans deux vers Le cherchant phase italienne comme coalitions une similaires parallèle des pays comme séisme même multi post- divi cor qui en et LE POIDS DE HISTOIRE SIMILITUDES ET DIFFERENCES DES PREMI RES EXP RIENCES CONSTITUTIONNELLES EN ITALIE ET AU JAPON Pour les historiens politiques que nous sommes cette interprétation fait abord problème parce elle laisse de côté tout héritage historique de ordre constitu tionnel établi dans ces deux pays avant 1945 En Italie ère libérale de été caractérisée par le choix du modèle de constitution anglo-franco-allemand rationalisé par Benjamin Constant qui était en quelque sorte le standard européen après la Révolution fran aise La complexité un système judiciaire inspiré par le Rechsstaat allemand se combinait une admi nistration sur le modèle fran ais Cette usine gaz institutionnelle répondait mal aux besoins un pays dont unité nationale était toute récente et qui était pas complè tement modernisé Le système parlementaire manquait la fois de flexibilité et une Pempel Uncommon Democracies The One-Party Dominant Regimes Ithaca Cornell University Press 1990 Revue fran aise de science politique vol 51 no août Presses de la Fondation nationale des sciences politiques 545 J.-M Bouissou Pombeni élite dirigeante bien enracinée dans la société Par conséquent le cadre formel du gouvernement représentatif ne suffisait pas intégrer politiquement tous les acteurs historiques communautés locales groupes religieux corporations... Le système politique souffrait donc un faible degré de légitimité la veille de la première guerre mondiale comme écrit Hintze unité du pays reposait moins sur la Consti tution que sur une double légitimité préexistante celle de la maison monarchique de Savoie et celle de épopée garibaldienne2 De plus comme tous les système libéraux en Europe au 19e siècle Italie devait gérer la coexistence difficile des partis constitutionnels formés par les notables de élite dirigeante et des partis sociaux catholiques et socialistes qui offraient leurs membres non seulement un mode de socialisation mais aussi souvent une aide pour leur vie quotidienne partir de 1922 le fascisme imposa une manière de syn thèse en créant un parti qui était social mais on pouvait aussi qualifier de constitutionnel dans la mesure où il incarnait idéologie officielle de tat Pour comparer avec le Japon il faut abord noter que celui-ci connu lui aussi une ère libérale de 62 ans avec exactement huit ans de décalage par rapport Italie Cette ère commence en 1868 quand la Restauration de Meiji ouvre ère post féodale et achève en 1930 quand les militaires prennent de facto le pouvoir La mise en place un tat doté des attributs de la modernité administrative et juridique se fait marche forcée Elle accompagne au plan politique une évolution libérale qui commence en 1889 avec adoption une constitution Comme en Italie il agit un modèle standard importé en occurrence celui de la Prusse bismarckienne Son manque de flexibilité notamment dans les rapports entre le législatif et un exé cutif quasi tout-puissant qui est de fait dans les mains des clans qui se disputent influence au Palais ne peut être compensé que par des arrangements et des com promis ad hoc qui donnent très tôt aux partis image organisations corrompues et dénuées de principes La modernisation de Etat et la mise en place un système politique qui se libé ralise progressivement 1898 premier gouvernement parlementaire 1925 suffrage universel masculin opèrent sur fond de drame social La petite paysannerie est vic time une dépossession massive que inaliénabilité du sol avait empêchée alors la classe ouvrière naissante subit les exactions communes tous les capitalismes débutants Entre ces deux catégories profondément aliénées la démocratie incamée par les partis repose sur la base étroite une élite de notables ruraux seule ment 11 de la population le droit de vote aux premières législatives et sur intel ligentsia urbaine Au Japon comme en Italie le système parlementaire manquait une élite dirigeante bien enracinée ne suffisait pas intégrer politiquement tous les acteurs historiques et souffrait une faible légitimité Mais une différence essentielle résidait dans existence au Japon un tat très fort et répressif qui ne concéda jamais pleinement les libertés fondamentales expression et association Les seules formations qui re urent droit de cité étaient des partis constitutionnels de notables Après une période initiale de compétition pour le pouvoir ils parvinrent un accord avec élite dirigeante du Palais aux termes duquel chacun eux représentait plus ou moins un des clans de cette élite Mais au Sur ce point cf Fioravanti Le dottrine dello stato della costituzione dans Romanelli dir.) Storia dello stato italiano unita ad oggi Rome Donzelli 1995 p Pombeni Autorita sociale potere politico Italia contemporanea Bologne Marsilio Deux partitocraties redistributives régulées contraire de Italie aucun parti social ne put organiser même si une poignée de députés dits prolétariens entrera la Chambre après 1925 grâce au suffrage uni versel La fonction de socialiser et de représenter les catégories aliénées fut assurée hors du système politique Les nouvelles religions qui fleurirent dans les années pourvurent en partie aux côtés organisations corporatistes et de secours mutuel embryon un futur syndicalisme Mais au final ce fut armée dont beaucoup des cadres venaient de la paysannerie souffrante qui confisqua ce rôle Sans toucher ordre constitutionnel les militaires mirent fin partir de 1930 évolution libérale en imposant au Palais de nommer des cabinets extra-parlementaires où leurs ministres Défense Manne etc. disposaient un droit de veto Le régime militariste était porteur une vision un tat-famille kazoku kokka organique centré sur Empereur défaut avoir des partis sociaux le Japon était imprégné par idéal un Etat social veillant au bien-être de tous dont la cohabitation avec les partis de notables était pas moins difficile que ne aurait été celle de partis sociaux Cet idéal était concrétisé en partie par le réseau omniprésent des associations de voisinage tonarigumî Cette structure para-administrative ubiquiste placée sous la surveillance des autorités est pas sans rappeler ce était la même époque le parti communiste en URSS Alors que administration de tat moderne était considérée avec crainte les tonarigumî jouissaient de ce on pourrait appeler une légitimité fonctionnelle de proximité Ce sont elles qui servirent de relais social au régime militariste Si le gouvernement représentatif italien fondé sur la Constitution de 1860 était mal enraciné et mal légitimé il en était de même pour celui auquel la Constitution japonaise de 1889 avait donné progressivement naissance Ce régime laissait en dés hérence les catégories sociales victimes de la modernisation dont intégration poli tique en vint du coup reposer sur idéal un Etat organique concrétisé par ce il est convenu appeler le système impérial DE NOUVELLES CONSTITUTIONS ET DE NOUVEAUX PARTIS AUX RACINES FAIBLEMENT GITIMES En Italie quand le fascisme est écroulé en juillet 1943 personne avait une idée précise de ce il allait advenir du système politique Pendant le temps il fallut pour finir la guerre le pays resta sans constitution La maison régnante bien que très compromise espérait pouvoir restaurer ordre ancien Après tout le fascisme avait préservé le statut du monarque voire revigoré autour de la personnalité charis matique de Mussolini une monarchie débarrassée des gouvernements de cabinet Ainsi beaucoup de fonctionnaires pouvaient croire de plus ou moins bonne foi ils avaient fait que servir la monarchie en toute légalité Il en était de même au Japon où la légitimité du pouvoir impérial semblait avoir pleinement résisté épreuve du militarisme avait-il pas suffi une brève déclaration de Hirohito pour mettre fin la guerre et réduire obéissance les plus au-boutistes De fait la préservation du système impérial était objectif commun de toutes les composantes de élite diri- Sur le débat entre historiens italiens sur effondrement du système fasciste cf De Felice Mussolini alleato Italia in guerra Turin Einaudi 1990 Galli Della Loggia La morte della patria Rome Laterza 1996 J.-M Bouissou Pombeni géante elles aient passé les années de guerre terrées et silencieuses la Diète ou comploter et chuchoter dans les couloirs du Palais La crise sociale qui sévissait alors dans les deux pays était extrêmement profonde En Italie le fascisme avait rompu avec sa base sociale partir de 1938 quand Musso lini avait commencé vouloir entrer dans Histoire comme un géant1 Ce faisant il était aliéné la bourgeoisie il regardait comme une classe recroquevillée sur ses privilèges et refusant de payer son tribut de larmes et de sang Mais immense majo rité du peuple italien était aussi sceptique propos de avenir de grandeur que faisait miroiter le Duce Le noyau dur originel du fascisme était dans les classes moyennes qui en attendaient abord la restauration des valeurs et de ordre social anciens Quand le régime se lan dans un radicalisme aventureux ce fut le début de sa délé gitimation qui entraîna celle de toutes les élites qui avaient soutenu sa montée au pou voir au nom de la restauration de ordre social Dans ces conditions les seules forces qui conservaient une certaine légitimité étaient les partis politiques qui avaient résisté au fascisme soit dans le pays soit en exil Les communistes et les socialistes en faisaient clairement partie Pour les libé raux les radicaux de gauche et les catholiques commencer par le Saint Siège ils avaient passé pas mal de compromis avec Mussolini Néanmoins une partie significa tive des élites économiques et intellectuelles avaient refusé de impliquer totalement avec les fascistes opposant au moins un mépris de snobs ces parvenus du pouvoir Quant glise indépendance du mouvement catholique était pour elle une valeur étemelle et elle avait fait échec aux tentatives du régime mussolinien pour le contrôler ou le marginaliser2 Dans le cas japonais aucune formation politique ne bénéficiait de ce type de légi timité De la Diète avait continué de siéger et les élections étaient régu lièrement organisées Les députés tétanisés par la peur faisaient le gros dos En 1940 ils avaient tous abandonné leurs étiquettes partisanes pour se fondre dans Associa tion pour le service du Trône compris la poignée élus dits prolétariens Si eux aussi snobaient les nouveaux maîtres leur opposition