Derrière les mots. Pour une deuxième édition consécutive, la mise à jour du guide Ulysse Ouest canadien a été confiée à Annie Gilbert.

Please download to get full document.

View again

of 19
18 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
Derrière les mots Pour une deuxième édition consécutive, la mise à jour du guide Ulysse Ouest canadien a été confiée à Annie Gilbert. À la suite de ses études en tourisme, Annie a occupé plusieurs fonctions
Document Share
Documents Related
Document Transcript
Derrière les mots Pour une deuxième édition consécutive, la mise à jour du guide Ulysse Ouest canadien a été confiée à Annie Gilbert. À la suite de ses études en tourisme, Annie a occupé plusieurs fonctions chez Ulysse. Elle a commencé comme libraire, pour ensuite se joindre à l équipe des éditions où ses connaissances approfondies sont essentielles à la qualité de nos guides. Native de l Abitibi, elle aime bien se retrouver sur un lac à pêcher tranquillement, mais aussi parcourir les boutiques branchées de Paris, New York et Londres. Annie a aussi contribué à la rédaction des guides Ulysse Croisières dans les Caraïbes, Hawaii, On va où aujourd hui?, Boston, Le Québec, Ville de Québec, Escale à Washington, Escale à Calgary et Banff et Escale à Niagara Falls et la Route des vins. Alberta Les Rocheuses 5 Calgary 73 Le sud de l Alberta 101 Le Dinosaur Trail et le centre de l Alberta 125 Edmonton 147 Le nord de l Alberta 163 Index 176 Voyagez gratuitement tous les mois! Abonnez-vous à l infolettre Ulysse. Nouveautés Tendances Offres spéciales www. 5 La promenade des Glaciers et le parc national Jasper p. 33 Lake Louise et les environs de Banff p. 24 Le parc national Banff et la Bow Valley Parkway p. 16 De Golden au parc national Yoho p. 47 Le parc national Kootenay et ses environs p. 44 Les Rocheuses Géographie 7 Flore 9 Faune 11 Un peu d histoire 12 Vie économique 13 Accès et déplacements 13 Renseignements utiles 14 Attraits touristiques 16 Hébergement 50 Restaurants 63 Sorties 69 Achats 71 6 LES ROCHEUSES km Willmore Wilderness Provincial Park N Tête JauneCache Valemount 5 16 Parc national Jasper Jasper Hinton Pocahontas Miette Hot Springs 16 Blue River c 93 Medicine Lake Cadomin Robb Edson Edmonton 32 Mica Creek COLOMBIE- BRITANNIQUE Sunwapta Falls Maligne Lake ALBERTA 23 Mount Columbia 3747m Athabasca Glacier Columbia Bighorn Wildland Recreation Area Icefield White Goat Wilderness Area Drayton lstoke Parc national du Mont-Revelstoke Saskatchewan River Crossing adow Creek Beaton Galena Bay Parc national des Glaciers Parc national Golden Yoho Les circuits a b c d e 1 Radium Hot Springs 95 e Vermilion Pass Marble Canyon Parc national Kootenay 93 d Field 95 Le parc national Banff et la Bow Valley Kananaskis Parkway Country Lake Louise et les environs de Banff La promenade des Glaciers et le parc national Jasper Le parc national Kootenay et ses environs De Golden au parc national Yoho b 93 c a Siffleur Wilderness Area Lake Louise 1A Johnston Canyon Castle Mountain b Rocky Rocky Mountain Mountain Forest Forest Reserve Reserve Bighorn Wildland Recreation Area Parc national Banff Banff Canmore Mount Assiniboine 1 Provincial Park Calgary 22 Calgary Rocky Mountain House 2 22 Chaîne de hautes montagnes avec des sommets variant entre m et m, formée d anciennes roches cristallines soulevées, basculées, puis modulées par les glaciers, les Rocheuses canadiennes s étendent le long de la frontière entre l Alberta et la Colombie-Britannique. À l ouest, les monts Columbia et la chaîne Côtière, qui sillonnent pratiquement toute la Colombie-Britannique du nord au sud, forment avec les Rocheuses les plus importantes chaînes de l Ouest canadien. 