Violence, Primitivism and Animality: The Limits of Human Nature as Depicted in French World War I Narratives

Please download to get full document.

View again

of 31
9 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
University of Miami Scholarly Repository Open Access Dissertations Electronic Theses and Dissertations Violence, Primitivism and Animality: The Limits of Human Nature as Depicted in French World
Document Share
Documents Related
Document Transcript
University of Miami Scholarly Repository Open Access Dissertations Electronic Theses and Dissertations Violence, Primitivism and Animality: The Limits of Human Nature as Depicted in French World War I Narratives Anna Lea M. Vincent University of Miami, Follow this and additional works at: Recommended Citation Vincent, Anna Lea M., Violence, Primitivism and Animality: The Limits of Human Nature as Depicted in French World War I Narratives (2013). Open Access Dissertations This Open access is brought to you for free and open access by the Electronic Theses and Dissertations at Scholarly Repository. It has been accepted for inclusion in Open Access Dissertations by an authorized administrator of Scholarly Repository. For more information, please contact UNIVERSITY OF MIAMI VIOLENCE, PRIMITIVISM AND ANIMALITY: THE LIMITS OF HUMAN NATURE AS DEPICTED IN FRENCH WORLD WAR I NARRATIVES By Annaléa M. Vincent A DISSERTATION Submitted to the Faculty of the University of Miami in partial fulfillment of the requirements for the degree of Doctor of Philosophy Coral Gables, Florida June 2013 2013 Annaléa M. Vincent All Rights Reserved UNIVERSITY OF MIAMI A dissertation submitted in partial fulfillment of the requirements for the degree of Doctor of Philosophy VIOLENCE, PRIMITIVISM AND ANIMALITY: THE LIMITS OF HUMAN NATURE AS DEPICTED IN FRENCH WORLD WAR I NARRATIVES Annaléa M. Vincent Approved: David Ellison, Ph.D. Professor of French M. Brian Blake, Ph.D. Dean of the Graduate School Ralph Heyndels, Ph.D. Professor of French Michael Miller, Ph.D. Professor of History Elena Grau-Lleveria, Ph.D. Professor of Spanish Anne Simon, Ph.D. Professor of French Centre National de la Recherche Scientifique / École des Hautes Études en Sciences Sociales (France) VINCENT, ANNALÉA, M. (Ph.D., Romance Studies, French) Violence, Primitivism and Animality: (June 2013) The Limits of Human Nature as Depicted in French World War I Narratives. Abstract of a dissertation at the University of Miami. Dissertation supervised by Professor David Ellison. No. of pages in text. (212) Statement of Topic My study is entitled Violence, Primitivism and Animality: The Limits of Human Nature as depicted in French World War I Narratives . My research is interdisciplinary in nature, bringing literature and history together as well as other fields of study. It will contribute to the field of literary representation of World War I in French narratives. I will consider more precisely the questions and themes of primitivism and animality/bestiality in narration and how these themes are interrelated and represented. Aims of the dissertation The objective of this dissertation is to contribute to the literary field by the interpretation of texts that reveal specific aspects of writing in/during/about war. Indeed, how do people write in a traumatic milieu? How and what do they testify about when at war? I will focus on the questions of violence, primitivism and bestiality in the texts of my corpus. It will then be interesting to see how texts evolve along the lines of these themes. I will attempt to see if there is a pattern that emerges among those themes present in narratives, i.e., the role and occurrences of primitivism and animality in war narration. I will try to connect the themes of violence, primitivism, and animality and the ways they are represented in narratives to the animalistic and/or primitive part of human beings. I will then show how the analysis of primitivism and animality contribute to the literary field, and more precisely to an understanding of the imagery of war. Primitivism and animality as human manifestations when related to war have been studied in history but the literary aspect of these texts has often been overlooked. My research seeks to fill this gap and to offer a new perspective on the literary representations of war. The dissertation also aims to broaden and contribute to the field of research connected to the representation of humans limits when the representation of human beings behavior tends to be assimilated to animalistic and/or primitive comportments. Indeed, literature has often tried to put together - in order to delimit or to compare human beings and animal behaviors. The study of these behaviors has been pursued in several ways (among them, for example, that of the metamorphosis), from Plato to La Fontaine and Montaigne and from Rousseau to Kafka or Romain Gary. As far as the question of primitivism goes, 19 th -century literature has offered some primitive representations of human characters (I mainly think about Zola s work La Bête Humaine). The fundamental question of what it is to be