UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN PSYCHOLOGIE

Please download to get full document.

View again

of 39
236 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN PSYCHOLOGIE PAR MARIE-PIERRE COURCHESNE TEST DU CADRAN DE L'HORLOGE : ANALYSE
Document Share
Documents Related
Document Transcript
UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN PSYCHOLOGIE PAR MARIE-PIERRE COURCHESNE TEST DU CADRAN DE L'HORLOGE : ANALYSE DE DEUX MÉTHODES DE COTATION SERVANT À DISCRIMINER LES DÉFICITS COGNITIFS LÉGERS AOÛT 2003 Université du Québec à Trois-Rivières Service de la bibliothèque Avertissement L auteur de ce mémoire ou de cette thèse a autorisé l Université du Québec à Trois-Rivières à diffuser, à des fins non lucratives, une copie de son mémoire ou de sa thèse. Cette diffusion n entraîne pas une renonciation de la part de l auteur à ses droits de propriété intellectuelle, incluant le droit d auteur, sur ce mémoire ou cette thèse. Notamment, la reproduction ou la publication de la totalité ou d une partie importante de ce mémoire ou de cette thèse requiert son autorisation. Ce document est rédigé sous la forme d'un article scientifique, tel que stipulé dans les règlements des études avancées (art. 16.4) de l'université du Québec à Trois-Rivières. L'article a été rédigé selon les normes de publication d'une revue reconnue et approuvée par le Comité d'études avancées en psychologie. Le nom du directeur de recherche pourrait donc apparaltre comme coauteur de l'article soumis pour publication. 11 111 Table des matières Table des matières iii Remerciements iv Résumé Abstract Objectif Le test du cadran de l'horloge Les méthodes de cotation Méthode Les participants Les instruments de mesure MMSE CDIS CS ' ' Déroulement Résultats Discussion Notes des auteurs Références Appendice CDIS CS Indice des tableaux Indice des figures lv Remerciements Tout d'abord, je désire remercier toutes les personnes âgées qui ont accepté de me rencontrer dans le cadre de cette recherche ainsi que les intervenants du Centre de santé et des services sociaux de la Vallée de la Batiscan qui m'ont appuyée dans ma démarche. De plus, je voudrais remercier tout particulièrement Mme Françoise Lavallée, Ph. D., ma directrice de mémoire, pour son support, ses conseils et son encadrement. Test du cadran de l'horloge 1 Titre court : TEST DU CADRAN DE L'HORLOGE Le test du cadran de l' horloge : Analyse de deux méthodes de cotation servant à discriminer les déficits cognitifs légers Marie-Pierre Courchesne, Françoise Lavallée, Université du Québec à Trois-Rivières Test du cadran de l'horloge 2 Résumé La présente étude compare deux méthodes de cotation du Test du Cadran de l'horloge (TCH) afin d'évaluer laquelle permet de déceler avec le plus d'exactitude la présence de déficits cognitifs légers chez les personnes âgées. Les deux méthodes de cotation comparées sont celle de Shulman et al. (1993), nommée CS pour cette étude et celle de Mendez et al. (1992) soit le Clock Drawing Interpretation Scale (COIS). Pour ce faire, l'expérimentatrice a rencontré 67 personnes âgées réparties en deux groupes selon leurs scores au Mini-Mental State Examination (MMSE). Les scores limites établis pour cette étude sont de 27 à 30 pour le groupe contrôle et de 23 à 26 pour le groupe expérimental. Les analyses statistiques utilisées ont permis de vérifier la sensibilité et la spécificité des deux méthodes de cotation. De plus, des corrélations simples ont été calculées entre les deux scores obtenus au TCH et celui obtenu au MMSE. Les résultats démontrent que le TCH coté à l'aide du CDIS est un instrument intéressant puisqu'il est sensible aux atteintes cognitives légères en plus d'être corrélé de façon significative au MMSE. Test du cadran de l'horloge 3 Abstract The clock drawing test (CDT) has been used for several years as a cognitive screening test. The purpose of this study was to compare two scoring systems of the CDT and to identify which one had the best sensitivity and specificity when screening for mild cognitive impairment. After different CDT's scoring criteria and studies were reviewed, it was decided that Shulman' s scoring system (1993) and Mendez' s clock drawing interpretation scale (CDIS; Mendez et al., 1992) were the two most appropriate systems to compare considering our goal. To do 80, a total of 67 individuals over 75 years old were split in two groups according to their scores at the Mini Mental State Evaluation (MMSE). The MMSE cutting scores used for this study were 27 to 30 for the normal group and 23 to 26 for the mild cognitive impairment group. Results showed that both scoring systems were correlated with the MMSE but the CDIS's sensitivity and specificity scores were betterthan Shulman' s system scores. The use of the CDIS as a scoring system of the CDT is then recommended when using the test as a screening instrument for mild cognitive impairment in the elderly. Test du cadran de l'horloge 4 Le test du cadran de l'horloge: J\nalyse de deux méthodes de cotation servant à discriminer les déficits cognitifs légers La Société Alzheimer estime que l'on identifiait nouveaux cas de maladies cognitives irréversibles chez les Canadiens âgés de 65 ans et plus au cours de l'année Toujours selon cette source, il semble qu'à ce jour, environ Canadiens âgés de plus de 65 ans souffrent de différents types de démence. Elle estime également que d'ici 2011, il y aura environ nouveaux cas de démences par année au Canada. À ce jour, de nouvelles médications permettent de ralentir l'évolution des symptômes d'une démence. Le diagnostic précoce des troubles cognitifs chez la personne âgée est donc des plus importants. Ces nouveaux traitements disponibles mettent en évidence le besoin de mesurer les déficits cognitifs le plus tôt et le plus précisément possible, d'où l'importance de développer les instruments appropriés pour y arriver (Shulman, 2000). Objectif L'objectifde cette étude est d'approfondir nos connaissances sur la valeur du Test du Cadran de l'horloge (TCH) en tant que test de dépistage des déficits cognitifs légers. Nous tenterons de connaître la méthode de cotation du TCH qui a le meilleur pouvoir de discrimination des troubles cognitifs légers chez les personnes âgées. Pour ce faire, nous comparerons les scores obtenus par les participants au TCH avec ceux obtenus au Mini-Mental State Examination (MMSE). De plus, nous réévaluerons les scores limites du MMSE passant de 24 à 26 sur 30 pour l'identification des troubles cognitifs légers. En ce faisant, nous jaugerons l'utilité du TCH pour les intervenants de première ligne et les psychologues cliniciens. Le test du cadran de l'horloge (TCH) Au tout début, le TCH permettait d'obtenir un aperçu de l'atteinte ou de la dégénérescence des fonctions visuospatiales d'un individu. Par la-suite, après plusieurs années Test du cadran de l'horloge 5 d'utilisation, les chercheurs ont constaté de nombreuses applications possibles dont l'une qui nous intéresse particulièrement soit la discrimination de déficits cognitifs. Malgré le fait que le TCH soit une tâche relativement facile à administrer, les mécanismes cognitifs impliqués dans l'exécution de cette tâche sont multiples : la compréhension auditive ou écrite, la planification de la tâche, la mémoire visuelle et la reconstruction d'une image graphique, les habiletés visuospatiales, la programmation et l'exécution motrice, la connaissance des chiffres, la pensée abstraite, la concentration et la tolérance à la frustration (Freedman, Leach, Kaplan, Delis, Shulman & Winocur G, 1994 ; Mendez, Ala & Underwood, 1992; Royall, Cordes & Polk, 1998). Jusqu'à maintenant plusieurs recherches ont mis en relation les résultats au TCH de personnes atteintes de déficits cognitifs assez importants avec les résultats au TCH de sujets âgés normaux. Tout d'abord, les recherches de Sunderland, Hill, Mellow, Lawlor, Gundersheimer, Newhouse & Grafman (1989) ainsi que celles de Tuokko, Hadjistavropoulos, Miller & Beattie (1992) ont démontré que des sujets atteints d'une démence de type Alzheimer performent d'une façon significativement plus basse au TCH que des sujets âgés normaux. Ces auteurs utilisent des systèmes de cotation qui établissent que l'habileté à dessiner les aiguilles de l'horloge est affectée en premier et que la difficulté à représenter les numéros et le pourtour de l'horloge survient plus tard. Pour leur part, Rouleau, Salmon, Butters, Kennedy & McGuire (1992) ont étudié les habiletés au TCH de patients atteints de la maladie d'alzheimer et d'autres atteints de la maladie d'huntington. Les deux groupes avaient des scores semblables au Mattis Dementia Rating Scale (ORS). Les chercheurs ont démontré que les deux groupes de sujets atteints de déficits cognitifs performent d'une façon significativement plus basse que les sujets normaux. L'échelle qualitative élaborée par ces chercheurs a permis de différencier le type d'erreurs commis par les sujets atteints de ces deux types de démences. De plus, leurs résultats indiquent que peu importe le type Test du cadran de l'horloge 6 de démence, les scores globaux obtenus sont semblables et significativement plus bas que ceux obtenus par des personnes âgées sans déficits cognitifs. En bref, chez une personne atteinte de déficits cognitifs importants, le TCH s'avère très sensible aux perturbations du cerveau affecté par des formes variables de démences tel que démontré précédemment. Donc, il semble être une mesure fiable d'une dysfonction cognitive mais cette mesure est-elle aussi fiable dans le cas d'atteintes plus subtiles? Plus précisément, le TCH possède-t-illes qualités d'un test servant au dépistage des atteintes cognitives légères? Selon Shulman (2000), un bon test doit être : rapide à administrer (environ 5 minutes) afin d'être accepté par les cliniciens surchargés ~ tolérable et acceptable pour les sujets évalués ~ facile à coter et relativement indépendant de la culture, de la langue et de l' éducation. De plus, il doit posséder : une bonne fidélité inter-juges ~ une bonne fidélité testretest ~ un haut pourcentage de sensibilité et de spécificité. TI doit également obtenir des corrélations significatives avec d'autres mesures de sévérité de démence et avoir un pouvoir de prédiction. Certains chercheurs appliquent ces critères de Shulman au TCH. Par exemple, Rouleau et al. (1992) affirment que c'est un test rapide, peu coûteux et facile à coter. De plus, Cahn et Kaplan (1997) démontrent que les résultats au TCH ne sont affectés ni par le sexe, ni par le vieillissement normal chez les gens âgés de plus de 70 ans. Pour ce faire, ils ont utilisé la cotation de Rouleau et al. (1992) qui contient des items qualitatifs spécifiques au vieillissement normal tels le type d'erreur et les stratégies de planification. D'autre part, Brodaty et Moore (1997) ajoutent que le niveau d' instruction et le niveau socio-économique du participant n'ont pas d'impact sur les résultats au test. Finalement, Freedman et al., 1994 soutiennent qu'il s'agit d'un test peu menaçant qui peut même être administré à des gens ayant des troubles d'audition. Test du cadran de l' horloge 7 Quant au pouvoir de prédiction du TCH, une étude de Ferrucci, Cecchi, Guralnik, Giampaoli, Lo Noce, Salam et al. (1996) conclut que le TCH permet l' identification des personnes âgées susceptibles de vivre un déclin au niveau de leurs fonctions cognitives. Les auteurs ont fait une étude longitudinale avec 247 sujets évalués en 1991 et en Au moment des 2 rencontres, les sujets ont été évalués à l'aide du TCH, du MMSE et du DRS. Les sujets, ayant eu un TCH pathologique à la première rencontre, ont eu des scores significativement (p .01) plus bas au MMSE lors de la deuxième rencontre que les sujets ayant fait un TCH normal lors de la première expérimentation. Selon eux, le TCH apporte de l' information intéressante et complémentaire au MMSE. De plus, on retrouve dans la littérature plusieurs études effectuées dans les dernières années qui portent spécifiquement sur les fonctions de dépistage et les propriétés psychométriques du TCH. À partir de ces études, plus d'une douzaine de systèmes de cotation ont été publiés, chacun élaborant sa méthode de passation ainsi que ces items de cotation. Or, les résultats sont différents d'une recherche à l'autre; on peut difficilement parler de normes précises et solidement établies dans la passation et la cotation du TCH. Ce manque d'unanimité est souligné par de nombreux auteurs (Death, Douglas & Kenny, 1993 ; Freedman et al., 1994 ; Fujii, 1992 ; Goodglass & Kaplan ; Lam, Chiu, Ng, Chan. Chan. Li & Wong, 1998 ; Manos & Wu, 1994 ; Mendez et al., 1992 ; Richardson & Glass, 2002; Royall et al., 1998 ; Shua-Haim, Koppuzha, Shua-Haim & Gross, 1997 ; Shulman 2000 ; Shulman Gold, Cohen & Zucchero, 1993 ; Sunderland et al., 1989 ; Todd, Dammers, Adams, Todd & Morrison, 1995; Tuokko et al., 1992 ; Watson, Arfken & Birge, 1993 ; Wolf-Klein, Silverstone, Levy & Brod, 1989). Par ailleurs, Goodglass et Kaplan (1983) ont cherché à connaître laquelle des heures déjà ciblées (4h20, 8h20, 11h10 et 3hOO) était la plus sensible aux dysfonctions cognitives lors de l' exécution de la tâche. Leurs résultats démontrent que l'utilisation de 11h10 fait appel à des Test du cadran de l'horloge 8 habiletés cognitives plus complexes. Leur méthode consiste à demander au sujet de dessiner, sur une feuille blanche, un cadran d' horloge et d'y indiquer 11h10. Cette méthode de passation a aussi été recommandée par Freedman et al. (1994). Les méthodes de cotation La valeur du TCH est mesurée par la plupart des chercheurs par les taux de sensibilité et de spécificité. La sensibilité réfère à 1 'habileté du test à identifier correctement les sujets du groupe expérimental alors que la spécificité réfère à l'habileté du test à classer correctement les sujets du groupe contrôle. Quelques recherches ont comparé la sensibilité et la spécificité des différentes méthodes de cotation afin de déterminer laquelle permet une meilleure discrimination des déficits cognitifs. Une analyse approfondie des travaux de ces chercheurs nous incite à en retenir trois qui nous semblent particulièrement intéressantes dans le cadre de notre étude. La première étude de Brodaty et Moore (1997) compare les méthodes de cotation de Shulman et al., (1993), celles de Sunderland et al., (1989) et celle de Wolf-Klein et al. (1989). Les scores obtenus avec les trois méthodes sont comparés aux scores obtenus avec le MMSE et avec le DRS. Les conclusions de cette étude indiquent que la méthode à retenir est celle de Shulman et al. (1993). Cette dernière méthode s'avère celle qui a le plus haut pouvoir de discrimination des troubles cognitifs. Les trois systèmes de cotation sont corrélés significativement (p ) avec le MMSE mais seule la cotation de Shulman et al. (1993) est aussi corrélée significativement avec le DRS qui est plus sensible et plus spécifique. Les trois méthodes ont des spécificités semblables soit autour de 96% mais la sensibilité varie (Shulman = 86%, Sunderland = 78% et Wolf-Klein = 68%). La seconde étude, celle de Lee, Swanwick, Coen et Lawlor (1996) tente d'identifier laquelle des méthodes de cotation est la plus sensible aux déficits cognitifs chez des gens souffrant d'une démence de type Alzheimer. Ces chercheurs comparent la cotation de Sunderland Test du cadran de l'horloge 9 et al.(1989) et celle de Mendez et ~. (1992) appelée le Clock Drawing Interpretation Scale (CDIS). Ds démontrent qu'il existe des différences significatives entre les sujets atteints de la démence de type Alzheimer et les sujets normaux. La conclusion quant aux performances des deux systèmes de cotation est que le CDIS a une meilleure sensibilité (73%) que la méthode de Sunderland (67%) mais une spécificité plus faible (77% vs 97%). Enfin, la troisième étude de Shulman (2000) est une recherche théorique dans laquelle il rapporte les propriétés psychométriques de plusieurs méthodes de cotation selon différents auteurs et leurs recherches. Ses conclusions soutiennent les deux études précédentes; le CDIS et le CS se démarquant des autres cotations par leur sensibilité et leur spécificité mais aussi par leur fidélité inter-juges, leur fidélité en situation de test-retest et par leur corrélation élevée avec le MMSE. Le tableau 1 rapporte les propriétés psychométriques de ces deux méthodes telles que rapportées dans les travaux de Shulman (2000) : Insérer ici le Tableau 1 Après quoi, les deux méthodes de cotation choisies dans le cadre de cette étude sont celle de Shulman et al. (1993), appelé CS dans le cadre de cette recherche et le CDIS (Mendez et al., 1992). Nous avons préféré le CDIS à la méthode de Sunderland et al. (1989) puisque nous avons favorisé une meilleure sensibilité à une meilleure spécificité vu notre objectif d'identifier correctement les personnes atteintes de déficits cognitifs légers. Méthode Les participants L'échantillon est formé de 67 personnes âgées de 65 ans et plus résidant en Centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) ou fréquentant le Centre de jour du Test du cadran de l'horloge 10 CHSLD. On compte Il hommes et 56 femmes parmi les sujets rencontrés. Les participants ont été répartis selon leur score au MMSE (coté sur 30) dans les groupes contrôle (score de 27 et plus, n = 37) et expérimental (score 2: 23 et 27, n = 30). Le tableau 2 présente les moyennes et les écarts-types des différentes données (âge, scolarité, MMSE, CDIS, CS) recueillies auprès des participants pour l'ensemble de l'échantillon et pour chacun des groupes. Insérer ici le Tableau 2 Les instroments de mesure MMSE Test élaboré par Folstein, Folstein et McHugh en 1975, le MMSE est largement utilisé comme instrument de dépistage des déficits cognitifs. Plusieurs études ont démontré au cours des dernières années qu'il procure une évaluation préliminaire objective, relativement brève et non coûteuse (Loewenstein, Barker, Harwood, Luis, Acevedo, Rodriguez & Duara, 2000). Le score maximal est 30, lequel représente la note parfaite obtenue par le sujet qui n'a aucun déficit cognitif Au départ, les auteurs ont établi qu'un score en dessous de 24 sur 30 (score limite habituel) désigne que la personne a des déficits cognitifs. Cependant, le MMSE avec un tel score limite est réduit quant à sa capacité à détecter les troubles cognitifs légers (Tombaugh & McIntyre, 1992). Ces auteurs rapportent que 2']0/0 des sujets de leur recherche ayant reçu un diagnostic de déficits cognitifs à l'aide de tests neuropsychologiques ont obtenu des scores audessus du score limite habituel au MMSE. D'autres chercheurs (Brodaty & Moore, 1997; Kukull, Larsow, Teri, Bowen, McCormick & Pfanschmidt, 1994) ajoutent que ce test semble être particulièrement limité lorsqu'il s'agit de comparer les sujets avec des atteintes subtiles de ceux dont les fonctions cognitives sont normales toujours en utilisant 24 comme point de coupure. Test du cadran de l'horloge Il Or, dans le cadre de cette recherche, nous utilisons les scores limites établis par l' étude de Loewenstein et al. (2000) dans laquelle les fonctions cognitives des participants ont été évaluées à l'aide d'une batterie de tests neuropsychologiques et médicaux réalisée par un neuropsychologue et un neurologue. Les résultats au MMSE ont démontré que les gens n'ayant pas d'atteintes cognitives ont des scores 2: 27. De plus, suite à ces résultats, les auteurs ont établi que le test peut discriminer les gens atteints de déficits cognitifs légers mais que leur score se situe entre 23 et 26, ce qui diffère de façon notable du score limite habituel. CDIS Le Clock Drawing
Similar documents
View more...
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x