Les sports de nature. Entre pratiques libres, territoires et logiques institutionnelles

Please download to get full document.

View again

of 12
239 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
Les sports de nature. Entre pratiques libres, territoires et logiques institutionnelles Jean Corneloup, Philippe Bourdeau To cite this version: Jean Corneloup, Philippe Bourdeau. Les sports de nature.
Document Share
Documents Related
Document Transcript
Les sports de nature. Entre pratiques libres, territoires et logiques institutionnelles Jean Corneloup, Philippe Bourdeau To cite this version: Jean Corneloup, Philippe Bourdeau. Les sports de nature. Entre pratiques libres, territoires et logiques institutionnelles. les Cahiers Espaces, 2004, pp halshs HAL Id: halshs https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs Submitted on 22 Apr 2009 HAL is a multi-disciplinary open access archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers. L archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés. Les loisirs sportifs de nature : entre pratiques libres, territoires, marchés et logiques institutionnelles Jean Corneloup, MCF Clermont-Ferrand, Sportsnature.org Ph. Bourdeau, MCF IGA Grenoble, Sportsnature.org A une époque où la notion de marché semble s imposer dans l approche des activités sociales et culturelles, il apparaît judicieux d interroger cette notion dans l étude des loisirs sportifs de nature. Notre exposé se donnera pour objectif de présenter au préalable les limites à cette entrée marketing concernant ce secteur de pratiques à partir du moment où le plein air n est pas qu un produit, que les pratiquants ne sont pas tous des clients et que les données d observation ne peuvent se réduire à une connaissance commerciale. Dès lors, la manière d aborder la relation avec le pratiquant ne se définit pas de la même façon selon les acteurs engagés dans la gestion et le développement des pratiques sportives de nature et la conception qu ils ont de l observation et du plein air. Une fois ces précautions prises, notre propos consistera à montrer l impact du marché sur la dynamique de cette filière et à présenter les résultats d une étude portant sur l approche culturelle et marketing de la montagne d aujourd hui et de demain. I Le marché dans les pratiques sportives de nature Le développement des sports de nature progresse. Nombreux sont les indicateurs qui nous permettent d observer ce phénomène. Au niveau de l offre, l équipement de la nature est exponentiel, la création d associations se multiplie, les distributeurs de matériel sont de plus en plus nombreux et leurs chiffres d affaires augmentent constamment. Pour prendre un autre exemple, on dira que les prestataires en loisirs sportifs ne sont pas en reste de cette dynamique. En parallèle, on observe un engouement des français pour la vie en milieu rural, un attrait pour les pratiques sportives de nature durant le temps du loisir et un succès remarquable des rencontres sportives en plein air (informelles et formelles) que ce soit en tant que spectateurs ou pratiquants. Bref, le temps semble loin où ce secteur était accaparé par quelques passionnés, aventuriers, guides et institutionnels. Les enjeux sont aujourd hui considérables aussi bien au niveau économique pour de nombreuses entreprises, au niveau institutionnel pour les différentes fédérations du plein air que territorial pour la plupart des régions. La marchandisation forte des sports de nature est bien dans l air du temps. Elle a commencé avec la mise en place des différents plans neige et mer dans les années 60 ; elle se poursuit aujourd hui avec les nombreux aménagements et créations de produits qui émergent ici ou là. La valeur économique des territoires de nature a connu un transfert (dans certains cas) et une bonification (dans d autres cas) par la mise en marché des sports de nature en ces lieux. Fort de ce constat, on pourrait raisonnablement penser que toutes les pratiques sportives de nature sont rentrées dans l univers du marché et qu elles se présentent comme des produits comme dans bien d autres secteurs. On consomme la nature, on achète une prestation, on vend une destination, on crée de nouveaux services pour satisfaire une clientèle de plus en plus exigeante. Cependant, il faut bien apporter une correction à cette lecture à partir du moment où cette mise en marché reste bien relative. Si l on peut penser que les grands gagnants de cette marchandisation sont les fabricants et les distributeurs de matériel, à partir du moment où toute pratique nécessite du matériel, on est loin d une marchandisation totale de la pratique. Pour prendre quelques exemples, on dira que globalement l espace de nature reste libre et non-payant et que l accès à de nombreux sites reste gratuit : la mer, les lacs, les canyons, les chemins de randonnée, les voies vertes, les falaises d escalade permettent une pratique libertine et libertaire soit en tant que passager clandestin (par refus de payer une licence fédérale) soit par libre disposition des lieux de pratique. En observant d une focale encore plus fine l univers des pratiques, on peut facilement se rendre compte que les activités les plus pratiquées en nature s inscrivent en dehors de toutes prestations. Les différentes formes de randonnée estivales et hivernales, les activités aquatiques (baignade, planche à voile, surf, ) la spéléologie, l alpinisme, le parapente, les cyclo-pratiques, les pratiques de courses à pied (triail, cross, jogging), les activités motorisées, sont réalisées en toute liberté et sans avoir à payer une quelconque prestation financière. Elles constituent la majorité des activités de loisirs sportifs de nature. Elles génèrent sans nul doute des retombées indirectes au niveau de l hôtellerie et de la restauration lors des déplacements dans le cadre de courts et longs séjours, mais au regard du temps de pratique global réalisé à proximité de son domicile ou sur sites touristique, la part marchande reste insignifiante. Bref, le propos consiste ainsi à soutenir l idée que le marché n occupe qu une faible part par rapport à l ensemble des pratiques réalisées au quotidien ou sous forme touristique. Les pratiques en stations sportives de montagne proposant un produit global en hiver se présentent de ce fait comme une exception qui n a pas son équivalent durant la saison estivale et les autres saisons. De nombreux opérateurs dans les grandes stations de ski ferment ou souhaitent interrompre leurs activités durant l été par manque de retombées financières. Bref, la dynamique du loisir s inscrit dans son ensemble sur un territoire non-marchand si l on prend comme élément d étude la fréquentation des lieux d activité par le pratiquant. Si ce constat permet de relativiser la place du marché dans l univers des loisirs sportifs de nature, a contrario il apparaît évident que le chiffre d affaires généré par ces consommations sportives et activités associées est en nette croissance. Les études réalisées par B. Michon et F. Ohl (1989) sur le coût des pratiques chez les français montrent bien que les loisirs sportifs de nature coûtent cher et que l achat de matériels et le déplacement sur les sites occasionnent des dépenses importantes. La tendance ne va pas en s inversant si l on observe la prodigieuse progression du marché des équipements sportifs de nature, la technologisation exponentielle des pratiques et la tendance à la multi-pratique qui nécessitent à chaque fois du matériel adapté et spécifique. De même, les aménagements induisant des pratiques payantes sont de plus en plus nombreux (via ferrata, parcs sportifs de nature, espaces ludiques, événementiels, bassin d eaux vives), les locations de matériels progressent (kayak, VTT, matériels de canyon et de via ferrata, ) et l offre de produits proposés par les prestataires ne diminuent pas. A cela, il faudrait ajouter la transformation des logiques territoriales qui modifient le rapport aux espaces. Si jusque dans les années 1980, le loisir sportif de nature concernait le plein et le grand air, le fait marquant de ces 20 dernières années est la forte augmentation des pratiques de proximité sur les territoires de pratique. Ph. Bourdeau (2002) a bien montré ce processus en montagne estivale au niveau des relations entre la haute montagne et la vallée lorsqu il observe une descente progressive des pratiques vers le bas des vallées à l exemple du secteur de la Vallouise dans le Briançonnais. Il semble ainsi possible de spatialiser la pratique en trois cercles concentriques autour d un site touristique de nature : l indoor, l around-door et l outdoor. Le phénomène marquant étant la forte excroissance des pratiques in (à l intérieur du site) et around-door (à la périphérie) caractérisées par leur marchandisation. La poursuite de «l urbanisation» des pratiques au sein des espaces de nature est d actualité modifiant par là les usages de la nature sur les lieux de vacances et les pratiques professionnelles. La station des Arcs est un bel exemple parmi d autres de cette situation où l activité commerciale générée par ces pratiques (cirque, escalade, activités de forme, piscine, golf, tennis, ) est largement dominante produisant un effet géographique 1 remarquable sur l identité de ce site de nature. Enfin, si on aborde le secteur des centres de vacances structuré par de nombreux opérateurs (UCPA, Club Med, Val, VVF, UFCV, CEMEA, centres aérés, C.-E., ) et de toutes les formes collectives de pratiques encadrées (séminaires d entreprises, événementiel, compétitions fédérales, stations voile, écoles de ski, clubs de sport, ), on ne peut qu observer la place centrale occupée par le marché des loisirs sportifs. C est dans ce secteur que la marchandisation des pratiques est la plus forte au niveau des prestations proposées ; il constitue la forme la plus intégrée du management de l action sportive autour duquel se joue la réussite des structures et le développement des territoires de pratique. Pour conclure cette partie, le propos consiste à montrer que la dynamique du plein air fonctionne sur cette ambiguïté perpétuelle construite sur cette interface entre le formel et l inforrmel, le marchand et le non-marchand, le payant et le gratuit. Si la part des pratiques instituées et marchandes progressent, il en est de même des pratiques sauvages, réalisées en autonomie, en dehors des formes institutionnelles. La multiplication des types de pratique se généralise aujourd hui permettant ce passage entre ces deux univers en fonction des pratiques, des moments de l année et des formes sociales d activité (seul (e), en groupe, en famille, ). Cette logique du mixage est d autant plus présente dans ces espaces de l entre-deux, à l exemple des stations de sports d hiver et autres stations sportives de nature en devenir, qui laissent une forte place à l action autonome de l individu dans sa pratique. En échange d une prestation de remontées mécaniques (par exemple), le pratiquant est libre de son activité et de composer lui-même sa territorialité sportive. Comment peut-on alors construire une lecture globale qui intègre les spécificités du loisir sportif de nature? 1 An sens de Debarbieux (1997) II Les secteurs du loisir et du tourisme sportifs de nature Pour dépasser les approches globales qui ne permettent pas une analyse affinée et diversifiée, on peut envisager de considérer la filière des loisirs sportifs de nature comme étant composée de secteurs qui participent à spécifier la relation à la nature, au marché et à l institution. Des variables telles que l accès libre ou payant, l encadrement ou non et l organisation territoriale faible ou forte permettent de qualifier les secteurs de pratique qui composent l espace des loisirs sportifs de nature. Le ski de randonnée en individuel s inscrit ainsi dans le secteur des pratiques libres, gratuites et faiblement aménagées à la différence d une prestation en via ferrata qui s inscrit dans le secteur des pratiques encadrées, payantes et fortement aménagées. Bien souvent, la caractéristique de ces secteurs dépend de la présence ou non des acteurs du loisir sportif qui oeuvrent à son organisation et à son développement (fabricant, fédération, collectivités, association, prestataires, ). Secteur Caractéristiques Exemple d'activités Exemple de lieux Acteurs impliqués Pratiques libres et gratuites Ck,rando multiples, VTT, voile, aventure Mer, lacs, forêts, chemins Fabricants, distributeurs, médias (hôtellerie, commerçants, fédération en 1 dans un lieu de nature out-door, parapente., ruraux, option) (1) La plupart des falaises, des via ferrata, des aménagements Escalade, via ferrata, nature, bord de plage Pratiques libres et gratuites sur site aménagé canyon, rando, canyon, ouverts à tous plage, option) (1) Pratiques libres et payantes Golf, parc sportif ou Multiples sites sur site faiblement aménagé ludique, «via ferrata» Les stations de ski Pratiques libres et payantes en station sportive Prestations encadrées et payantes (pluri-nature) Activités encadrées en club ou centre local Produits intégrés en centres touristiques Pratiques compétitives en club fédéral Ski, surf, VTT, pratiques indoor Fabricants, distributeurs, médias (hôtellerie, commerçants, fédération, collectivités territoriales en 1 + Prestataires d équipements ± communes 1 + Prestataires d équipements ± communes Pratiques in, around et Multiples prestataires 1 + Guides, moniteurs, autres out-door. B. E. Pratiques around et CAF, FFME, FFS 1 + Clubs de loisirs locaux et out-door. autres + fédérations en option Pratiques in, around et UCPA, Club med, Maeva, 1 + centre de loisir spécialisé + out-door VVF, UFCV, 5 en option Toutes pratiques Les différentes fédérations fédérales sportives de nature 1 + Clubs et fédérations Tableau 1 Quelques secteurs de la filière du loisir et du tourisme sportif de nature Pour synthétiser la lecture de cette filière, on peut présenter différents secteurs qui illustrent cette segmentation (tableau 1). Pour approfondir le propos, il serait possible de présenter l histoire et la dynamique intra et inter-secteur en observant les caractéristiques de ce développement. Chaque secteur a sa propre autonomie, sa réalité et ses formes de fonctionnement. Dans bien des cas, sans la présence d une organisation globale par secteur, des liens inter-acteurs, des syndicats, des partenariats ou encore des fédérations participent à les structurer. A l exemple du secteur fédéral, des prestations sportives (syndicats des brevetés d Etat). ou des fabricants (par branche à l exemple de la FIFAS), on observe une organisation sectorielle. Des liens intra-sectoriels existent entre, par exemple, les fédérations, les opérateurs touristiques et les fabricants. De