INFORMATION IN TIMES OF CONFLICT OR CRISIS: FROM MASS MEDIA TO DIGITAL SOCIAL MEDIA

Please download to get full document.

View again

of 12
13 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
L INFORMATION EN PÉRIODES DE CONFLITS OU DE CRISES : DES MÉDIAS DE MASSE AUX MÉDIAS SOCIAUX NUMÉRIQUES Jean-Jacques BOGUI et Christian AGBOBLI Université du Québec à Montréal INFORMATION IN TIMES OF CONFLICT
Document Share
Documents Related
Document Transcript
L INFORMATION EN PÉRIODES DE CONFLITS OU DE CRISES : DES MÉDIAS DE MASSE AUX MÉDIAS SOCIAUX NUMÉRIQUES Jean-Jacques BOGUI et Christian AGBOBLI Université du Québec à Montréal INFORMATION IN TIMES OF CONFLICT OR CRISIS: FROM MASS MEDIA TO DIGITAL SOCIAL MEDIA LA INFORMACIÓN EN TIEMPOS DE CONFLICTO O CRISIS: DE LOS MEDIOS DE COMUNICACIÓN A LOS MEDIOS SOCIALES DIGITALES RÉSUMÉ Les médias de masse ont toujours joué un rôle important pendant les périodes de conflits ou de crises dans le monde, car le contrôle de l information pendant ces périodes devient un enjeu crucial. Cependant, l émergence des médias sociaux numériques a fait perdre aux médias de masse et aux journalistes leur pouvoir de contrôle de l information transmise au public et des débats dans l espace public. Cette contribution de nature théorique, s intéresse aux mutations que l on a pu observer dans la circulation de l information en périodes de conflits ou de crises à l heure des médias sociaux numériques et leur impact sur les acteurs (autorités politiques, militaires et populations). ABSTRACT The mass media have always played an important role during periods of conflict or crisis in the world because the control of information during these periods becomes a crucial issue. However, the emergence of digital social media has caused mass media and journalists to lose control over the information they convey to the public and debates in public space. This theoretical contribution focuses on the changes observed in the circulation of information in times of conflict or crisis in the context of digital social media and their impact on the actors (political authorities, Military and people). RESUMEN Los medios de comunicación han jugado siempre un papel importante en tiempos de conflicto o crisis en el mundo para el control de la información en estos tiempos es crucial. Sin embargo, la aparición de las redes sociales digitales para bajar de medios de comunicación y periodistas su poder de control de la información proporcionada al público y el debate en el espacio público. Esta contribución de carácter teórico, se centra en los cambios que podrían ser observadas en el flujo de la información en tiempos de conflicto o crisis en la era de los medios sociales digitales y su impacto en los actores (políticos, militar y personas). MOTS-CLÉS : MÉDIAS, MASSE, NUMÉRIQUE, SOCIAL, CRISE, CONFLIT, INTERNET. KEYWORDS: MEDIA, MASS, DIGITAL, SOCIAL, CRISIS, CONFLICT, INTERNET. PALABRAS CLAVES : MEDIOS, MASA, DIGITAL, SOCIAL, CRISIS, CONFLICTOS, INTERNET. 26 Introduction Le contrôle des médias de masse, donc de l information, est un enjeu crucial pendant les périodes de conflits ou de crises depuis maintenant plusieurs siècles. Cependant, l émergence des médias sociaux numériques a entraîné une reconfiguration de l espace médiatique qui a pour corollaire des mutations dans la circulation de l information. Cette réalité est particulièrement perceptible pendant les périodes de conflits ou de crises. Comme l affirme Ramonet (2011, p. 15) avec l émergence d internet, «La confortable situation des médias et des journalistes, en position de monopole de l information dans la société, prend fin.». Le pouvoir des journalistes et des médias de masse d imposer ou d exercer un contrôle sur les débats dans l espace public se trouve ainsi mis à mal à l ère des technologies issues d internet : «Ce temps où ils avaient seuls le droit de choisir et de publier une information est fini. La toile les dépouille de leur identité de prêtres séculiers» On peut ainsi s interroger sur l influence de l usage de plus en plus important des médias sociaux numériques