human gets raised again with the First World War. But beyond this questioning, what really matters in the end is to determine what is conceived of as human; in other words, what are specific human abilities when confronted with extreme circumstances? Were the soldiers animalistic, when they killed? Did they go back to a primitive stage when performing violent acts? Or were they just human? In each under consideration work written by soldiers writers 1, a profound change occurs within the main characters and within the narrator throughout the narratives. The one who experiences war, experiences a deep questioning of human nature that most of the time is materialized by a confrontation with an animalistic/primitive and abject world. It is the transition from the state of human beings to animality that I want to question in the present work. 1 In French, they are called les écrivains soldats, as they are writers that actually experienced war. Acknowledgment I owe many thanks to my committee members, family, and friends, without whom this dissertation would not have been possible. I would like first and foremost to thank my dissertation director, Dr. David Ellison, for having been a dedicated mentor and advisor throughout my years at the University of Miami. His careful readings, timely feedback, and his intellectual guidance have been invaluable to the completion of this work. I would like to thank Dr. Ralph Heyndels for his support and his contribution. His intellectual rigor and curiosity have challenged me and always pushed me to think outside of the box. My most sincere thanks to Dr. Elena Grau-Lleveria and to her careful readings, her generosity and human qualities, which have been a great help for me throughout my Ph.D. years. I am also extremely grateful to Dr. Michael Miller whose historical input, knowledge, and intellectual rigor have been fundamental to the success of the present work. My sincere thanks also to all faculty and staff members of the Department of Modern Languages & Literature at University of Miami and especially to Keyla Medina. I would also like to thank my French advisor, Dr. Anne Simon, without whom my dissertation would have never existed. Her support and encouragement gave me the confidence I needed to write and her brilliant and essential contribution to the field of animal studies has been a model of inspiration to me. I would also like to thank my spiritual mentor Dr. Alan Farrell, with whom this difficult yet great adventure in the United States wouldn t have been the same; both as a iii father figure as well as a Vietnam veteran and war writer, Dr. Farrell is intimately linked to my research topic and to its genesis. I want to thank also Dr. Sabrina Wengier for her patient readings and her precious help and advices throughout the Ph.D. I want to thank Melyssa Haffaf, Oriane Laromiguière, Fidjie Tacine and Patrick L.: because it was them, because it was I. Enfin et surtout, mes pensées les plus tendres et les plus profondes vont à mes parents qui m ont toujours soutenue et sans qui je ne serais pas là. Merci à Maman de m avoir toujours tenu la main dans le noir, de m avoir considérablement aidée et guidée dans ce travail. Merci à Papa de m avoir donné le goût des livres et la soif de vivre. This dissertation is dedicated to my great grand fathers who fought in the trenches and to all those who never came back. iv TABLE OF CONTENTS Page INTRODUCTION PART I - PRIMITIVISMES LA GUERRE, DE ROBINSON À CRO-MAGNON, DE L UTOPIE À LA DYSTOPIE CHAPTER I - L homme en guerre : du jeu à l isolement CHAPTER II - Retour vers des temps immémoriaux PART II DÉSHUMANISATION CHAPTER III Violences CHAPTER IV - Une «instabilité désordonnée du monde» PART III Bestiaire guerrier De l animal symbolique au «je» des bêtes : préludes littéraires à la mort de l Homme CHAPTER V Cohabitations : l animal dans la guerre entre exploitation matérielle et exploitation symbolique CHAPTER VI Dominations : le «je» des bêtes EPILOGUE CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE v À y regarder de près, toute littérature est probablement une version de cette apocalypse qui me paraît s enraciner, quelles qu en soient les conditions socio-historiques, dans la frontière fragile («borderline») où les identités (sujet/objet, etc.) ne sont pas ou ne sont qu à peine doubles, floues, hétérogènes, animales, métamorphosées, altérées, abjectes. Julia Kristeva, Pouvoirs de l horreur. Essai sur l abjection, Paris, Seuil, 2 Introduction La présente thèse intitulée Violence, primitivisme et animalité : les limites de l humain Étude de représentations littéraires de la Première Guerre mondiale, se veut interdisciplinaire : le corpus étudié est un corpus littéraire, qui s ancre dans une période historique donnée. J entreprends d analyser ce corpus avec des outils que j emprunte aussi bien à l analyse littéraire proprement dite qu à l histoire et dans une moindre mesure, à la philosophie et à la psychanalyse. J entends ainsi contribuer au champ des représentations littéraires de la Première Guerre mondiale dans le roman français, roman dit «de tranchées». L assassinat de l archiduc François-Ferdinand en juin 1914 à Sarajevo est souvent retenu comme l événement déclencheur qui entraîne la Triple Entente et la Triple Alliance dans une guerre totale 2. Les raisons qui poussent les pays dans la guerre sont cependant plus complexes ; l on retient entre autres, la cristallisation des nationalismes, l expression de volontés impérialistes et de rivalités coloniales ainsi que les antagonismes franco-allemands accrus depuis la guerre franco-prussienne de Autres raisons invoquées pour expliquer dans une moindre mesure le déclenchement du conflit, les revendications irrédentistes en Europe centrale et les tensions économiques du début du siècle qui opposent notamment l Allemagne, la France et la Russie 3. Parallèlement, s ajoute la montée du militarisme, thèse néanmoins réfutée notamment par Niall Ferguson qui la considère comme un mythe 4. Pour lui, la plupart des opinions publiques européennes étaient contre la guerre. Du côté des responsables politiques et 2 En 1914, la Triple Entente regroupait la France, le Royaume-Uni et la Russie. La Triple Alliance (ou Triplice, troisième du nom renouvelée en 1896) regroupait l Allemagne, l Autriche-Hongrie et l Italie. 3 À ce sujet, voir Jean-Baptiste Durosselle, La Grande Guerre des Français, , Paris, Perrin, Niall Ferguson, The Pity of War: Explaining World War I, New-York, Basic Books, 1999. 3 militaires, il semble que bien avant août 1914, la doctrine militaire ait déjà été clairement formulée et définie par les États-Majors respectifs 5. Fin juillet 1914, le mécanisme des alliances se met en place et le 30 du même mois, la Russie ordonne la mobilisation générale contre l Allemagne, qui répond le 1 er août par une mobilisation générale et une déclaration de guerre à l encontre de la Russie. Le 1 er août toujours, c est au tour de la France de décréter la mobilisation générale. Le 2 août, les troupes allemandes entrent au Luxembourg et réclament un droit de passage à la Belgique, pays alors tous deux neutres. Le 3 août, l Allemagne déclare la guerre à la France. Le 4 août, Raymond Poincaré en appelle à l Union Sacrée : le Sénat et la chambre des députés finissent par voter les crédits de guerre à l unanimité. Sur le terrain, dès le 6 août, a lieu l une des premières offensives françaises en Alsace. Cependant, la formidable avancée des troupes allemandes surprend les Alliés ; après seulement quatre jours de conflit, l Allemagne a atteint la capitale belge. Cette fulgurante percée des troupes allemandes est cependant fortement ralentie par les Alliés lors de la première bataille de la Marne (6-12 septembre 1914) 6. C est alors que commence une guerre d attrition qui contre toute attente, durera cinquante et un mois. La Première Guerre mondiale est principalement restée dans les mémoires comme étant, sur le sol français 7, la première guerre de tranchées. C est sans compter les premiers jours de guerre qui ont été ceux d une guerre plus classique, de mouvement. Ces «trente-cinq premiers jours» ont été particulièrement meurtriers et ont vu tomber un 5 Les stratégies sur le champ de bataille ont cependant dues être redéfinies au fur et à mesure et en fonction de la réalité des combats. 6 À distinguer de la seconde bataille de la Marne qui a lieu du 15 au 20 juillet C est à la veille de la première bataille de la Marne, le 5 août 1914, à Villeroy, qu est tué Charles Péguy. Sur ce sujet, voir le récent ouvrage de Michel Laval, Tué à l ennemi, La Dernière guerre de Charles Péguy, Paris, Calmann- Lévy, En effet, la première guerre Maori, connue aussi sous le nom de Flagstaff War ( ), ou encore la guerre des Boers ( ) puis plus tard, la guerre Russo-Japonaise ( ) connaissent déjà l emploi de systèmes de tranchées. 4 grand nombre d officiers, ce qui a permis de promouvoir des hommes du rang 8. À la fin de l année 1914, l on dénombre morts du côté français. Lors de la seule date du 22 août 1914, ce sont soldats qui tombent au front, toujours du côté français 9. Courant septembre 1914, à la suite de la première bataille de la Marne, la guerre s enlise. Un formidable système de tranchées est mis en place, de la Mer du Nord à la Suisse, long de 700 kilomètres 10. Commence alors une interminable guerre de position. C est depuis ces tranchées, isolés, soumis à la pression constante de la peur, de l imminence des combats, des longues heures voire des journées d attente sans que rien ne se passe, que des soldats vont écrire. Ils vont retranscrire leur expérience de la guerre, de la violence, des blessures, de la mort de leurs camarades, de celle des soldats ennemis. À la fin du conflit, le nombre total de victimes parmi les belligérants atteint presque les 10 millions. «Près de neuf cents Français et treize cents Allemands sont morts chaque jour entre 1914 et » affirment Annette Becker et Stéphane Audoin- Rouzeau. Comment alors évoquer, témoigner du poids du nombre inouï de morts? La première Guerre Mondiale apparaît comme la tragédie fondatrice du XXème siècle, fondatrice non seulement à l échelle européenne mais aussi mondiale, fondatrice aussi en ce qu elle est considérée comme à «l origine» des tragédies ultérieures du siècle. Le développement d une formidable puissance de feu, les conséquences dramatiques d une violence qui frappe sans distinction, saisissent profondément les 8 Au sujet des trente-cinq premiers jours de guerre et des «trente-cinq derniers jours de Charles Péguy», cf. l émission d Alain Finkielkraut, Répliques, et plus particulièrement l émission du 23 mars 2013, intitulée «Les Français de 1914», France Culture, dernière consultation le 8 avril Les invités étaient l avocat et essayiste Michel Laval et l historien Stéphane Audoin-Rouzeau. 9 Ibid. 10 Leonard V. Smith, Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, France and the Great War, , Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, 14-18, retrouver la Guerre, Paris, Gallimard, 2000, p. 40. 5 contemporains. Il s agit alors de témoigner et c est d une partie de ces témoignages qu il est question dans ce travail. La présente thèse s interroge sur des modalités d écriture de l expérience de guerre. Plus précisément, elle examine comment l expérience de guerre est restituée au travers de trois thématiques majeures qui traversent le roman de guerre français de 1915 à 1938 : violence, primitivisme 12 et animalité 13. Mon travail est né d un constat : les thématiques de mon étude semblaient peu présentes dans le champ de l analyse littéraire. En effet, bien que la littérature de la Première Guerre mondiale ait été étudiée en profondeur et ce, dès la fin du conflit 14, aucune des publications disponibles n avait envisagé une analyse en fonction de la problématique proposée ici. Aussi ma démarche adopte une nouvelle perspective quant à l analyse du roman de guerre français à la lumière des thématiques considérées, non pas isolément mais de manière relative dans leurs convergences. Les questions de «primitivisme» et d «animalité» m étaient initialement venues à l esprit à l occasion d une analyse de La Bête Humaine d Émile Zola. L un des personnages principaux, Jacques Lantier est porteur de ce que Deleuze 15 nommera une «fêlure héréditaire», responsable de ses élans d animalité, produit et résultat d une cellule germinale, héréditaire, par laquelle ses ancêtres avant lui ont été affectés. La 12 Les vocables primitif et primitivisme peuvent porter à controverse. J en définis l acception dans la première partie de cette thèse, «Primitivismes la guerre, de Robinson à Cro-Magnon». 13 Du latin, animal, animalis, «être vivant», formé sur anima, «souffle de vie». Nous retiendrons plusieurs définitions sous un même vocable. S il s agit d un part d analyser le bestiaire présent dans le corpus, nous retiendrons également une des définitions du CNRTL (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales) qui définit de manière péjorative l animalité qui désigne «l état de l homme dégradé». ; dernière consultation le 20 mai Je pense notamment au travail remarquable de Jean Norton Cru, Témoins. Essai d analyse et de critique des souvenirs de combattants édités en français de 1915 à 1928, Paris, Édition Les Étincelles, Gilles Deleuze, «Zola et la fêlure», op. cit. 6 persistance de «comportements préhistoriques», palimpsestes d un passé primitif dont l origine se perd dans le temps, laisse Lantier hors du monde «normal». Lorsque j ai entrepris mes lectures de romans de tranchées, il m est apparu que les soldats étaient eux-mêmes parfois représentés comme des êtres primitifs, vivant dans des trous et se battant comme des bêtes. Il s agissait alors de voir si la question du primitivisme telle qu elle est exprimée chez Zola et telle qu elle s inscrit dans le panorama culturel du XIX ème siècle trouvait un écho dans le roman de guerre. Au fil de mes lectures, il s est avéré impossible d envisager une étude sur des modalités d écriture de guerre sans prendre en considération ce que certains des auteurs voyaient eux-mêmes comme une retour à un stade «primitif». Et quand j écris «stade primitif», je souhaite que le lecteur rattache cette notion à ce moment précis de l histoire. En effet, le début du XX ème siècle apportait avec lui des promesses de modernité à l Europe occidentale en général et à la France en particulier. De fait, depuis 1830 (et même depuis 1815 selon certains historiens), la France bénéficiait de l essor industriel. Bien qu une récession économique ait frappé le pays de 1860 à 1905, en 1905 l économie française connaissait un regain de croissance : modernisation des zones rurales, expansion du réseau ferré, progrès des lois sociales et de l enseignement, loi de séparation de l Église et de l État Par conséquent, la guerre et ses explosions de violence surgissaient comme une remise en cause du processus de modernisation en cours à une époque où la confiance dans le sens de l histoire n était pas contestée. Le progrès représentait le seul horizon possible. Je démontrerai comment mes perspectives d analyse à savoir considérer les œuvres étudiées d un point de vue théorique sur les questions du primitivisme, de la 7 violence et de l animalité contribuent au champ de l analy
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks