Journal Mai 2017

Please download to get full document.

View again

of 26
11 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
EDITO Toujours un plaisir de vous retrouver et de pouvoir mettre à l’affiche de si belles et inté- ressantes publi- cations. Mais également d’ai- der toutes…
Document Share
Documents Related
Document Transcript
EDITO Toujours un plaisir de vous retrouver et de pouvoir mettre à l’affiche de si belles et inté- ressantes publi- cations. Mais également d’ai- der toutes les personnes qui le désirent à leur offrir la possi- bilité de faire de la publicité gratuitement. Merci aux Clubs LIONS qui m’ont envoyé de si belles pho- tos que vous trouverez dans ce journal. Le seul journal de Mai 2017 ou vous ne trouverez pas de politique car la ligne de l’edi- torial de ce journal est de ne pas annoncer de mauvaises nouvelles. L’optimisme avant tout !!! L’ O P T I M I S M E AVA N T T O U T MAI 2017 Publication Gratuite Oursinades Méditerranéennes Ce journal paraît la première semaine de chaque mois Vous le trouverez également sur Calaméo Vivianne COSTA Responsable Publication et Rédaction vivianne.costa@wanadoo.fr LIONS CLUB NICE ARENAS Le 17 mars 2017, le Lions Club Nice Arenas a célébré dans le Salon Royal de l’Hôtel Negresco les 100 ans du Lionisme international. A 19 h 30, Monsieur Pradal, Maire de Nice, accueilli par la Présidente Andrée Roux et tous les membres du Club Nice Arenas, a donné le « coup d’envoi » de cette soirée. La présence et le discours chaleureux de Monsieur le Maire de Nice ont contri- bué à accentuer le caractère exceptionnel de cette manifestation. Sous le grand dôme de verre du Salon Royal, âme de l’hôtel Negresco, au rythme des accents jazzy du Big Band du Conservatoire de Nice dirigé par Marco Vezzoso, c’est plus de 200 invités qui ont pris part à cet événement. Le dîner tout en raffinement a été suivi d’une tombola aux lots variés et prestigieux dont le bénéfice de la vente est entièrement destiné aux enfants malades de la Fondation Lenval. « Partout où il y a un besoin, il y a un lion. » Encore une Histoire P 2-3 Histoire en Marche P 4 Culture Histoire P 5 La Guyane P 6-7 Ouverture Santé P 8 Les Bons Plans AM P 9-10-11-12 Les Lions en Action VAR + Bons Plans P 13-14-15-16 Les Lions en Action AM P 17-18-19-20 Nos Amis les Artistes P 21-22-23 Informations (sport) P 24 Litterature P 25 Locations Chambres d’Hôtes - Villas piscine P 26 2 Encore............UNE HISTOIRE Oursinades Méditerranéennes En 1921, la Poste aux armées était sous la tutelle du service du Trésor aux armées. Après bien des difficultés à acheminer le courrier des poilus vers les compagnies des régiments et principalement les postes avancés lors des diverses manœuvres du temps de la guerre, ce service connu bien d’autres avanies lors du deuxième conflit mondial. C’est pourquoi en 1946 fut créé le corps d’assimilés spéciaux de la Poste navale et en 1953 une réorganisation de la Poste aux armées fut entreprise aboutissant à deux décrets, en 1958 sur la situation du personnel de l’administration des PTT détachés et en 1959 sur le détachement de personnels féminins. C’est en 1973 qu’un décret unifia la Poste aux armées et la Poste navale aboutissant à la Poste mili- taire contemporaine telle que l’on connu des générations de militaires jusqu’à sa mise en sommeil le 22 mai 2015. Patrice Mournetas était un de ces personnels qui au grès des fluctuations des accords internatio- naux et de la géopolitique mondiale s’est trouvé engagé en de nombreux points du globe sous le brassard français, de l’ONU, de l’OTAN et de l’Europe. Agent du ministère des PTT en 1975, c’est en 1983 qu’il fait acte de volontariat au mi- nistère de la Défense pour le service de la Poste aux armées. Sa candidature ayant été acceptée la même année, il est intégré aux effectifs du centre de tri des armées de Reuilly-Diderot à Paris où il apprend les multiples tâches d’un postier, entre la réception du courrier pour les unités engagées hors frontières nationales, le tri et la préparation des envois internationaux. Il y découvrira aussi le traitement et la gestion administrative que nous appellerions maintenant « ressources humaines ». Par la suite, il sera muté à la direction centrale à la caserne de Lourcine au service du personnel où il abordera les nombreuses facettes d’une section gérant l’ensemble des personnels de la Poste aux armées. C’est fort de toutes ces nouvelles connais- sances et compétences qu’il sera désigné en 1985 pour une mission extérieure de six mois au Liban Sud à Naquoura dans le cadre de l’ONU. A peine deux ans plus tard, il sera muté en Polynésie fran- çaise pour un séjour de deux ans. Il sera tour à tour affecté sur tous les sites militaires de ce ter- ritoire où le centre d’expérimentation atomique (CEA) réalisait le programme nucléaire français après la fin des essais dans le Sahara occidental. Après Papeete, Faa’a, le Taoone, et Faré Uté à Tahiti, il sera désigné aux remplacements des per- sonnels de la Poste aux armées en aération (per- missions dites de repos) sur les atolls des Tuamotu de Hao et de Mururoa, là-même où eurent lieux les essais nucléaires en sous-sol. C’est au cours de cette mutation qu’il apprit toutes les arcanes du service postal et financier de La Poste et devint un agent polyvalent à toutes tâches d’un bureau, que ce soit guichetier ou comme gestionnaire d’un bu- reau postal militaire, des activités clients et aussi de celles de l’arrière consacrées au traitement du courrier (réception, distribution, affranchissement, préparation et expéditions des envois postaux…). Rentré en juillet 1989, il est désigné pour la mission « Aconit » dans le cadre de l’aide aux kurdes en Turquie en août 1991 suite aux conséquences de la fin de la guerre du Golfe, pour la première fois en tant que chef de bureau à Silopi au Nord Est de la frontière irakienne. Le camp américain de Silopi menacé par des bases de mis- siles Scud a dû être déménagé en urgence en septembre et le bureau postal militaire rapatrié sur la base américaine d’Incirlick au Sud de la Turquie près d’Adana. C’est là que le postier militaire, Patrice Mourne- tas, terminera son séjour jusqu’en janvier 1991. Ensuite, en septembre 1992 c’est un nou- veau départ pour le Cambodge avec une af- fectation de six mois à Pnom Penh dans le cadre de la mission APRONUC de l’ONU dans le processus de retour à la paix. En 1994, destination le Zaïre, actuel Congo, pour participer à l’opération Tur- quoise. Rappelons que l’opération Tur- quoise était une opération militaire orga- nisée par la France et autorisée par la résolution 929 du 22 juin 1994 du Conseil de sécurité de l’ONU pendant le génocide des Tutsis au Rwanda. Elle avait pour mis- sion de « mettre fin aux massacres partout où cela sera possible, éventuellement en utilisant la force. ». Patrice Mournetas eut pour mission de mettre en place à Goma les structures postales et financières pour l’ensemble des forces militaires compo- sées de plus de 2500 personnes dissémi- nées sur plusieurs territoires. Juste remis de cette éprouvante mission incomparable sur le plan de ce désastre humanitaire, en avril 1995 destination la FORPRONU en Ex-Yougoslavie à Split en Croatie sous mandat ONU. En juin 1997, nouveau départ pour la Poly- nésie française pour assurer la gestion du bureau postal militaire de la base militaire de Faa’a pour un an et suite à sa dissolu- tion en juillet 1998, rejoindre le camp du Taoone jusqu’en juin 1999. A son retour en métropole, Patrice Mournetas sera affecté au bureau postal militaire de l’Ecole Mili- taire dans le 7ème arrondissement parisien. Mars 2001, retour en Ex-Yougoslavie, cette fois sous mandat de l’OTAN pour quatre mois de mission à Mitrovica. Plus d’un an plus tard, mi-juin 2002, des- tination pour l’Asie Centrale au Tadjikis- tan dans le cadre de l’opération Héraclès qui était une opération qui s’est déroulée durant la guerre en Afghanistan contre les talibans. En plus de la création et de la gestion du bureau postal militaire de Douchanbé, il incombait à Patrice Mour- netas d’assurer les dessertes (in et out) des envois postaux provenant de France vers les théâtres de Manas au Kirghizistan et Kaboul en Afghanistan. A son retour sur le sol français, à sa de- mande, il sera affecté à Paris tri interar- mées (centre de tri des armées) sur un poste de responsable de brigade. 2004, en février direction les chaleurs africaines pour une affectation à Abidjan au camp de Port Bouët administré par le 43ème BIMa (Bataillon d’infanterie de Marine). Opéré en urgence à mi séjour d’une occlusion intestinale, hospitalisé une semaine, Patrice Mournetas sera soi- gné à l’infirmerie du camp et continuera sa mission jusqu’à la fin prévue en juin 2004. Alors qu’il avait été coopté pour tenir le poste de l’acheminement et de la ges- tion du courrier à la direction centrale de la Poste interarmées implantée au Fort Neuf de Vincennes, il reçoit une nouvelle affectation pour cette fois le Tchad. Il est désigné pour ouvrir le bureau postal mili- taire de la force européenne « EUROFOR Tchad-RCA » à Abéché au Nord Est dans le contexte de crise avec le Sud Soudan au Darfour. Victime de l’externalisation et tributaire des lois des appels d’offre en matière de service, la Poste aux armées devenue Poste interarmées était vouée à disparaître, du moins sous sa forme composée de person- nels détachés de l’opérateur du groupe La Poste. C’est ce qui fut fait avec sa mise en sommeil le 22 mai 2015. Anticipant cette fin annoncée, Patrice Mournetas, a candidaté par le biais de la bourse intermi- nistérielle pour l’emploi et il s’est trouvé un point de chute au sein des juridictions financières rue Cambon. Actuellement en retraite depuis sept mois, le présent article est l’occasion pour lui de tracer son par- cours et de se rendre compte qu’une vie de postier n’était pas aussi tranquille que cela mais ô combien enrichissante par rapport à toutes ces affectations, aussi diverses les unes que les autres, une vie profession- nelle riche tant sur le plan des activités que sur celui des belles rencontres humaines de par le Monde. Portrait du parcours d’un postier militaire : Patrice MOURNETAS Encore............UNE HISTOIRE (suite) 3 Oursinades Mediterranéennes Après ces vingt cinq années et quatre mois sous l’uniforme, il restera marqué, parfois profondément, de ces périples dont certains furent périlleux tant par leur contexte que par le mode de vie. Imprégné des valeurs ré- publicaines et militaires comme le respect, l’humilité, l’autorité, la discipline et sur- tout le dépassement de soi lorsque l’adver- sité devient tout autre, il a toujours su faire preuve de courage, d’abnégation et d’effi- cience. Entres frères d’armes, on vit pour le collectif et on vit au mieux ensemble dans l’intérêt même de la mission. De toutes ces années au service de la Nation, il en ressort l’honneur et une immense fierté de s’être vu confier des tâches aussi diverses et variées en des lieux incroyables où toutes défail- lances semblaient exclues. C’est aussi pour ces raisons et entre autres considérations pour que la mémoire de ce passé contempo- rain soit connu et perdure que Patrice Mour- netas s’est une fois de plus porté volontaire à assumer la fonction de président de l’ami- cale de la Poste aux armées dont Daniel Mathieux en est le vice-président. Daniel Mathieux étant le président fondateur de l’association « Pour le panache » (PLP) qui participe avec son épouse Agnès aux diffé- rentes reconstitutions historiques en France mais aussi en Europe de l’épopée Napo- léonienne sous les traits d’Antoine Darnay, baron de la Perrière, secrétaire générale de la Poste d’empire dès 1805. L’amicale de la Poste aux armées a établi une convention de partenariat et d’amitié avec PLP afin de par- tager des activités en commun. Depuis l’an dernier, Patrice Mournetas s’est porté vo- lontaire pour intégrer la réserve citoyenne et c’est au grade de Commandant qu’il a reçu les insignes de ses nouvelles missions lors de la cérémonie du 14 juillet à Auxerre (89). En fait, toute une vie professionnelle et bénévole sous le signe du volontariat, signe à chaque fois d’un engagement mûre- ment réfléchi et assumé. Patrice MOURNETAS est le Président de l’Amicale des Anciens de la Poste aux Armées (AAPAA) dont Daniel MATHIEU est le Vice Président. Il y a un partenariat avec «Pour Le Panache» 4 HISTOIRE en MARCHE ..... Oursinades Méditerranéennes Mythe, légende, réalité ? Qu’est l’ordre du temple ? Mythe ? oui, car historiquement l’ordre du temple a marqué deux siècles de son empreinte, à la croisée des chemins entre une Eu- rope Médiévale en pleine construction après la chute de l’empire romain, et une église moyenâgeuse soucieuse d’assoir et péren- niser durablement le culte chrétien dans cette nouvelle époque occidentale. Légende ? oui également car comment ne pas être admiratif de tous ces hommes qui au péril de leurs vies ont tout abandonné (ri- chesses, terres, famille) pour répondre à une vision ou l’homme n’existe plus, seul l’idéal, une grande cause, un destin solitaire, restant la seule motivation. Réalité ? oui également car l’ordre du temple a toujours ses détracteurs et ses admirateurs, et il existe encore à travers ses descendants officiels sous une forme purement laïque et dégagée de toute action militaire, mais ou demeure cet esprit propre aux hommes encore libres de penser qu’une grande vision d’huma- nité peut encore subsister. Il est bien évidemment impossible de résumer deux siècles de constructions de cathédrales, d’organisation de chemins de pèle- rinages, de protection des chrétiens dans un moyen âge si hostile ou seule la force fait loi et c’est pourtant dans cette action de la loi morale, vertueuse, contre la loi de la force qu’il faut comprendre l’action et l’essence primordiale de l’ordre du temple, c’est en cela que l’ordre du temple créé officiellement en 1118 est unique et de fait continue à marquer les esprits songeurs de notre époque, aujourd’hui il nous semble exceptionnel voir impossible d’ima- giner que des hommes au nom d’un idéal puisse braver autant de danger, souffrir, être immolés, mourir ... Et pourtant, dans une époque beaucoup plus proche du Christ, que notre époque qui s’en éloigne par une volonté de civilisation moderniste ou l’être humain n est plus qu’une variable de l’évo- lution d’une société mais n’en est en aucun cas le centre, cela semblait naturel, car après tout la Paupiera Militia Christi pré- curseur de l’ordre du temple ne faisait qu’appliquer ce que Christ avait enseigné : protéger le plus faible et permettre au croyant de pratiquer sa foi dans la sérénité. Saint Bernard de Clairvaux grand théologien de l’église et fon- dateur de l’idéal templier représentait déjà à son époque une évo- lution moderniste ou seule l’abnégation totale au service de son prochain et la force du labeur de travail quotidien était la règle, loin, très loin, de l’égocentrisme et des actions ou le seul but était le faste et les dorures. C’est en cela que l’ordre cistercien a appliqué une nouvelle ap- proche de la règle de St Benoit basée sur le dénuement, le travail, l’effort centré sur l’homme et sa capacité à s’améliorer à travers cette nouvelle règle. L’ordre du temple à travers l’application de la pensée cistercienne a pu convaincre et rassembler de nombreux chevaliers car ces derniers de par leurs conditions de vie rude face aux métiers des armes se sentaient proches de cette pensée, et nettement moins de la pensée contemplative, ou l’ornement des églises n’était jamais assez faste pour rendre hommage au sacré, pensée qui était pré- dominante avant l’émergence de l’ordre cistercien et son applica- tion dans les forces de défenses de la chrétienté. Ainsi mythe, légende, réalité, l’ordre du temple est tout cela à la fois, car à chaque fois que l’humanité perdra ses repères, sera dans une période troublée, que la perversion de l’argent fera son apparition, que les buts poursuivis seront troubles, que des hommes corrompus, ou haineux feront leurs apparitions, la nos- talgie de cette époque prédominera, ou seul l’idéal avec pour ré- compense la sueur, la douleur, le combat dans ses propres peurs, mais la satisfaction d’avoir accompli plus que son propre destin était la règle de ceux que l’on a appelé par la suite les templiers ... Les descendants de cet idéal et de ce mouvement existe encore officiellement de nos jours, ces descendants comme leurs pré- décesseurs appliquent la pensée cistercienne, et leur discrétion depuis 700 ans a pu laisser penser à une légende pourtant ils existent encore a travers le Venerabilis Equester Ordo Sacri Prin- cipatu Sancti Sepulchri, ils ont simplement abandonné les armes physiques tel que leur avait demandé la papauté, et hier comme aujourd’hui ils restent au service et à la protection de la chrétien- té, mais cela est une longue très longue histoire, moins connus mais tout aussi dignes que le fut leurs ancêtres : les Templiers Richard TIROLE CULTURE...... HISTOIRE 5 Ce saint homme, le Roy SAINT LOUIS, toute sa vie aimé et craignit Dieu de tout son pouvoir par-dessus tout, et l’imita dans ses oeuvres, et cela est bien évident : car, ainsi que Dieu est mort pour tout son peuple, comme nous l’avons dit ci- dessus, de même le bon roy Saint Louis a mis plusieurs fois con corps en péril de mort pour le peuple de son royaume, ain- si que nous le montrerons plus bas. Le bon seigneur roy étant une fois très malade à Fontaine-Bliaut(Fontaine- bleau) dit à monsieur Louis, son fils ainé : «Beau fils, je te prie que tu te fasses aimer du peuple de ton royaume; car, vraiment, j’aimerais mieux qu’un Ecos- sais vint d’Ecosse, ou quelque autre loin- tain étranger, qui gouvernât le peuple du royaume bien et loyalement, que tu le gouvernes mal à point et en reproche.» Le saint roy aimé tant la vérité qu’aux Sarrazins et aux infidèles eux-mêmes ja- mais il ne voulut mentir, ni se dédire de chose qu’il leur eût promise, bien qu’il fussent ses ennemis, comme nous le di- rons ci-après. De sa bouche il fut très sobre ; car jamais de ma vie je ne lui ai entendu siouhaiter aucun mets recherché, ni grand appareil de choses délicieuses à boire et à manger, comme font maints hommesriches ; mais il prenait et mangeait patiemment ce qu’on servait devant lui. En ses paroles il fut si modéré que jamaisde ma vie je n’entendis de lui une mauvaise parole sur le prochain, ni je ne lui entendis nommer le diable, chose à présent fort commune, et qui, je le crois fermement, n’est pas agréable à Dieu, mais lui déplait grande- ment. Il mettait de l’eau dans son vin à pro- portion de sa force, et selon qu’il le pou- vait portait. Il me demanda une fois, en Chypre, pourquoi je ne mettais pas d’eau dans mon vin. Et je lui répondis que les mdécins et chirurgiens me le déconseil- laient, disant que j’avais la tête grosse et l’estomac froid, que je ne pourrais sup- porter du vin trempé, et le bon roi me dit qu’ils me trompaientt me conseilla de tremper mon vin, que si je n’en pre- nais l’habitude dans ma jeunesse, je ne le pourrais plus dans ma vieillesse, sans augmenter les mauvaises dispositions de mon estomac ; ou bien, que si je buvais du vin pur dans ma vieillesse, à tous coups je m’enivrerais, ce qui est une laide chose pour un vaillant homme de s’enivrer. Le bon roy me demanda une fois si je vou- lais être honoré en ce monde présent, et à la fin avoir paradis. Je répondis que oui, et que je le voudrais bien ainsi. «Eh bien, me dit-il, gardez-vous donc bien de faire et de dire quelque chose que vous sachiez être mal, en sorte que, si tout le monde le savait, vous eussiez honte d’avouer : j’a ifait ceci, j’ai dit cela.» t il me dit pareillement de ne jamais donner de démenti à personne de ce qui pourrait être dit devant moi, hors le cas où j’aurais honte, ou dommage, ou péché à le souffrir. Et il disait que souvent d’un dé- menti viennent de dures paroles, et que sou- vent les gens s’entre-tuent pour cette cause ; et que mille et mille personnes en étaient mortes. Il disait aussi qu’on devait se vêtir et orner chacun selon son état et condition et de moyenne manière ; afin qu les prud’hommes et anciens de ce temps ne puissent dire ni reprocher à autrui ; tel en fait trop ; et aus- si que les jeunes gens ne disent : tel en fait peu et ne fait point d’honneur à son état. Et c
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x