P A R I Z A N. Dô, en chinois, la Voie, le chemin ; N 12. Printemps / été PDF

of 6
308 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
N 12 P A R I Z A N B ull eti n de lia iso n e nt re le s m em b re s fra nc ili en s de l A ss oc ia tio n Ze n I nte rn at ion al e fo nd ée pa r Tai se n De sh im ar u Printemps / été 2002 Dô, en chinois,
Document Share
Document Transcript
N 12 P A R I Z A N B ull eti n de lia iso n e nt re le s m em b re s fra nc ili en s de l A ss oc ia tio n Ze n I nte rn at ion al e fo nd ée pa r Tai se n De sh im ar u Printemps / été 2002 Dô, en chinois, la Voie, le chemin ; s h i n, l'esprit, le cœur, le noy a u. Nous portons en nous le besoin de transcender notre condition humaine, t ro u ver l'essence de l'humain en nousmême et par nous-même. De quelle m a n i è re? Certainement pas par des concepts ou par le savoir, mais par une pratique, une expérience. Pour le ze n, c'est zazen, assis immobile en grande concentration, en abandonnant tout but et toute pensée. C'est une posture très simple, mais dans la simplicité réside la vérité. Comment créer en nous dôshin, cet élan qui nous pousse à pratiquer la Voie, cet esprit de décision appelé à remplacer nos motivations égocent r i q u e s? Il ne peut être réalisé par la volonté personnelle, sinon ce sera une fois de plus une stratégie trompeuse de l'ego qui simulera l'éveil. Les textes du zen décrivent abondamment comment certains maîtres du passé réalisèrent d ô s h i n. En o 1, alors qu'il vendait du bois comme chaque matin, entendit une voix qui chantait Dans le sûtra A s h t a s h a s r i k a nous lisons : «Peu de gens dans le monde peuvent clairement perc e vo i r ce que sont le Bouddha, le Dh a r m a et la Sangha et les suivre fidèlement... En c o re moins peuvent éleve r leur esprit vers l é veil suprême (b o d - h i c h i t t o t p a d a)...» Hotsu bodaishin est la traduction japonaise de ce terme sanskrit. En ce qui nous concerne, la pratique de zaze n se re g a rder soi-même est essentielle pour dissiper les illusions et l ignorance. Cette pratique va permettre à d ô s h i n, l'esprit de la Voie, de se manifester et de se dével o p p e r. Et à travers cette impulsion spirituelle, la conscience peut s'ouvrir sur une plus vaste dimension et a t t e i n d re l'éve i l. Ainsi, comme l'exprime Ma î t re D ôgen dans son célèbre poème sur l'indicible : «Les vagues meurent sur le rivage, le vent a fini de souffler. Une barque abandonnée, la lune à minuit brille de tout son éclat.» O mu sho ju ni sho go shin, «le véritable esprit apparaît lorsque notre esprit ne demeure nulle part». A ce moment-là, il réalisa l'esprit de la bodhi. Cette seule phrase du Sûtra du Diamant l'incita à devenir moine. H o tsu bo da is hi n, l 'é ve il s up rême ( lit. : l' espr it d 'éveil rayonnant ) C al lig rap hi e de Ja cq ue s K ûg en F o uss ad ie r Kôdô Sa w a k i 2, le maître de Ta i s e n De s h i m a ru, eut une enfance difficile. Il dut travailler très jeune dans les quartiers chauds de la ville. Un jour de sa (suite en page 2) 1 PA R I ZA N (suite de la page 1) neuvième année, il eut un grand choc en voyant le cadavre d'un vieil homme c h ez une prostituée du voisinage et en entendant qu'il était mort en pleine action, sur le ventre de cette femme. Le jeune Kôdô fut vraiment bouleversé et ressentit alors fortement m u j ô, l'impermanence, les changements soudains qui peuvent affecter une vie humaine. Il prit à ce moment la décision de quitter le quartier des prostituées et de devenir moine. Maître Dôgen 3, de son côté, fut fermement déterminé à suivre la Vo i e lorsqu'il vit un bâton d'encens part i r en fumée à côté de la dépouille de sa mère... L'esprit d'éveil provient de la réalisation profonde de notre caractère impermanent. La vie passe comme un r ê ve, nous n'avons pas de temps à perdre. L'ego, ce vieux réflexe qui nous pousse à toujours vouloir arrêter le temps et figer ce à quoi nous sommes attachés, cherche à anesthésier cette conscience de m u j ô, l'impermanence ; l'ego se voudrait éternel et inaltérable. Mais il y a en nous, au-delà de l'ego, un élan de vie qui nous pousse sur la Voie. Pratiquer en s'oubliant soimême, en abandonnant notre esprit limité, étroit, égoïste qui nous enchaîne et nous apporte beaucoup de souffrances, et laisser se manifester l'esprit de Bouddha, l'esprit vaste qui ne crée plus de séparations entre soi et les autres, soi et le cosmos entier. Aussi, le «Connais-toi toi-même» de So c r a t e signifie réellement la même chose. C'est la re n c o n t re de notre ego limité avec l'esprit illimité de Bouddha. Cet état est au-delà de tout objet, de tout manque, de tout désir et de toute absence. Là se réalise la véritable l i b e rté, l'esprit paisible du nirvânâ, la suprême sagesse, d ô s h i n, le chemin de la vérité, l'esprit de la Voie. 1. Eno, , Chine. 2. Kôdô Sawaki, , Japon. 3. Dôgen, , Japon. E. de S. Bo d a i s h i n, l esprit d é veil qui nous incite à pratiquer la Voie, est un des aspects de l esprit de bouddha. A ce titre, il est «non-né». Cela signifie concrètement qu il ne dépend de rien, q u il n est pas un effet résultant d u n e cause et qu il est au-delà de l apparition et de la disparition. Quand on parle de facteurs produisant l esprit d é veil, il faut donc comprendre cela dans le sens où ceux-ci favorisent la prise de conscience par quelqu un de la dimension la plus profonde et omniprésente de son esprit et non dans le sens où quelque chose qui n aurait pas été jusque-là présent adviendrait à l e x i s- tence. Reste à déterminer quels sont ces facteurs. L expérience de d u h k h a est sans doute le premier d e n t re eux. En t e n- dons par d u h k h a cette sorte d i n c o m- plétude existentielle ressentie face à des phénomènes toujours changeants, incapables, si l on s en remet seulement à eux, de donner un bonheur durable et absolu. C est cette expérience que fit le Bouddha lorsque, sortant de son palais, il fut soudain confronté à l i m- permanence à travers la vision d u n malade, d un vieillard et d un cadavre et où, dans l instant, l esprit d é veil fit i r ruption en lui. En somme, l e s p r i t d é veil se manifeste chez quelqu u n lorsque le voile de l illusion phénoménale se déchire. Entretenir en nous cette conscience de l impermanence des phénomènes est par voie de conséquence un des m oyens les plus puissants pour pro t é- ger l esprit d é veil une fois celui-ci manifesté. C est ce que ne cessera de f a i re le Bouddha entre autre s maîtres avec ses disciples. Une fois la pratique de la Voie installée, d a u t res facteurs peuve n t également contribuer à protéger et à re n f o rcer cet esprit d é veil. D abord, bien entendu, la régularité dans la pratique mais aussi la re n c o n t re avec un maître et l expérience de ce que Maître Menzan appelle jijuyû zanmai, la joie du samadhi de son propre éveil. Comparés à elle, les bonheurs phénoménaux paraissent bien ternes... Mentionnons enfin l esprit de compassion, qui nous incite à pratiquer la Voie et à l a p p rofondir pour aider et guider les êtres et les faire passer ava n t soi-même sur l autre rive. G. P. 2 PA R I ZA N i tout le monde a la nature de «Sbouddha, pourquoi prat i q u e r?» Telle est la question que se posait Dôgen dans son jeune âge. No u s ne pratiquons pas pour obtenir l é ve i l, considéré comme quelque chose d e x- t é r i e u r, une connaissance de plus à a c q u é r i r. Nous pratiquons à part i r d e d ô s h i n, b o d a i s h i n, l esprit d é ve i l. C est le satori avant le satori. A part i r de cet esprit de la Voie, notre pratique est activée. Pas après pas, jour après j o u r. C est le grand g y ô j i des bouddhas et des patriarches qui n ont jamais manqué de pratiquer, mus par une énergie qui dépasse la mesure et par la foi dans le Dharma du Bouddha, par l optimisme du Bouddha qui est que tous les êtres parv i e n d ront un jour à l é ve i l. «Bien que vous puissiez atteindre un grand éveil profond,» dit Man-An, un maître du X V I Ie siècle, «le va s t e océan du bouddhisme s étend à mesure que vous le pénétrez. Si vous pensez q u il n y a pas d é veil à atteindre, pas d ê t res vivants à libére r, que textes et sutras ne sont que verbiage, si vous ne vous libérez pas de l orgueil et des préjugés et ne réalisez pas rapidement vo t re erre u r, vous tomberez dans l i m- passe qu est l attachement au détachement, qui ne permet pas de se dépasser soi-même pour aller au-delà», sur la Voie tracée par nos prédécesseurs, les grands fondateurs du zen. «La Voie du zen demande une concentration sans faille et de la forc e d esprit», ajoute-t-il encore. «Nous devons donner tout son poids au Dharma et rendre notre corps léger», dit en substance Maître Dôgen «Ceux qui aiment la Voie, qu ils ne cèdent point à la pratique facile, dit-il e n c o re dans le G a k u d ô y ô j i n - s h û (Prendre soin à l'étude de la Voie), car s ils recherchent la facilité, ils n accéderont pas à la vérité ni n a t t e i n d ro n t jamais le lieu du trésor.» Ce lieu du trésor est là, tout proche, en chacun de nous, aussi ne passons pas en vain notre temps précieux. K. R. Qu est ce que d ô s h i n? «H o t s u bodaishin, c est dôshin» nous dit Ma î t re De s h i m a ru dans ses comment a i res du Shinjin Gakudô de Ma î t re Dôgen : développer l esprit d é ve i l, c est l esprit de la Voie. Esprit de la Voie, esprit de la vie dans sa plus haute dimension, d ô s h i n a de multiples aspects, mille facettes et est en même temps unique, absolu. «Fa i re que notre vie quotidienne ne soit qu u n seul esprit.» Il n y a pas seulement le temps de zazen pour prod u i re l esprit d é veil, il y a l occasion de vivre complètement chaque instant quelle que soit sa situation, sociale, familiale. D ô s h i n peut se manifester en toutes circonstances et en tous lieux : au dôjô, en s a m u, au travail, en famille, avec ses amis, ave c ses ennemis, dans les re n- c o n t res, dans les re l a t i o n s sociales, dans la rue... «Dans hotsu bodaishin, il n y a ni temps, ni place, ni position, ni condition. Cela signifie que nous pouvo n s accéder à cet esprit d é veil en tout lieu et à tout moment, qu il est au-delà de la classe sociale, de la race, de l é d u c a- tion ou de la position sociale. C est p o u rquoi Dôgen dit : Nous ne devons pas attendre un moment ou un lieu précis pour développer l e s p r i t d éveil .» D ô s h i n, c'est aussi la conscience que la Voie est là, à chaque moment du jour et de la nuit, c est être complètement présent et assumer la responsabilité de nos actes ; c'est alors s o u rce de réalisation, de vrai bonheur, la racine de notre vie. Se leve r, se coucher avec d ô s h i n, c est engendre r l esprit d éveil à chaque instant. Dans son dernier k û s e n au dôjô de Paris avant son départ au Japon et son décès survenu à To k yo le 30 avril 1982, Maître Deshimaru dit : «En mon absence, continuez l eff o rt de faire zazen dans ce dôjô, honnêtement, sincèrement, avec le véritable esprit de la Voie. C est mon seul souhait. A mon re t o u r, je commenterai la fin du Shin - jin Gakudô. Dôgen y parle de la mort très pro f o n d é- ment. Qu est-ce que la mort? Je vous en parlerai à mon re t o u r. A bientôt!» C est dôshin, jusqu au bout. G. L. 3 PA R I ZA N Li s ez le volume n 11 de l é d i t i o n intégrale de l enseignement oral de Maître Deshimaru : Shinjin Gakudô et Shukke Kudoku. Ce volume comprend la traduction et les commentaires de deux chapitre s du Shôbôgenzô de Maître Dôgen : Le pre m i e r, Shinjin Gakudô, l étude de la Voie à travers le corpsesprit, est le dernier enseignement de Ma î t re De s h i m a ru où il aborde différents aspects de d ô s h i n comme par e xemple, hotsu bodaishin, k a n n ô dôkô... «Essayer de retrouver le passé, n est pas l esprit de la Voie, se projeter dans le futur n est pas d ô s h i n, hotsu bodai - shin est maintenant.» «Qu est-ce que quitter le château et entrer dans la montagne? Cela signifie aussi abandonner l esprit vulgaire pour l esprit d éveil à travers kannô dôkô (la communion des esprits, la pro f o n d e sympathie mutuelle des esprits).» «D ô s h i n, kannô dôkô sont très importants et permettent de se concent rer sur une seule chose à la fois, de contrôler lorsqu on se trompe et de retrouver la Voie.» Le second, Shukke Kudoku, les Jacques Foussadier Eric Grunewald Gérard Laurent Catherine Mollet C h û : enleve r. K a i : dénouer, faire disparaître. Il était d'usage d'enleve r son kesa pour se re p o s e r e n t re deux zazen, d'où «dénouer». Ont collaboré à ce numéro : Gérard Pilet Katia Robel Jean-Pierre Romain Evelyn de Smedt E dition : 22 mai 2002 Tiré en exemplair es mérites de devenir moine, où Ma î t re Deshimaru nous fait part du sens et de l importance de recevoir l ordination à n o t re époque, et en particulier comment harmoniser notre vie de moine et notre vie sociale. En observant le comportement de certains de ses disciples, il dit : «Les s h u k k e qui ont reçu l o rd i n a- tion, même s ils commettent des e r reurs, même si ce sont des moines bavards ou escargots ou caméléons, des nonnes p a roles enjôleuses ou des nonnes chaises va c a n t e s, perfides ou p i e u v re s, sont mieux que les personnes qui n ont pas re ç u l ordination.» Na t u rellement, la pratique est l'actualisation de l'ordination : «Devenir moine, c est le but ultime, le plus haut bonheur, la plus grande l i b e rté. Des mérites splendides en découlent. C est la vraie méthode pour devenir heureux et paisible. Cependant si vous n a g i s s ez pas comme de vrais shukke, les mérites ne peuvent se réalis e r. Par exemple si vous re s t ez au lit au lieu de vous re n d re au dojo ou si vo u s a t t e n d ez les gouttes de mérites la bouche ouverte, un moustique entrera! Il faut faire des efforts!» G. L. Sh u n ryu Suzuki, fondateur du C e n t re zen de San Francisco et du temple de Tassajara en Californie, a commenté à la fin de sa vie le S a n d o - kai de Ma î t re Sekito Kisen, dans une série de conférences et de mondô. Dans un style chaleureux, vif et imagé, il aborde avec humour ce texte essentiel du zen Sôtô qui traite des différences entre les Ecoles du Nord et du Sud, ainsi que de la lumière et de l obscurité, de l identité et de la différe n c e, de l égalité et de l i n t e rdépendance de toutes choses, et en donne une interprétation limpide et percutante. U. C. P. S h u n r y u S u z u k i Si dans la l u m i è re on peut distinguer le pur et l i m p u r, différe n- cier le bon du m a u vais, les sons, les formes et les goûts, l o b s c u r i t é en re vanche inclut tout d u n e m a n i è re égale et désigne alors ce que l on ne peut vo i r ou penser, ce qui se situe au-delà de n o t re compréhension intellectuelle. «Sans la moindre idée de réalisation n o t re voie consiste simplement à s a s- seoir», à analyser en pleine lumière et à observer l'interpénétration dans l obscurité. Ainsi notre pratique se perpétue indéfiniment. «Et si vo u s comprenez ne serait-ce qu un tout petit peu l obscurité, qui est l e n vers de la l u m i è re, alors vous découvrirez comment vivre dans la luminosité du monde.» Editions Sully, 14. E. G. 4 LES GROUPES EN ILE-DE-FRANCE C o n t a c t : Gérard Pilet ( ) en liaison avec Olivier Wang-Genh responsable des dojos AZI ( ) Informations pratiques : Juliette Morel ( ) 75 PA R I S Groupe de la Montagne Gérard Laurent 34, rue de la Montagne-Ste-Geneviève, 5 e Zazen : lundi 12 h 45 Groupe Raymond Lambert Ferdinand Banza 35, rue de Trévise, 9 e Zazen : mer. et vend. 20 h SE I N E- E T- MA R N E Melun Roland Dunkel Zazen : mer. 20 h 30 et sam. 9 h 15 Champs-sur-Marne Salle Picasso 2, allée des Noyers (Sébastien Volz) ou (Xavier Nicolas) Zazen : mardi 7 h, sam. 7 h 30 et 9 h 78 YV E L I N E S Pontchartrain Daniel Domergues Françoise Jourdier Zazen : sam. 6 h 45 et mer. 19 h 45 Versailles Roberte Vigneau Centre culturel Notre-Dame 7, rue Sainte-Sophie Zazen : jeudi 19 h ES S O N N E Etampes Joëlle Sauvezie bis, Montoir des Grands Rebords - Boissy-la-Rivière Zazen : mardi et vend. 17 h Les Ulis Jean-René Lebas Patrick Galère Zazen : mardi 20 h HA U T S-D E- SE I N E Châtenay-Malabry Hélène de Perricot La Briaude - 8, allée Georges-Brassens Zazen : lun. 18 h 30 Garches Luc Bordes Espace Ramon 7, rue des Suisses Zazen : mer. et vend. 20 h - 21 h 30 Issy-les-Moulineaux Emmanuel Risacher ALIM - Maison des Associations Agora - 8, rue Paul-Bert Zazen lun. 19 h Neuilly-sur-Seine Hugues de la Bourdonnaye , rue de Longchamp Zazen : lun. et mer. 19 h 30, jeu. 7 h VA L-D OI S E Cergy André Sachet Zazen : mardi 18 h 30, jeu. 19 h 15 et ven. 12 h 30, les 1 er et 3 e dimanches du mois à 10 heures Margency Christian Izard Zazen : mercredi 20 h 1 re session : 30 juin-8 juillet Pierre Crépon (anglais) 2 e session : juillet Philippe Coupey (allemand) 3 e session : juillet Michel Bovay (allemand) 4 e session : 2-10 août Raphaël Triet (espagnol) 5 e session : août Olivier Wang-Genh (anglais) 6 e session : 24 août-1 er sept. Roland Rech (allemand) Temple zen de la Gendronnière Philippe Coupey mai Nantes 26 mai Halluin 23 juin Halluin Gérard Laurent 29 juin Paris (Centre culturel francojaponais,) Gérard Pilet mai Marseille 23 juin Garches Patrick Mor 5 mai Paris Katia Robel 2 juin La Chaux-de-Fo n d s DU N O U V E A U L E S A M E D I M AT I N Deux nouveaux re n d ez - vous dans notre pratique le samedi matin au dôjô de Paris : zazen à 8 h 30 samu de 9 h 30 à 10 h 30 EN É T É N ' o u b l i ez pas que certains zazen sont supprimés en été. Les horaires d'été seront affichés sur le tableau. Evelyn de Smedt 31 mai-2juin Telford (Grande-Bretagne) juin Berlin (Dojo Fukugen) sept. Sud-Ouest sept. Tarragone (Espagne) Raphaël Triet 8-9 juin Paris Stage de couture du kesa avec Patrick Mor et Tina Feller les 25 et 26 mai 2002 VE S A K La fête du Vesak aura lieu le 26 mai 2002 à la pagode de Jo i n v i l l e - l e - Po n t. FÊ T E D U D Ô J Ô Samedi 22 juin 2002 à partir de 19 h 30 Venez vous retrouver entre amis et participer à la fête. Merci de vous inscrire auprès de la cuisine. Participation aux frais : 11 CO N F É R E N C E S mardi 14 mai 2002 Vie et pratique dans un temple zen au Japon par Hosetsu Laure Scemama L a u re Scemama a été ordonnée nonne par Maître Deshimaru. Elle vit depuis cinq ans au temple de la Ge n d ro n n i è re. Laure revient du Japon où elle a pratiqué 40 jours au temple de Sôjiji-Sôin, fondé au XIV e siècle par Maître Keizan, où jusqu'à ce jour la pratique était exclusivement réservée aux hommes. Pendant cette conférence, elle exposera cette expérience, ainsi que la vie, la pratique et les règles d'un temple zen au Japon. mardi 4 juin 2002 Zen et christianisme par Odon Vallet Docteur en droit et en science des religions, enseignant à la Sorbonne et à l'un i ve r s i t é Paris-VII, il est l'auteur de nombre u x ouvrages dont Jésus et Bouddha ( A l b i n Michel) et plus récemment Dieu a changé d ' a d re s s e (DDB) et Petit Lexique des idées fausses sur les re l i g i o n s ( A l b i n Michel). Odon Vallet abordera les re s s e m- blances et les différences entre ces deux traditions sur des thèmes tels que : la méditation, la concentration, l'attitude face à l'écriture sacrée, la vie future... Conférence à 20 h 30 Participation : 7 (T.R. : 5 ) Entrée libre pour les personnes ayant la cart e mensuelle. Aikidô Lundi 19h30-22h00 Jeudi 20h30-22h00 Frantz THOMAS Calligraphie Mercredi 18h45-20h30 Jacques FOUSSADIER Dô-in Jeudi 12h30-13h30 Christine BRETON Guitare Gabriel SAGLIOCCO Hatha Yoga Mercredi 20h30-21h30 Anna MEDINA Kyûdô (tir à l'arc) Mardi 16h30-18h30 Mardi 20h30-22h30 Philippe ten HAVE D ALLINGA Shiatsu Lundi 19h45-22h15 Luc de LA HOSSERAYE Mardi 13h30-16h00 Jeudi 9h00-12h30 et 13h30-16h00 Christine BRETON Tai-chi-chuan Lundi 17h30-19h00 Dominique KLAHR Yoga égyptien Lundi 12h15-13h45 Muriel LAGARDE-MAISL BI B L I O T H È Q U E D U D Ô J Ô D E PA R I S Une permanence est assurée à la bibliothèque, quatre fois par semaine : Mercredi : 9 h h Jeudi : 18 h - 18 h 45 Samedi : 10 h h 45 Dimanche : 10 h h 45 Rez-de-chaussée au fond du couloir. L'inscription est de 10 (ainsi qu'un chèque de 15 de caution) pour les livres, les cassettes audio et vidéo.
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x