même il est possible de noter la présence de liens inter-sectoriels participant à la construction de réseaux d acteurs comme par exemple les liens existants entre les secteurs 4 et 5 dans les relations entre les prestataires d équipements (services des remontées mécaniques) et les prestataires de services sportifs (Ecoles de ski). Secteur Caractéristiques Pratiques libres et gratuites dans un 1 lieu de nature Pratiques libres et gratuites sur site 2 aménagé Pratiques libres et payantes sur site faiblement 3 aménagé Pratiques libres et payantes en station 4 sportive Prestations encadrées et payantes (plurinature) Activités encadrées en club ou centre local Produits intégrés en centres touristiques Pratiques compétitives en club fédéral Fabricant Distributeur Hôtellerie Restauration Prestataires d'équipement B. E. Centres intégrés Fédérations Collectivités territoriales Tableau 2 : Participation d acteurs de la filière dans la gestion de secteurs du loisir sportif L affinement de la notion de filière pourrait être poursuivi pour arriver à mieux identifier la valeur financière de ces secteurs, leur poids en termes de fréquentation et leur organisation. En allant plus loin, on pourrait montrer la présence de cultures sectorielles qui participent à définir le produit, l activité, les services ou encore la vision du client et de l usager Dans la continuité avec la partie précédente, on peut faire l hypothèse que les secteurs 1 et 2 sont sûrement les plus fréquentés par le public. Au niveau des acteurs, le tableau 2 permet d observer que leur poids n est pas uniforme par secteur. Des différences seraient ainsi à prendre en compte pour relativiser l importance donnée à certains acteurs par rapport à d autres dans la dynamique du plein air et pour évaluer plus finement la place des différents acteurs politiques, territoriaux, fédéraux ou économiques dans la gestion de cette filière. Il serait intéressant par exemple d évaluer la place des acteurs issus de l institution publique, des associations et des collectivités locales dans la gestion des secteurs et d une manière plus générale dans la gestion globale de la filière. Dans la poursuite du propos, il est possible de noter une différence entre les acteurs fortement investis dans l aménagement et le développement et ceux qui proposent des prestations sur les aménagements publics, associatifs et fédéraux réalisés dans un secteur donné. L entretien des chemins de randonnée, la construction de routes d accès, l aménagement des bords de lacs, l équipement de sites (escalade, via ferrata, canyon, ), le développement d animations locales, la gestion des refuges sont quelques exemples d activités d aménagement en fonctionnement ou en investissement qui profitent à des professionnels du tourisme et du loisir sportifs. Les logiques d action des acteurs en loisir sportif ne se réduisent donc pas à une entrée par le marché pour en comprendre la valeur. Des intérêts et des modes de gestion divergentes sont observables qui participent à produire des écarts intra et inter-secteur Si l entrée sectorielle par le marché (que l on pourrait poursuivre) permet une lecture approfondie de cette filière, une autre est envisageable en complément de la première. C est aussi au niveau territorial que s observe cette réalité sectorielle quand territoire et marché combinent leur action dans le développement du loisir sportif de nature. Le marché n est pas la seule entrée possible pour analyser le fonctionnement de cette filière. Le territoire, pensé comme un système productif local (Marcelpoil, 1997), participe à structurer le ou les secteurs qui se développent sur les sites de pratique. Des effets territoriaux viennent ainsi bousculer la logique du marché par secteur de pratique. Les enjeux se compliquent évidemment lorsque plusieurs secteurs sont présents sur un même espace de pratique (pratiques libres, libres et payantes, encadrées sur parcours aménagé, ). Dès lors se pose la question des liens existants entre les différents acteurs agissant sur un même territoire permettant de définir l espace commun partagé autour duquel se construit la régulation des échanges entre les différentes parties prenantes. A l exemple des stations de sports d hiver régies par une SEM (société d économie mixte), une combinaison des actions publiques / privées est observable sans que soit clairement définie la construction financière et politique de cet «édifice touristique». La question de la gouvernance (Gerbaux, 1997) est ainsi évoquée dans la manière d envisager la gestion des secteurs de pratique en fonction de l ancrage territorial envisagé. Sans doute, on peut penser que la présence de plusieurs formes de développement (Corneloup et al, 2002) défendus par les acteurs (qui n ont pas le même poids) sur un territoire de pratique rend délicate la définition de cet espace commu
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x