La Calanquaise. À l écoute d un territoire d exception. Le coin des minots. Les Hommes La nature La culture. n 5 printemps - été PDF

of 9
14 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
La Calanquaise n 5 printemps - été 2015 À l écoute d un territoire d exception Les Hommes La nature La culture 1 Le coin des minots Cassis hisse le pavillon «Ports Propres» L e 9 avril, le Groupe Trapani
Document Share
Document Transcript
La Calanquaise n 5 printemps - été 2015 À l écoute d un territoire d exception Les Hommes La nature La culture 1 Le coin des minots Cassis hisse le pavillon «Ports Propres» L e 9 avril, le Groupe Trapani et Carrasco, gestionnaire du port départemental de pêche et de plaisance de Cassis, accompagné de Madame le Maire, d élus, de représentants du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône et de la Région PACA ont célébré l obtention du label «Ports Propres» (cf. Calanquaise n 4, page 4). Le pavillon «Ports Propres» flotte désormais sur la capitainerie, bien visible pour les navires entrant au port. PNCal-A.Sabatier Effectifs du Parc : l équipe se renforce D epuis l automne 2014, l équipe du Parc national s est étoffée avec l arrivée de chargés de mission qui ont apporté des compétences très attendues pour faire avancer la mise en œuvre de la Charte. Un pôle «Aménagement du territoire, gestion, paysage» a été créé, fort de 4 agents (dont 2 permanents). Le pôle «Gestion des activités et des usages» a bénéficié quant à lui du renfort du chargé de mission Pêche et accueille, depuis juin, un chargé de mission Tourisme durable. Mais dans un contexte budgétaire contraint, le terrain reste la priorité dans le renforcement des équipes : le chef du secteur Interface Ville-Nature a pris ses fonctions début juin et, d ici l automne, 5 nouveaux gardes-moniteurs seront affectés au Parc, portant leur effectif à Premiers guides d interprétation de la réglementation du Parc L es deux premiers «guides d interprétation» thématiques de la réglementation du Parc national, prioritairement à destination des professionnels, ont été publiés en avril Le premier concerne l activité de transport de passagers maritimes, le second détaille les conditions de débarquement et embarquement en cœur de Parc. Rédigés à l issue d une concertation avec les services de l Etat, les professionnels et le Conseil économique, social et culturel du Parc, puis présentés au Conseil d administration, ces guides explicatifs permettront à tous, professionnels, associations, usagers, de mieux comprendre et appliquer la réglementation qui concerne leur activité. Les prochains guides, à paraître en 2016, concerneront les manifestations publiques et les activités commerciales et artisanales en cœur de parc. rubrique médiathèque PNCal-A.L.Clément Le changement climatique : enjeu planétaire, défi méditerranéen En décembre, la France accueillera la «COP21» à Paris, dans l objectif d aboutir au premier accord international et contraignant sur le changement climatique. En juin, la MEDCOP 21 a mobilisé collectivités, institutions, associations, entreprises et habitants pour valoriser la dynamique d engagement de notre région méditerranéenne. Plus que jamais, lutter contre les causes du changement climatique et s adapter à ses effets se posent comme des priorités pour l ensemble des acteurs nationaux et des territoires. Pour le Parc national des Calanques, l action se place à différents niveaux : La connaissance et la compréhension des effets du changement climatique sur la biodiversité côtière méditerranéenne, avec des séries d observations de longue durée d écosystèmes et d espèces considérés comme sensibles. Saviez-vous, par exemple, que l herbier de Posidonie, endémique de Méditerranée, est un écosystème capable de piéger durablement le dioxyde de carbone? ou encore que des espèces thermosensibles, comme les gorgones, sont un bon indicateur de l impact du réchauffement des eaux? Un espace naturel protégé constitue un outil précieux pour comprendre mais aussi pour réagir. Au Parc national, les premières réponses concrètes se dessinent. La promotion de solutions de gestion intégrée pour prendre en compte l aggravation du risque incendie - due à des périodes de sécheresse plus longues et plus intenses - passe par exemple, par la finalisation du plan de massif Défense de la forêt contre les incendies des Calanques. Ce plan DFCI, qui intégrera les exigences paysagères et environnementales, est une priorité pour renforcer la stratégie de prévention et de lutte. La contribution du Parc à l atténuation des émissions de gaz à effet de serre à l échelle nationale passe par la stimulation de projets de mobilité urbaine durable : avec l AGAM, nous étudions l accessibilité au Parc pour développer les transports collectifs et l accès par des modes doux : navettes, vélo Désormais, en mer, tout navire de transport des visiteurs supplémentaire devra être à propulsion hybride ou électrique, et le renouvellement de la flotte existante devra se faire avec des navires plus propres. Notre stratégie se construit en Elle s écrit nécessairement à l aune de ces enjeux globaux et apportera sa contribution à la transition énergétique et à l adaptation au changement climatique. C est l affaire de chacun d entre nous. En Bref 3 Edito 4 5 Perspectives 6 7 Actualité 8 Culture 9 La Parole à 10 Sciences participatives 11 A la loupe 12 13 Biodiversité Didier Réault Président du conseil d administration La Calanquaise : lettre d information du Parc national des Calanques téléchargeable sur le site Directeur de la publication : François Bland Rédactrice en chef : Maïté Dracon Rédaction : M. Dracon, A. Sabatier Ont participé à ce numéro :A. Baduel (CMN),A. L. Clément, E. Drunat, L. le Mire Pécheux, F. Rizet, A. Sayag Illustrations : Bernard Nicolas Impression : Spot imprimerie Contact : Parc national des Calanques Impasse Paradou - Bâtiment A Marseille Courriel : Site : Dépôt légal : juin ISNN : Photos de couverture : PNCal - A.Sabatier Ce magazine est imprimé sur papier écologique certifié PEFC 2 14 15 Le coin des minots 16 3 L écho des Calanques Accueillir le public : ça se prépare! Les grands chantiers pour définir le schéma d accueil du Parc national des Calanques. Plan de paysage ( ) Aménagements Ports Maison de Parc Protocole Fréquentation (2015) pour Sormiou L La calanque de Sormiou, dans le 9e arrondissement de Marseille, est un des plus beaux sites du Parc national. Avec son petit port et ses cabanons, elle témoigne d un art de vivre local, partie intégrante de notre patrimoine culturel, au cœur d un espace naturel. En janvier et février 2015, au terme de l autorisation d occupation temporaire dont bénéficiaient les occupants, deux cabanons construits sur le Domaine public maritime et en site classé, situés après le port, ont été démolis par les services de l État. «Réalisée dans le cadre d un accord amiable avec les anciens occupants, cette opération visait à reconquérir l espace naturel littoral», explique Frédéric Chaptal, responsable du pôle Stratégie et gestion du domaine public maritime à la Direction départementale des territoires et de la mer des Bouches-du-Rhône. «Nous avons travaillé de concert avec les collectivités et le Parc national pour restituer au public l accès à la plagette de l avant-port, au bénéfice de tous, habitants et visiteurs», conclut-il. «Nos services ont accompagné l État dans l élaboration PNCal- M.Imbert Un nouveau paysage Diagnostic accessibilité (2014) Navettes Schéma d accueil du public (2017/2018) Propositions stratégie d accessibilité (2016) Faire du cœur de Parc un espace de nature d exception pour l accueil, la découverte et la sensibilisation des publics» est l un des 4 objectifs de protection du patrimoine du cœur inscrits dans la Charte du Parc national des Calanques. Pour ce faire, définir le schéma d accueil du public est une étape majeure. C est aussi une action structurante pour le Parc, à co-construire avec les partenaires du territoire. Depuis 2014, plusieurs études préparent la réalisation de ce schéma, comme autant de briques élémentaires nécessaires à son élaboration : Le plan de paysage, débuté fin 2014, est une démarche participative d identification des grands motifs paysagers qui fondent Services touristiques Parking Signalétique Toilettes Équipement Sentiers Protocole schéma d accueil (2015/2016) «de la procédure d exécution du chantier afin de limiter l impact sur les herbiers de posidonie et les zones de nidification de sars situés à proximité.» précise Albert Sayag, chargé de mission Urbanisme au Parc national. «Nous lançons maintenant une étude paysagère sur le fond de calanque et le front de mer de Sormiou pour disposer d une analyse fine, d orientations et de propositions afin de bien penser la requalification de la calanque, de renaturer certains espaces et d améliorer les conditions d accessibilité pour les visiteurs», ajoute-t-il. Cette étude est menée en lien avec un groupe de travail composé des propriétaires et gestionnaires publics et d habitants de Sormiou, pour établir ensemble un projet global d aménagement qui prenne en compte les éléments végétaux et naturels à protéger ou à recréer ainsi que les équipements techniques de gestion du site et d accueil du public (stationnement, sanitaires, poubelles, gestion des eaux de ruissellement, accès aux plages ). L objectif? Faire émerger un plan de référence partagé qui servira de guide aux interventions futures des différents opérateurs. Étude de Fréquentation (2016) Transports en commun Portes d entrée les caractéristiques du Parc national. Cette démarche permettra, en 2016, d établir un plan d action et de gestion communs à tous les partenaires et intervenants du territoire, pour protéger et aménager sans porter atteinte aux paysages et aux richesses naturelles. Le diagnostic sur l accessibilité du Parc, réalisé en 2014 en partenariat avec l agence d urbanisme de l agglomération marseillaise, permet d identifier et de caractériser les «portes d entrée» du parc, et d apporter une vision globale de la stratégie d accès en lien avec le développement des transports en commun, les besoins de stationnement, etc. Ce travail sera partagé avec l ensemble des acteurs concernés tout au long de l année 2015, pour esquisser en commun les solutions les plus adaptées. L étude de fréquentation, réalisée en deux temps (2015 pour l élaboration du protocole et 2016 pour la réalisation de l étude), devra quant à elle permettre de répondre à deux questionnements : quel est le chiffre de fréquentation globale et annuelle du Parc? combien et qui sont les visiteurs des principaux sites attractifs littoraux du Parc pendant la période d avril à octobre? À partir de 2017, suite aux résultats de ces différentes approches, le Parc associera à nouveau ses partenaires à la réflexion sur la définition d un schéma d accueil. Barge maritime pour évacuer les déblais et barrage filtrant. Des mesures de turbidité ont été réalisées lors de chaque intervention. Plagette de Sormiou avant les travaux 4 PNCal - S. Roux PNCal Schéma d accueil : qu est-ce que c est? C est un document qui présente des propositions cohérentes (planification, cartographie, gouvernance, calendrier ) dans les domaines suivants : Les structures d accueil : les «maison de parcs» et points d accueil temporaires L aménagement des «portes d entrée», les équipements : poubelles, tables de pique-nique, toilettes La signalétique : directionnelle, commerciale, réglementaire, d information, pédagogique Les modalités d accès au parc : les parkings, les navettes maritimes, les transports en commun, la mobilité douce Le schéma de sentiers : pour la randonnée, les sports de nature, la balade, les panoramas Les services touristiques : buvettes, restaurants, hébergements. 5 Sur les îles, PNCal-M.Imbert on compte les goélands! PNCal-M.Imbert Le Goéland leucophée (Larus michahellis), espèce protégée nationalement, fait partie de nos paysages littoraux méditerranéens. S il niche sur les îles de Marseille depuis le milieu du XIX e siècle, sa population a connu une explosion démographique depuis les années 90. C est que les Gabians - comme on dit par ici - ont notamment appris à tirer parti de ressources alimentaires abondantes et fréquemment renouvelées, proches des zones de nidification nos décharges d ordures ménagères à ciel ouvert! Cette surabondance de goélands sur les îles marseillaises est à l origine d une perturbation de l ensemble de l écosystème insulaire. Pour faire leurs nids au sol, ils arrachent de la végétation. Quant à leurs déjections, riches en nitrates, elles sur-enchérissent le sol des îles en azote. La végétation originelle, qui est adaptée aux sols pauvres comme le romarin, le lentisque et la thymélée, est mise à mal au profit de plantes opportunistes halonitrophiles (organismes aimant le sel et l azote) qui prospèrent, comme la lavatère arborescente. Cette modification de la flore profite ensuite à d autres espèces animales introduites sur les îles telles que le Rat noir et le Lapin de garenne, causant des dommages sur les colonies d oiseaux marins. Aussi, dès 1995, le Conservatoire d espaces naturels de Provence Alpes Côte-d Azur (CEN PACA), qui gérait les îles avant la création du Parc national, a mis en place un programme de recensement quinquennal de la population nicheuse dans le but de suivre l évolution de la dynamique et des effectifs de cette population sur les îles de Marseille. Ce recensement des effectifs est réalisé suivant un protocole établi par le Groupement d intérêt scientifique oiseaux marins (GISOM) selon deux méthodes : celle de la prospection de la colonie à pied et celle de l observation à distance. La prospection à pied est effectuée par des équipes d environ 10 personnes placées tous les 5 à 10 m, composées de bénévoles et d agents du Parc national qui avancent en ligne pour explorer des secteurs délimités par des critères topographiques. Cette technique permet de couvrir 93,8% de la surface totale des îles. L observation à distance, utilisée pour les secteurs restants, trop accidentés ou peu accessibles, consiste à compter à l aide de jumelles, à partir d une crête ou d une embarcation. Le précédent recensement, réalisé en 2010 durant la période de nidification de l espèce (fin mars à mi mai), a nécessité 42 journées effectives de comptage. Il a permis d estimer la population à couples représentant un total de couples sur l archipel de Riou et couples sur l archipel du Frioul contre couples évalués sur l ensemble des îles de Marseille en Compter autrement «Cette année, nous avons testé une nouvelle méthode d estimation des effectifs de Goéland leucophée sur les archipels de Marseille, appelée Distance sampling (ou méthode d échantillonnage par la distance),» explique Faustin Rizet, stagiaire de l Ecole pratique des hautes études (EPHE) de Montpellier, en charge du suivi de la population de l espèce au Parc national. «La méthode actuelle dite de recensement exhaustif présente des avantages, comme de tendre à un comptage total des nids. Elle est néanmoins très coûteuse en temps et en moyens humains. Grâce à un échantillonnage de la zone étudiée, il est possible d estimer des densités de population en extrapolant sur la totalité de la surface» poursuit-il. Cette méthode consiste à mesurer, perpendiculairement à des lignes parcourues - dites «transects», la distance séparant les nids détectés du transect. Ces lignes sont placées aléatoirement sur les îles de Marseille de manière à traverser tous les types de milieux. Les bénévoles on pu participer à l opération en étant adhérents à l une des associations partenaires : Conservatoire des espaces naturels et la Ligue pour la protection des oiseaux de PACA, et la Chevêche. «Alors que le la méthode de recensement exhaustif se concentre sur un comptage précis des nids de goélands, le distance sampling nous permettra d étudier la dynamique des populations au cours du temps», conclut-il. Les résultats produits par les deux méthodes pour la campagne 2015 seront comparés afin d évaluer la fiabilité du distance sampling. PNCal-A.Sabatier Les indispensables La réussite d un recensement de telle envergure dépend grandement de la mobilisation et de l investissement sur la durée de nombreux bénévoles. Merci à eux! Interviews de Monique Bonnet et Julien Amic Pourquoi vous êtes-vous portés volontaires pour ces comptages? M B : «Cela m a permis de sortir du cadre de la randonnée, d accéder à Riou et d apprendre à connaître les goélands qui font partie de la Méditerranée et que l on a tendance à considérer comme des oiseaux poubelles.» J A : «Etre bénévole sur ce type de suivi d évolution des populations de goélands, participer à la connaissance de ce milieu que je côtoie depuis mon enfance, c est quelque chose qui me tient à cœur.» Que retenez-vous de cette expérience? M B : «Enrichissante pour le contact avec les encadrants, les informations données et l approche de la nature.» J A : «Des contacts humains passionnants et des connaissances de l impact des populations de goélands sur la flore locale. Et puis la découverte d un milieu très sauvage n ayant pas subi les assauts du tourisme incontrôlé, ce qui paraît étonnant si proche d une grande agglomération comme Marseille.» Qu est-ce qui vous a le plus marqué? M B : «Une journée très physique surtout en pensant aux encadrants qui repartent le lendemain!!!» J A : «La beauté de Riou. Et puis l énergie que mettent les goélands à tenter de nous éloigner de leurs nids. Ils prennent leur élan puis piquent droit sur nous en essayant de nous effrayer, frôlant nos têtes de très près! Et lorsque ça ne marche pas ils tentent parfois une attaque disons chimique.» (rires) N. Frachon 6 7 François Billou Le château d If, la «Bastille des mers» À deux kilomètres de Marseille, l archipel du Frioul abrite, sur un îlot minuscule, une forteresse légendaire : le château d If. Mais quelle est son histoire? Rentrons au cœur d un célèbre mythe littéraire né au XIX ème siècle Une forteresse stratégique. En 1516, François I er, roi de France, s arrête à Marseille après la victoire de Marignan. Depuis l île d If, il constate que c est une position stratégique pour bâtir une forteresse pour protéger la ville contre les invasions mais aussi pour surveiller les Marseillais qui venaient de rejoindre le royaume de France en 1481! Les travaux de construction du château débutent en En 1531, une trentaine de soldats s installent dans le bâtiment qui restera inachevé - la 4 ème tour n ayant jamais été édifiée. Jamais attaqué pour autant, le château a bien rempli sa fonction militaire. S y est rapidement ajoutée une fonction carcérale, grâce à la situation géographique, l architecture et l accès difficile du bâtiment. Ce fut vraisemblablement le chevalier Anselme, en 1580, qui inaugura cette prison idéale, d où il semblait impossible de s échapper. Un site de légende Au fil des siècles, mythes et réalité jalonnent l histoire d If. Avant même la construction du château, le premier «prisonnier» supposé est un rhinocéros envoyé par le roi Emmanuel du Portugal comme cadeau au pape Léon X. L animal, alors inconnu en Europe, aurait été débarqué sur l île d If, et ce serait la curiosité qui aurait poussé François 1 er à faire un détour pour le voir à son retour des guerres d Italie. Cette visite serait ainsi à l origine de l édification du château! Autre mythe, et non des moindres, le château d If est la prison où est incarcéré Edmond Dantes, héros du célèbre roman d Alexandre Dumas, Le Comte de Monte-Cristo. Un îlot en cœur de Parc national Le Centre des monuments nationaux (CMN) travaille déjà depuis 10 ans sur les thématiques environnementales. D abord avec le CEN PACA, anciennement gestionnaire de l archipel du Frioul, puis avec le Parc national des Calanques, Perché sur un îlot calcaire, le château d If forme un carré de 28 mètres de côté, flanqué de 3 tours cylindriques : Saint-Christophe, Saint-Jaume et Maugouvert, percées de larges embrasures de tirs. le CMN a mené des opérations d éducation à l environnement et au développement durable, comme des observations sur site avec les étudiants, ou encore l accueil de classes. Aujourd hui, le Parc national et l équipe du château d If travaillent ensemble à la promotion de ce patrimoine culturel, à la sensibilisation des visiteurs aux bonnes pratiques et à la réglementation en cœur de Parc. Pour cela, des projets communs ont
Similar documents
View more...
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x