Impact du commerce équitable sur les revenus des agriculteurs Le cas de CONACADO en République Dominicaine

Please download to get full document.

View again

of 17
35 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
2 e Colloque international sur le commerce équitable : commerce équitable et développement durable / 06 / 2006, Montréal, Québec, Canada Impact du commerce équitable sur les revenus des agriculteurs
Document Share
Documents Related
Document Transcript
2 e Colloque international sur le commerce équitable : commerce équitable et développement durable / 06 / 2006, Montréal, Québec, Canada Impact du commerce équitable sur les revenus des agriculteurs Le cas de CONACADO en République Dominicaine Gilles Roche, Chercheur CIRAD TERA 73, rue Jean François Breton Montpellier Cedex 5 France Tél : (33) Fax : (33) Impact du commerce équitable sur les revenus des agriculteurs Le cas de CONACADO en République Dominicaine Résumé La CONACADO, Confederacion Nacional de los Cacaocultores Dominicanos, est une association à but non lucratif créée en Cette organisation représente plus de producteurs de cacao organisés en 150 associations elles-mêmes fédérées en 8 «s zonaux». Elle commercialise annuellement environ tonnes de fèves. Elle est devenue le premier exportateur mondial de cacao issu de l agriculture biologique, et figure également au premier rang des fournisseurs du commerce équitable avec plus de 1000 t/an certifiés par FLO-Cert depuis la campagne 2001/2002. Cette étude, centrée sur la période 1999/2004, est basée sur des données communiquées par l organisation de producteurs. Après une présentation du contexte de la production et de la commercialisation du cacao en République Dominicaine un bref historique de la CONACADO et de ses relations avec le commerce équitable est fait. Dans la deuxième partie la méthode, hypothèses et matériel utilisé sont présentés. Dans les parties suivantes les résultats seront présentés puis discutés. Une évaluation est faite des revenus supplémentaires perçus effectivement par le producteur grâce à cette filière, directement et indirectement par le bais d actions collectives de développement financées grâce à la prime commerce équitable. Les autres apports du commerce équitable sont également analysés : apprentissage à la commercialisation, augmentation de la base des acheteurs, développement de la notoriété, renforcement de la capacité financière. Cette étude montre avant tout que l impact direct de la filière équitable sur le revenu des producteurs est très faible puisqu elle n augmente ce dernier que de l ordre de 3 US$ par famille et par an. Les principales raisons semblent être la faiblesse des quantités achetées et le mécanisme de formation du prix. Mots clé : République Dominicaine, Cacao, Commerce équitable 2 1.) INTRODUCTION Un des objectifs du commerce équitable est de garantir aux producteurs un prix raisonnable pour leur production. Les producteurs qui commercialisent leur produit dans le cadre d une certification du commerce équitable améliorent ils leurs revenus de façon significative? C est par l étude d un cas concret de terrain en République Dominicaine au sein de CONACADO premier fournisseur mondial de cacao du commerce équitable qu est proposée une évaluation de l impact du commerce équitable sur les revenus des producteurs. Dans un premier temps le contexte de la commercialisation du cacao en République Dominicaine est décrit. Dans une autre partie la méthode, hypothèses et matériel sont présentés. Dans les parties suivantes les résultats seront exposés puis discutés. 2.) CONTEXTE Le secteur agricole de la République Dominicaine représente la première source de création de richesse. Le café, la banane, la canne à sucre, le cacao, les fruits, les légumes et le riz continuent à être produits par la moitié de la population active du pays. Le tourisme qui a connu un grand essor à partir des années 1980, représente la deuxième source de revenu du pays (de l ordre de 1 milliard de $). Au niveau socio économique deux facteurs sont importants : o Une forte pression migratoire en provenance de Haïti. Traditionnellement c était de la main d œuvre haïtienne qui coupait la canne à sucre. Avec la dégradation de la situation dans ce pays voisin la pression migratoire se renforce et concerne différentes couches de la population d Haïti o Une forte pression migratoire vers l extérieur, plus de 3 millions de Dominicains vivent aux Etats-Unis et en Europe. Le phénomène de la «remesa» (envoi d argent par les résidents à l étranger à leur famille restée au pays) et les investissements fait en République Dominicaine par les dominicains résidant à l étranger jouent un rôle important dans l économie dominicaine. Le cacao Dominicain Le cacao a été introduit en République Dominicaine à partir du XIXième siecle, contrairement aux pays d Amérique du Sud, il a peu été cultivé en grandes plantations, il est depuis longtemps cultivé par des petits et moyens producteurs. Les plantations sont peuplées d un mélange de différentes souches, principalement forastero (la variété la plus commune dans le monde) dont des hybrides recommandés par le Ministère de l agriculture, mais aussi de 3 trinitario (qui sont des hybrides entre Forastero et Criollo qui est une variété donnant un cacao très fin, mais en voie de disparition vu sa faible capacité productive) et de quelques rares plants de criollo. La densité des cacaoyères est en générale bonne de l ordre de 900 pieds /ha, les arbres sont relativement jeunes (25 à 30 ans) et la production est à un bon niveau par rapport au continent américain, de l ordre 420 kg/ha. Cela donne selon les zones et le travail post récolte réalisé un produit doux aux saveurs fruités type agrumes, banane ou pomme poire. C est donc un cacao qui a un bon potentiel. Cependant ce cacao a une mauvaise réputation sur le marché international car il reçoit en terme général un mauvais traitement post récolte, pas ou très peu de fermentation, un séchage souvent incomplet et un mauvais conditionnement. Le non commercial traditionnel du cacao dominicain est «Sanchez» (car exporté autrefois par le port de Sanchez). Il s agit d un cacao ayant des défauts de présentation, séchage et fermentation. A partir de la fin des années 1980 sous l impulsion de la CONACADO, le cacao «Hispaniola» (fermenté et bien séché) a été reconnu internationalement. Le cacao «Sanchez» a un débouché important vers les Etats-Unis, car le beurre issu de ce cacao mal fermenté est plus dur, ce qui est un critère important pour les chocolatiers. Le négoce du cacao en République Dominicaine La récolte principale de cacao commence début avril et se finit début juillet, elle représente de l ordre de 70% de la récolte totale. La petite récolte à lieu entre octobre et février selon les zones. Ce qui caractérise la récolte ce sont les pics de production : en pleine période de récolte, il se ramasse 10% ou plus de la production annuelle. Cette période correspond souvent avec de fortes et nombreuses pluies ce qui gène considérablement pour le séchage du produit. La République Dominicaine exporte en général de l ordre de tonnes de cacao/an. La production nationale se remet difficilement des dégâts causés par le cyclone Georges en 1998 (Tableau 1). En plus des produits semi élaborés transformés localement (beurre, masse et poudre) qui représentent environ 9% du total des exportations, deux qualités de cacao sont exportées : le Sanchez qui est un cacao peu ou mal fermenté (74%) et l Hispaniola (17%) qui est censé être un cacao ayant reçu un traitement post récolte adéquate (moyenne entre 1998 et 2004 Dept de cacao). Trois exportateurs, Nazario Rizek (30%), Comercial Roig (20%) et CONACADO (17%) exportent 67% de la production. Un réseau d intermédiaires, assure le ramassage du produit. 4 Ces derniers sont pré financés par les exportateurs afin de pouvoir consentir des avances sur récolte aux producteurs et acheter le produit. Tableau 1 Exportations de cacao de la République Dominicaine Année EXPORTATION (T) EXPORTATION PAR CONACADO % 1993/ % 1994/ % 1995/ % 1996/ % 1997/ % 1998/ % 1999/ % 2000/ % 2001/ % 2002/ % 2003/ % Source : Departamento del cacao (Ministère de l Agriculture) 2004 Seul CONACADO, Confederacion Nacional de los Cacaocultores Dominicanos, qui regroupe de 8 «s Zonaux» d associations de producteurs soit 150 associations au total n utilise que peu d intermédiaires. CONACADO et les «s zonaux» En 1985 une seule organisation, le «BLOQUE Zonal n 1» établi dans la ville de San Francisco de Macoris, qui est le centre de la plus importante zone de production de cacao du pays, était en voix de légaliser son existence. En effet cette organisation de producteurs à l initiative d une vingtaine d agriculteurs, aidés par les vulgarisateurs du Ministère de l Agriculture, avaient décidé de regrouper leur cacao pour le vendre à un meilleur prix directement aux exportateurs. Par la suite avec l appui d un projet de développement financé par la GTZ, entre 1986 et 1994 se sont constitués 8 autres «s Zonaux». Les «s zonaux» sont des organisations de 2 ième niveau, dont les membres sont des associations (de 1 ier niveau) de producteurs de cacao. Ces associations de base étaient souvent constituées depuis longtemps, elles avaient des activités principalement sociales et culturelles avant de se dédier à la commercialisation du cacao. 5 2004 Tableau 2 CONACADO EFFECTIF ET SUPERFICIES ASSOCI- BLOQUE ATION PRODUCTEURS SUPERFICIES en Ha Conven- Conven- Organiques tionnels Total Organiques tionnels Total * * * * * * TOTAL * Estimation Capacité de production:420 Kg/ha Sources CONACADO et «s zonaux» Certification «Bio» assurée par BCS (Biological System Control) En 1988 les 3 «s» existants ont décidé d unir leurs efforts au sein d une structure de 3 ième niveau : la CONACADO. DIAGRAMME DE L ORGANISATION CONACADO s PPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPPP Producteurs 6 Les objectifs affirmés dans les statuts de la CONACADO et des «s Zonaux» sont : d améliorer les conditions précaires des communautés agricoles, et pouvoir élever le niveau de vie des producteurs de cacao ainsi que celui de leur famille par la commercialisation associative de leurs productions de cacao (sur des marchés de qualités différenciées). Ces «s» et la CONACADO (légalisé en 1989) ont un statut d association a buts non lucratifs, «incorpored» par décret présidentiel, ce statut leur permet d avoir des activités commerciales, mais pas de faire des bénéfices et de les distribuer à leurs membres. Sur les 9 «s» zonaux créés, 8 continuent actuellement d opérer de façon durable dans la commercialisation du cacao. La structure de la CONACADO représente plus de producteurs (il y avait environ producteurs associés en 1992) et une capacité de production de l ordre de tonnes/an de cacao. Les «s» sont répartis dans toutes les principales zones de production de cacao de la République Dominicaine : la zone centrale pour le 1 (San Francisco de Macoris), le 2 dans la partie Centre Sud (Yamassa), le 3 dans l Est (Hato Mayor), Le 5 dans la région de Bonao (Centre Ouest) les 6 et 9 sur la côte Nord de l île à Gaspar Hernandez et Nagua, les s 7 et 8 dans des zones situées au Centre du pays à Cotui et Castillo. Suite à des contacts entre CONACADO qui cherchait à diversifier ses débouchés et FLO (Fair trade Labelling Organisation) qui désirait trouver des sources fiables d approvisionnement en cacao et après inspection externe réalisée par FLO, CONACADO est certifié Commerce Equitable par depuis ) MATERIEL ET METHODES Matériel L évaluation de l impact du commerce équitable sur les revenus des agriculteurs porte sur la période 1999/2004. Le matériel utilisé sont principalement des documents comptables qui ont été mis à la disposition par CONACADO et les «s zonaux». Le Departamento de cacao (Ministère de l Agriculture) et la Comision CACAO de la République Dominicaine ont été la source d informations pour les statistiques, ce qui a permis de pouvoir vérifier certaines données communiquées par CONACADO. Des rapports d expertise concernant la CONACADO ont aussi été consultés, notamment : 7 Les rapports d audit annuels et les états financiers de CONACADO sur les périodes 1999/2000, 2000/2001, 2001/2002, 2002/2003 et 2003/2004 Les états financiers annuels des «s», 1, 2, 3, 5, 6, 7, 8 pour les périodes 1999/2000, 2000/2001, 2001/2002, 2002/2003 et 2003/2004 Les récapitulatifs annuels des exportations de la CONACADO par acheteur et type de produits sur les périodes 1999/2000, 2000/2001, 2001/2002, 2002/2003 et 2003/2004 Les registres d exportations de cacao de la République Dominicaine. Les bilans annuels d activités sur le commerce équitable Hypothèses et méthode L hypothèse est que le commerce équitable a un double impact, direct et indirect sur les revenus des producteurs. L impact direct concerne le prix effectivement reçu par le producteur, l impact indirect est lié à des avantages sociaux, techniques, culturels Pour cette raison la plus value apportée par le CE a été séparée en deux parties, l une correspondant à la prime Commerce Equitable de 150 $ / tonne qui est utilisée pour des actions collectives, et l autre correspondant à une plus value sur le prix même du cacao et pouvant être librement utilisée par les «s» et en particulier être distribuée aux producteurs sous forme d excédents après la clôture des comptes de fin d année. La quantité de cacao Sanchez commercialisée sur le commerce équitable étant insignifiante jusqu en 2004, pour évaluer l impact sur les revenus des producteurs l étude a été faite sur la globalité des ventes de cacao Hispaniola de CONACADO, puis il a été évalué en comparant quelle plus value sur les ventes de cacao Hispaniola a été faite grâce aux ventes de ce type de cacao au commerce équitable avec une vente globale sur le marché traditionnel. Cela pose comme hypothèse que de toute manière CONACADO réussirait à exporter tout son cacao sur le commerce traditionnel comme cela a été le cas jusqu en Au moment de l achat et du paiement du cacao au producteur, que le cacao soit vendu sur le commerce équitable ou sur le secteur conventionnel le producteur reçoit le même prix. En fait il n y a pas, en général, d engagement sur le long terme de la part du commerce équitable pour des quantités données à un donné. Au moment de l achat souvent la destination du cacao n est pas connue, donc les «s», ne peuvent pas payer un prix différencié à cette étape là. Au moment de l étude, le mécanisme de fixation des prix pour les opérateurs du CE était : selon le niveau du cours international, le prix de la bourse ou le prix minimum garanti de 8 1600 $/t auquel l on rajoute 200 $/t s il s agit de cacao certifié «Bio» et 150 $/t de prime commerce équitable qui doit être utilisée pour des actions collectives démocratiquement décidées. Il est important de valoriser aussi la part des produits semi élaborés (poudre, beurre et masse) vendus dans le cadre du commerce équitable car ces produits ont une forte valeur ajoutée du fait des rendements à la transformation et des coûts d usinage. C est pourquoi les calculs ne prennent en compte que l équivalent en cacao grain du tonnage de produits semi élaborés exportés ce qui représente environ 20% du total des exportations sur la période considérée. Cet équivalent est valorisé dans mes calculs au même prix que du cacao Hispaniola acheté par le commerce équitable. Il n a pas été fait de différence entre le cacao Hispaniola conventionnel et le cacao Hispaniola «Bio», de l ordre de 70 % du cacao acheté par le commerce équitable est «bio» ce qui est supérieur à la moyenne des ventes du cacao Hispaniola par CONACADO. Il a été ensuite considéré que l intégralité de la plus value réalisée, hors prime du commerce équitable était redistribuée aux planteurs de façon uniforme sous forme d excédents de fin d année. Nous n avons pas pris en considération dans cette évaluation le coût des certifications «bio» et FLO (Fair trade Labeling Organization). Le prix garanti par les opérateurs du CE certifiés par FLO, concerne le prix FOB (Free on Board), c'est-à-dire le prix d exportation au départ du pays producteur. Il n y a donc pas de prix garanti directement au niveau du producteur. Le prix d achat au producteur est lié aux performances de son organisation de producteurs. Par contre sur le marché conventionnel la fixation du prix se fait toujours sur la base d un prix de référence qui en République Dominicaine est le cours de la Bourse de New York. Au moment de l étude CONACADO exportait le cacao Sanchez à prix de Bourse, le cacao Hispaniola conventionnel avec un différentiel de 150 $/t au-dessus de la bourse, et le cacao Hispaniola «Bio» avec un différentiel de 350 $/t au-dessus de la bourse. Au niveau du producteur, le prix de référence est le prix du jour (pour le cacao Sanchez) qui est calculé en fonction du cours de la bourse de New York (au moment du séjour, le prix du jour représentait environ 50% du prix de New York). Les différentes maisons commerciales s alignent sur ce prix et parfois donnent des primes aux gros producteurs lorsqu il s agit de quantités importantes. Les «s» paient une prime à la qualité pour reconnaître le cacao Hispaniola et le cacao «Bio» qui en général est commercialisé comme Hispaniola. Dans le 9 tableau 3 l on peut constater qu en période de pleine récolte de mars à juin la proportion du prix international est plus faible qu en période de faible récolte. Lors de l étude il a pu être observé que ce prix du jour n était pas respecter par de nombreux intermédiaires (la récolte étant mauvaise les exportateurs pour ne pas rester «short» devaient s assurer l achat de quantités les plus importantes possible), le 1 avait suivi le mouvement. Tableau 3 République Dominicaine % du prix international reçu par le producteur Sur le marché traditionnel pendant la campagne 2003/2004 Cours Int. Change Prix producteur* Prix producteur* Prix producteur $/kg RD/$ RD$/50kg $/Kg % du Prix Int oct-03 1,54 35, ,92 60% nov-03 1,44 39, ,89 62% déc-03 1,50 37, ,90 60% janv-04 1,63 46, ,84 51% févr-04 1,57 49, ,76 49% mars-04 1,50 46, ,74 49% avr-04 1,44 44, ,67 47% mai-04 1,42 47, ,67 47% juin-04 1,34 48, ,69 52% juil-04 1,65 45, ,84 51% août-04 1,68 41, ,92 55% sept-04 1,45 37, ,80 55% * Il s agit du prix payé au producteur sur le marché local par l ensemble des acheteurs Source : Dep Cacao et Banco Central Les «s» membres de CONACADO, à la différence des autres exportateurs distribuent aux producteurs, lorsque cela est possible des excédents en fin d année. Certaines années, il peut y avoir une différence entre le total des exportations de la CONACADO et les quantités commercialisées par les «s» car CONACADO exportait aussi du cacao de BIOCAFCAO Sur place des entretiens ont eu lieu avec des acteurs de la filière cacao, producteurs, intermédiaires, exportateurs, représentants d organisations paysannes, inspecteur d organisme de certification, membres de la Comision Cacao et du Ministère de l agriculture ont été rencontrés pour une approche participative. Il s agissait de bien connaître la filière mais surtout d avoir des informations pertinentes sur les opportunités de marché, les mécanismes de fixation des prix et les stratégies des différents acteurs. 10 4.) RESULTATS Les quantités commercialisées En terme général l on peut constater que la mise en place du commerce équitable au niveau international semble être un processus relativement long car l on se rend compte qu il a fallu plus de 6 ans à la structure CONACADO, qui avait déjà une bonne expérience de la commercialisation du cacao sur le marché Européen, pour arriver à commercialiser plus de tonnes/ an sur le marché équitable. CONACADO est depuis plusieurs années le leader mondial sur ce marché avec plus de 40% des parts de marché du cacao sur le Commerce Equi
Similar documents
View more...
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x