Ils votent oui, ils votent non. «Entrez ou sortez, mais UDCessez ce va-et-vient ridicule!»

of 9
45 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
Ils votent oui, ils votent non. «Entrez ou sortez, mais UDCessez ce va-et-vient ridicule!» Le seul canard à deux balles qui ne coûte que 3 francs! VENDREDI 25 JUIN 2010 N o 25 Fr. 3. / Abonnement annuel
Document Share
Document Transcript
Ils votent oui, ils votent non. «Entrez ou sortez, mais UDCessez ce va-et-vient ridicule!» Le seul canard à deux balles qui ne coûte que 3 francs! VENDREDI 25 JUIN 2010 N o 25 Fr. 3. / Abonnement annuel Fr JAA CH 1025 Saint-Sulpice PP/Journal Valse «Vous avez dit Béjart?» p. 2 Immobilier Brabeck fait son nid p. 5 Magouilles Jura, mais un peu tard! p. 6 Divertissement La TSR fait dans le revuvuzuela p. 14 Mondial Le classement final p. 17 «Il existe une prédilection masochiste des Français pour deux exercices dans lesquels ils se révèlent malchanceux: la guerre et le football.» [Michel Audiard ] 2 C est Rubrique pas pour dire! Faits divers et variés Mardi, avant l élimination, le président de la France élimine Doris Leuthard de son agenda. 3 Perrin et le pot aux roses Laurent Flutsch Q uand il était petit, il était gros. Puis l enfant complexé grandit, mincit, entre au gymnase. Pour son travail de maturité, il choisit, en langue et littérature allemandes, une œuvre des plus poétiques : Mein Kampf. Plus tard, il entre dans la police, et à l UDC. Il a quelque chose de touchant, Yvan Perrin. Coupe de skinhead, mais regard effarouché. Des idées de dur de dur, mais l air timoré d un môme pris en faute. Des paroles de fer, mais le ton plombé d un élève appliqué. Avec dans le verbe comme une pudeur, une distance ironique, et de la sincérité. Très loin des simagrées pathétiques et des grosses ficelles démago d un quelconque frimeur valaisan à queue de cheval. Invité à La Soupe ce printemps, Yvan Perrin confiait hors micro que les idéologues zurichois de son parti, Christoph Mörgeli, Ulrich Schlüer, sont de «dangereux fanatiques». Et il ajoutait : «Sincèrement, ils me font peur.» Attendrissant, décidément. Pourtant, depuis des années, de dissidences muselées en diktats musclés, tout le monde sait que si les mots ont un sens, le seul à n être pas mensonger dans «Union Démocratique du Centre», c est «du». Tout le monde sait aussi que les dirigeants zurichois du parti se fichent bien des Welsches et de leur sensibilité. Mais Perrin, boy-scout discipliné, ne dit rien. Il serre les dents et il sert. Jusqu à ce que les chefs alémaniques, en rangs derrière Blocher, pulvérisent autour de l accord UBS, le record suisse du slalom gênant. Trop honnête pour ne pas cultiver la constance, Perrin n encaisse pas les volte-face cyniques : il dit son désaccord, vote contre les ordres, se fait vertement engueuler. Et alors, enfin, il se rebiffe. Il ne supporte pas, dit-il, d être traité comme un gosse. Le bon garçon de 44 ans est devenu ado. Il lui a fallu du temps pour percuter. Reste une évidence bienvenue : si même l inspecteur Yvan Perrin, conseiller national UDC, vice-président de l UDC, découvre que l UDC est aux mains de capos alémaniques méprisants et vendus aux banques, c est que ça doit être vrai. Vigousse Sàrl, Rue du Simplon 34, CH-1006 Lausanne Tél Fax Directeur rédacteur en chef : Barrigue Rédacteurs en chef adjoints : Laurent Flutsch & Patrick Nordmann Chef d édition : Roger Jaunin Secrétaire de rédaction : Monique Reboh Abonnements : Tél Publicité : Inédit Publications, Jordils 40, CH-1025 Saint-Sulpice Layout et production : Imprimé en Suisse chez Courvoisier-Attinger SA/Bienne Tirage : ex. Loin du ballet! Danse du scalp Au Béjart Ballet Lausanne (BBL), la danse contemporaine est en scène. Mais dans les coulisses, tout le monde valse! Spectacle après spectacle, le Béjart Ballet Lausanne, avec sa quarantaine de danseurs virevoltant sur les planches, émerveille son public. En sortant, des étoiles plein les yeux, certaines laissent même couler une larme de bonheur sur leur fourrure. Le grand chorégraphe de toute cette grâce à l état pur, Gil Roman, est un génie. En 2008, trois danseurs de la compagnie avaient osé l accuser de harcèlement moral, et la Fondation du BBL avait commandité un audit. Olympien comme il sied aux artistes immortels, il avait alors déclaré (Le Monde, ) : «On ne peut pas accuser les gens sans preuve. Par ailleurs, les danseurs sont libres de travailler avec moi ou de partir.» Très juste, et beaucoup choisissent la seconde solution. Cette dernière année en effet, les départs ont été nombreux au BBL, où l on compte plusieurs danseurs étoiles filantes. Idem dans les bureaux : le directeur administratif Gwynn Brand, arrivé de la Clinique de Genolier au printemps 2009, a fait ses valises début 2010 pour prendre la direction de la Clinique La Prairie à Clarens. «Il a quitté le BBL avec grand regret», affirme Emilie Jendly, attachée de presse du BBL (fraîchement arrivée, elle aussi). Oui, sauf que selon un témoin interne, «Gwynn Brand était le seul au cœur de la Compagnie à vouloir faire évoluer les choses et à ne pas craindre de tenir tête à Gil Roman.» Machinistes, secrétaire, collaborateurs divers et danseurs, ça fuit de partout. Combien de danseurs ont- Bénédicte ils fait le pas? «Je ne sais pas. Les départs sont considérés comme normaux», relève l attachée de presse. On ne sait pas s ils sont vraiment «normaux» mais avec Gil Roman, ils sont sans aucun doute courants. D autres, plutôt que de quitter le Ballet, préfèrent ne pas y entrer : «Je ne travaillerais pour rien au monde au BBL», jure une danseuse professionnelle. Pourquoi? Parce que Gil Roman. Colérique, instable, inconstant, il embauche, renvoie, règne et régit tout au gré de ses caprices. Petit exemple : début 2010, le BBL s est doté d un nouveau site Internet, pour un coût d environ francs. Retenu parmi plusieurs propositions, le projet final a été sanctifié par Gil Roman en personne. Cette semaine, surprise : au détour d une réponse embarrassée, l attachée de presse nous annonce que «la liste des danseurs n est pas tout à fait à jour, car un nouveau site est en cours d élaboration». Motif du changement? Le site actuel, finalement, déplaît à Gil Roman. Il est chou, Gilou. Bien sûr, la presse est unanime, la Compagnie se porte comme un charme et l ambiance y est meeeerveilleuse. Et «aujourd hui, les danseurs qui entrent au BBL le font aussi bien pour travailler avec moi que pour danser les chorégraphies de Maurice Béjart.» Dixit, en toute humilité, Gil Roman soi-même (Tribune de Genève, ). De la réalité à l illusion, il n y a qu un entrechat. Cyril Fouquet Un plôme, deux plômes, diplômes Mélange de bidons En Valais, le conseiller d Etat Claude Roch signe à tour de bras, au nom d un Institut universitaire reconnu par l Etat, les diplômes d une école privée non reconnue par l Etat. Il était une fois, en Valais, l Institut universitaire Kurt Bösch (IUKB). Ayant obtenu en 1992 la reconnaissance académique de la Confédération, il délivre aujourd hui des diplômes valides pour les universités suisses dans les domaines du tourisme et du droit de l enfant. Mais l Institut universitaire Kurt Bösch a toujours eu des soucis d argent. En 2004, il loua une partie de ses locaux sous-occupés à l école Lémania. Et il passa un contrat de dix ans avec ce groupe privé qui dispense des formations pour étrangers, en vue notamment d un BBA (Bachelor in Business Administration) ou d un MBA (Masters in Business Administration). Absolument rien à voir, donc, avec l Institut Kurt Bösch et avec ses deux branches d enseignement certifiées par Berne. L école Lémania, elle, ne dispose pas d une telle validation fédérale, et ses diplômes ne sont donc pas reconnus par les universités suisses. Question : les étudiants de l école Lémania reçoivent-ils un diplôme de l école Lémania? Bien entendu, c est évident, c est normal, c est logique, c est clair. Sauf en Valais. Là, les étudiants de l école privée Lémania reçoivent un diplôme très officiel de l Institut universitaire Kurt Bösch, signé par son Président, le conseiller d Etat Claude Roch, avec l emblème officiel du canton! Sympathique, non? L Institut Kurt Bösch ne fait pas dans la formation en Business Administration et n a au demeurant aucune reconnaissance fédérale en la matière, mais il délivre tout de même des Bachelors et des Masters dans cette branche. Très fort. Licences des affaires C est un étudiant chinois de l école Lémania qui a ébruité cette supercherie. Inquiet de la validité de son futur diplôme, ce jeune mesquin a découvert que, contrairement à ce qu on lui avait fait miroiter, ce bout de papier ne lui ouvrirait pas les portes des universités suisses. Comme il manifestait quelque contrariété, il a été suspendu des cours pour une année, histoire de lui apprendre les bonnes manières. Mais pourquoi diable l Etat du Valais délivre-t-il, sur du papier de l Institut universitaire Kurt Bösch, des diplômes de l école Lémania? Simple : c est une affaire de pognon. Les élèves étrangers qui fréquentent Lémania casquent un écolage plutôt cossu (pour un bachelor sur trois ans, compter francs, plus le logement et la nourriture). Aux termes du partenariat «IUKB- Lemania Business programme», Lémania verse à l Institut Kurt Bösch une commission de quelques milliers de francs par élève, et peut en échange décerner des diplômes officiels dudit Institut, sans aucune mention de Lémania. Pas très net, mais juteux : en 2009, le partenariat concernait 851 élèves de par le monde! Car Lémania a étendu le truc à ses centres d Athènes, de Prague ou de Belgrade. C est ainsi qu en 2009, sur 285 diplômes, certificats et autres titres signés par Claude Roch, une vingtaine seulement récompensaient des études suivies en Suisse, tout le reste concernant des programmes à l étranger. Et on se demande bien comment ledit Claude Roch, qui en tant que Président de l Institut tut Kurt Bösch et conseiller d Etat en charge de l éducation est supposé attester par sa signature la qualité d une formation, peut juger celle des étudiants de Lémania en Serbie. Cours de pratique L élève chinois, lui, a pris un avocat. Mais après plusieurs mois et malgré des demandes réitérées, il n a pas été entendu. Il faut dire que Lémania et consort ont intérêt à temporiser : le permis de séjour du trublion arrive bientôt à échéance. Une fois renvoyé en Chine, il ne posera plus aucun problème. Et puis d ailleurs, de quoi se plaint-il? Il paie un écolage à francs dont une partie est reversée à un tiers avec la bénédiction d un politique, tout ça pour se faire gruger par un diplôme fallacieux, et enfin se faire virer : pour une leçon de Business Managment, on ne peut pas faire mieux! Jean Léger Faro Un exemple de diplôme délivré par l IUKB. On y trouve le papier à entête de l institut, la signature du ministre Claude Roch et celles de MM Dufault et Héritier de Lemania (qui n est pas mentionnée). 4 Faits divers et variés La France se prend une grosse Bafana dans la gueule. Brady W. Dougan, PDG du Crédit Suisse a été augmenté de 2233%. Bien fait pour lui! 5 PUB Témoignages bruts recueillis dans un organisme voué à l intégration professionnelle et scolaire de jeunes à faible niveau de qualification («bas seuil»), dans une bourgade du terroir profond romand. Prénoms fictifs, mais personnages réels et dialogues authentiques. «C était soit un bébé soit un deuxième chien» Les parents de Nelly n avaient que 18 ans lorsqu elle est venue au monde. Puis ils se sont séparés. Nelly supportait mal le nouveau compagnon de sa mère et la nouvelle femme de son père, «une vieille pétasse». Ballottée de l un à l autre, elle a déménagé deux ou trois fois par année depuis ses 12 ans. Elle en a 19 aujourd hui. Après une scolarité terminée non sans mal, elle trouve un stage de logisticienne qui lui plaît. Puis elle rencontre Maurice, un rêveur de 21 ans qui ne veut pas «s emmerder