sur la circulation de l information en période de conflits ou de crises de nos jours. Comment l usage d internet et des outils de communication numériques transforme-t-il la vitesse de circulation de l information pendant les périodes d agitations sociales? Comment cette nouvelle donne influence-t-elle les comportements des autorités politiques et du public pendant les périodes de troubles et d agitations sociales? La présente étude, de nature théorique, s intéresse à la circulation et au traitement de l information en périodes de conflits ou de crises dans le monde à l ère des médias sociaux numériques. Elle est inspirée d une revue de littérature de recherches déjà menées sur le sujet. L objectif de cet article est d étudier les mutations que l on a pu observer dans la circulation de l information en périodes de conflits ou de crises à l heure des médias sociaux numériques et leur impact sur les acteurs (autorités politiques, militaires et les populations). Nous avons fait le choix de textes d auteurs en majorité francophones qui traitent autant des médias traditionnels que des médias sociaux numériques en périodes de conflits ou de crises. Notre démarche a consisté à utiliser des ressources documentaires, dont quelques données textuelles de seconde main, sous la forme de corpus de textes en ligne. Cet article se structure en trois parties : la première partie est consacrée à l usage des médias de masse en périodes de conflits ou de crises, la seconde partie s intéresse aux mutations que l on observe dans la circulation de l information à l heure du numérique pendant les périodes d instabilités sociales et enfin la troisième partie mettra un accent particulier sur les enjeux du cyberactivisme. Le contrôle et le traitement de l information diffusée par les médias de masse1 en périodes de conflits ou de crises Crise et conflit : Essai de définition Selon Barus-Michel et Dorna (2009) : «Les crises sont des moments de bouleversement affectant des systèmes jusque-là cohérents. Ces moments sont diagnostiqués aujourd'hui à tous les niveaux de la vie moderne autant individuelle que sociétale.» Pour ces auteurs, les crises «apparaissent génératrices de désordre, de dégradation des rapports sociaux (baisse de la solidarité, faiblesse du lien, incivilité) et des relations interindividuelles (instabilité, agressivité).» C est ainsi que «la 1-Par «médias de masse», nous estimons à l instar de Bertrand et Derieux qu il s agit d outils techniques servant à la transmission des messages entre des communicateurs professionnels et une large audience. Les médias de masse étaient essentiellement constitués par les livres, les magazines, les journaux, les affiches, le cinéma, la radio et la télévision sous les formes hertzienne, câblée, satellitaire. Aujourd hui, leur prolongement se déploie avec internet. 27 société est tentée d'en attribuer les causes à une permissivité et un laxisme antérieurs et de réagir par un renforcement des contrôles et des sanctions, prenant le risque d'accentuer les clivages au sein de la population et par rapport à l étranger.» Selon Barus-Michel (2009), «la crise peut être issue d'un conflit non résolu, non dialectisé, sans médiation qui s'envenime jusqu'à ce qu'un élément nouveau le porte au paroxysme et la rupture.» Pour Boumard (2007), «Le conflit est d abord vécu comme une forme de la situation de groupe. Une forme en quelque sorte pervertie. Il est le plus souvent ressenti comme anormal, comme un dysfonctionnement social qui serait devenu ordinaire ( ) Le conflit serait donc une forme spécifique d interaction sociale en perpétuel déséquilibre, et révélateur d une inquiétante instabilité sociale». Néanmoins Simmel (2003) considère que les conflits ont également un apport positif dans la vie sociale, car ils participent à la production des rapports sociaux et à leur redéfinition cyclique. Le conflit en tant que voie de résolution des tensions entre protagonistes dans la société peut également être perçu comme un facteur constructeur d unité et non seulement comme un élément destructeur de la vie sociale. «Si toute interaction entre les hommes est une socialisation, alors le conflit ( ) doit absolument être considéré comme une socialisation. Dans les faits, ce sont les causes du conflit : la haine et l envie, la misère et la convoitise, qui sont véritablement l élément de dissociation. Une fois que le conflit a éclaté pour l une de ces raisons, il est en fait un mouvement de protection contre le dualisme qui sépare, et une voie qui mènera à une sorte d unité, quelle qu elle soit, même si elle passe par la destruction de l une des parties.» (Simmel, 2003, p. 19) Pour Barus-Michel (2009) : «le conflit suppose le tiers, la symbolisation tandis que la crise n'est pas symbolisable, pour les parties sinon pour un observateur extérieur qui use de son langage propre». En période de crise nous dit-elle «chacun a son discours et ne peut entendre ni comprendre l'autre, les monologues sont autocentrés, les langues incompatibles». Dans ce texte la notion de conflit fait référence aux conflits dits «sociaux» c est-à-dire les conflits opposant plusieurs groupes sociaux antagonistes à l intérieur des États ou au niveau international et qui peuvent être à l origine de crises (sociale, politique ou militaire) c'est-à-dire de dysfonctionnements ou de bouleversement d un système social. Il s intéresse plus précisément au rôle de l information diffusée par les médias pendant ces périodes de conflits ou de crises. Les médias de masse et la diffusion de l information lors des conflits internationaux Selon Rieffel (2005, p. 107), «Les conflits armés constituent sans nul doute un terrain d étude particulièrement propice pour évaluer le rôle des médias dans nos sociétés». En effet, il relève que depuis le 17e siècle un accroissement important du tirage des journaux peut être observé pendant ces périodes. À ce sujet, l exemple de la Gazette de Théophraste Renaudot fondée en 1631 est assez édifiant. Ce journal a vu ses abonnements passer à plus de exemplaires lors de la guerre de Sept Ans ( ) pour retomber ensuite à Selon lui, cette tendance s est confirmée lors de la guerre d indépendance des États-Unis d Amérique, les expéditions coloniales et les deux dernières Guerres mondiales. Ce constat est consolidé par le succès qu ont connu les magazines illustrés qui ont publié des photos des combats lors des deux dernières grandes guerres. Pour Rieffel (2005, p. 108) : 28 «La guerre est par conséquent un fait médiatique de première ampleur : les images et les récits des conflits internationaux ou étrangers modifient la nature de l information diffusée et conduisent les autorités politiques et militaires à vouloir systématiquement maîtriser le contenu de la presse, de la radio et de la télévision». Le contrôle des sources, la censure des contenus, les pressions sur les journalistes de guerre pour orienter leurs commentaires ont été des pratiques courantes en France durant les deux conflits mondiaux, les guerres d Indochine et d Algérie (Rieffel, 2005). Robinet (2013), dans une étude sur la diffusion de l information par les médias français sur des conflits qui ont eu lieu en Afrique francophone (zone d influence de la France) entre 1994 et 2008, s intéresse à la relation qui s établit entre les journalistes, les responsables politiques et militaires français en Afrique pendant les périodes de conflits. Son étude s appuie sur une analyse des productions d un corpus d une dizaine de rédactions françaises pendant cinq phases d intensification de la couverture médiatique au Rwanda (1994), au Congo (1996/1997), en Côte d Ivoire (2002/2003 et novembre 2004), au Tchad (2008) et une douzaine d entretiens avec des journalistes, rédacteurs en chef, des grands reporters et des photographes de guerre. Robinet met en lumière ce qu il qualifie «d information en coproduction» entre ces trois entités. L étude de Robinet permet de montrer : «qu en temps de crise, l intensification de la couverture médiatique va souvent de pair avec la dramatisation et la valorisation du rôle de la France dans un contexte de production de l information marqué par une forte porosité des discours médiatiques aux discours produits par les responsables politiques et militaires français.» (Robinet, 2013, p. 96) De nombreux chercheurs se sont d ailleurs intéressés aux entreprises de manipulation de l opinion orchestrée par des gouvernements de pays dits démocratiques pendant ces périodes de conflits avec la complicité des médias2 (Chomsky et McChesney, 2004 ; Rieffel, 2005 ; Halimi et Vidal, 2006, Chomsky et Herman, 2009, etc.). Chomsky et McChesney (2004, p. 35) dénoncent la propagande américaine et les manipulations médiatiques qui ont pour but de «forcer la population à prendre parti en faveur d interventions militaires à l étranger». Ils s intéressent entre autres au rôle joué par les médias avant les interventions militaires américaines au Vietnam et en Irak tandis qu Halimi et Vidal (2006, p. 7) déplorent l incohérence des grands médias qui «n ont cessé de justifier les interventions occidentales, puis de disserter sur les erreurs commises dans la couverture avant de recommencer de plus belle tout en se targuant d éviter désormais toute bavure». 2- Par médias, nous entendons les supports de communication qui servent à diffuser une nouvelle : la radio, la télévision et la presse écrite. Nous limitons la portée de notre analyse à la diffusion d informations portant sur les conflits situés à l intérieur d un pays ou impliquant plusieurs pays. La propriété des médias et l emprise des pouvoirs politiques sur les médias (Gingras, 2009) sont deux des principales raisons identifiées par Halimi et Vidal (2006) pour expliquer pourquoi «les médias ont broyé l information du public» dans le traitement de différents conflits dans le monde au cours des dernières décennies. La concordance des prises de position de la majorité des médias français avec celles de leur gouvernement lors des conflits dans le Golfe en 1991, en Serbie en 1999, en Afghanistan en 2001 et en Irak en 2003 est une parfaite illustration de cette situation. Selon ces auteurs, on peut constater que la seule fois où le gouvernement français s est retrouvé en opposition avec celui des États-Unis d Amérique (lors de la seconde guerre du Golfe en 2003), les médias français ont également à l instar de leur gouvernement pour la plupart d entre eux dénoncé une guerre injustifiée. Cette situation ne serait plus seulement l apanage des grands médias occidentaux (BBC, CNN, etc.) si l on se fie à la critique émise par Naoufel Brahimi (2012) à l encontre de la très populaire chaîne internationale qatarie Al Jazeera pour son action pendant ce qu il a été convenu d appeler 29 le «printemps arabe». Cet auteur s intéresse au rôle que joue Al jazeera dans la diplomatie du Qatar qu il présente comme le bras séculier des intérêts des États-Unis dans le monde arabe. Ce média serait un puissant instrument de propagande au service de l émir du Qatar qui l utiliserait pour servir les intérêts américains et occuper une position diplomatique avantageuse au plan international. Selon cet auteur Al jazeera utiliserait les images que lui envoient les citoyens des pays en conflit dans le monde arabe pour réaliser sa manipulation de l opinion publique arabe et internationale. Plusieurs auteurs (Chomsky et McChesney, 2004, Halimi et Vidal, 2006, Chomsky et Herman, 2009, etc.) dénoncent la sensibilité sélective dont feraient preuve les médias pendant les périodes de conflits qui coïncide le plus souvent avec celle des dirigeants des pays dont ils sont issus. Les dénonciations des crimes dits contre l humanité sont souvent faites de façon partiale avec plus ou moins de véhémence selon les rapports qu entretient le régime en place ou certains belligérants avec les grandes puissances. Parmi les exemples les plus récents, on pourrait citer la couverture médiatique des crises au Kosovo, en Libye, ou encore en Côte d Ivoire. Pour des exemples plus anciens, les conflits au Cambodge et au Timor oriental sont assez édifiants3 (Cf. Chomsky et Herman, 2009). Cependant, comme le souligne Rieffel (2005, p. 132), l influence et les effets des médias sont variables et difficilement évaluables d où la nécessité de «revenir à des