7 Comptant environ km 2, cette vaste région, reconnue dans le monde entier pour ses attraits naturels hors du commun, accueille des millions de visiteurs chaque année. Des paysages de hautes montagnes d une rare splendeur, des rivières déchaînées sur lesquelles les amateurs d eaux vives s en donnent à cœur joie, des lacs dont la couleur des eaux varie du vert émeraude au bleu turquoise, une faune diversifiée dans les parcs, des stations de ski renommées et un parc hôtelier d une grande qualité, tout cela concourt à rendre votre séjour inoubliable. Les cinq circuits de ce chapitre vous permettront de découvrir les Rocheuses : Le parc national Banff et la Bow Valley Parkway Lake Louise et les environs de Banff La promenade des Glaciers et le parc national Jasper Le parc national Kootenay et ses environs De Golden au parc national Yoho Géographie L histoire des Rocheuses commence il y a environ 600 millions d années, époque à laquelle une mer peu profonde recouvrait leur emplacement actuel. Des sédiments, entre autres d argile schisteuse, de roche limoneuse, de sable et de conglomérats, provenant de l érosion, à l est, du Bouclier canadien, s accumulèrent petit à petit, couche après couche, au fond de cette mer. Sous la pression de leur propre poids, ces couches sédimentaires, qui parfois atteignaient une épaisseur de 20 km, se cristallisèrent pour enfin former une plate-forme rocheuse. C est ce qui explique la présence de fossiles marins tels que coquillages ou d algues sur de nombreuses falaises; les schistes argileux de Burgess, dans le parc national Yoho, site inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l UNESCO depuis 1981, constituent l un des sites fossilifères les plus importants du monde et contiennent les restes fossilisés de près de 140 espèces. Il y a environ 160 millions d années, le plateau continental nord-américain s est déplacé vers l ouest au-dessus d une plaque océanique, refaçonnant les formations rocheuses jusqu à ce qu elles se modèlent en une série de chaînes de montagnes, dont quatre font aujourd hui partie des Rocheuses. Les premières à émerger furent la chaîne occidentale des Rocheuses, entre Golden et Radium Hot Springs, et la chaîne occidentale principale, située à l ouest de la Kootenay River. Ces chaînes sont maintenant protégées en partie par les parcs nationaux de Yoho et Kootenay. La chaîne orientale principale fut créée ensuite. Elle comprend les 20 sommets les plus élevés des Rocheuses canadiennes, dont le mont Robson (3 954 m). Ils forment la ligne continentale de partage des eaux : à l ouest les cours d eau se déversent dans l océan Pacifique, alors que ceux situés à l est se jettent dans l océan Arctique ou la baie d Hudson. Une partie de la chaîne orientale principale est protégée par les parcs nationaux de Banff et de Jasper. Un dernier mouvement tectonique fut à l origine de la quatrième chaîne de montagnes, connue sous le nom de «contreforts des Rocheuses». Les contreforts sont protégés par le parc national des Lacs-Waterton. On peut aisément constater aujourd hui l impact qu ont eu ces soulèvements sur cet ancien socle de roches sédimentaires. Il n est pas rare, en effet, de contempler sur les versants des montagnes les ondulations subies par la roche, que les géologues appellent tantôt «anticlinaux», lorsque le mouvement ondulatoire de la pierre prend la forme d un A, tantôt «synclinaux», lorsque l ondulation dessine la forme d un U. Les Rocheuses - Géographie 8 L aspect morphologique des montagnes Rocheuses ne pouvait en rester là. C eût été sans compter sur l immense force d érosion due à l agression constante du vent, de la pluie, de la neige, de la glace, du gel et du dégel. L eau fut tout d abord le facteur le plus important de transformation des assises rocheuses. Il suffit de penser que, chaque année, environ km 3 d eau tombent sur la Terre, pour vous faire une idée de l énorme potentiel d énergie dégagé par les cours d eau ainsi créés. L eau peut, par sa simple force, éroder les roches les plus dures en agissant comme un véritable papier de verre. Les grains de sable arrachés à la pierre, et transportés dans les eaux des ruisseaux de montagne, raclent le fond de la roche; ils parviennent à en polir les parois, à s infiltrer dans des failles pour patiemment les élargir, et à détacher ainsi des pans entiers de rochers, ou parfois à y creuser d énormes trous, comme ceux que l on peut admirer dans le canyon de la rivière Maligne et que l on appelle poétiquement «les marmites de géants». Lorsque la nature de la roche est plus friable, ou même soluble dans l eau, comme dans le cas du calcaire, les pluies et la neige creuseront facilement de profonds sillons. Cette lente mais inexorable érosion a fini par modifier les contours primitifs des montagnes, et l eau est parvenue à se frayer un chemin à travers les différentes couches rocheuses, creusant ainsi de profondes vallées encaissées en forme de V. Les Rocheuses - Géographie Quelques termes géologiques associés aux montagnes Rocheuses Auges glaciaires : se dit des vallées façonnées par un glacier et qui sont en forme de U. Calotte glaciaire : étendue de glace de forme convexe, très épaisse, qui recouvre tout un relief. D une calotte peuvent partir plusieurs glaciers, comme c est le cas pour le champ de glace Columbia. Cirque glaciaire : se dit d une montagne qui a été creusée en forme d amphithéâtre par la glace. La rencontre de deux cirques dos à dos crée une «arête». Crevasse : cassure étroite et profonde qui se rencontre dans la surface supérieure d un glacier. On distingue les «crevasses transversales», qui fracturent le glacier d un côté à l autre et qui se produisent lorsque le glacier suit une forte dénivellation de la montagne, les «crevasses marginales en chevrons», que l on retrouve sur les bords du glacier, là où la friction se fait sentir avec le versant de la montagne, et enfin les «crevasses longitudinales», qui sont situées à l extrémité du glacier. Glaciers de niche : petits glaciers qui se forment sur des parois rocheuses et qui paraissent suspendus. Glaciers de vallée alpine : petits glaciers situés dans des vallées très élevées qui ressemblent à des langues, mais ne proviennent pas d une calotte glaciaire. L Angel Glacier du mont Edith Cavell en est un bel exemple. Moraines : dépôts glaciaires (mélange de limon, de sable, de gravier et de blocs de roche charriés par la course du glacier). À la période de fonte, le glacier recule et dépose ces amas de roches sur les côtés, créant les «moraines latérales», ou sur le devant, engendrant les «moraines frontales» au bout du glacier. Névés : masses de neige durcie qui alimentent un glacier. Ogives : lorsqu on observe un glacier, on s aperçoit que la couleur n en est pas uniforme, mais présente des stries longitudinales tantôt plus blanches, tantôt plus grises. Ces bandes pâles puis foncées, appelées «ogives», résultent des crevasses du «serac» qui, lorsqu elles s ouvrent en été, emmagasinent dans la glace de la poussière et du limon, et lorsqu elles s ouvrent en hiver, se remplissent de neige et de bulles d air. Serac : série de crevasses situées à l endroit où le glacier s écoule par-dessus une falaise. Comme le glacier avance continuellement, au bas de la falaise, ces crevasses se refermeront tandis que d autres s ouvriront plus haut. Vallée suspendue, ou en surplomb : se dit d une vallée dont le fond est plus haut que celui de la vallée vers laquelle elle se dirige. hhglaciers Lorsque la plupart des gens s imaginent les glaciers, ils pensent aux masses glaciaires qui ont couvert des continents entiers à quatre reprises depuis 2 millions d années. La plus récente de ces périodes glaciaires présentait une calotte qui pouvait atteindre une épaisseur de m, couvrant ainsi la totalité des Rocheuses, sauf les plus hauts sommets de sa chaîne orientale principale. Le recul de ce glacier s amorça il y a environ ans. Sa rétrogression provoqua une érosion des montagnes, arrondissant certains sommets et créant de larges vallées en forme de U, les «auges glaciaires». L eau de fonte des glaciers tourbillonna dans le roc, façonnant des trous lisses et transformant les rochers en gravier et en sable pour ensuite entraîner ces débris dans le déplacement du glacier, laissant derrière des blocs erratiques et des moraines latérales, frontales et médianes que l on peut encore apercevoir aujourd hui. La fonte dramatique du glacier Athabasca Le glacier Athabasca (voir p. 36), le plus visité d Amérique du Nord, est littéralement en train de disparaître. En effet, Parcs Canada évalue sa fonte à plus de 5 m chaque année. Depuis 1850, il a ainsi reculé de 1,5 km et le pire scénario est qu il pourrait disparaître complètement d ici une génération. Le coupable : le réchauffement climatique, qui menace également les autres glaciers. Certains scientifiques avancent même que d ici 2100, 90% des glaciers des Rocheuses pourraient disparaître. Un sombre constat D autres types de glaciers sont continuellement créés en montagne, notamment dans les Rocheuses. La neige et le ruissellement de l eau de fonte qui s accumulent dans les fossés et rainures entre les sommets en sont à l origine : le poids de la neige pousse le champ de glace à dériver vers le bas, où il devient un glacier. Les glaciers prennent de l ampleur lorsque le taux annuel de précipitation de neige est plus élevé que la fonte estivale, comme ce fut le cas pendant la courte période de glaciation entre 1550 et Depuis 1860, les glaciers cordillériens des Rocheuses fondent plus vite qu ils ne sont alimentés par les précipitations annuelles de neige. C est le cas des glaciers d Athabasca, de Dome et de Stutfield, qui dérivent du champ de glace Columbia, le plus grand des Rocheuses. Des drapeaux rouges indiquent les positions antérieures de ces glaciers, qui reculent de 5 m tous les ans. Lorsque de petits glaciers s attachent à de plus grandes masses de glace, ils créent des vallées beaucoup moins profondes que celles qui sont laissées par des glaciers plus importants. Lorsque les deux glaciers fondent, la plus petite vallée donne l impression d être «suspendue». On retrouve un bon exemple de ce phénomène dans la vallée de la Maligne, suspendue à 120 m au-dessus de la vallée d Athabasca. 9 Flore Les forêts que vous allez croiser tout au long de votre route sont essentiellement formées de pins de Murray. Les Amérindiens s en servaient pour ériger leurs tipis, car ces arbres, peu fournis en feuillage, poussent bien droit et sont assez hauts. Curieusement, ce sont les feux de forêt qui favorisent leur régénération. En effet, sous l effet de la chaleur, la résine des pommes de pin fond doucement, libérant ainsi les graines qui y étaient contenues. Par la suite, sous l action du vent, les graines seront dispersées et la forêt pourra ainsi renaître de ses propres cendres. Si l on élimine totalement les incendies, les pins de Murray vieillissent. Leur forêt se laissant alors envahir par d autres végétaux finit par mourir, ce qui entraîne l exode des orignaux (élans d Amérique). Vous pourrez à maintes reprises apercevoir, le long des routes, des troncs de pins de Murray calcinés par les feux contrôlés qu allument parfois les agents de Parcs Canada. Le tremble est le feuillu le plus courant que vous verrez dans les forêts des Rocheuses. Son tronc est blanc et ses feuilles sont rondes. Cet arbre tire son nom du frémissement de ses feuilles à la moindre petite brise. Les Rocheuses - Flore 10 Respectez la montagne! Il est important de savoir marcher en montagne en respectant la fragilité écologique de la région. Pour cela, un certain nombre de règles doivent être suivies. Tout d abord, pour préserver le sol et la végétation, il est primordial de demeurer dans les sentiers même s ils sont couverts de neige ou de boue. En respectant cette simple règle, vous protégerez la végétation qui borde le sentier et vous éviterez ainsi qu il ne s élargisse. Si vous ne partez pas pour une grande randonnée, il est préférable que vous chaussiez des bottes légères, car elles endommagent moins le sol. Si vous faites partie d un groupe, celui-ci doit se disperser une fois rendu à la hauteur des zones alpines et marcher sur les rochers autant que possible afin de laisser intacte la végétation. Il est également important en montagne de protéger les plans et cours d eau environnants ainsi que la nappe phréatique, et de ne pas les contaminer. Ainsi, lorsqu il n y a pas de latrines extérieures, creusez un petit trou au moins à 30 m de toute source d eau et recouvrez le tout (y compris le papier hygiénique) avec de la terre. Ne vous lavez ni dans les lacs ni dans les ruisseaux. Dans les terrains de camping, ne jetez les eaux usées qu aux endroits réservés à cet effet. L eau que vous trouverez en montagne n étant pas toujours propre à la consommation, il est important de la faire bouillir au moins 10 min avant de la boire. Ne laissez jamais derrière vous des déchets. Des sacs prévus à cet effet vous seront donnés dans les bureaux de Parcs Canada. Certaines espèces de fleurs sont menacées d extinction; ne les cueillez donc pas. Laissez à la nature ce qui lui appartient; les autres marcheurs pourront ainsi également en profiter. Pour des raisons de sécurité, gardez toujours votre chien en laisse, ou laissez-le chez vous. En effet, les chiens qui se promènent en liberté ont tendance à s éloigner et à courir après les animaux sauvages. C est ainsi qu on a déjà vu des chiens provoquer des ours, puis, s apercevant du danger, se réfugier auprès de leur maître Enfin, si vous parcourez les parcs nationaux des Rocheuses à cheval, n oubliez pas que seuls les sentiers désignés à cet effet peuvent être empruntés. Les Rocheuses - Flore L épinette d Engelmann se trouve en haute altitude, à la limite supérieure des arbres. Il s agit du premier arbre à pousser à cette hauteur sur le gravier des anciennes moraines. Vivant très vieux (certains aux environs du glacier Athabasca ont plus de 700 ans), ces arbres ont généralement un tronc plutôt tordu en raison des vents forts qui balaient les versants des montagnes. Plus bas dans les vallées, l épinette peut mesurer jusqu à 20 m de hauteur. Le sapin de Douglas pousse dans les forêts septentrionales situées dans le fond des vallées des Rocheuses. On en retrouve au nord de Jasper. La saison des fleurs sauvages ne dure pas longtemps en milieu alpin. La floraison, la production de graines et la reproduction constituent une véritable course contre la montre pendant les quelques semaines que dure l été. Leur caractère vivace les aide à y parvenir. En effet, les plantes vivaces emmagasinent tout ce dont elles auront besoin pour les nouvelles pousses, les feuilles et les fleurs. Avant même que la neige ne fonde, elles sont déjà prêtes à sortir de terre. Ainsi, le secret des fleurs de zone alpine réside dans le fait qu elles dorment tout l hiver et profitent au maximum de l humidité et du fort ensoleillement de l été. L anémone occidentale est une fleur commune dans les zones montagneuses. S il est peu courant de la voir épanouie, il vous sera cependant facile de l observer durant tout l été, alors que sa tige est recouverte de poils laineux. Vers la fin de la saison chaude, le vent détachera ces graines à long appendice plumeux, assurant ainsi sa reproduction. La bruyère est également adaptée aux saisons rigoureuses des milieux alpins. Comme ses feuilles sont persistantes, la bruyère n a pas à en reproduire chaque année de nouvelles. Parmi les différents types de bruyères, on rencontre souvent le phyllodoce à feuille de camarine, dont les petites fleurs sont rouges, le phyllodoce glanduleux, aux petites fleurs blanches flanquées de sépales jaunes, et la cassiope de Mertens, aux clochettes blanches et aux sépales de couleur brun rouge, qui pousse en forme de coussins spongieux à la limite supérieure des arbres et sur les pentes alpines abandonnées depuis longtemps par les glaciers. La castilléjie varie du jaune pâle au rouge très brillant. Cette plante se reconnaît aisément, car ce sont en fait ses feuilles qui sont colorées, alors que les fleurs sont cachées dans les replis supérieurs de la tige. La jacinthe sauvage est une petite fleur violette qui pousse, en coussin, sur le gravier et sur le sable, au bord de l eau. 11 Faune L ours noir : il est le plus petit ours d Amérique du Nord. Généralement noir, bien qu il en existe certains tirant sur le brun, il a un port de tête haut, et la ligne entre ses épaules et sa croupe se révèle plus droite que celle du grizzli. Le mâle pèse de 170 kg à 350 kg, et sa taille peut atteindre 168 cm de long et 97 cm au garrot. Quant à la femelle, elle est plus petite d un tiers. Ces ours se rencontrent dans les forêts denses peu élevées et dans les clairières. Ils se nourrissent de racines, de baie
Similar documents
View more...
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks