Journal International De Victimologie International Journal Of Victimology

Please download to get full document.

View again

of 13
121 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
Journal International De Victimologie International Journal Of Victimology Année 13, Numéro La Coercition Reproductive Vécue dans un Contexte de Relations Intimes : Revue des Définitions, Outils
Document Share
Documents Related
Document Transcript
Journal International De Victimologie International Journal Of Victimology Année 13, Numéro La Coercition Reproductive Vécue dans un Contexte de Relations Intimes : Revue des Définitions, Outils de Mesure et Facteurs de Risque Associés Lévesque, S., & Rousseau, C. [Québec, Canada] Département de Sexologie, Université du Québec À Montréal Résumé La coercition reproductive (CR) porte atteinte à l autonomie reproductive, à la santé et au bien-être des individus qui en sont victimes. Se manifestant par des comportements qui interfèrent avec la contraception et la planification des naissances, la CR est un concept émergent encore peu documenté dans les études sur les violences entre partenaires intimes. Conséquemment, cette recension des écrits publiés entre 2000 et 2015 permet : (1) d identifier les concepts associés à la RC et présenter ses différentes manifestations, (2) de dresser un état empirique chez les femmes en âge de procréer, (3) d exposer les facteurs de risque associés à sa survenue, et (4) d identifier les instruments de mesure développés. Les résultats font état d une prévalence élevée, variant entre 9% et 25 % selon les outils retenus et les populations sondées. Ils mettent en exergue la paucité des études francophones s intéressant à ce construit et l absence d outils validés dans cette langue. Les recherches futures devraient poursuivre le travail entamé sur l opérationnalisation de cette forme de violence et les outils de mesures associés. Il est aussi nécessaire d obtenir un portrait plus approfondi de sa prévalence et ses manifestations au sein de différentes populations afin d orienter les interventions et le travail des professionnels de la santé. Mots-clés : coercition reproductive, violence entre partenaires intimes, violences sexuelles, autonomie reproductive, contraception, santé reproductive. Abstract Reproductive coercion (RC) affects a person s reproductive autonomy, health and well-being. Defined as behaviours that interfere with family planning and contraception, RC is an emerging concept in the violence between intimate partners literature. Consequently, this literature review of studies published between 2000 and 2015 allows: 1) to identify RC associated concepts and describe its various displays, 2) to present an empirical portrait of RC in women of childbearing age, 3) to document associated risk factors, and 4) to report on measurement instruments. The results indicate a high prevalence, ranging between 9% and 25% depending of the chosen measurement tools and populations surveyed. They highlight the paucity of Francophone studies concerned with this construct and the lack of validated tools in that language. Future research should focus on better defining this concept and the context in which it is studied, and carry on the work initiated on measurement instruments. It is necessary to get a better knowledge of RC s prevalence rates in different populations and to document it occurrences in order to adapt interventions and to guide health professional s actions. Key-Words: reproductive coercion, intimate partner violence, sexual violence, reproductive autonomy, contraception, reproductive health. À l intersection des domaines des violences - violence entre partenaires intimes (VPI) et violences sexuelles - et de la santé reproductive, la coercition reproductive (CR), définie comme des comportements qui interfèrent avec la contraception et la planification des naissances et réduisent l autonomie reproductive féminine (American College of Obstetricians and Gynecologists, 2013; Silverman & Raj, 2014), est un concept émergent encore peu utilisé dans les enquêtes sur les violences, mais surtout peu documenté, notamment dans les écrits francophones. Depuis de nombreuses années, la littérature démontre sans équivoque les liens entre la santé reproductive d une part et la violence sexuelle ou la violence vécue dans un contexte de relation intime d autre part (Campbell, Woods, Chouaf, & Parker, 2000; Coker, 2007; de Sousa, Burgess, & Fanslow, 2014; Miller & Silverman, 2010). Leur présence limite la sélection de moyens contraceptifs, leur négociation et leur usage, augmente le recours à la contraception d urgence et est associée à une fréquence plus importante de grossesses non-désirées et d interruptions volontaires de grossesse ainsi qu à un risque accru de transmission d infections transmissibles sexuellement ou par le sang (ITSS) (Clark, Allen, Goyal, Raker, & Gottlieb, 2014; Gee, Mitra, Wan, Chavkin, & Long, 2009; Pallitto et al., 2013; Silverman & Raj, 2014). Le concept de CR est à cet égard intéressant pour mieux définir certains liens entre la VPI et ses impacts sur la santé reproductive. À l heure actuelle, de nombreux chercheurs incluent la CR sous les termes plus englobant de violence entre partenaires intimes, violence sexuelle, ou violence sexuelle entre partenaires intimes, sans étudier ses corrélats uniques, les mécanismes qui sont en œuvre ou les impacts qui lui seraient particuliers (Chamberlain & Levenson, 2012; Kazmerski et al., 2014; Miller et al., 2010a; Miller et al., 2007; Miller & Silverman, 2010; Moore, Frohwirth, & Miller, 2010; Thiel de Bocanegra, Rostovtseva, Khera, & Godhwani, 2010). Ainsi, malgré un intérêt constant des autorités de santé publique et des acteurs des réseaux de la santé et des services sociaux à l endroit de la santé reproductive des femmes en âge de procréer d une part, et de la victimisation d autre part, la santé reproductive en lien avec les expériences de victimisation ne sont que partiellement explorées et connues. Conséquemment, différentes questions demeurent en suspens : Comment se manifeste la CR chez les femmes en âge de procréer? Quels sont les facteurs de risque qui lui sont associés? La paucité des études disponibles sur la CR chez cette population limite aussi la portée des interventions préventives et curatives pouvant leur être offertes. Peu d écrits nous éclairent sur les besoins pressentis des femmes et les stratégies à mettre en place afin de promouvoir chez elles une meilleure santé sexuelle et reproductive et mettre un terme à la violence qu elles subissent. Conséquemment, cette recension des écrits vise à (1) identifier les concepts et les définitions associés à la CR, en plus de présenter ses différentes manifestations, (2) présenter un état empirique de la CR chez les femmes en âge de procréer, (3) présenter les facteurs de risque qui sont associés à sa survenue dans les différentes études recensées, et (4) faire état des instruments de mesure développés afin d étudier la CR. Enfin, les principales lacunes notées dans ce domaine de recherche et d intervention et les réflexions qu elles suscitent seront mises de l avant. Méthodologie Une recherche dans six bases de données, PubMed, Science Direct, Web of Science, APA PsycNET, Virtuose et Érudit, a été effectuée. Les titres des articles, les résumés et les mots-clés ont été sondés à l aide des termes sabotage contraceptive methods, pregnancy coercion, pregnancy pressure, birth control sabotage, sexual coercion, reproductive coercion, coercive reproduction, contraception sabotage, condom sabotage, de même que coercition reproductive, violence reproductive et coercition sexuelle. Des troncatures de plusieurs de ces mots ont aussi été utilisées pour élargir la recherche. Les bibliographies des articles retenus ont été parcourus afin d identifier des références additionnelles. Suivant cette première étape, tous les articles ont été revus afin de s assurer qu ils correspondaient aux critères d inclusion, soit a) document en français ou en anglais; b) présentation de données quantitatives ou qualitatives liées à la coercition reproductive - et non pas uniquement associées à la violence perpétrée par le partenaire intime et c) publication entre 2000 et Une seconde étape de recherche ciblant la littérature grise a ensuite été effectuée. Des sites web gouvernementaux et d organisations nationales et internationales œuvrant en santé reproductive ou en santé des femmes ont été consultés pour obtenir des références additionnelles, tels des guides de pratiques cliniques, des communications et des typologies de la violence. Au total, 54 documents, dont 50 articles publiés dans des revues avec comité de pairs, constituent le corpus sur lequel repose cette recension (figure 1). Aucun article ou document publié en langue française ne correspondait aux critères de sélection. Figure 1. Inclusions et exclusions des documents retenus aux fins d analyse Documents identifiés par recherche systématiques sur des bases de données n=69 Documents identifiés par d autres moyens : recherche à la main de résumés via les références de divers articles n=34 Documents restants après retrait des doublons (titres, auteurs) n=65 Documents exclus en lisant les résumés n=10 Articles en texte intégral éligibles suite à la lecture des résumés n=55 Articles en texte intégral exclus : Concernaient seulement la violence conjugale sans mention de la coercition reproductive n=5 Articles retenus dans la recension n=50 Documents ajoutés en cours de recension: Recommandations provinciales et fédérales (n=3) Chapitre de livre (n=1) Articles totaux dans la recension n=54 Définir la Coercition Reproductive Issu du latin constringere, le terme coercition renvoie à l action de contraindre, soit d obliger quelqu un à agir d une certaine manière, l amener à telle action ou tel état, malgré sa volonté et son désir. Le tableau 1 présente différentes définitions associées au champ des violences et permet de constater rapidement que plusieurs éléments communs liés à la coercition se retrouvent dans des termes distincts. Toutefois, bien que le cadre dans lequel elle se produit et le sens qu on lui attribue varient selon les études retenues, il est reconnu Lévesque & Rousseau que la CR se traduit par des comportements de contrôle et de force qui sont infligés dans le but d interférer ou d orienter la trajectoire contraceptive et reproductive de l autre partenaire (American College of Obstetricians and Gynecologists, 2013; Francis, Malbon, Braun-Courville, Linares, & Rosenthal, 2015; E. Miller, Jordan, Levenson, & Silverman, 2010b). Elle se manifeste par l impossibilité, pour la personne qui en est victime, de détenir le contrôle sur ses choix reproductifs; en effet, le partenaire impose ses intentions reproductives en faisant usage d intimidation, de menaces et de violence (Moore et al., 2010). Ainsi, le partenaire peut poser des actes visant à détruire ou à ne pas utiliser de méthodes contraceptives, à faire la promotion de la grossesse lorsque la femme ne désire pas être enceinte et à adopter des comportements coercitifs dans le but de forcer la femme à continuer ou mettre un terme à la grossesse en cours, contre sa volonté (Black et al., 2011; Miller & Silverman, 2010; E. Miller et al., 2010b; Upadhyay, Dworkin, Weitz, & Foster, 2014). La CR se produit généralement dans un contexte de relations intimes entre deux partenaires, où il y a présence de relations sexuelles, majoritairement consentantes. La violence entre partenaires intimes est perpétrée par quelqu un qui a été, qui est ou qui voudrait être en relation intime ou en fréquentation avec une personne. La nature de la relation serait donc soutenue et intime (American College of Obstetricians and Gynecologists, 2013; Chamberlain & Levenson, 2012). Comme le signale Logan (2015) au sujet de la coercition sexuelle, il y a présomption d un consentement continu à l égard des relations sexuelles au sein d une relation intime; plus spécifiquement «il y a présomption que la relation sexuelle consentante crée un précédent de consentement qui est particulièrement difficile à analyser distinctement de la coercition sexuelle ou de l absence d autonomie dans le consentement» (p.112, traduction libre). Toutefois, comme l indique de façon très à-propos le jugement de la Cour Suprême du Canada (2014) i, un consentement doit être fait au regard des paramètres dans lesquels se déroule la relation sexuelle. Ainsi, un acte de tromperie comme celui de mentir au sujet du préservatif invalide la notion de consentement. Tableau 1 Principales définitions des concepts associés à la coercition reproductive Termes Violence entre partenaires intimes Violence sexuelle Violence sexuelle entre partenaires intimes Coercition reproductive et sexuelle Définitions «Tout comportement au sein d'une relation intime qui cause préjudice ou qui cause des souffrances physiques, psychologiques ou sexuelles aux personnes qui font partie de cette relation. Il s'agit, entre autres, des comportements suivants (Krug et al., 2002, p.97) : - Actes d'agression physique, comme des gifles, des coups de poing, des coups de pied et des volées de coups; - Violence psychologique, comme le recours à l'intimidation, à l'humiliation et au rabaissement constant. - Rapports sexuels forcés et autres formes de coercition sexuelle; - Divers comportements autoritaires ou tyranniques, comme d'isoler une personne de sa famille et de ses amis, de surveiller ses faits et gestes, et de limiter son accès à toute aide ou information.» Comportements causant un préjudice ou des souffrances qui peuvent inclure des blessures physiques, des abus psychologiques, des rapports sexuels forcés, de l espionnage, des tactiques coercitives et autres menaces par un partenaire actuel ou ancien. La VPI peut survenir dans les couples de même sexe ou de sexe opposé, que le couple habite ensemble ou pas (Chamberlain et Levenson, 2012, p.37). Inclut le viol, avoir été contraint de pénétrer quelqu un, la coercition sexuelle, les contacts sexuels non-désirés et les expériences sexuelles non-désirées sans contact (Black et al., 2011, p.6) Un viol ou une agression sexuelle qui se produit entre deux personnes qui ont ou ont déjà eu une relation sexuelle consensuelle (Phiri-Alleman et Alleman, 2008, p.155). Comportements faits dans le but de maintenir le pouvoir et le contrôle sur la santé reproductive du/de la partenaire. Cette personne est, était, ou aimerait être en relation intime ou amoureuse avec une adolescent(e) ou un(e) adulte (Chamberlain et Levenson, 2012, p.6). Coercition sexuelle Coercition reproductive Contrôle coercitif Contrôle de la santé reproductive ou sexuelle Agression sexuelle entre partenaires intimes Abus sexuel entre partenaires intimes Activités sexuelles avec usage de force physique Autonomie reproductive Sabotage contraceptif Comprend un éventail de comportements faits dans le but d influencer les décisions de la partenaire en ce qui concerne sa sexualité. Ces comportements, qui peuvent survenir dans un couple hétérosexuel ou homosexuel, incluent : mettre une pression constante sur la partenaire dans le but d avoir une relation sexuelle, menacer de terminer la relation si la partenaire refuse d avoir une relation sexuelle, forcer une relation sexuelle sans condom et sans utilisation prophylactique et d intentionnellement exposer la partenaire à des ITSS, incluant le VIH, ou la menacer de représailles si la partenaire contracte une ITSS. (Chamberlain et Levenson, 2012, p.7). La coercition reproductive survient lorsque le partenaire masculin pose des actes visant à détruire les pilules contraceptives, met de la pression sur la femme pour qu elle n utilise pas de moyens contraceptifs ou fait la promotion de la grossesse lorsque la femme ne désire pas être enceinte (Upadhyay et al., 2014, p.20). La coercition reproductive se produit lorsque le partenaire de la femme lui demande ou la force à accepter ses intentions reproductives, avec ou sans regard de l intention reproductive de celle-ci. Le partenaire peut faire usage d intimidation, de menaces et de violence (Moore et al., 2010, p.2). Type de contrôle qui s inscrit dans un patron d intimidation, d isolement et de contrôle utilisé par les hommes dans le but de limiter la liberté des femmes et qui peut s accompagner de violence physique, verbale ou sexuelle (Stark, 2007, p. 5). Inclut le contrôle ou les tentatives de contrôle sur la santé reproductive du partenaire ou son autonomie décisionnelle. Catégorisé comme une conséquence de la violence sexuelle (Basile et al., 2014, p.15). L utilisation de violence physique, ou de menaces de violence physique, dans le but d obtenir, ou tenter d obtenir, une relation sexuelle anale, orale, ou vaginale nondésirée. Inclut la pénétration forcée et l utilisation d objets lors du rapport sexuel ainsi que la pénétration non-désirée, lorsque la victime est incapable de donner son consentement ou est inconsciente (par ex. : la victime dort ou est sous l influence d alcool ou de drogues) (Bagwell-Gray, Messing et Baldwin-White, 2015, p.8). L utilisation de tactiques d abus psychologique et de manipulation dans le but de maintenir la/le partenaire intime dans une position de soumission incluant de l humiliation sexuelle, des expériences sexuelles sans contact non-désirées et du contrôle reproductif et sexuel (Bagwell-Gray, Messing et Baldwin-White, 2015, p.8). Expériences sexuelles non-désirées, incluant un contact physique sans pénétration, comme de se faire embrasser, caresser ou empoigner certaines parties intimes du corps (Black et al., 2011, p.17). Renvoie au pouvoir décisionnel et au contrôle associés au choix de méthodes contraceptives, à la grossesse et à la maternité. Ainsi, les femmes contrôlent leur désir d enfant et la période au cours de laquelle elles veulent en avoir, l utilisation de méthodes contraceptives en plus de choisir quand l utiliser. Ceci leur permet de contrôler la survenue et la poursuite (ou non) d une grossesse (Upadhyay et al., 2014, p.20). Se produit lorsque le partenaire sexuel détruit ou n utilise pas correctement une forme de contraception/méthode contraceptive en n informant pas sa partenaire, espérant ainsi la contraindre à devenir enceinte de son enfant (Moore et al., 2010, p.17). Le partenaire masculin détruit ou manipule la méthode contraceptive pour forcer la grossesse, et tenter de garder sa partenaire captive de la relation. Peut prendre la forme de la destruction de la méthode contraceptive, trouer les condoms, retirer de force l anneau vaginal ou le stérilet. Le sabotage contraceptif se produit à travers un ensemble complexe de facteurs sociaux et historique, qui fait varier la perception d une personne au sujet de la contraception, de la reproduction, et de l autonomie féminine (Trawick, 2012, p.1). Lévesque & Rousseau Plusieurs auteurs (American College of Obstetricians and Gynecologists, 2013; Chamberlain & Levenson, 2012; Miller & Silverman, 2010; Moore et al., 2010), ont sous-divisé le concept de CR en trois catégories : 1) le sabotage contraceptif; 2) les pressions relatives à la grossesse et 3) la coercition durant la grossesse. La figure 2 s appuie sur la littérature recensée et présente les différents construits associés à la coercition reproductive, ainsi que des exemples de ses manifestations. Ces construits et leurs manifestations ont été classifiés en s appuyant sur les principales catégories identifiées par la littérature et détaillés en fonction de la nature des actes violents (Krug, Dahlberg, Mercy, Zwi, & Lozano-Ascencio, 2002). Le sabotage contraceptif est défini comme étant l interférence avec la méthode contraceptive de la partenaire par l utilisation d une ou plusieurs de ces tactiques : cacher, saboter ou détruire les pilules contraceptives; briser ou percer les condoms, enlever le condom durant la relation sexuelle; ne pas utiliser le retrait comme convenu; retirer l anneau vaginal, les timbres contraceptifs ou le stérilet (Chamberlain & Levenson, 2012). Le partenaire peut faire usage de violence physique pour nuire à la contraception de sa partenaire, ou se servir de stratégies plus insidieuses telles que l utilisation volontairement inadéquate du condom et le non-respect du retrait. Au niveau économique, le partenaire peut empêcher ou réduire l accès aux services de santé en ne soutenant pas financière
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x