dans la vie» : sans formation ni emploi qui lui convienne, il est au social en attendant de se trouver. Ça inspire son amoureuse : Nelly quitte son stage et s inscrit elle aussi au social, car elle ne voit pas pourquoi elle devrait travailler s il y a d autres solutions. Les tourtereaux se mettent en ménage, prennent un chien et un chat. Comme Maurice doit suivre des cours de réinsertion professionnelle, Nelly demande à faire de même. Au bout de six mois, elle n a pas écrit la première ligne de son CV. La conseillère sociale décide donc d avoir une sérieuse discussion avec elle : Nelly, je ne te comprends pas. C est toi qui as demandé à suivre ces cours, mais tu ne fais strictement rien. Tu m avais pourtant dit que tu voulais trouver un emploi Ah non non, moi je ne veux pas travailler! Mais alors qu est-ce que tu fais ici? Ben C était pour être avec Maurice, et bon, maintenant je peux le dire, il y a six mois j ai arrêté la pilule, ça a pris un peu de temps mais voilà, on va être trois! La conseillère accuse le coup : Mais euh Et toi dans tout ça, tu vas faire quoi? Tu penses à ton futur? Oh, t inquiètes! Si t es jeune maman, le social prend tout en charge jusqu aux 3 ans du bébé, et d ici là Maurice aura un travail et il s occupera de nous! Mais le rêve de Nelly se brise : quelques jours plus tard, elle fait une fausse couche. A son retour, la conseillère s enquiert de son moral. Oh, pas de soucis, tout va bien! En fait, je crois que j étais pas prête. Et pis je suis contente parce que Maurice, il m avait dit que c était soit un bébé soit un deuxième chien, et j ai super envie d un petit chien! Lily Les rèves Payeurs pollueurs L essence étant moins chère en Suisse que dans les pays limitrophes, nombreux sont les Allemands, Français et/ou Italiens qui viennent faire leur plein de ce côté-ci de la frontière. Selon l Office fédéral de l énergie, le «tourisme à la pompe» rapporterait chaque année quelque 340 millions de francs à la Confédération. Le revers de la médaille est que les 386 millions de litres d essence et 70 millions de litres de diesel écoulés par ce biais représentent un million de tonnes de CO 2. Ces étrangers ne sont même pas capables de faire leurs courses proprement. Bénédicte «Il tient dans son Brabeck un fromage...» Sam suffit pas On a beau être le grand patron de Nestlé, on n en craint pas moins pour sa petite retraite. Alors quoi de mieux que l immobilier pour assurer ses vieux jours? La société s appelle The Glasshouse et cette modeste Sàrl, au capital de francs, a ouvert ses bureaux à Montreux en mars Officiellement, tout cela n a rien à voir avec le grand Peter Brabeck qui dirige l empire Nestlé. Sauf que les gérants de ce bureau immobilier se nomment Bernadette et Carolina, la femme et la fille du PDG. Rien à dire, sauf que les promoteurs de cette société vouée «à la décoration d intérieur et aux affaires immobilières, financières et commerciales en Suisse et à l étranger», brasse des dizaines de millions. Première grosse opération, deux immeubles de sept étages (une trentaine d appartements) à l avenue des Alpes, appelés «La Verrière». Droit de réponse Droit de réponse de M. Jean-Louis PRAPLAN, ancien directeur adjoint de Crêtelongue. En référence aux articles de Vigousse des 26 et 12 mars 2010 consacrés à la colonie pénitentiaire de Crêtelongue, M. PRAPLAN observe ce qui suit : les prisonniers de Crêtelongue ont la possibilité d effectuer, sur une base strictement volontaire, des heures supplémentaires à la fin de leurs tâches journalières, en semaine ou le samedi ; ces heures ne sont pas payées Fr.3.30, mais Fr. 9., le plus souvent assortis d un repas, qui sont versés en totalité sur le compte des volontaires ; Pigr Certes, cette société a le droit de bâtir de si confortables logements, mais il semblerait bien curieux que le patron de Nestlé ne soit pas le «gentil organisateur» des 40 millions qu il a fallu pour édifier ces modestes logements, vendus 5 millions l un, en moyenne. Madame Brabeck, en «bonne valaisanne de Verbier» trouve la Riviera si charmante qu elle vend également trois immeubles audessus de Territet, composés de six duplex de 200 m 2 avec vue sur tout le Léman, qui coûteront également dans les 5 millions pièce! Le revenu est donc cossu, et ce d autant plus que la famille Brabeck a quitté le canton de Vaud pour s installer dans la commune de Bagnes, en Valais, au grand désespoir du boursier communal de la Tour-de-Peilz. Evidemment, les clients de ces modestes appartements ne sont pas du genre à fréquenter les agences immobilières traditionnelles. Ils sont appâtés grâce au carnet d adresses bien fourni de Peter. Et les régies locales ont plutôt tendance à la trouver saumâtre! Allez! Y a pas de mal à se faire du bien dans l immobilier. Et à croquer tout, même le chocolat! Vigousse ces heures ne sont pas payées par le contribuable, mais par l employeur public ou privé ; aucun fonctionnaire ne s est fait construire de chalet privé par les prisonniers ; aucune substance illicite n est offerte aux prisonniers, leur trafic ou leur consommation étant sévèrement punis à Crêtelongue comme ailleurs (cachot) ; il n y a pas une centaine d évasions par an à Crêtelongue, mais quelques dizaines de fugues puisqu il s agit d un établissement ouvert la journée. Le journal Vigousse maintient sa version des faits. Bénédicte Les rèves Bande d ectoplasmes! La consigne d appeler le DARD pour extraire Skander Vogt de sa cellule est un règlement fantôme. Elle est purement verbale. Autrement dit, à Bochuz, les gardiens avaient toute latitude pour sortir le «forcené» de sa cellule enfumée. Ils auraient pu le sauver dare-dare! Ph-OK Franz Weber veut acheter une île pour sauver les phoques du lac Saimaa en Finlande. Il n en reste que 260 et ils sont les seuls à vivre dans de l eau douce. Franz Weber, c est vraiment le papy fier des mammifères. Hue, crotte-crotte! Dans un souci fort louable d écologisme appliqué, la Municipalité de Lausanne a décidé de tester, durant une semaine, «l utilisation de chevaux pour la collecte de déchets dans les espaces verts du bord du lac». La jument belge s appelle «Chaline» et tire une charrette. Pour ceux qui l ont vue, c est «la poubelle pour aller brouter». E pericoloso sporgersi! Entendu dans «Forums» sur La Première, ce mardi, à propos de la visite du Conseil fédéral au Tessin : «Que faut-il faire pour resserrer les liens entre le Tessin et la Suisse?» Il faudrait juste qu il entre dans la Confédération! PUB Abo Vigousse, Case postale 135, 1025 Saint-Sulpice 6 Quatre pour cent des adultes sont somnambules. Bien profond dans l actu! Instruisons-nous avec le football Jura lex, sed lex! Détourner des fonds publics, dans la République et canton du Jura, est passible des Tribunaux. S ils trouvent le temps. Arts et spectacles La semaine passée, nous avons découvert que la superstition chez les footballeurs est une sorte de placebo efficace pour garder la motivation. Mais quand les gris-gris ne suffisent plus, il reste toujours leurs talents de comédiens. En fait les «peccadilles» ont tout de même eu quelques suites judiciaires puisque le 12 mars 2009, madame la Juge d instruction Geneviève Bugnon inculpait Erard Francis de «gestion déloyale, faux dans les titres et escroquerie». Il était accusé, entre autres, d avoir encaissé des commissions illégales de plusieurs milliers de francs auprès de l Imprimerie Ross S.A. à Crémines, d avoir ajouté sur un devis le montant de balles à la soumission de la même im- Contons les moutons! L Office Fédéral de l Environnement pense à tout quand il s agit de préserver la Nature et ceux qui l habitent. Sauf à calculer. Ce généreux organisme étatique a reçu pour mission de veiller à ce que moins de moutons soient tués par les loups. Elle affecte à cette tâche francs, à raison de deux mille balles pour les quatre cents chiens et
Similar documents
View more...
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x