études ponctuelles et éviter des généralisations hâtives.» Les médias de masse et l information en période de conflit ou de crise dans les pays en processus de démocratisation 3- Chomsky s est intéressé à la couverture médiatique des conflits au Cambodge et au Timor oriental par les médias américains. Selon lui ces médias ont accordé un grand intérêt à la couverture des crimes commis par les Khmers rouges d obédiences communistes au Cambodge, mais a contrario les crimes commis par l Indonésie, allié du gouvernement américain au Timor oriental ont occupé très peu de place dans ces médias Si dans les pays dits démocratiques l influence des forces politiques et économiques sur les médias peut paraître plus subtile, dans certains pays dont les régimes sont perçus comme autoritaires ou insuffisamment démocratiques, l immixtion des pouvoirs publics dans le travail des journalistes et le contrôle de l information diffusée par les médias de masse (plus particulièrement ceux appartenant à l État) est généralement plus flagrante. C est ainsi que Fouda (2009) critique l embrigadement des médias d État qui jouent un rôle de relais pour les gouvernements et partis au pouvoir au détriment de l opposition totalement absente des contenus. Plusieurs exemples concernant la situation des médias d État en Côte d Ivoire et au Cameroun sont avancés par l auteur : «Dans une étude réalisée en 1999 et publiée en 2004, il ressort que dans le journal télévisé de la Radio Télévision Ivoirienne, 77% des nouvelles sont consacrées aux activités du parti au pouvoir et aux activités gouvernementales. Le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune étudié sur une année consacre 11 pages sur 32 aux activités du RDPC, parti du Président de la République ou des partis dits de la majorité présidentielle (Fouda 2009, p. 203)». Le contrôle exercé par les forces politiques sur les médias dans ces pays a ainsi une grande influence sur la circulation de l information dans ces pays pendant les périodes de conflits ou de crises. Ainsi, lors de deux des évènements les plus tragiques qu a connus la Côte d Ivoire au cours des dernières années à savoir la bousculade pendant les festivités du premier janvier qui a fait des dizaines de morts et l attentat terroriste perpétré par les djihadistes de l AQMI le 13 mars 2016 à Grand- Bassam avec un bilan de 18 décès, ce sont d abord les réseaux sociaux qui ont permis au public 4- Au cours des festivités du nouvel an 2013, une bousculade dans le public a fait plusieurs dizaines de morts 30 ivoirien d avoir accès à l information et aux images qui ont été diffusées par la suite par les médias internationaux. Les médias d État n ont traité de ces sujets que plusieurs heures plus tard après le communiqué officiel du gouvernement. De nombreux citoyens ont même eu à dénoncer le fait que la chaîne de télévision publique RTI1 présentait un match du championnat national de football au moment où les informations sur l attentat terroriste faisaient le tour du monde par le canal des réseaux sociaux et des chaînes de télévision satellitaire. Dans la même optique, Khamis (2013, p. 59) affirme qu avant l arrivée des chaînes de télévision satellitaires et d internet en 1990, la plupart des médias du monde arabe appartenaient aux gouvernements et fonctionnaient sous leur stricte surveillance. À l époque, les gouvernements contrôlaient largement les médias afin de maintenir la population le moins informée possible, de façon à ce qu elles ne soient pas en mesure de participer aux controverses politiques et aux débats nationaux. Néanmoins, selon Khamis (2013), l apparition des chaînes de télévision satellitaires et d internet changera profondément la donne avec «un panorama pluriel et divers, où des voix représentant différentes positions et orientations politiques peuvent se faire entendre simultanément, donner leur avis dans les débats politiques en cours et contribuer à la formation d un large éventail d opinions publiques (Khamis. 2013, p. 60)». Cependant, quel que soit le pays dans lequel
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks