journal interparoissial

Please download to get full document.

View again

of 8
24 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
journal interparoissial n 101 mai - juin 2010 La Charité-sur-Loire - Châteauneuf-Val-de-Bargis ( Éditorial ) Le paturage paroissial Depuis quelques semaines, le printemps est revenu. Les bourgeons éclosent
Document Share
Documents Related
Document Transcript
journal interparoissial n 101 mai - juin 2010 La Charité-sur-Loire - Châteauneuf-Val-de-Bargis ( Éditorial ) Le paturage paroissial Depuis quelques semaines, le printemps est revenu. Les bourgeons éclosent ; les jardins se parent d une multitude de couleurs ; les oiseaux gazouillent sur les branches. Les rayons du soleil percent à travers les vitreaux de l église Notre-Dame et réchauffent les travées désertes. Les courants d air glacial et l humidité de l hiver régnant en maître dans l église avaient fait fuir une espèce d homo sapiens en voie de disparition : le chrétien charitois. Les migrations de printemps vont-elles le voir réapparaître? Encore faut-il que le «paturage paroissial» soit accueillant avec une herbe grasse et drue. Bernard Cirette N 20 Quand aucun mot n est exprimé par celui qui souffre, c est son regard qui donne le sens de la vie. ( Le mot du curé ) Préférés des Français À quelques jours d intervalle, en cette fin d hiver 2010, deux événements ont fait les grands titres des journaux : la mort d un chanteur-compositeur de 79 ans, Jean Ferrat et l entrée à l Académie Française d une femme politique de 82 ans, Simone Veil, deux personnalités très aimées de l ensemble des Français. Le clivage gauche-droite n apparaît pas dans l attachement que l on porte à ces deux personnes : on les aime parce qu elles sont vraies. Jean Ferrat a chanté l amour et la beauté et aussi la justice et la liberté ; il a mis en musique quelques beaux poèmes d Aragon. En plein succès, il a pris de la distance avec la capitale et le monde du «show-biz» pour aller vivre dans un village d Ardèche au climat rude où il se sentait bien. Quant à Simone Veil, qui fut ministre de Valery Giscard d Estaing et de François Mitterand pendant la cohabitation elle a fait graver sur son épée d académicienne la devise républicaine. Jean d Ormesson qui l accueillait y fait allusion en évoquant les diverses étapes de sa vie, de la déportation à la présidence du Parlement européen notamment : «Après avoir été du côté de la liberté des hommes et de l égalité des femmes, vous consacrez votre énergie, votre courage, votre volonté inébranlable à une cause nouvelle : la fraternité entre les peuples.» Être vrai c est prendre des décisions qui peuvent aller à l encontre de la facilité, de la popularité. La conclusion du discours de J. d Ormesson est claire : «Plus d une fois, vous trouvez le courage de vous opposer à ceux qui vous sont proches et de prendre le parti parce que vous pensez qu ils n ont pas toujours tort de ceux qui sont éloignés de vous. C est aussi pour cette raison que les Français vous aiment.» N 21 Devant les grandes souffrances, tous les mots sont inutiles. Père Hilary «La vérité vous rendra libres» dit l évangile (Jn 8, 32) à quoi on peut associer un verset de saint Paul (Ep 4,15) «Confessant la vérité dans l amour, nous grandirons à tous égards vers celui qui est la tête, le Christ». Beau programme! Père Hilary 1 Compostelle! «Campus stellae» : le champ de l étoile Un nom qui dévoile l alliance de la terre et du ciel, chemins et rêves émergeant d une nuée de légendes À l origine peut-être! Charlemagne, l empereur «à la barbe fleurie» ( ) qui aurait voulu parfaire l œuvre de son grand-père Charles Martel celui qui «arrêta les Arabes à Poitiers» en opposant, au-delà des Pyrénées, une dissuasion à la menace musulmane. Parallèlement, l Espagne souhaitait se donner un saint patron. Le moine Beatus rappelle à ce propos que saint Jacques était venu évangéliser le pays. Oui, mais il est avéré que c est à Jérusalem qu est mort saint Jacques, tué par le roi Hérode. La légende, avec un fourmillement d anecdotes, va combler le flou de l Histoire, suscité par l amalgame entre les Jacques de l Évangile et les 3 textes dits «de Jacques». Donc, après sa mission peu fructueuse, Jacques aurait quitté l Espagne avec quelques disciples ; ce sont eux qui, pieusement, ont recueilli le corps du saint pour le ramener au pays. L endroit de l inhumation est tombé dans l oubli jusqu au IX e siècle. Une nuit, l ermite Pélage a un rêve inspiré et une étoile le guide jusqu à un tombeau : «le tombeau». Il est là, dans le «champ de l étoile» Compostelle! À partir de là, le pèlerinage se développe. Le «Guide du pèlerin» et la «Chronique de Turpin» font connaître Compostelle dans l Europe entière. Dans la foule qui marche sur le chemin de Compostelle se mêlent aventuriers et pénitents, manants et chevaliers même le roi Louis VII qui divorça d Éléonore d Aquitaine artisans et paysans et aussi des traîne-savates dont tout le monde se méfie. «Ultreia!» À la fin du XVI e siècle, après les guerres de religion, l Espagne apparaît comme le défenseur du catholicisme, puisque le protestantisme n y a pas pénétré. Les «chemins» s organisent ; on ne vient pas seulement de France, mais d autres royaumes. Et puis, avec le siècle des Lumières, l enthousiasme décline jusqu à ne plus animer qu une centaine de pèlerins par an. Un renouveau survient avec Léon XIII qui publie «Deus omnipotens» en 1882 : après des siècles de réticence, Rome reconnaît l authenticité des reliques de saint Jacques par cette lettre apostolique : Les barbaries du XX e siècle font naître l idée d une union européenne. Des intellectuels français et espagnols voient en Compostelle l étoile d une Europe apaisée ; ils créent la Société des Amis de Saint Jacques. En 1982, le pèlerin Jean-Paul II lance à l Europe un cri plein d amour : «O vieille Europe retrouve-toi toi-même, sois toi-même, découvre tes origines, renouvelle la vigueur de tes racines, revis ces valeurs authentiques qui couvrirent de gloire ton histoire et rendirent bénéfique ta présence dans les autres continents!» En 1987, les chemins de Compostelle sont inscrits au Patrimoine mondial, symbole phare de la construction européenne : année jubilaire où la fête de saint Jacques, le 25 juillet, tombe un dimanche. Comme les «jacquets», les fervents de l Europe pourront chanter : Ultreia! «Outre» «Plus haut» «Plus vrai»! 2 Christine Capitain Témoignage C est bien parce que j ai toujours pensé que j étais redevable à mes parents et à ceux qui m avaient accompagnés sur le chemin de la foi, qu un jour je me suis posé la question de devenir prêtre. Pendant longtemps, il me semblait que pour être prêtre il valait mieux être parfait, sans défaut et avoir suivi un itinéraire classique. Avec le recul et quatorze ans de ministère de prêtre, je remercie le Seigneur pour toutes les grâces dont j ai déjà été comblé. Né à Paimpol, en Côtes d Armor, mes parents ont pendant leur vie active tenus une exploitation agricole dans un village de 1200 habitants : Pléhédel. Toute ma vie j ai été le témoin de leurs souffrances et de leurs joies ainsi que de leurs combats dans le monde agricole et dans la foi. Un combat qui ressemble davantage avec le temps à un long chemin de fidélité sans faille envers le Christ Jésus. Je leur en sais gré. Si les parents d aujourd hui veulent voir sur leurs enfants le reflet d euxmêmes, je cherche pour ma part le reflet de Dieu sur les visages de ceux qui me sont donnés de rencontrer. Et Dieu est bon! Mon état d esprit, je l ai acquis par ma formation d enseignement général et d assureur, un vrai travail de terrain que j ai exercé pendant trois ans et qui m a permis de rencontrer le vrai visage de la misère et de l attente. ( Vie dans le groupement de paroisses ) Le renouvellement des EAP Ceux qui reçoivent Église de la Nièvre ont pu lire, dans le numéro 3 de mars 2010, l article de M gr Francis Deniau concernant le renouvellement des Équipes d Animation Pastorale. Ceux qui ne l ont pas encore fait sont, bien sûr, invités à le faire. Mais d abord, répondons à une question que beaucoup se posent encore : «Qu est-ce donc qu une EAP?» Pour simplifier, nous dirons que c est une équipe composée de six à sept membres, hommes ou femmes, nommés directement par l évêque, pour une période de trois ans renouvelable une fois, dont le rôle est de seconder le curé de la paroisse dans la mise en place des tâches qui sont les siennes et de lui apporter son soutien dans leur application. À La Charité-sur-Loire, une EAP existe depuis quelques années et les mandats de trois de ses membres seront à renouveler en septembre prochain. Pour se rapporter aux orientations diocésaines à ce sujet, il est nécessaire que tous les paroissiens soient consultés et qu ils indiquent, dans une lettre cachetée qui sera remise à M gr Deniau, le nom d une ou de plusieurs personnes en indiquant la ou les raison(s) de leur choix. Le père Hilary reviendra de façon plus détaillée sur ce sujet à l occasion des messes des semaines à venir. Mais chacun peut, dès maintenant, réfléchir à la question et aux réponses qu elle demande. Le témoignage de nos futurs confirmés Je suis convaincu aujourd hui que notre monde est en attente d un idéal que seule l Église catholique est en mesure de lui apporter. Face à l épreuve de la maladie, du handicap et de la mort, je suis persuadé que le message de l Évangile ne peut qu encourager à prendre son bâton de pèlerin, sûr que le Christ marche à nos côtés. J aime l audace des recommençants et de ceux qui aujourd hui reflètent un visage de l Église tout à fait positif. L Église, cette vieille dame ridée, est en France celle qui peut nous aider à nous rassembler pour exprimer notre foi et nous tourner vers Dieu en toute humilité. J aime l image des prêtres dans leur diversité, rassemblés à Ars cet automne, qui poussés par l Esprit prennent le temps de l accueil des confrères plus âgés ou malades et cherchent à se rencontrer pour prier dans leur langue et avec leur cœur. J aime l Église en ce qu elle porte de mission universelle. Ayant moi-même débuté mon ministère au Cameroun, j aime l Église qui cherche à emprunter les routes et les sentiers de l humanité dans sa diversité. Ce monde est appelé à être sauvé par l accueil de l Évangile, Bonne Nouvelle pour les Hommes. J aime l Église qui sort sur les parvis et ose la rencontre avec le monde d aujourd hui, y compris à travers les médias. J aime l Église, car j aime Celui qui en est la tête et en qui j ai mis toute ma confiance et qui m a appelé à le suivre comme prêtre. Christian Le Meur Neuf jeunes de l aumônerie de La Charité-sur-Loire : Antoine, Augustin, Amélie, Camille F., Camille B., Cindy, Frédérique, Mathilde, Pauline, cheminent depuis trois ans, depuis leur profession de foi, pour se préparer au sacrement de la confirmation, sacrement qu ils s apprêtent à recevoir le 12 juin prochain. Camille explique : «Nous nous réunissons une fois par mois, le samedi et là nous étudions des textes de la bible, nous réfléchissons à la manière dont nous pouvons vivre notre foi, nous rapprocher de Dieu, nous échangeons sur des thèmes, nous découvrons des grands témoins de Dieu comme Sœur Emmanuelle et nous avons des temps de prières à l oratoire.» Nous terminons cette rencontre par un repas convivial où nous partageons ce que les uns et les autres apportent ; «Recevoir le don de l esprit c est aussi apprendre à donner et à partager.» Cette rencontre nous permet de consolider notre chemin vers la foi, d apprendre à vivre notre choix de «jeune chrétien» et de nous préparer à la confirmation. Nous avons eu également des rencontres avec d autres équipes de la Nièvre : le 11 novembre avec tous les futurs confirmands réunis autour de M gr Deniau, à Nevers et puis dernièrement lors de notre retraite à l abbaye de La Pierre-qui-Vire avec les jeunes de la paroisse de Cosne-sur-Loire. À Nevers, nous avons découvert la cathédrale, accompagnés par notre évêque, puis nous avons échangé avec des jeunes venus témoigner de leur 3 ( Vie dans le groupement de paroisses ) sacrement de confirmation avant de terminer par un temps de prière au Carmel. À l abbaye de La Pierre-qui-Vire, nous avons participé aux complies et prié avec les moines, nous avons découvert leur quotidien et pu entendre leur témoignage sur leur engagement et leur vie au plus près de Dieu. Ce qui nous a beaucoup marqué : leur recueillement, leur concentration dans la prière et surtout l'élégance et la souplesse avec lesquelles ils font leur signe de croix, un «grand et large signe de croix». Pour terminer nous avons retenu ce poème découvert lors de notre retraite : Guetteur de l aube, à l affût de Dieu, Sais-tu qu il guette au plus dur de toi une source? Chercheur d eau vive, pèlerin de Dieu, Sais-tu qu il cherche au plus dur de toi une source? Voleur de grâce, affamé de Dieu, Sais-tu qu il met au plus fou de toi le partage? Marie-Thérèse Pouyet Conférence sur les sacrements du baptême et de la confirmation Cette conférence consacrée aux deux premiers sacrements de l initiation chrétienne était animée par le père Pierre- Édouard de Bruchard et M lle Geneviève Descamps. Le sacrement du baptême est le fondement de toute vie chrétienne. Par le baptême, nous sommes libérés du péché et devenons membres du Christ ; nous sommes incorporés à l Église. Jésus commence sa vie publique après s être fait baptiser par saint Jean-Baptiste dans le Jourdain. Après sa résurrection, Jésus donne pour mission aux apôtres : «Allez, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit et leur apprenant tout ce que je vous ai prescrit.» Au début du christianisme, on descendait dans le baptistère, Dans le cadre de l année sacerdotale, le père Jacques Billout et le père Philippe Vivier, deux prêtres ayant servi à Cosne, sont venus témoigner de leur vie de prêtres devant le groupement du Val de Loire, réuni un soir de mars au relais Saint-Laurent. Quelques paroissiens de la Charité et de Châteauneuf étaient présents. 4 La vie des prêtres rempli d eau, par un escalier en quittant ses vêtements. On traversait le baptistère et on remontait par un autre côté. Le baptisé était enduit d huile parfumée comme un combattant. Puis, il était revêtu de blanc ; cette couleur est le signe de la victoire : tout général romain vainqueur était drapé de blanc. Le baptême est pour le chrétien le signe de la vie de Dieu en lui. Dans l Ancien testament, les prophètes ont annoncé que l Esprit du Seigneur reposait sur le messie espéré. La descente de l Esprit Saint sur Jésus lors de son baptême fut le signe que c était lui qui devait venir, qu il était le Messie. À plusieurs reprises, le Christ a promis cette effusion de l Esprit, promesse qu il a réalisée le jour de la Pentecôte. Depuis ce temps, les apôtres ont communiqué par l imposition des mains le don de l Esprit qui porte à son achèvement la grâce du baptême. Puis s est ajoutée à l imposition des mains l onction d huile parfumée, le Saint Chrême. Par cette onction, le confirmand reçoit la marque, le sceau de l Esprit Saint. Au cours de la célébration de la confirmation, l évêque étend les mains sur le confirmand, (geste qui depuis les apôtres est le signe du don de l Esprit), pratique l onction du Saint Chrême et donne le baiser de paix. La confirmation nous enracine plus profondément dans la filiation divine et nous unit plus fermement au Christ et augmente en nous les dons de l Esprit Saint. Comme le baptême, la confirmation ne peut être donnée qu une seule fois. Tout baptisé peut recevoir le sacrement de la confirmation. La communauté paroissiale doit porter une responsabilité particulière dans la préparation des confirmands en éveillant le sens de l appartenance à l Eglise de Jésus Christ. Bernard Cirette En prenant pour jalons les réponses à ces trois questions : Ce que sont les prêtres? Ce qu ils font? Et avec qui ils travaillent? Le père Billout raconte sa vie de prêtre : sa vocation vers l âge de ans, le petit séminaire, sa vie au quotidien avec Jésus par l Eucharistie et la prière, la messe célébrée chaque jour, beaucoup de visites, de rencontres, de déplacements, des journées bien remplies. Et tout cela parce qu il lui parait indispensable de travailler avec les autres, en collabora- ( Vie dans le groupement de paroisses ) tion avec des religieuses et des laïcs. Le père Vivier prend pour jalons les dates qui ont marqué son parcours, évoquant en même temps la diminution du nombre de prêtres dans la Nièvre. En 1988, l année de son ordination, il y avait 115 prêtres dans le diocèse de Nevers - Ils étaient 400 en alors qu en 2010, ils ne sont plus que 67, dont 38 ont plus de 75 ans. Mais il y 10 diacres, 36 animateurs ecclésiaux, 130 membres d équipes d animation pastorale. Une quinzaine d enfants et une vingtaine d adultes ont assisté à ce KT dimanche, le 21 mars, sur le thème de la souffrance. Après avoir défini la souffrance physique et morale et les attitudes face à la souffrance, le témoignage vidéo du père Denis Ledogar, aumônier du Centre Hospitalier Universitaire de Strasbourg, dit Denis la tendresse, nous a permis d approfondir notre réflexion. Le Christ s est fait homme ; lui aussi a souffert et a douté. Denis nous dit que «c est un pote à qui l on peut tout dire, lui crier notre douleur, notre colère, notre révolte. Mais n oublions pas que son amour est le plus fort». Comme les enfants l ont chanté pour terminer : «Elle est autour de nous et parfois dans nos vies, la souffrance est partout. Elle vient sans prévenir. Comme Jésus, soyons des compagnons, aidons ceux qui souffrent. Ecoutons, entourons avec beaucoup d amour. Prions, réconfortons avec beaucoup d amour.» Bernard Cirette Le KT Dimanche à La Charité Terminant par une note plus personnelle il nous dit comment il cherche à être porteur de la paix du Christ en étant ministre du dialogue, de l écoute. Quant à l avenir de l Église, elle lui inspire, outre de l inquiétude, une curiosité positive, tout cela enraciné dans l oraison. Éliane Coignet ( Chronique du passé ) L étonnant destin du père Nicolas Boon Nicolas Boon est né à Leyde en Hollande le 20 mars Admirateur de Rembrandt, il aurait aimé devenir peintre après ses études à l Académie des Beaux Arts. Il fréquenta les quartiers juifs d Amsterdam où il noua des amitiés solides notamment avec un libraire juif qu il vit partir en déportation en chantant un psaume sur la confiance en Dieu. Devant l invasion allemande, il fuit son pays à pied, sans un sou, à l aventure et parlant à peine le français. Réfugié à Nevers, il entre au séminaire en 1942 ; ordonné prêtre par M gr Flynn en 1948, il fut vicaire à Clamecy de 1948 à 1952, puis à la cathédrale, et curé de Raveau, Chaulgnes, Champvoux, Tronsanges et La Marche. Il était aussi poète, écrivain, dessinateur et peintre. L église de Poiseux lui doit les fresques de son abside ; il a aussi exposé ses œuvres à la Galerie 7 à Pougues-Les-Eaux. Il s intéressa à la spiritualité juive qui pouvait permettre d approfondir la compréhension de la Bible et de la liturgie catholique. Selon lui les procédures de la Kabale, les lettres hébraïques sont des énergies vivantes et leurs propriétés numériques permettent des rapprochements entre des termes dont le rapport n est pas apparent ; il publia sa théorie dans un livre : «Au cœur de l écriture. Méditations d un prêtre catholique.» Décédé des suites d une longue maladie qui l obligea à arrêter son ministère à Pâques 1978, ses funérailles ont été célébrées le 9 janvier 1981, dans l église Notre Dame de La Charité sur Loire. La messe, en présence d une foule nombreuse, fut concélébrée par Mgr Streiff, évêque de Nevers et par les vicaires généraux les pères Berrou et Rameau. L hommage funèbre fut prononcé par le père Bernard Bezille, curé de La Charité-sur-Loire. Le père Boon est inhumé dans le cimetière de Poiseux. Beaucoup de Charitois, parmi les aînés, se souviennent encore de ce prêtre à la stature exceptionnelle. Bernard Cirette 5 ( Agenda ) Fête chez les sœurs du Bon Secours Le 24 mai prochain, il y aura fête à la Maison-Mère du Bon secours pour célébrer les 60 ans de profession religieuse de sœur Jacqueline. Ce jour là est aussi la fête patronale de la Congrégation. À une autre date, qui sera fixée plus tard, une messe d action de grâce sera célébrée avec sœur Jacqueline pour fêter ces années d e
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x