L Echo de l école. Saint Jean Saint Louis

Please download to get full document.

View again

of 16
197 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
L Echo de l école OCTOBRE 2013 Saint Jean Saint Louis n 86. SOMMAIRE Déjà 6 semaines que nous avons repris le chemin de l école! Outre le plaisir des retrouvailles de
Document Share
Documents Related
Document Transcript
L Echo de l école OCTOBRE 2013 Saint Jean Saint Louis n 86. SOMMAIRE Déjà 6 semaines que nous avons repris le chemin de l école! Outre le plaisir des retrouvailles de la rentrée, l étonnement d une cour repeinte et relookée , et la satisfaction des CM1 installés dans classe entièrement refaite, nous accueillons cette année une cinquantaine de nouveaux élèves pour un effectif total de 204 élèves, 8 classes (nous n en avions que 7 en 2012) et 9 enseignants! En effet, Cathie Lamal, n a pas de classe mais intervient à la demande en tant que maîtresse spécialisée, dans chacune des 8 classes de l école. Le mot de la directrice p1 Célébration de rentrée. p2 Si l attribution d une nouveau poste et d une nouvelle classe, en ce début d année, nous a permis d alléger l effectif des classes, notamment en cycle 3, elle nous a aussi donné l occasion d accueillir Mélanie Servant, la maîtresse des CP-CE1. Nous lui souhaitons la bienvenue dans notre école. Nous comptons sur son expérience des classes à plusieurs niveaux, dont elle a eu la charge pendant plusieurs années dans l Aveyron, pour aller toujours plus loin dans la réflexion de l équipe pédagogique autour du suivi et de l accompagnement de chaque élève, au service de son épanouissement, de sa progression et de sa réussite. Nous souhaitons également la bienvenue à Kerri, Kathy et Ben, nos trois étudiants anglais, qui tous les jours et dans tous les moments de la vie de l école, mettent leur langue maternelle au service de nos élèves. C est autour du Père Pierre-André Vigouroux que nous avons pris le temps d accueillir les nouveaux, de fêter la rentrée, et confié notre année scolaire au Seigneur. Cette année encore, Mme Amen interviendra dans toutes les classes de l école pour apporter un regard chrétien sur le monde et faire découvrir Jésus aux enfants. Nous en profitons pour la remercier sincèrement du temps qu elle consacre à notre école. En complément de cela et pour les enfants qui le souhaitent, des séances de catéchisme auront lieu à l école, le soir après la classe les lundis et jeudis, cela à partir du CE1. Dans les nouveautés enfin, nous aurons le plaisir de mettre en ligne d ici peu le nouveau site de l école St-Jean St-Louis. Plus dynamique, plus moderne, il vient en cohérence avec le projet de notre école résolument tourné vers le progrès et l avenir Géographie au C3 p3 L anglais en CP / Les lois pour être en sécurité dans l école p4 Exprimer ses idées en PS La démarche expérimentale p5 p6 Comment étudier une leçon? P Projet musique p10 Séance de grammaire en CE1 p 11 Qui est la maîtresse E? Travaux : appel aux parents La soirée mamans.. p12 p13 p14 Bonne année à tous! Apprivoiser les écrans p15 1 Pascale Donnadille Nouvelles des anciens, naissances p16 Accueil des nouveaux et célébration de rentrée. Le jeudi 3 octobre dans la cour de l école à eu lieu la célébration de rentrée. Le vent d autant soufflait très fort l Esprit saint aussi! Après avoir été accueillis par les enseignants, le personnel, le prêtre qui leur souhaitaient une BONNE RENTREE, les enfants ont entendu un passage de l Evangile leur rappelant que chacun est UNIQUE et qu il est important pour Dieu. Dieu compte sur toi pour construire un monde plus beau et, tu peux compter sur son amour inconditionnel, sa présence t accompagne tous les jours de ta vie! Les enfants ont chanté avec Cédric et sa guitare et on tous reçu une petite prière sous forme de signet à garder, méditer, offrir pour le moment de joies et les moments de doute. G. Amen C est la rentrée! C est la rentrée Nous allons vivre Une nouvelle année scolaire Tous ensembles! Avec une nouvelle maîtresse Ou un nouveau maître Peut être aussi avec de nouveaux copains ou de nouvelles copines Seigneur, je te confie mes doutes Et mes petites angoisses. Donne-moi la confiance Pour oser participer en classe. Donne-moi le courage Et la curiosité Pour apprendre et pour travailler. Donne-moi la joie Pour la partager avec mes camarades. Donne-moi la paix Pour être plus accueillant Et attentif aux autres. Donne-moi le désir de mieux te connaître Toi qui veux le bonheur de chacun. Amen 2 Qu'apprend-on en géographie au cycle 3? Les élèves apprennent à se questionner à la manière du géographe. Ils vont utiliser l'observation et l'explication. Pour observer, ils vont se demander : Où? : localiser, situer, positionner...(carte, paysage). Quoi? : identifier, repérer, nommer, décrire, caractériser...(carte, paysage, texte). Pour expliquer, ils vont se demander : Qui? : acteurs (individus, sociétés, entreprises, éléments naturels...) (textes, cartes). Comment? : moyens utilisés ( photos, cartes, textes). Pourquoi? : finalités ( ça sert à quoi?) (textes, cartes). Quand? ou Depuis quand? : évolution : dynamiques passées et actuelles (textes, deux photos ou cartes de dates différentes). Sur l'ensemble des trois années du cycle, les élèves vont acquérir des connaissances sur : Le travail du géographe Les repères sur terre et dans le monde La région, le pays où vivent les élèves Le territoire français dans l'union européenne Les Français dans le contexte européen Se déplacer en France et en Europe Produire en France La France dans le monde Les séances qui leur seront proposées permettront d'alterner les supports d'étude : cartes, photos, textes, films vidéos, recherches sur encyclopédie papier ou numérique, visite de lieux étudiés,... Chaque séance laissera une trace écrite du travail réalisé qui sera rangé dans le classeur en géographie et devra être relue attentivement pour la séance suivante, les notions qui seront étudiées donneront lieu à un test de connaissances à chaque fin de période. Nathalie Bourgues 3 L'anglais en classe de CP : Cette année les séances d'anglais faites en collaboration avec Katy, kerry et Ben sont construites autour d'un jeu de rôles qui se présente sous la forme d'un jeu de cartes. Chaque carte représente un garçon ou fille et donne des informations sur le personnage. Chaque séance est construite autour des différentes questions et réponses que suscitent ce jeu. Il s'agit d' être capable de dire ou de demander si le personnage choisi : est un garçon ou une fille. quel est son prénom. son âge quel est sa couleur préférée où il habite s' il a des frères ou des sœurs s' il a des animaux ce qu' il aime (nourriture, loisirs...) Chaque séance est construite à l'aide de flashcards (images) ou d'albums anglais. Par exemple, pour cette première période les élèves ont travaillé avec l'album «The very hungry catterpilar». Cet album a permis de travailler les champs lexicaux des jours de la semaine, des nombres et des fruits. En fin d'année, lors des dernières séances les élèves joueront avec leur jeu de cartes complété par leur carte personnelle construite en classe. Chaque élève possédera donc un jeu personnel et ainsi, ils pourront vous apprendre à jouer avec eux. Sandrine Galan LOIS pour être en SECURITE dans l école Lors de la dernière séance des Ateliers Pédagogiques Complémentaires (APC), l un des groupes a réfléchi aux «Lois pour être en sécurité dans l école». En effet, pour avoir une bonne estime de soi, se sentir en sécurité est une des conditions requises : il faut connaître les règles absolues, comprendre leur utilité et savoir les respecter. La consigne principale était de formuler ces règles sous la forme affirmative, la négation était interdite. Cela a donné lieu, entre autres, à une réflexion intéressante et approfondie sur la différence entre respecter et prendre soin .. «Lois pour être en sécurité dans l