Paroles sur... au médecin,

of 19
230 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
Paroles sur... Droits des patients. Paroles des usagers. Recours aux médicaments, au médecin, ou à ses propres savoirs. Education Permanente CULTURE ÉDUCATION PERMANENTE Réalisation : Service Éducation
Document Share
Document Transcript
Paroles sur... Droits des patients. Paroles des usagers. Recours aux médicaments, au médecin, ou à ses propres savoirs. Education Permanente CULTURE ÉDUCATION PERMANENTE Réalisation : Service Éducation permanente Question Santé asbl Texte : Isabelle Dossogne/Question Santé Graphisme : Carine Simon/Question Santé Remerciements à l asbl Le Piment et particulièrement à Mary Lopez Avec le soutien de la DG Culture Éducation permanente du Ministère de la Communauté française Éditeur responsable : Patrick Trefois - 72, rue du Viaduc 1050 Bruxelles D/2008/3543/16 Le Piment est une asbl située en région bruxelloise, où des hommes et des femmes se retrouvent régulièrement pour suivre diverses formations. Dans le déroulement de l une d elles, des ateliers se sont tenus autour des thèmes des remèdes, des médicaments et du rôle du médecin. Au fil des discussions, les participants ont parlé de la dureté de la vie, du stress, de douleur, de guérison, de confiance et d écoute. Ce sont toutes ces paroles qui organisent la trame de cette brochure; elles y sont essentielles. Les réalités et les visions expliquées à cette occasion sont sans doute partagées par beaucoup d autres. Ces expériences particulières ont dès lors valeur d interpellations évocatrices. Merci à Anissa, Arto, Assia, Awa, Fariza, Fatima, Hafida, Hakima, Jamila, Najima, Soumia, qui ont animé les trois ateliers au cours du mois de mai L asbl Le Piment est présentée en page 17. «La vie n est pas facile. C est dur mais la vie continue.» Lors des échanges, des difficultés de la vie sont mises en avant. Comme étant déclencheuses de problèmes de santé, empêcheuses d une vie sereine. Ces difficultés génèrent une pression angoissante et usante quotidiennement. Les responsabilités doivent être assumées dans des contextes qui n offrent pas ou peu d aides. Les parents, eux, sont responsables de leurs enfants dans une société où il n est pas simple de susciter de la reconnaissance sociale. Cette situation instaure un état permanent de vigilance dans un milieu qui paraît hostile. «La vie est difficile» : c est comme un constat initial d où partent toutes les autres considérations sur la prise de médicaments et le recours à la médecine. «J ai eu une vie très dure, je continue à me battre. J avais beaucoup de stress, j avais des grandes responsabilités. J avais tout sur le dos. Je n arrivais pas à dormir, chaque soir je devais calculer. Tout le temps calculer! Les autres, comme à la banque, ne comprennent pas. J étais nerveuse. Je prenais des médicaments pour dormir. Un jour, j étais à bout. Je suis restée enfermée dans ma chambre et j ai pleuré, pleuré, pleuré. Mes amis sont venus vers moi et m ont dit pense à ta santé.» «Je cherche toujours du travail mais il n y a pas de travail, c est très difficile. Je cherche partout. C est le problème, ce souci. Le monde stresse. Quand tu es seul avec tes enfants, c est une grande responsabilité quand tu n as pas de travail. Et ce n est pas évident non plus, un horaire de travail avec des enfants. Ce n est pas facile. Le stress, ça vient tout seul.» «Il y a beaucoup de stress. Il y a des gens tristes. Il faut organiser la vie. Il faut faire attention. C est la fatigue. Il n y a pas de personnes qui n ont pas de problèmes. Puis, à cause du stress, on attrape des maladies du cœur. Tout est attaché.» «J aimerais vivre avec mes enfants calmement. J en ai marre de bouger et que personne ne m écoute. Ça devient fatiguant.» 4 Des difficultés liées à l expérience de l immigration Les manques de travail et de ressources financières sont évoqués. L expérience de l immigration également : quelles que soient les raisons pour lesquelles on quitte le pays d origine, la séparation d avec les proches peut entraîner des souffrances affectives qui s ajoutent aux autres difficultés. Parfois, pas toujours... «Ici, c est bien aussi. Moi, je suis ici ou je suis au Maroc, c est bien.» «Je suis venue sans mes enfants, ils ne sont pas à côté de moi. Je ne veux pas y penser. Quand mes enfants m appellent : «maman, tu nous manques», ça me travaille. Trop y penser me donne de la migraine.» L éloignement relâche les liens sociaux et le soutien de l entourage. Or, assumer les difficultés qui se présentent est plus pénible quand on a moins de réseaux sociaux; quand, spontanément, on peut moins compter sur d autres. Le cadre de vie devient moins rassurant. La présence de proches disponibles autour de soi est un facteur qui favorise la santé. «On laisse la famille derrière nous, c est difficile. Là-bas, on peut s entraider. Ici, si on est en panne, on est en panne. Si on est bloqué et qu on ne trouve personne, on est vraiment bloqué. Là-bas, je vis moins de stress.» Le fait de devoir s exprimer dans une autre langue que la langue maternelle est parfois aussi une source de complications qui s ajoutent aux autres. Cela se manifeste, par exemple, lors des visites chez le médecin. «C est le stress de la langue. Est-ce que je vais savoir questionner, comprendre et répondre? Quand on ne parle pas bien, on n ose pas. J ai plein de choses dans la tête et je n ose pas les dire. Alors, le médecin parle, parle, il parle à ma place.» 5 Recours aux médicaments Le recours aux médicaments est un biais actionné pour se soulager, inscrit dans des logiques de la société occidentale : celles du commerce qui pousse à la consommation ou de la recherche de la solution rapide. Mais cette solution est remise en question comme étant parfois une voie sans issue. «Le produit ne fait pas de miracle. Se reposer, avoir moins de stress, c est mieux que le médicament. Mais si on doit aller travailler, le médicament aide.» «Un médicament, on ne peut pas l attendre quand on est vraiment mal. Le médicament calme provisoirement la douleur. Mais on doit trouver une solution pour ne pas vivre toute notre vie avec la souffrance. On doit se sauver sinon on va prendre l habitude de prendre toujours des médicaments. Et trop de médicaments, c est du poison.» D autant plus que le médicament se révèle ambivalent : il peut à fois guérir et empoisonner. Ce n est pas «la panacée». «Des médicaments me donnent des douleurs aussi. Parfois, je réagis mal. Ensuite, le médecin me donne un autre médicament.» «Dans certains cas, on a besoin de médicaments, c est obligatoire. Mais tous les médicaments ne sont pas obligatoires. Je n aime pas les médicaments. J ai peur qu ils me fassent quelque chose d autre.» 6 Parfois, la dépense pour acheter les médicaments est trop importante. Ce qui entraîne à devoir se débrouiller : postposer la prise de médicaments, supprimer l achat d un médicament... Comme un retour au manque de ressources financières qui a déjà occasionné des soucis de santé. Comme un cercle vicieux. «Parfois, c est difficile d acheter tous les médicaments, c est cher. Il faut attendre le mois suivant. Mais parfois, il faut absolument en prendre. Parfois, j achète la moitié ce mois-ci et l autre moitié le mois après. Le problème, c est qu il y a des médicaments qu on doit prendre ensemble. J attends d avoir les deux pour commencer le traitement. Dans la famille, c est celui qui a la plus mauvaise santé qui passe en premier.» «Si les médicaments ne sont pas remboursés, c est dur quand on a un petit salaire, avec des enfants.» 7 Recours au médecin Se tourner vers le médecin est une démarche qui permet de dire que «ça ne va pas». Cependant le «ce qui ne va pas» exprimé n est généralement pas une souffrance comme celles, par exemple, de ne pas trouver de travail ou d être confronté à la précarité. Les problèmes sociétaux se métamorphosent-ils en problèmes médicaux individuels? «Le transfert de souffrance sociale en souffrance médicale est le dernier savoir social stratégique produit par les citoyens. Puisque la souffrance sociale ne rencontre pas d acteur qui la prenne en compte, il faut apprendre à l exprimer de manière (psycho)-médicale pour qu elle puisse être prise en compte par les professionnels qui sont là pour ça.» (1) «C est le stress qui me fait penser directement au médecin. J espère avoir un bon accueil. J ai l espoir d être soulagée. Je ne me sens pas bien. Je suis nerveuse à l intérieur. Il n y a rien qui se passe bien. Le stress, ce n est pas bon de l avoir. Ça provoque des problèmes.» «Souvent, je ne dors pas bien et j ai mal à la tête. Rien ne me soulage. Je prends du... ou du.... Mais rien ne marche. J attends, je me repose. Si j ai toujours mal après deux ou trois jours, je vais chez le médecin.» «Chaque fois que j ai mal au ventre, le médecin me dit qu il n y a rien. Il m a quand même prescrit un médicament et ça va mieux.» «Moi aussi, j ai mal au ventre. J aimerais bien savoir pourquoi j ai mal. Le médecin dit : Je ne sais pas vous expliquer. C est troublant. Je suis inquiète.» Certains médecins généralistes attestent qu ils sont en première ligne pour s apercevoir que le «ce qui ne va pas» se situe au niveau de la société. «À travers le prisme de la médecine générale, nous sommes témoins des conséquences médicales et sanitaires, des drames environnementaux, des drames humains tels que guerres et immigrations, des conséquences des choix économiques d hyper-compétitivité et de dérégulation engendrant stress, précarité, chômage... Nous sommes témoins de la dégradation sociale, des menaces qui planent sur les relations interpersonnelles, individuellement et collectivement.» (2) 8 Face au médecin Une fois qu ils sont face au médecin à qui est généralement attribuée une expertise scientifique, les individus qui consultent demandent d être reconnus en tant qu interlocuteurs. En tant qu interlocuteurs qui possédent eux aussi leurs propres connaissances, notamment celles d eux-mêmes ou de leurs enfants. C est ainsi que le médecin est apprécié quand il prend le temps d écouter. La visite du médecin, c est une histoire de communication façonnée par la disponibilité des médecins, la possibilité de s exprimer pour celui qui est venu consulter, etc. Une histoire de confiance recherchée qui soutient la participation de ceux qui consultent. «Celui qui est malade doit trouver le médecin qui lui donne sa tranquillité. Moi, dès l entrée, je sais si ça va aller. Dès le bonjour.» 9 «Si on n a pas confiance dans le médecin, on retourne encore une fois et puis on change. Si on n est pas d accord avec le médecin, on va voir un autre pour voir si c est la même parole.» «Le mauvais médecin n est pas attentif quand on parle. Il montre qu il est présent mais il n est pas réellement présent. Il va laisser parler mais il n écoute que pour dire qu il est là et pas pour être attentif. Il est là mais sa tête n est pas là.» «Ma grossesse, c était quelque chose de bon. Le médecin me donnait un bon accompagnement, il m a rassurée. Il m a écoutée, il prenait le temps d écouter. Ses paroles disaient comment cela allait se passer, il expliquait du début à la fin. J ai senti que j étais écoutée tout le temps.» «Quand le médecin rentre de vacances, il est parfait. Mais une fois qu il est fatigué, il peut se fâcher: écoutez madame, j ai un robinet cassé à la maison et la salle de bain qui ne fonctionne pas. Mais moi aussi, j ai des problèmes de robinet et je suis seule avec trois enfants. Et je ne suis pas venue pour des problèmes de robinet, je suis venue pour mon fils malade. Après, le médecin m a dit : Mille excuses, est-ce que vous acceptez mes excuses?.» «ça m est arrivé quand j allaitais : je n ai pas été écoutée. C est triste. Le médecin m a dit que je pouvais prendre un mauvais médicament malgré que je lui ai dit 3 fois que j allaitais. Il n a pas écouté, il m a donné malgré tout des médicaments qu il ne fallait pas me donner. C est mon mari qui a lu sur la notice que je ne pouvais pas prendre ce médicament qui était mauvais pour le bébé quand on allaitait. J ai été chez un autre médecin. Lui m a écouté, il a entendu ce que je disais. Il m a donné un bon médicament. Mais les mauvais médicaments que je n ai pas pu utiliser, c était cher et j ai dû payer aussi le mauvais médecin, j étais fâchée et je l ai dit au deuxième médecin.» Cependant, les positions des deux protagonistes sont différentes : le médecin est situé comme le décideur, il représente le pouvoir, celui qui sait. Celui qui consulte est positionné en tant que demandeur. 10 La situation peut très vite devenir inégalitaire. Lors de l entretien, les rapports entre les individus s inscrivent dans la «hiérarchie» établie dans la société. Pour quelqu un qui ne fait pas partie du groupe des dominants, il s agit parfois d oser demander, d oser affirmer. «Le médecin n a pas aimé quand je lui ai dit que ma fille était allergique. Je voyais que, quand ma fille prenait ce médicament, elle s évanouissait, elle toussait plus. Il m a dit : Tu n es pas médecin. Quand on a fait les tests, ma fille était allergique...» «Je parlais doucement avec le médecin et lui ne parlait pas doucement avec moi. Je lui disais : Ce médicament ne me fait rien. Lui me disait : Et alors, qu est-ce que je dois faire, moi? Il parlait trop fort.» «Je suis timide avec l avocat, le médecin et la police. Quand j allais chez le médecin, j étais timide. Le médecin ne m écoutait pas, il regardait mes mains qui bougeaient. Après il me donnait un médicament comme si j étais nerveuse. Mais je ne suis pas nerveuse, je suis timide. Avant, je n osais pas. Maintenant, j en ai jusque là. Maintenant, je lui parle.» «L amélioration de la communication entre soignant et soigné et la prise en compte du problème de santé dans la globalité du vécu du patient permettent aux patients de se sentir écoutés et respectés» (3) Les mondes d appartenance du médecin et de celui qui consulte sont parfois très distants l un de l autre. Des décalages et des incompréhensions sont dès lors prévisibles s il n y a pas d attention à les éviter. «Je n ai jamais demandé au médecin si un médicament est cher ou pas. On dirait qu on est gêné. Mais le médecin ne dit pas les prix, il ne pense pas au prix des médicaments.» «Quand le médecin connaît la situation familiale, tout de suite, il pense aux autres dépenses. Pour cela, il faut qu il écoute.» 11 Cette demande forte des consultants d être écoutés trouve écho auprès de certains médecins. Effectivement, ceux-ci demandent que le temps de l écoute soit reconnu comme indispensable pour une bonne pratique de la médecine générale. «Et si, dans les statistiques, les plaintes contre les médecins généralistes sont majoritairement la conséquence de défaut de prudence, suite à la fatigue et au stress du médecin, il faut que la société reconnaisse à ses généralistes la nécessité de poursuivre la revalorisation financière et organisationnelle de leur travail pour leur permettre de travailler dans des conditions saines. Pour leur permettre aussi de donner dans leurs contacts professionnels leur juste place à l écoute, la communication, le counseling (4), pour permettre un consentement éclairé.» (5) Recours aux savoirs traditionnels Quand on décèle «que quelque chose ne va pas», il y a aussi d autres actions que celle de s en remettre au médecin qui sont mises en route : le recours à ses propres connaissances, notamment aux savoirs traditionnels. Ces connaissances transmises ou acquises par l expérience sont des réponses pour apaiser des ennuis de santé. «J ai été hospitalisée parce que je vomissais du sang. J ai bu de l eau avec une plante pour faire plaisir à ma mère. Puis j ai été chez le médecin, il a été très étonné de mon bon état.» «Ma grand-mère n a jamais pris de médicament, elle n en a pas besoin. Elle prend des médicaments traditionnels qu elle fait elle-même avec des plantes.» «Mon père est resté un an avec une toux, il allait tout le temps chez le médecin. Finalement, il a bu une plante très amère. La toux a disparu. Chez nous, les gens qui ne veulent plus avoir de rhume ou de toux boivent cette plante très amère.» L installation en Belgique peut couper les migrants d avec ces savoirs populaires du pays d origine. Sans disserter sur leur validité, ces pratiques traditionnelles, en tout cas, rassurent, elles rendent le regard sur la vie plus confiant. 