La troisième édition de la journée de recherche biologique consacrée

Please download to get full document.

View again

of 7
91 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
Compte rendu Hématologie 2012 ; 18 (3) : Copyright 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de le 14/02/ e Journée scientifique sur la leucémie myéloïde chronique
Document Share
Documents Related
Document Transcript
Compte rendu Hématologie 2012 ; 18 (3) : Copyright 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de le 14/02/ e Journée scientifique sur la leucémie myéloïde chronique Institut Bergonié, Bordeaux, 12 avril rd Scientific Day on chronic myeloid leukemia Bergonié Institute, Bordeaux, April 12 th 2012 François-Xavier Mahon 1 Franck Emmanuel Nicolini 2 1 Laboratoire d hématopoïèse leucémique et cibles thérapeutiques, Inserm U1035, université Bordeaux Segalen, Bordeaux et laboratoire d hématologie, hôpital Pellegrin, CHU de Bordeaux, Bordeaux, France 2 Hématologie clinique 1G, centre hospitalier Lyon-Sud, Pierre-Bénite, Lyon, France La troisième édition de la journée de recherche biologique consacrée à la leucémie myéloïde chronique (LMC) s est tenue, le jeudi 12 avril 2012, sous l égide de France Inter Groupe de la leucémie myéloïde chronique (Fi LMC). Cette réunion s est tenue au centre régional de lutte contre le cancer de Bordeaux et du Sud-Ouest, institut Bergonié, sous la présidence des professeurs François-Xavier Mahon et Josy Reiffers. Trois thématiques ont été abordées : la transduction du signal de BCR-ABL, les effets immunologiques des inhibiteurs de tyrosine kinase et les cellules souches leucémiques. De cette journée, il ressort que les découvertes de différentes équipes convergent ; par exemple : les deux premières présentations consacrées à STAT5. En effet, Luana Casetti, de l institut Cochin, a présenté des données sur l action de STAT5 sur les cellules souches normales et leucémiques en précisant plus particulièrement le rôle de l isoforme STAT5. Philippe Rousselot et Stéphane Prost ont exposé leurs travaux à la fois in vitro et in vivo montrant que l expression de STAT5 peut être modulée par des inhibiteurs et en particulier la pioglitazone. Les résultats préliminaires d un essai clinique qui consiste à combiner les inhibiteurs de tyrosine kinase à ce médicament ont été présentés. L équipe de Jean-Max Pasquet (Inserm 1035), qui s intéresse depuis plusieurs années au rôle d AXL dans la LMC, a montré que cette tyrosine kinase, de la même façon que SRC, pouvait être modulée, ou plutôt était dépendante de l activité d une ubiquitine ligase Cbl, dont l importance a déjà été rapportée dans des hémopathies myéloïdes chroniques. C est une donnée intéressante, sur laquelle, là aussi, plusieurs équipes convergent, puisque l équipe d Isabelle Dusanter a aussi rapporté l importance de cette kinase par une approche différente. Anaïs Lévescot, de l équipe d Ali Turhan et d Anne-Lise Bennaceur-Griscelli, a montré l importance de la voie IL-33/ST2 dans les progéniteurs de LMC. De même, Bastien Laperrousaz de Lyon (équipe de Véronique Maguer-Satta de l UMR 5286, centre de recherche en cancérologie de Lyon) a montré que la voie des BMP était altérée d un point de vue fonctionnel et moléculaire dans les LMC. Sarah Basbous, de l équipe de Jean-Marc Gombert à Poitiers et de l U935, s est intéressée aux effets immunologiques des ITK, et en particulier du dasatinib. Elle a ainsi montré que les cellules inkt étaient peu fonctionnelles, entraînant une certaine anergie dans la LMC, au diagnostic, mais aussi longtemps après le traitement par interféron. doi: /hma Pour citer cet article : Mahon FX, Nicolini FE. Compte rendu de la 3 e Journée scientifique sur la leucémie myéloïde chronique Institut Bergonié, Bordeaux, 12 Avril Hématologie 2012 ; 18 (3) : doi: /hma Jean-Claude Chomel, du CHU de Poitiers, a donné des informations nouvelles concernant la persistance de progéniteurs leucémiques pour les patients aux réponses moléculaires complètes après traitement par inhibiteurs de tyrosine kinase de deuxième génération ou par imatinib. La journée s est clôturée par l annonce officielle du groupe pour aider et financer un programme de recherche dans la LMC sous forme d appel d offres. Vous trouverez ici en condensé des abstracts relatifs à chaque travail présenté au cours de cette journée scientifique Les facteurs STAT5 participent au maintien des cellules souches hématopoïétiques de leucémie myéloïde chronique Présenté par Luana Casetti 1,2, Séverine Martin-Lannerée 1,2, Imen Najjar 1,2, Lydia Roy 3 Jean-Claude Chomel 4, Evelyne Lauret 1,2, Ali G. Turhan 4 et Isabelle Dusanter-Fourt 1,2 ( 1 Inserm U1016, institut Cochin, Paris ; 2 université Paris-Descartes, Sorbonne Paris-Cité, Paris ; 3 Inserm CIC0802, CHU Poitiers, Poitiers ; 4 Inserm U935, université et CHU Poitiers, Poitiers.) Les inhibiteurs de la kinase BCR-ABL ont permis de prolonger durablement la survie des patients atteints de LMC, mais ils ne conduisent pas à l élimination des cellules BCR-ABL + les plus immatures [1], lesquelles sont responsables de la maladie résiduelle. Ces observations pointent la nécessité d identifier de nouveaux procédés ciblant les cellules souches BCR-ABL +. BCR-ABL active de multiples voies de signalisation parmi lesquelles figure le facteur de signalisation STAT5, dont l activité contribue au maintien des progéniteurs de LMC. STAT5 est codé par deux gènes différents : STAT5A et STAT5B. Nous avons souhaité déterminer les activités respectives des deux facteurs STAT5A et STAT5B dans les cellules souches hématopoïétiques (CSH) de LMC, et avons identifié des shrna permettant d inhiber sélectivement l expression de l un ou l autre des deux gènes STAT5 dans les cellules primaires humaines. Nos observations indiquent que l activité de STAT5B est nécessaire à la survie et au maintien à long terme des propriétés clonogéniques des cellules CD34 + d individus sains et de patients LMC (test LTC-IC), alors que l activité de STAT5A n intervient pas dans ce processus. En revanche, STAT5A régule négativement le stress oxydatif des cellules LMC. L observation de ces activités de STAT5A nous a conduits à envisager son rôle dans le développement/maintien de cellules LMC secondairement résistantes aux traitements thérapeutiques. Nous avons pu observer que les cellules résistantes à l imatinib mésylate (IM) deviennent dépendantes vis-à-vis de l activité STAT5A, contrairement aux cellules prélevées au diagnostic. La recherche des gènes cibles de STAT5A et STAT5B a montré que l activité de STAT5B contrôle l expression de la sérine/thréonine kinase Pim1, alors que celle de STAT5A contrôle l expression du récepteur tyrosine kinase AXL dans les cellules de LMC. AXL apparaît comme une nouvelle cible de STAT5A, qui contribue à la régulation du stress oxydatif et au développement de processus de résistance à l IM. Ces données ont été validées par des expériences de sauvetage (rescue) en introduisant des vecteurs d expression de STAT5B ou STAT5A murin dans les cellules humaines exprimant l un ou l autre des shstat5. Nos travaux montrent que l activité STAT5 est la superposition de deux activités complémentaires favorisant le maintien de cellules souches leucémiques et leur résistance aux traitements thérapeutiques ; elle représente une nouvelle cible particulièrement intéressante pour juguler la maladie résiduelle. (Ce travail a bénéficié de l aide de J.M. Pasquet et F.-X. Mahon [U1035, Bordeaux], mise en place grâce au réseau LMC.) Modulation in vivo de l expression de STAT5 par la pioglitazone chez les patients atteints de leucémie myéloïde chronique en phase chronique : essai ACTIM Présenté par Stéphane Prost 1 et Philippe Rousselot 2 ( 1 Division d immunovirologie et de traitements innovants, institut des maladies émergentes et des thérapies innovantes, CEA, Fontenay-aux-Roses ; 2 université de Versailles, Versailles, hôpital A.-Mignot, Le Chesnay.) Les protéines du signal de transduction et de l activation de la transcription (STATs) sont des facteurs de transcription cytoplasmiques constituant une famille de sept membres impliqués dans des processus cellulaires fondamentaux comme la prolifération, la différentiation et l apoptose. Parmi eux, STAT5 est indispensable à l établissement du phénotype de la LMC et au maintien des cellules souches leucémiques. Nous avons démontré que l expression de STAT5 peut être modulée par l activation du récepteur orphelin PPAR-gamma via la pioglitazone [2], un ligand pharmacologique de PPARgamma qui induit une réduction de l expression de STAT5 et une perte de clonogénicité des cellules BCR-ABL + de patients. Nous avons initié une étude de phase II de traitement par la pioglitazone en association avec l imatinib chez des patients atteints de LMC en phase chronique et traités par imatinib depuis au moins deux ans et présentant une réponse 153 154 moléculaire majeure (RMM) sans obtention de la réponse moléculaire complète (RMC). L imatinib a été poursuivi à la même posologie qu à l inclusion et les patients ont reçu en association un traitement par la pioglitazone (Actos )àla dose de 30 mg/j pendant deux mois puis 45 mg/j pour 12 mois au total. Vingt-sept patients ont été inclus et 24 ont été évalués (un patient inclus en RMC, un autre inclus sans RMM et un dernier ayant retiré son consentement ont été remplacés). L âge médian était de 61,6 ans (24,1-79) et le suivi médian après inclusion de 13 mois (9,8-21). Sept patients (29,2 %) ont interrompu leur traitement prématurément : dans six cas sur décision de l investigateur faisant suite aux messages de l Afssaps relatifs à l utilisation de l Actos, et dans le septième cas sur décision du patient lui-même (bien que l essai n ait à aucun moment été suspendu). Ces arrêts de traitement sont intervenus entre le 3 e et le 9 e mois de l étude. Aucun effet secondaire grave lié à la prise de pioglitazone n a été déclaré. La médiane de la concentration résiduelle d imatinib était de 850 ng/ml à l inclusion et de 927 ng/ml à un mois sous traitement combiné, soulignant l absence d interaction pharmacologique entre les deux traitements. Trois patients (14,3 %) ont obtenu une réponse moléculaire complète (RMC5) confirmée et dix (37,5 %) une RMC4.5 confirmée. L incidence cumulée de la RMC4.5 a été de 47,6 % sur 12 mois. En analyse Loess, la réduction globale de la maladie résiduelle est d un facteur 10 (1 log). L expression de STAT5 a été quantifiée par RTQ-PCR avant inclusion, au 6 e et au 12 e mois. Il existe une réduction significative, d un facteur 3, de l expression de STAT5 sous traitement par Actos, qui s accompagne d une réduction significative de la clonogénicité des cellules CD34 + médullaires des patients. La modulation in vivo de l expression de STAT5 par la pioglitazone, avec une médiane de durée de traitement de 11,2 mois (2,57-15,4), s accompagne d une réduction de clonogénicité des cellules CD34 + de moelle et d un gain en maladie résiduelle chez près d un patient sur deux atteints de LMC et recevant de l imatinib. Régulation négative et réciproque du récepteur à activité tyrosine kinase Axl sur l expression de Lyn et c-cbl dans les cellules de leucémie myéloïde chronique Présenté par Romain Gioia 1, Cédric Leroy 2, Claire Trégoat 1, Valérie Lagarde 1, Serge Roche 2, François-Xavier Mahon 1 et Jean-Max Pasquet 1 ( 1 Laboratoire d hématopoïèse leucémique et cibles thérapeutiques, Inserm U1035, Bordeaux ; 2 centre de recherche de biochimie macromoléculaire, CNRS UMR5237, Montpellier.) La LMC résulte de l expression d une protéine de fusion à activité tyrosine kinase dérégulée : Bcr-Abl. Malgré le succès thérapeutique des inhibiteurs de tyrosine kinase (ITK) tel que l imatinib ou le nilotinib dans le traitement des patients atteints de LMC, des résistances apparaissent. Afin de caractériser les mécanismes de résistance à ces ITK, notre laboratoire génère in vitro des lignées résistantes. L étude de la lignée K562-rn résistante au nilotinib a mis en évidence, dans un premier temps, une surexpression de la Src kinase Lyn et le rôle majeur de cette kinase dans la résistance au nilotinib. Dans le but initial de caractériser la voie de signalisation Lyn-dépendante responsable de la résistance, nous avons, par une approche phosphoprotéomique SILAC (stable isotope labelling by amino acid in cell culture), identifié l ensemble des protéines dont la phosphorylation dans les lignées sensibles est différente de celle dans les lignées résistantes. Parmi les protéines hyperphosphorylées, nous avons identifié le récepteur à activité tyrosine kinase Axl comme un des effecteurs de Lyn impliqué dans la résistance au nilotinib. Comme Lyn, l hyperphosphorylation observée d Axl dans la lignée résistante est due à une surexpression. La résistance au nilotinib étant due à la surexpression des kinases Lyn et Axl, nous en avons cherché l origine. L approche SILAC ayant aussi permis de mettre en évidence une hypophosphorylation de l ubiquitine ligase c-cbl, nous avons choisi de nous intéresser aux effets sur la résistance et sur l expression de Lyn et d Axl que peuvent avoir des modifications de l expression de cette protéine connue pour son rôle dans la dégradation de Lyn et Axl. Dans un premier temps, nous avons montré que l hypophosphorylation observée de c-cbl dans la lignée résistante est due à sa sous-expression par rapport à la lignée sensible. De plus, in vitro, la surexpression de la forme sauvage de l ubiquitine ligase c-cbl dans la lignée cellulaire K562-rn s accompagne d une diminution de l expression des tyrosine kinases Lyn et Axl, et permet la restauration de la sensibilité au nilotinib. Ces effets ne sont pas observés lorsque nous surexprimons le mutant c-cbl C3AHN incapable d ubiquitiner ses substrats. Ces résultats démontrent que la surexpression de Lyn et d Axl dans la lignée K562-rn, et donc la résistance au nilotinib, est due à une faible expression de c-cbl. Dans un second temps, nous avons observé que la restauration de la sensibilité au nilotinib, suite à une inhibition de l expression d Axl dans la lignée K652-rn, est corrélée à une élévation du niveau d expression de c-cbl. Axl exerce donc un rétrocontrôle négatif sur c-cbl. Des résultats préliminaires suggèrent que le rétrocontrôle d Axl sur c-cbl est indépendant de l activité tyrosine kinase d Axl. En effet, une diminution du niveau d expression de c-cbl est observée suite à la surexpression d Axl WT ou d Axl KD dans la lignée K562 sensible aux ITK. La prochaine étape de notre travail sera de valider notre modèle in vivo sur des cellules primaires de patients LMC résistants aux ITK, et d identifier la nature de ces régulations. Si c-cbl est à l origine de la résistance aux ITK, alors les perspectives quant au développement d une thérapeutique envers cette cible vont au-delà de la LMC. En effet, des sousexpressions de c-cbl ont été mises en évidence dans de nombreuses leucémies, dont les LAM. L axe IL-33/ST2 dans les cellules progénitrices CD34 + des patients atteints de leucémie myéloïde chronique Présenté par Anaïs Levescot, Stéphane Flamant, Florence Jacomet, Sara Basbous, Olivier Feraud, Ali G. Turhan, François Guilhot, Jean-Marc Gombert et André Herbelin (Inserm UMR S935, Poitiers et Villejuif.) L interleukine 33 (IL-33), en tant que cytokine/alarmine, est produite constitutivement par de nombreux types cellulaires en contact avec le milieu extérieur (cellules épithéliales des muqueuses) mais aussi par les cellules endothéliales et stromales. De ce fait, l IL-33 est un constituant du microenvironnement de la niche hématopoïétique. La molécule interleukin-1 receptor accessory protein (IL-1RAcP), chaîne commune des récepteurs de l IL-1 et de l IL-33, a récemment été proposée comme étant un marqueur de la cellule souche hématopoïétique possédant le chromosome Philadelphie (Ph) à l origine de la LMC. À ce jour, aucune donnée disponible ne permet cependant de proposer qu il pourrait s agir d un marqueur fonctionnel de la maladie. Des données du laboratoire ont montré que la chaîne ST2 spécifique du récepteur de l IL-33, à l instar de la chaîne commune IL-1RAcP, est contrôlée par l activité tyrosine-kinase de BCR-ABL associée au chromosome Philadelphie. Cependant, la possibilité que l IL-33 soit un facteur de croissance des cellules souches et des progéniteurs hématopoïétiques au cours de la LMC n est pas documentée. Notre objectif général est de rechercher si l expression de la chaîne ST2 dépendant de la présence du chromosome Ph rend les cellules souches leucémiques sélectivement réactives à l IL-33, entraînant ainsi des modifications de leur statut fonctionnel, y compris de leur sensibilité aux inhibiteurs de tyrosine kinases qui sont largement utilisés pour le traitement des patients atteints de LMC. Dans l affirmative, le ciblage pharmacologique des cellules leucémiques CD34 + ST2 + Ph + pourrait alors constituer une nouvelle stratégie thérapeutique pour traiter la LMC. La voie des BMP est altérée au niveau fonctionnel et moléculaire dans la leucémie myéloïde chronique en phase chronique Présenté par Bastien Laperrousaz 1,2,3, Sandrine Jeanpierre 1,2, Karen Sagorny 1,2, Thibault Voeltzel 1,2,3, Mauricette Michallet 4, Franck E. Nicolini 4 et Véronique Maguer-Satta 1,2,3 ( 1 CNRS UMR5286 ; 2 Inserm U1052, centre de recherche en cancérologie de Lyon, centre Léon- Bérard, Lyon ; 3 université de Lyon, Lyon ; 4 Hématologie 1G, centre hospitalier Lyon-Sud, Pierre-Bénite.) La présence de cellules souches malignes, démontrée initialement dans les leucémies aiguës myéloïdes, est également évidente dans la LMC, où ces cellules retiennent des propriétés des cellules souches normales. Elles sont suspectées d être responsables de résistances de la LMC aux inhibiteurs de tyrosine kinase (ITK) et de rechutes de la maladie. Sur le plan clinique, l éradication de ces cellules souches leucémiques (CSL) résistantes aux ITK représente le but thérapeutique ultime. L identification de leur phénotype et la compréhension des mécanismes responsables de leur survie sont donc des enjeux considérables. Dans ce contexte, nous avons identifié, en RQ-PCR, sur des prélèvements primaires immatures (CD34 + ) et matures (CD34 - ) de patients atteints de LMC en phase chronique au diagnostic, plusieurs gènes dérégulés comme TWIST-1 [3] et nous démontrons également dans le présent travail une altération conjointe de la voie des bone morphogenetic proteins (BMP), composant du microenvironnement tumoral. En utilisant différents tests fonctionnels (CFC, LTC-IC, CFU-Mk, phénotype de surface) combinés aux analyses moléculaires, nous démontrons la présence d altérations spécifiques de la réponse des CSL aux BMP, en comparaison aux cellules normales témoins. En considérant le rôle crucial joué par les BMP dans la détermination de la cellule souche hématopoïétique normale, les modifications observées dans la LMC en phase chronique sont très probablement impliquées dans le phénotype de la tumeur et la survie du compartiment «souche» sous ITK. 155 Mise en évidence de défauts fonctionnels des lymphocytes inkt chez des patients atteints de leucémie myéloïde chronique : correction par l imatinib Présenté par Sara Basbous, Anaïs Levescot, Alexis Rossignol, Florence Jacomet, Ali Turhan, François Guilhot, Anne Barra, André Herbelin et Jean-Marc Gombert (Inserm UMR S935, Poitiers et Villejuif.) Des effecteurs cellulaires du système immunitaire tels que les lymphocytes T conventionnels ont été décrits comme jouant un rôle essentiel dans le contrôle de la LMC. Cependant, les lymphocytes inkt (pour natural killer T invariant), qui sont impliqués dans l immunosurveillance antitumorale, n ont jamais été étudiés dans cette maladie. Nous avons montré, chez des p
Similar documents
View more...
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x