école». *prendre soin du matériel *demander la permission avant d emprunter le matériel *respecter tout le monde *les maîtresses prennent soin des élèves Ces lois s appliquent aux élèves, au personnel, à la directrice, au maître, aux maîtresses et aux parents. Groupe de : Enzo et Luke (CP), Cameron, Maël et Maxence (CE2), Damien et Victor (CM2) 4 Julie Sablayrolles-Farenc et Marie Jougla Apprendre à exprimer ses idées en PS. «Exprimer une idée est une activité difficile à laquelle il faut s'exercer ; la télé supprime cet exercice ; nous risquons de devenir un peuple de muets, frustrés de leur parole, et qui se défouleront par la violence.» Albert Jacquard. (Petite philosophie à l'usage des non-philosophes, p. 18, Éd. Québec- Livres) Il n est pas rare de voir des petits de maternelle se bousculer pour saisir un jouet, se mordre parfois pour obliger l autre à lâcher prise ou pour se défendre, taper pour obtenir un objet convoité, exprimer son mécontentement, son désaccord, sa frustration! Pour autant l enfant n est ni méchant, ni un futur criminel!!! Il n a peut être pas encore compris, qu il a d autres solutions que la violence pour se faire comprendre. Aider l enfant à développer son langage va petit à petit lui donner des outils pour faire autrement.. Lorsqu'on remarque qu un enfant se sent irrité par les gestes d'un autre enfant, on peut l'aider à mettre des mots sur ses émotions. Par exemple, on peut l'encourager à dire «non» ou «arrête, je n'aime pas ça» à un ami qui dérange. Il est également possible de lui donner la consigne de demander l'aide de la maîtresse lors d'un conflit avec un ami. «Maîtresse, j ai besoin de ton aide» Bref, on encourage l'enfant à utiliser sa bouche pour parler et s'exprimer, plutôt que pour mordre les autres! Si faire comprendre à l'enfant que mordre, taper, bousculer est un comportement inacceptable : en disant un «non» ferme, et en l excluant momentanément de la situation (Assis sur une chaise en retrait par exemple ou seul dans sa chambre quelques minutes ), il est indispensable que les adultes qui l entourent agissent aussi envers lui et envers leurs pairs en privilégiant la parole sereine et apaisée à tout autre comportement faisant état d agacement ou parfois même de colère! Car c est aussi par l exemple que l enfant apprend! Aussi, c est la raison pour laquelle, cette année, une des orientations choisie par notre l école est de travailler la parole, la mise en mots des actes posés, le ressenti, la verbalisations des émotions. Pour que les futurs adultes que nous formons ne soient pas un peuple de muets, frustrés de leur parole, et qui n aient d autres solutions que de se défouler par la violence.!!!! Pascale D. 5 La démarche expérimentale En cycle 3, les élèves apprennent à réfléchir comme les «vrais» scientifiques. Comme je le leur explique, ils connaissent de nombreuses choses sur des sujets que nous n avons pas encore abordés car ils lisent, discutent entre eux et avec vous, se documentent, regardent la télé ils ont donc déjà des représentations sur les thèmes proposés. Afin de pouvoir apprendre, une des premières étapes est de poser ce que l on sait pour pouvoir faire un état des lieux puis ensuite soit construire par-dessus ou déconstruire pour rebâtir le «juste». Pour cela, une question leur est posée et ils y répondent par des mots et un dessin. C est le recueil des représentations qui permet de faire émerger les représentations et de les confronter. Ensuite des hypothèses sont élaborées et les premières expérimentations sont menées (expériences, lectures documentaires ). En fonction des résultats obtenus, soit les hypothèses sont validées, les résultats sont alors mis au propre sous forme de leçon soit elles sont invalidées, et de nouvelles hypothèses et expérimentations sont proposées. La mise en œuvre d'une telle démarche suppose, à un moment, d'accepter la remise en cause d'une hypothèse et/ou d'un protocole expérimental. Pour les élèves peu sûrs de leurs connaissances et capacités, dans une attitude de repli et de dépréciation d'eux-mêmes, il s'agit de comprendre qu'on teste les hypothèses qu'ils émettent et non leur intelligence. Cet aspect de la question est crucial car il doit leur permettre de différencier une remise en cause de leur personne (qui conduit à une dévalorisation de soi) et la remise en cause d'un raisonnement ou d'une action (qui permet d'avancer). Tout au long de cette démarche, depuis l émission des hypothèses jusqu à leur validation, les élèves vont confronter leurs idées à celles de leurs camarades, réfléchir ensemble et s approprier les outils pour comprendre. La coopération étant au centre du dispositif, ils vont pouvoir discuter et s expliquer, apprendre à repérer les stratégies de chacun pour progresser, apprendre à faire avec les autres pour réussir ensemble, tout cela dans un cadre sécurisant et sécurisé où chacun a sa place, où la parole de chacun est acceptée et respectée. Cette démarche est adaptable et applicable pour tous les domaines enseignés à l école et ce dès la maternelle et nous y sommes tous très attachés. Marie Jougla 6 Comment étudier une leçon? Attention au terme employé : lire ou relire ne signifie pas la même chose qu' étudier ou apprendre. METHODOLOGIE - Avant de relire la leçon, se redire ou noter au brouillon ce que l'on sait déjà, ce dont on se souvient de ce qui a été fait en classe. - Il faut absolument lire plusieurs fois la leçon et se la raconter . - Les mots-clés sont à étudier par cœur : les mots en rouges, surlignés ou soulignés, les définitions en sciences ou géographie, les formules mathématiques, les tables en mathématiques, les dates en histoire. De plus, en fin de cycle, on exige que les mots-clefs soient écrits sans erreur d'orthographe. - Le reste du texte sert à faire le lien entre ces mots-clefs et à leur donner du sens entre eux. - Il faut étaler la mémorisation dans le temps : consacrer chaque jour un petit moment à la leçon (5min) plutôt que d'y passer 2h la veille de l'évaluation. L'apprentissage sera plus profitable et durable. Il existe différentes méthodes, chacun doit essayer de trouver la sienne : - lire à voix haute ou dans sa tête, - fermer les yeux et se revoir en train d'écrire la leçon, revoir la feuille de leçon, le plan en couleurs, - cacher des parties du texte et les deviner, - se poser des questions sur ce que l on a lu, - recopier plusieurs fois certains passages ou simplement les informations importantes, - mémoriser ligne par ligne ou paragraphe par paragraphe, - se construire une carte mentale de la leçon, c'est à dire réaliser un schéma comportant les mots-clefs reliés par des flèches indiquant leur relations (voir exemple plus loin) NB : Écouter et participer en classe facilite l'apprentissage et la mémorisation, la leçon sera déjà à moitié étudiée! J.S.F. 7 QUELQUES EXEMPLES PRECIS Apprendre une poésie Pour apprendre sa poésie on peut : La lire tous les soirs à partir du moment où on l'a copiée. Faire l'illustration en y insérant un maximum de détails et la revoir en pensée lorsqu'on récite ou faire une planche de bande dessinée pour se rappeler l ordre de l histoire de la poésie. Apprendre la poésie paragraphe par paragraphe, ligne par ligne. Apprendre la poésie comme une chanson, sur un air connu (ex : sur l air d «une souris verte») Mimer, jouer la poésie comme au théâtre Repérer les rimes et en effacer pour essayer de les retrouver de mémoire. Ce que l on attend de l'élève : Connaître la poésie par cœur, mot pour mot (pas de manière approximative,) Respecter la ponctuation et la versification (découpage en vers et en strophes) Proposer une intonation appropriée. Apprendre ses tables de multiplication Pour apprendre ses tables on peut : Les écrire dans la table de Pythagore vierge ou sous forme de liste Les scander comme du rap, les chanter Les réciter plusieurs fois dans l ordre croissant, puis dans l ordre décroissant, enfin dans le désordre Utiliser la fiche des feux tricolores pour mesurer ses progrès et savoir quelles tables on doit particulièrement réviser Ce que l on attend de l'élève : Donner le résultat des tables de multiplications rapidement et dans n importe quel ordre. Donner la multiplication qui correspond à un résultat (ex : 49? répondre : 7 X 7) Dans les résolutions de problèmes, utiliser les tables de multiplication rapidement. Connaître les tables pour aller calculer les multiplications et divisions posées plus vite. Apprendre une leçon d'histoire Pour apprendre sa leçon, on peut : Relire les documents annexes (cartes, textes, photos, schémas, frises, textes historiques...) Copier les définitions, les mots clefs, les dates historiques pour les mémoriser (ex : Révolution française, privilèges, philosophie des lumières, 14 juillet prise de la Bastille, etc...) Au brouillon, retracer à main levée la carte vierge et y replacer correctement les villes, les empires, puis vérifier. Recommencer si nécessaire. Construire une frise historique et replacer toutes les dates de la leçon. Ce que l on attend de l'élève : Être capable de remplir un texte à trou. Être capable de répondre à des questions sur la leçon. Connaître le plan de la leçon, les titres des paragraphes. Connaître les mots nouveaux de la leçon en les expliquant et en les replaçant correctement dans une phrase. (ex : «Le clergé, c'est l'ensemble des religieux, pape, évêque, prêtres, moines, etc... ) Écrire les noms propres et mots-clefs sans erreur (Robespierre, Tiers-Etat,...) Expliquer un document (photo, peinture, carte, texte historique) en lien avec la leçon. Remplir une carte ou une frise historique vierge (moments forts de l'année 1789 ) 8 9 Le projet «musique» de l école : la création d un album J interviens, en échange de service avec mes collègues, à raison d une demi-heure par semaine dans chaque classe de l école pour éveiller tous les élèves à la musique et leur en donner le goût. L objectif est pour la fin de l année scolaire de créer un album avec une composition par classe pour les parents de l école. Pour réaliser ce projet, il fallait que l enfant (dès la maternelle) ait un bagage musical. Ainsi, je leur propose un éveil rythmique inspiré de la musique indienne qui leur permet d inventer des rythmes complexes sans connaître une seule note de solfège. Cet apprentissage dédramatise et démocratise la composition rythmique pour chaque élève. Finalement, créer un rythme devient simple quand on joue à la manière indienne puisque les indiens qui ajoutent un aspect spirituel à leur musique utilise des syllabes chantées pour rythmer leur musique. Ainsi, ils chantent par cœur des phrases appelées «Tâla» et accentuent certaines syllabes de leur phrase avec leur instrument de percussion (les tablas) ou en chantant. C est ce que les élèves de l école font en chantant les syllabes de leur phrase et en en tapant certaines dans leurs mains ou sur un instrument de percussion. La musique occidentale est souvent travaillée dans des espaces de 3 ou 4 (3 ou 4 temps) alors que la musique indienne est beaucoup plus riche. Par le biais de ce solfège «oralisé», les indiens peuvent travailler et créer des morceaux de musique et des rythmes dans des espaces de 5, 7, 11 et même 13 (mesure à 13 temps). Vos enfants sont donc capables de créer des rythmes très complexes sans connaître une seule note de solfège. La musique est alors pour eux beaucoup plus abordable. Ils se surprennent eux-mêmes à réussir à chanter et taper un rythme qu ils ont inventé. Ce procédé permet une grande précision et maîtrise de la pulsation. Il leur permet aussi de ressentir la musique. Ce travail est aussi très important pour les élèves de cycle 2 car ça le fait de taper certaines syllabes chantées les aide à apprendre à lire et écrire. Pour étoffer ce bagage culturel qui les ouvre au monde, je leur propose une
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x