12 Parce que, quand un souci se présente, l environnement est soutenant et de ce fait, réconfortant. Pour toutes sortes de situations qui pourraient advenir, des réponses existent, pré-établies : des plantes et des gestes dont on dit qu ils ont le pouvoir de calmer ou de guérir. «Chez nous, on a beaucoup de plantes, chaque famille les utilise. Des vieux connaissent déjà les arbres et savent quelles sont les feuilles qu on peut mélanger. Les vieux savent mieux que nous mais pratiquement toutes les familles connaissent ces plantes, tout le monde les conseille. Mais contre le stress, je ne connais pas de plante, je voudrais bien.» 13 «Ici, on prend vite du.... Chez nous, il y a le soleil et des plantes au marché. Quand les enfants sont malades, on met bouillir les plantes dans de l eau. Et l enfant la boit. Ici, on va chez le médecin et à l hôpital. Je ne trouve pas ces plantes ici.» «Celle qui va accoucher, on lui donne une plante pour l aider. On donne aussi une plante quand la maman allaite pour la montée du lait ou quand le bébé a la colique. C est la maman qui la boit et qui la transmet.» Ces manières de faire peuvent, par ailleurs, perdre de la légitimité et de la crédibilité quand elles ne sont plus portées par la société en place, quand elles sont exportées de la communauté de vie d où elles étaient issues. «Ma grand-mère met des bouts de citrons ou de concombres sur les tempes quand elle a mal à la tête, elle ne prend pas de médicaments. Je crois à ça parce que je vois que les gens se calment.» «Si l enfant a des cauchemars, on met du sel ou un petit couteau en dessous du coussin.» «J ai entendu ça, mais je n y crois pas. Ma grand-mère, mes tantes, ma mère, elles mettent un petit couteau ou un miroir en dessous du coussin, mais moi je n y crois pas. Je ne fais jamais tout cela. Maintenant, c est mieux parce qu il y a des médecins.» «Moi, je vois comment je réagis. Si cela me convient, je le fais.» 14 Recours à soi «On doit faire des miracles avec nous-mêmes.» Quand il n est pas possible d agir sur des facteurs non maîtrisables par un individu seul, prendre soin de soi reste un créneau d action envisageable. Une possibilité d agir. C est l adoption d attitudes préventives ou de comportements issus des conseils en santé publique. Ce sont des aménagements qui aident à se maintenir en plus ou moins bonne forme. «En hiver, je suis fatiguée. Je prends des vitamines pour avoir de l énergie. Il y a des vitamines dans les fruits et les légumes. Mais, je prends des vitamines en plus. Car les légumes dans les rayons des grandes surfaces, ils ne viennent pas directement de la terre, ils ont perdu leurs vitamines.» «J ai trop de stress. J ai d abord pris des médicaments pour dormir mais le lendemain j avais mal à la tête. J ai pris ensuite un médicament à base de plantes. Il coûte cher mais il me calmait bien. Et puis j ai arrêté pour ne pas prendre ça toute ma vie.» «Je sors, je rencontre des gens, je me change les idées. Sinon quand on est stressé et qu on est seul, ça travaille plus.» «Je mange pas trop sucré, pas trop gras, pas trop salé. Je bois beaucoup d eau. C est important.» 15 Conclusions «Il est devenu indispensable de parler ensemble de la réalité, que nous accouchions de nos diverses expériences sociales pour les transform
Similar documents
View more...
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x