était bornée entraver quelques mesures particulièrement attentatoires aux intérêts des grands groupes éco nomiques qui les finan aient comme la nationalisation des compagnies électricité et défendre leurs sièges contre les candidats parachutés par les militaires Par conséquent au contraire du cas italien aucun parti ne jouissait une légitimité de résistance Mais il subsistait de la légitimité deux niveaux La légitimité de Empereur avait démontré son efficacité en terminant la guerre ce qui détermina les vainqueurs préserver Hirohito dès il accepta sans réserve de la mettre leur ser vice Mais il subsistait aussi une forte légitimité clientélaire dans les circonscrip tions législatives dont le militarisme avait pas pu déraciner la classe parlementaire en place Cette légitimité prouva sa force aux élections avril 1946 où 70 des élus sortaient de cette vieille classe directement ou par hommes de paille interposés dans le cas des députés purgés par les autorités occupation américaines Pombeni II Partito Nazionale Fascista nel declinare del regime dans Ventura dir.) Sulla crisi del regime fascista Venise Marsilio Giovagnoli La cultura democristiana Rome Laterza 1991 Sur les relations entre les partis politiques japonais et le régime militariste dans les années cf notamment Gordon Mark Berger Parties Out of Power in Japan ) Princeton Princeton University Press 1977 Dan Kurzman Kishi and Japan The Search for the Sun New York Ivan Obolensky 1960 Jon Livingtson Joe Moore Felicia Oldfather dir.) Imperial Japan ) New York Random House 1973 chap 4) 48 Deux partitocraïies redistributives régulées Le parallèle entre la situation qui prévalait en Italie et celle qui régnait au Japon la fin de la guerre peut donc être fait peu près comme suit En Italie il avait plus aucune confiance dans un pouvoir constitué quel il fût La seule légitimité dis ponible était celle avaient préservée les partis politiques qui avaient montré une certaine résistance au fascisme eux seuls pouvaient rassembler opinion derrière un gouvernement En revanche au Japon il subsistait de la légitimité sous deux formes légitimité clientélaire au niveau local légitimité impériale sous contrôle de occupant au niveau national En ce qui concernait la réorganisation de tat en Italie chacun voulait quelque chose de totalement neuf et juste mais sans idée précise sur les moyens parvenir Les partis politiques se retrouvèrent naturellement au ur du processus destiné doter le pays une nouvelle constitution ils étaient les seules structures capables de recueillir un minimum de légitimité et animer la vie publique un moment où appareil Etat était écroulé du jour au lendemain Par comparaison au Japon les autorités Occupation savaient ce elles voulaient démocratiser le pays pour supprimer tous les éléments qui en avaient fait leurs yeux une puis sance totalitaire et agressive Le SCAP Supreme Command of Allied Powers voulut abord confier cette tâche aux cabinets que continuait de couvrir la légitimité impé riale ceux du prince Higashikuni et du baron Sidehara août 1945-avril 1946 Mais devant leur réticence face aux principes démocratiques les services du SCAP rédigè rent eux-mêmes un texte sans laisser Hirohito autre choix que de entériner par un rescrit impérial mars 1946 Le débat constitutionnel qui était amorcé dans une presse dynamisée par sa liberté toute neuve tourna court assemblée élue en avril 1946 se trouva placée devant un fait accompli elle ne pouvait que ratifier au prix de quelques débats de forme2 En Italie dans la compétition laquelle ils se livraient pour dominer le processus constituant les partis essayèrent étendre leur influence en récupérant des éléments qui avaient pas la légitimité issue de la résistance tels que les libéraux de droite ou le travaillisme démocratique créé pour remettre en selle les vieux radicaux-socia listes issus de la droite socialiste Du coup les groupes de ancienne élite si mal équipés ils fussent pour insérer dans un nouveau système démocratique récupé rèrent de la légitimité notamment grâce aux efforts que faisait le parti catholique pour camoufler ses compromissions avec le fascisme Le résultat fut comme au Japon une partie de la légitimité clientélaire des notables put être recyclée dans le système démocratique qui allait naître Dans les deux pays sévissait une violente ense sociale Une défaite désastreuse avait ravagé économie Au Japon environnement industriel était drastiquement restructuré par la dissolution forcée des zaïbatsu En Italie élite patronale parvint pour essentiel conserver ses positions grâce au rôle intermédiaire elle avait su jouer entre le fascisme les Allemands et la Résistance Mais dans les deux pays les relations du travail étaient très tendues par établissement des libertés syndicales et la poussée des communistes dans les organisations ouvrières De nombreux éléments désinsérés soldats démobilisés anciens prisonniers opinion colons expulsés des colonies perdues cherchaient se réintégrer dans la société autres en particulier les fonctionnaires vivaient dans la crainte être purgés par les vainqueurs et de perdre Sur cette débâcle cf les m
Similar documents
View more...
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks