LA TÊTE, LE VENTRE ET LE MÉDECIN

Please download to get full document.

View again

of 17
28 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
1 LA TÊTE, LE VENTRE ET LE MÉDECIN Exergue «Les problèmes pressants du malade restent sans réponse ; son exigence d un nom pour sa maladie inconnue, effrayante, est laissée en suspens. Autrement dit, son
Document Share
Documents Related
Document Transcript
1 LA TÊTE, LE VENTRE ET LE MÉDECIN Exergue «Les problèmes pressants du malade restent sans réponse ; son exigence d un nom pour sa maladie inconnue, effrayante, est laissée en suspens. Autrement dit, son offre est rejetée. De plus, on ne lui donne pas l occasion ou la liberté d exprimer franchement ses peurs et ses déceptions. Au contraire, on lui procure un réconfort douteux en lui disant qu il n a rien.» Dr Michaël Balint* Le Médecin, son malade et la maladie. * Médecin hongrois ( ), généraliste puis psychanalyste en Angleterre, il a créé une méthode de formation psychothérapeutique du praticien, méthode de groupes où chaque médecin fait état de son expérience sous la direction d un leader. 2 Fin août 2005, le matin Les derniers jours se sont traînés, et celui-ci va sans doute s étirer plus que les autres. Sans golf la petite boule blanche lui paraît dérisoire ce matin de pluie et il a plu toute cette dernière semaine du mois d août, sans rendez-vous avec ses quelques amis ni visite des enfants, tous en vacances. Il va rester seul encore quelques jours, sa femme en séjour linguistique en Italie. La retraite. Déjà que les journées ne défilent plus à 100 à l heure depuis le début de l année, et celle qui commence va être carrément au point mort. Comme les jours précédents, il va se lever avec le sentiment de pouvoir faire ce qu il veut de son temps, sauf être utile à quelqu un. Et ce matin, il n a envie de rien. Il se sent comme l aiguille d une boussole qui ne serait plus aimantée, indifférente au Nord et au Sud, vaine désormais mais au confort derrière son petit hublot, comme il l est en regardant de son lit les rigoles de la pluie fine dégouliner en silence sur les vitres de la chambre, accablant le gris du ciel. Il n était pas «enfin en retraite» comme certains comme ceux qui l ont attendue, ni «tombé en retraite» comme ceux que le temps qui passe a surpris. Il avait accepté l insensible évolution menant à une mue sans renaissance. Des amis lui ont dit : «Tous les jours en vacances!», feinte envie en forme de consolation. Sans début et sans fin, elles sont insipides à force d être diluées, ces vacances infinies. Il leur manque le compte à rebours des jours sur l agenda avant qu elles ne commencent, et, quand elles finissent, l impatience de retrouver le cabinet et ses malades, les visites, le téléphone et l agitation renouvelée de jour en jour, le surmenage contre quoi il ne tardait pas à pester. 3 Il pourrait maintenant s attarder, mais il ne sait pas s adonner à la flemme, se complaire au farniente, goûter le temps qui passe comme la caresse du sable entre ses doigts, à la plage, quand il était enfant. Quand il pense au temps, c est seulement à celui qui lui reste. Levé du lit, il est allé en robe de chambre jusqu à la porte de la maison chercher le journal glissé au petit matin dans la boîte aux lettres. Petit-déjeuner pris en tournant distraitement les pages du quotidien. Rien. Il est déjà 10 heures. Il s est rasé, il s est douché, il s est habillé et il s est installé à son bureau comme ces derniers jours pour débarrasser son ordinateur des courriels qui traînent encore dans le dossier «Malades.» Un gros dossier amassé pendant ses dernières années d exercice, dont il a laissé une copie à la jeune femme médecin qui lui a succédé au cabinet. Des noms de malades, des comptes rendus d examens radiologiques ou biologiques défilent à l écran, qu il pousse l un après l autre dans la «Corbeille.» S il ouvre et relit certains fichiers, c est pour se rappeler, à quelques indices un instant sous ses yeux, le visage ou l attitude d un patient, une famille inquiète buvant ses paroles, une réflexion faite en consultation, le diagnostic d une maladie peu fréquente. Les malades s éloignent dans sa mémoire, un peu plus tous les jours, tous ensemble, soucis et souvenirs heureux mêlés. «Colette!» Il prononce tout haut le prénom dans l appartement vide. Il n avait plus pensé à elle depuis qu il a pris sa retraite, tout à sa nouvelle vie émaillée de formalités harassantes, remises à plus tard chaque fois que possible. Il a eu aussi à faire 4 face du jour au lendemain à trop de liberté, trop de temps à occuper avec le bridge, le golf, les voyages et sa participation à des activités bénévoles. Il a tout accumulé par crainte du désœuvrement qui l a rattrapé dans la solitude de ces derniers jours. Cette patiente l avait consulté pour la première fois quand elle avait une vingtaine d années. Il n en avait eu ensuite aucune nouvelle jusqu à ce qu elle revienne à sa consultation presque vingt ans plus tard et à plusieurs reprises pendant la dernière année de son activité. Il repense à la surprise qu il avait eue au printemps dernier, quand il la retrouva dans la salle d attente, curieusement pour lui, comme s ils s étaient quittés la veille. Consultation du vendredi 16 avril 2004 Il venait de prendre congé d une malade fidèle dont il était satisfait d avoir contrôlé l hypertension artérielle à l aide d un traitement suivi depuis deux mois. Il lui restait trois patients à voir avant d aller faire ses visites. Il alla chercher la personne suivante. En ouvrant la porte de la salle d attente, le nez sur sa liste car il n aimait pas écorcher le nom des nouveaux malades, il prononça : «Mme Colette Génou.» Elle se leva et s avança vers lui : il la reconnut immédiatement. Elle lui dit doucement, avec un sourire à fossettes où pointait un brin de malice : Bonjour Docteur. Fagotée à la diable quelque vingt ans plus tôt, elle était aujourd hui en tailleur chic, corsage et jupe droite. Elle avait été une jolie fille et c était une belle femme. Elle passa sans un mot de plus dans son cabinet de consultation dont il maintenait la porte ouverte, 5 et il la suivit. Il retrouva intact le charme de sa silhouette, une impression d équilibre du corps et d harmonie des mouvements, la souplesse de la démarche qu elle avait à vingt ans. Il l invita à s asseoir et s installa à son bureau. Il mesura comme elle avait embelli : le visage maintenant discrètement maquillé avec ses pommettes hautes et ses grands yeux gris, quelques bijoux discrets. Elle le regardait sans rien dire, apparemment heureuse de l effet de surprise. Bien sûr que je vous ai reconnue, Colette, répondit-il à une question qui n était pas formulée. Même si vous avez changé de nom et si c était, je ne sais pas, il y a quelque chose comme quinze ou vingt ans. Je suis content de vous revoir. Moi aussi, Docteur. Il y a tout juste dix-huit ans. Vous n avez pas changé. Un peu blanchi Je vois que vous êtes maintenant trois médecins et que vous avez une secrétaire. Moi, je suis mariée et j ai eu le temps d avoir deux enfants. Il retrouvait sa voix posée, un peu grave, profonde, presque bitonale, et son élocution un peu lente. Qu est-ce qui me vaut le plaisir de vous revoir? Elle ne répondit pas à sa question et reprit son idée des changements et des similitudes : Au fond la seule chose qui soit restée pareille c est mon état de santé. Mon ventre et mon intestin n ont pas changé, comme vous me l aviez un peu prédit. Ils continuent à me rendre certains jours la vie difficile, moins qu avant, je crois, ou c est peut-être seulement que je m y habitue. Je suis suivie par un médecin de famille dans 6 mon quartier ; je ne le consulte pas souvent. Mais je voulais vous revoir Et elle lui fit le récit des troubles qu il connaissait bien chez elle sans avoir besoin de lire en détail la fiche qu il avait retrouvée sans mal, rangée à son nom de jeune fille. Les troubles dont elle se plaignait déjà quand il était son médecin n avaient rien d original : c était la colopathie fonctionnelle et sa kyrielle de maux dans le ventre et d inquiétudes dans la tête. Maladie fréquente et de cause inconnue dont les symptômes se produisant de façon imprévisible, souvent rapportés, à tort ou à raison, aux stress, à la fatigue, à la composition des aliments, etc. Elle lui dit qu elle était revenue parce qu elle avait à plusieurs reprises pensé à lui, à son écoute et à ses prévisions. Au début, quand elle avait vingt ans, il avait été le seul médecin à lui conseiller de prendre son mal en patience et d apprendre à se soigner, car elle pourrait être gênée pendant de longues années. Elle avait voulu venir lui confirmer sa prévision. Elle rendait visite à sa mère et avait eu la chance d avoir un rendez-vous le jour même. Elle ne s était pas trompée en s attendant à l accueil cordial du médecin de sa jeunesse, lorsqu elle habitait Antony, à proximité du cabinet. Il l examina, surtout son ventre puisque c est de lui qu il était question. Aucune anomalie. Il perçut un discret parfum qu il croyait connaître mais qu il n aurait pas su nommer. Elle ne sentait plus le savon de Marseille qu elle utilisait certainement par principe ou par provocation lorsqu elle était jeune, non fardée et en jean. Il fit une ordonnance après avoir pris connaissance de ses médicaments, pas très efficaces selon elle. Il n espérait pas faire beaucoup mieux avec sa prescription, mais il garda cette réflexion pour lui. Elle parla de revenir le voir pour lui en dire le résultat. Il ne 7 la crût pas, prévoyant qu elle serait probablement aussi déçue par ses médicaments que par les précédents. Flatté et satisfait de cette rencontre, il pensait que le détour de son ancienne patiente était un pèlerinage qu à la quarantaine, elle faisait aux souvenirs de sa jeunesse. En la raccompagnant, il imagina plus prosaïquement que cette visite pouvait résulter du «nomadisme», nom que les médecins donnent à la recherche sans fin d un meilleur traitement quand les symptômes n ont pas été soulagés. Il abandonna vite ces hypothèses sans intérêt et conclut qu elle avait peut-être eu tout simplement envie de le surprendre en passant. Il n y pensa plus jusqu'à ce qu il reçoive le lendemain un premier courrier électronique. Courriel du samedi 17 avril 2004 Docteur, La secrétaire m a communiqué votre adresse . Je la lui ai demandée au téléphone hier après-midi, en même temps qu un rendez-vous pour une précision importante à vous donner. Heureusement, elle se souvenait de ma visite. L accueil sympathique que vous m avez réservé et mon statut d ancienne cliente l ont probablement convaincue de faire une exception. Je voudrais compléter certaines de mes réponses d hier, en consultation. Puis-je me le permettre? Accepteriez-vous de recevoir un ? Je n ai pas osé vous déranger au téléphone, ni vous écrire sans votre assentiment. Encore merci pour votre accueil. Bien cordialement. 8 C. G. Réponse du samedi 24 avril 2004 Madame, Merci pour votre message. Je suis disposé à vous lire si vous le croyez utile. Avec mes très sincères salutations. Fin août 2005, le matin Face à l écran où il fait défiler les messages de Colette, il repense à la patiente qu elle avait été à vingt ans. Sa maladie était certes des plus banales, mais il est rare qu elle commence à un si jeune âge. Elle-même ressemblait à bien d autres, mais il avait été surpris par sa dernière visite dont il se souvient encore. Elle était venue en consultation seulement pour lui dire au revoir avant de quitter Antony où elle habitait chez ses parents et aller s installer à Paris, dans le XVII ème arrondissement. Son retour l an dernier avait été aussi inhabituel que sa dernière visite, vingt ans plus tôt. C était la première fois qu un malade parachevait par courriel les paroles échangées la veille en consultation. Il avait pensé qu elle avait oublié un fait important ou une question à lui poser, ou alors c était l effet de l Internet, de la communication à tout va. Il recevait de plus en plus de malades qui avaient fouillé le Net et retenu des informations exactes dans l absolu mais fausses dans leur cas et sources d inutiles angoisses qu il lui fallait apaiser. Les questions de ses patients y faisant référence lui rappelaient que lui-même avait cru être atteint, pendant 9 les premières années de ses études, de presque toutes les maladies successivement enseignées. Il s était dit aussi que les personnes souffrant de colopathie fonctionnelle avaient souvent comme trait de caractère un excès de scrupules et une tendance au perfectionnisme. Le courriel annoncé devait en être l expression. Il n avait guère trouvé jusque-là utiles les relations épistolaires entre le malade et le médecin. Le courrier pouvait être source d erreur car il n y avait que des mots à lire au lieu d une foule d informations saisies en présence de son patient. La réponse qu il avait faite à Colette, en des termes volontairement impersonnels, exprimait poliment cet état d esprit, mais il ne s était pas décidé à la décourager. Il ne se doutait pas alors que cette malade allait, de consultations en courriers, le mêler de plus en plus à l intrication de sa douleur et de son inquiétude, à sa maladie et à sa vie. Il va se servir un petit café de poudre soluble, se cale dans son fauteuil et poursuit sa lecture à l écran de son ordinateur. Courriel du mardi 27 avril 2004 Docteur, Votre consentement me réconforte. Je vous prie de trouver ci-joint le commentaire qui complète certaines de mes réponses d hier. Je vous envoie le texte sous forme d un document joint, plus facile à mettre de côté et à lire lorsque vous en aurez le temps. 10 Je vous prie d accepter, Docteur, l expression de ma sincère reconnaissance. C. G. Document joint au courriel du mardi 27 avril 2004 Docteur, Après avoir quitté votre cabinet, je me suis dit que mes réponses à deux de vos questions avaient été imprécises. Quand vous m avez demandé, avant de poser vos mains sur mon ventre, si mes douleurs étaient soulagées pendant les vacances, je crois vous avoir dit qu elles restaient à peu près inchangées. Je n ai pas osé vous avouer qu elles sont en réalité plus fréquentes. Vous vous seriez forcément demandé d où provenait l influence néfaste des vacances réputées suspendre les soucis et atténuer les ennuis de santé. Que je ne sois pas soulagée une fois libérée des tracas de mon travail et des obligations domestiques routinières vous aurait laissé croire que l accentuation de ma maladie était due à mon mari et à mes enfants, davantage présents. J ai voulu éviter que nos relations s engagent sur cette voie dès la première fois que nous nous revoyons. On m a si souvent dit et pas seulement les médecins que mes douleurs existaient surtout dans ma tête! La question était certainement anodine, peut-être même pas médicale. Mais, elle était posée par vous et c était au médecin que j avais à répondre. Vous ne m auriez certainement pas fait remarquer ce que ma réponse avait d inhabituel. Mais moi j aurais su interpréter votre silence, ayant en mémoire la réaction d un médecin à qui j ai fait part de cette conséquence des vacances. C était il y a une dizaine d années, à La Baule. J étais venue le consulter pour une bronchite qui traînait et qui a rapidement guéri par la suite. Je lui avais incidemment parlé de mes troubles digestifs qui s étaient accentués. Il avait relevé sans ménagement ce que cela avait d insolite, pour ne pas dire coupable. Sa moue et quelques hochements de tête, sans un mot, m avaient paru signifier qu il mesurait la sévérité de mon état, mental plus qu intestinal, ce qui m avait contrariée, comme vous le pensez. Cette expérience concordait avec certains propos de ma mère. Quand j étais jeune, elle avait toujours refusé de croire que j avais une maladie. Elle m incitait à «prendre sur moi», sur un ton où pointait souvent la remontrance. Elle ne me le dit plus de cette façon, mais je sais qu elle n a pas changé d opinion. Si nous avions abordé ensemble ce sujet, nous aurions débouché sur ma relation avec mon mari. J aurais été entraînée à des considérations allant bien au-delà d une visite improvisée pour vous dire que je ne vous avais pas oublié. Votre question sur les vacances m a prise de court également parce qu elle m a rappelé la mort brutale de mon père, il y a une quinzaine d années, d une maladie de surcroît intestinale qui s était déclarée justement en vacances. Je ne voulais pas vous en parler ; cela aurait été trop long et je craignais de vous importuner avec des larmes difficiles à contenir encore à présent. La maladie s était déclarée pendant le voyage de mes parents au 11 Népal. Il s était plaint à ma mère de douleurs abdominales quelques jours avant leur départ et de nouveau après leur arrivée. Ils avaient tous les deux à peine eu le temps de visiter Katmandou et une ville voisine. L accentuation de ses douleurs et la fièvre apparue trois jours après leur arrivée les avaient inquiétés ainsi que leur guide. Mon père a été examiné sur place par un médecin puis par un chirurgien, dépêchés par l assurance. Il a été rapatrié le lendemain et hospitalisé à son arrivée à Paris. J avais interrompu mes propres vacances sur la Côte d Azur. Une intervention chirurgicale a été décidée sans délai. Le chirurgien a trouvé un cancer du gros intestin qu il a pu retirer. Selon lui, l opération avait réussi, mais mon père est décédé brutalement quatre jours plus tard, d une embolie pulmonaire, d après les médecins. Ce deuil est à l origine de ma réticence à considérer les vacances comme un bienfait quasi-contractuel. Elles ne font pas non plus bon ménage avec ma constipation. Je ne vous l ai pas non plus indiqué, sans doute entraînée dans mes cachotteries, que ce désagrément empire en vacances et même à chaque voyage. Peut-être est-ce de ne plus ressentir l élan d une journée qui commence avec le réveil des enfants et leur départ hâtif pour l école? Serais-je constipée en vacances faute d éprouver ce stress-là? Comme on m a souvent répété que ma maladie était l expression du stress dû à la vie moderne, je m y perds un peu. Quand vous m avez demandé combien de jours je restais sans aller au cabinet, je vous ai répondu : trois ou 12 13 quatre. Mais il me faut ajouter qu il m arrive d y aller de façon quotidienne ou d attendre plus de quatre jours avant de prendre des pilules laxatives. Habituée par mon métier aux opérations bancaires forcément au centime près, j ai du mal à décrire le fonctionnement fantaisiste de mon intestin. Excusez ce détail, mais j ai aussi parfois la sensation qu il est encombré alors que tout semblait s être bien passé aux toilettes. Quand sévit une période de déséquilibre intestinal, je ressens souvent la tension et le gonflement douloureux de mon ventre dont je vous ai parlé. Ce sont eux qui guident le choix de mes vêtements lorsque je pressens dès le matin qu il va falloir accorder de l aisance à mon tour de taille. En résumé, je suis heureuse des loisirs et du temps que je partage en vacances avec mes enfants. J oublie mon travail, mais pas tous les jours mon intestin ; lui ne m accorde jamais de longues vacances! Ce qui devait tenir en quelques lignes est devenu un véritable rapport, ce dont je vous prie de m excuser. Merci pour votre patience. Veuillez accepter, Docteur, l expression de mes sincères salutations. C. G. Réponse du samedi 8 mai 2004 Madame, Je vous remercie pour votre courriel dont j ai lu le document joint seulement aujourd hui. Je suis navré de ce que vous m avez appris à propos de votre père. 14 J ai à vous conseiller un examen que vous auriez à faire dans quelques années à cause du cancer de votre père. Ne manquez donc pas de me revoir le mois prochain comme l aviez envisagé. Pour ce qui concerne votre maladie, vous savez sûrement qu elle se nomm
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x