Palavas Les-Flots. Palavas-les-Flots mer, fêtes et traditions. En Languedoc-Roussillon. Portraits. Vél euro. Communication.

Please download to get full document.

View again

of 36
36 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
Palavas Les-Flots En Languedoc-Roussillon journal de communication de la municipalité juillet 2008 n 22 Palavas-les-Flots mer, fêtes et traditions Portraits des élus du groupe majoritaire Vél euro Le vélo
Document Share
Documents Related
Document Transcript
Palavas Les-Flots En Languedoc-Roussillon journal de communication de la municipalité juillet 2008 n 22 Palavas-les-Flots mer, fêtes et traditions Portraits des élus du groupe majoritaire Vél euro Le vélo en toute liberté à Palavas-Les-Flots Communication Le nouveau clip vidéo de la ville Animation 11 e feria de la mer AVANT PALAVAS Le musée du Patrimoine Néolithique (-8000 à avant JC) et Antiquité (de à 300 après JC) Le Moyen-âge (du 5 ème au 15 ème siècle) L époque moderne - Des pasteurs nomades à l installation d une colonie de négociants à Maguelone - Apogée de l évêché de Maguelone - La monarchie Capétienne concentre le commerce maritime à Aigues-Mortes - Déclin de Maguelone - Colbert concentre le commerce maritime à Cette - Maladies et corsaires barbaresques rendent la côte dangereuse et inhabitable Le musée Rudel retracera pas à pas l'histoire de Palavas, des premières cabanes de pêcheurs à la naissance du Palavas moderne. Le XVIII ème siècle Au XIX ème siècle - Aménagement, assainissement et défense du littoral. - Premiers habitants au Grau de Ballestras - Du Grau de Ballestras à la création de la Commune en 1850 Palavas - B. Laurens La redoute - B. Laurens L église - J-M. Amelin Cabanes Palavasiennes - J-M. Amelin Au bord de l étang du Grec - B. Laurens Palavas Les-Flots journal de communication de la municipalité Juillet 2008 n 22 Directeur de la publication Rédacteur en chef : Christian Jeanjean Maire de Palavas-Les-Flots Secrétariat de rédaction : Martine Boursault Responsable Service Communication Tél Fax Diffusion gratuite : Mairie de Palavas-Les-Flots Périodicité : semestriel Crédits Photo : Pôle communication de la mairie Patrick Eoche René Bernard Les émaux de la Gardiole (panneau Natura 2000) P. Valette Exil Les 4 Vents Réalisation : Distribution Production Multimedia Dépôt légal : 2 e semestre 2008 LA PÊCHE DANS LE GOLFE Jean-Aristide D AIGUES-MORTES Rudel : c est lancé! Jusqu au XVIIIème siècle Scène de pêche au 1er siècle de notre ère Il y a dans la province de Narbonne, au territoire de Nîmes, un étang appelé Latera - aujourd hui Lattes- où les dauphins pêchent de société avec l homme. Pline l Ancien 77 Le principal de la pêche se fait en étang : elle est individuelle, collective ou industrielle. Au XVIIIème siècle Développement de la pêche en mer et disparition des maniguières La pêche à Palavas Pêche au globe 1 L interview de Christian Jeanjean Maire de Palavas-Les-Flots Vice-Président de la Communauté de Communes du Pays de l Or et du Sivom de l Étang de l Or Président de l association des Ports de Plaisance du Languedoc-Roussillon et de l association des Communes Touristiques du Languedoc-Roussillon Ancien Député de l Hérault Président départemental de l UMP CR Vous avez été maître de conférence à l EAI et le plus jeune juge de France au Tribunal de Commerce? 2 Comité de rédaction Vous êtes, dit-on, un homme de consensus, un humaniste, farouche défenseur des valeurs de la famille, de la société, de la justice, fidèle en amitié, un homme viscéralement attaché à ses racines et aux traditions, un homme de conviction, passionné de littérature et d histoire. Christian Jeanjean Cette brassée de compliments me gênent et me va droit au cœur à la fois. C est vrai, je m attache à défendre les valeurs fondamentales qui sont le propre de l homme. Mes racines sont méditerranéennes, et grâce à ma famille, j ai reçu Palavas-les-Flots en cadeau dans ma toute petite enfance. Je suis, c est vrai aussi, un homme de traditions, qui tend, depuis bientôt deux décennies, à conduire sa commune vers l excellence, en alliant tradition et modernité. CR Vous êtes né à Montpellier dans les années 40, et y avez fait vos études. Quel souvenir en gardez-vous? Ch J Le souvenir d un jeune pensionnaire, au lycée Girard d abord, puis au lycée Joffre de Montpellier, qui passait le plus clair de ses vacances sur la plus belle des plages, Palavas-les-Flots. La mer, les bateaux, les sports nautiques et les balades dans la Traction de mes parents, c était le bonheur! CR Vous avez choisi la Fac de Droit, vous qui avez la fibre littéraire? Ch J Fils unique d un administrateur de biens, cela me semblait tout naturel! Reste que j ai suivi quelques cours à la Fac de Lettres Paul Valéry. Lauréat de la Fac de Droit et de Sciences Economiques de Montpellier, je suis nommé maître assistant en 1966, en Histoire des Institutions, avec pour directeur de thèse le professeur André Gouron. Ch J C est exact. Pendant mon service militaire, de 1969 à 1970, j ai été maître de conférence à l École d Administration de l Infanterie de Montpellier, puis juge élu au Tribunal de Commerce, (plus jeune juge de France) avant de devenir président de la CGPME (confédération générale des petites et moyennes entreprises). Je me suis marié et suis père de trois enfants Léopoldine, Jérôme et Pauline qui m ont donné six petits-enfants. CR En 1989 vous êtes élu maire de Palavas-les-Flots. Était-ce un aboutissement, pour vous qui avez toujours aimé la «chose publique»? Ch J En quelque sorte oui. J ai toujours travaillé dans le tourisme et l économie, et me voir confier la commune par les Palavasiens fut la réalisation d un souhait que je portais sans doute en moi, depuis toujours. Je suis entré en «politique» comme on entre en religion. Etre maire aujourd hui, est plus qu une vocation, c est un sacerdoce! J ai voulu faire connaître «ma» ville, la moderniser, tout en lui conservant ses traditions. Avec mon équipe nous avons développé le tourisme d affaires, et l écotourisme, en tenant compte de l environnement et de la protection de la nature. CR D où le label européen Natura 2000? Ch J Nous avons en effet demandé la protection de nos étangs en zone Natura 2000, et nous envisageons de l étendre à notre littoral dont la valeur ornithologique est indiscutable. Natura 2000 est un réseau européen qui concilie activités humaines et respect de la biodiversité. Quant au Pavillon bleu, après le branchement à la nouvelle station d épuration Maera, qui favorisera l assainissement de la totalité des eaux usées, il flottera sur les plages de Palavas. Aujourd hui déjà, grâce à la bonne qualité de nos eaux de baignade, nous remplissons toutes les conditions pour l obtention de ce Label. Les efforts d amélioration des eaux des étangs et du littoral, et la réalisation des récifs artificiels, ont permis de créer de véritables espaces «pouponnières» où viennent se reproduire des milliers de loups et daurades. CR Vous êtes confortablement élu depuis 1989, avec un record aux municipales 2008, de 72 %. Est-ce à dire que les Palavasiens ne vous tiennent pas rigueur de votre sortie de l Agglomération de Montpellier? Ch J Je constate simplement que les Palavasiens reconnaissent le travail réalisé sur le terrain par la municipalité, et me réjouis d entendre çà et là leur satisfaction. L entrée de Palavas dans la Communauté de communes du Pays de l Or a toujours été dénoncée autour de Montpellier et dans l agglomération. Et pourtant, la ville ne s est jamais si bien portée. Il n est pas nécessaire d être visionnaire, pour prévoir que les communes qui font partie de l Agglomération ne pourront plus très longtemps financer la politique de développement préconisée par leur président. J ajoute que si la ville de Montpellier s enorgueillit d être désendettée, les communes, elles, sont asphyxiées. Georges Frêche, lui-même l a enfin récemment reconnu, qui demande à la capitale régionale de financer seule, ses grands projets et de prendre en charge les subventions aux associations. CR Quelles sont les opérations financées par l Agglomération sur Palavas? Et celles réalisées avec la Communauté du Pays de l Or? Ch J Pendant de nombreuses années la commune de Palavas n a rien reçu de l Agglomération de Montpellier. Nous étions pris à la gorge, et le lien de subordination avec Georges Frêche était de plus en plus insupportable. Depuis 2004, date de notre entrée au Pays de l Or, c est une véritable bouffée d oxygène que nous respirons. Après le futur Centre aéré qui accueillera 80 enfants, sur le Parc du Levant, une piscine dotée d un équipement de pointe, répondant à la norme HQE, va s intégrer, en septembre prochain, dans le complexe sportif existant, près de la salle Bleue. Le branchement sur la station Maera devrait se concrétiser très prochainement. La réalisation de ces gros équipements est possible, grâce aux moyens financiers mis à la disposition de Palavas par la Communauté du Pays de l Or et le Sivom. Qu avons-nous eu dans l Agglomération de Montpellier, rien! Sinon d inadmissibles invectives CR Que pensez-vous de ce nouveau projet qui consiste à faire venir le Tram à Carnon, pour le poursuivre dans un second temps à La Grande-Motte? Ch J Que les décideurs souhaitent «conduire» le Tram à la mer est de la plus haute importance pour les Montpelliérains et les populations des communes avoisinantes, dont Palavas est la plage référente. Lors de l émission «C est politique» le maire de Montpellier avait déclaré à propos des transports urbains, «les élus concernés vont se réunir et discuter autour d une table» A ce jour je n ai reçu aucune invitation! Je ne suis pas contre l arrivée du Tram à la mer, au contraire, mais, avec une station aux Roquilles. Il faut prévoir un maillage qui permettra à la population de rejoindre le tram, et surtout rétablir le petit train de Palavas à Montpellier. Quoiqu il en soit, la décision consistant à faire aller le tram à Carnon et la Grande-Motte, via l Aéroport de Fréjorgues, sera prise à l unanimité par les communes de la Communauté du Pays de l Or qui ont toujours joué la solidarité et vont se réunir pour Inclure dans le SCOT des pays de l Or un schéma cohérent des transports. CR Où en est Palavas dans le développement durable? Ch J C est une de nos priorités et de nombreuses actions ont déjà vu le jour. Installation dans les bâtiments publics de nouvelles techniques de production d électricité ; pose de panneaux photovoltaïques : utilisation du vent et des batteries au lithium pour l éclairage public ; entretien d un site unique, constitué par nos étangs avec circulation d eau de pompage, éoliennes installation de barques à rames pour flâner sur les étangs ; visite commentée de la faune et de la flore, tout au long de l année. Enfin création d un musée de l Histoire et du Patrimoine de Palavas. CR Vous avez, semble-t-il, décidé de développer le secteur culturel? Ch J La culture à la portée de tous a toujours été l objectif de la municipalité. Au travers de concerts éducatifs, de musique Entre Terre et Mer, d animations autour du livre sur les quais, nous voulons rehausser le niveau culturel de la ville. CR Vous avez toujours soutenu le milieu associatif, vous-même avez milité au sein de nombreuses associations sportives. Estimez-vous que c est une richesse pour la ville? Ch J Absolument. Sans association une ville se meurt! On ne dira jamais assez combien les associations sont importantes dans notre société, car elles offrent la possibilité de partager de nombreuses passions communes. Ces bénévoles ont pour seul objectif d apporter, sous des formes diverses, un soutien à ceux qui en ont besoin, dans la culture, le sport, l humanitaire Palavas est fière de compter une centaine d associations, et la ville sera toujours auprès de ces «travailleurs de l ombre» pour les aider à développer leurs projets : Ligue contre le cancer, Espoir pour un enfant, Bridge club, Confrérie des gens de la mer, 3 e Âge, association des commerçants, Centre nautique, Handialogue Parents d élèves, Les Pescaïres palavasiens, la Snsm, Latina Cup, Marine et traditions et bien d autres CR Une dernière question, monsieur le maire, comment parvenez-vous à concilier l écriture et vos nombreuses activités? Ch J J ai commencé par rédiger une thèse sur la commune, qui a fait l objet de deux ouvrages Histoire de Palavas-les- Flots et La Vie palavasienne. Mon goût pour la poésie m a conduit tout naturellement à écrire un recueil de poèmes, Palavas-les-Flots illustré par le peintre exceptionnel qu est Jean-Michel Noquet. Actuellement je rédige un livre sur la contribution à l essor économique et touristique en Languedoc-Roussillon. Une photographie de l économie, et surtout du tourisme, ponctuée de quelques suggestions originales capables de remédier aux carences de l économie et de l emploi dans la région. C R Une autre passion? Ch J Les armes anciennes. Un jour un ami m a offert un fusil très ancien. Ce fut le déclic. J achète et je retape. Les voitures me passionnent aussi. Quand j étais enfant, mon père avait une Traction Avant Citroën. A l époque avoir une voiture c était une grande aventure synonyme de liberté! Je me souviens, quand nous partions en balade c était tout un folklore! Les stations d essence étant éloignées les unes des autres, il fallait transporter le jerricane, le pique-nique, vérifier la roue de secours C était la belle époque où il n y avait pas vraiment d interdit! Un art de vivre et, dans cet immédiat aprèsguerre, la découverte de la liberté TRANSPORT : La troisième ligne de tramway à Palavas et à Carnon. Le Préfet de Région Cyrille Schott rassure Montpelliérains et Palavasiens : «Je veux que le futur tramway desserve et Palavas et Carnon, confie Cyrille Schott. Ça ne sera pas l un sans l autre. Et j aurai mon mot à dire car l État participera au financement». Le montant de cette participation reste à définir. Le coût global de l équipement, qui entrera en service (au moins jusqu à Pérols) en 2012, s élève à 450 M. 3 ALBERT EDOUARD Premier adjoint délégué aux grands travaux, aux services techniques, aux espaces verts et à la propreté. Il sait tout sur tout. Mène sa vie tambour battant, Rien ne lui échappe sur la commune. «L Américain» de Palavas est un touche-à-tout de génie, un homme qui a trois idées à la seconde! 4 Le Bac au bout de la jetée Né à Palavas, dans le quartier de l Embut, une rue en entonnoir, au bas de l avenue Charles de Gaulle, Albert Edouard, dit «Bébert», fils unique d une famille de pêcheurs, a été à l école de l Abbé Prévost, puis à Pierre Rouge à Montpellier, jusqu à ses 15 ans. «Chez moi, on passait le bac au bout de la jetée!» dit-il avec un humour un rien british Son père, patron pêcheur, a vu le jour près de l église Saint-Pierre, dans une de ces petites maisons avec courettes, qui se dressent le long des rues du quartier. «L eau, on allait la chercher à la fontaine, à l emplacement du restaurant Le Manuscrit». Pas de grands besoins A peine sorti de l adolescence, Albert, fils unique, prend la mer. Il veut être pêcheur, comme son père. «C était un métier rude, où l on se couchait tard et on se levait tôt. Mais c était le plus beau des métiers. La pêche, c était la liberté!» «J ai eu la chance de travailler en Camargue, dans les étangs privés! Quand le temps était à la tempête, on tapait le carton. On n avait pas de grands besoins!» Les anguilles de François Vical Le Château d eau, Albert l a vu construire. Albert Edouard se souviendra toujours de François Vical, patronpêcheur, «qui enfourchait son vélo pour nous apporter de belles anguilles argentées, qui faisaient les délices de la famille.» De la pêche à la presse A Béziers, berceau de la famille, une tante tient une charcuterie. «Elle logeait au-dessus d une boulangerie, et je me souviens encore de l odeur du pain qui me chatouillait agréablement les narines.» À l époque c était le système D nous mangions à notre faim. 23 ans de pêche en mer et en étang, un mariage avec Gisèle de la rue Molle, en 1966 le couple qui réside à Béziers, décide d acheter un Tabac- Presse en vente place de la Victoire près du Théâtre. «Une belle aventure qui a duré cinq ans. Quand on vient de la pêche, où pendant des jours on ne voit personne, l agitation de la ville c est du plaisir.» La politique En 1970 Albert Edouard, se lance dans la politique. Et 18 ans plus tard, avec son ami Christian Jeanjean, et toujours autant d enthousiasme, ils montent une équipe en vue des élections municipales de «Nous sommes élus, et Jean Molle est nommé premier adjoint.» Il devait décéder dix ans plus tard. Christian Jeanjean confie le poste à Albert Edouard, avec pour délégation, les grands travaux. Des projets pharaoniques C était un rôle sur mesure Et l Américain d échafauder mille et un projets pharaoniques. Dans la baie de Sydney, où il avait vu un restaurant tournant, il avoue s être mis à rêver au Château d eau de Palavas. «On a déplacé les pyramides, on pourrait sortir la citadelle de son carcan de béton et implanter un restaurant panoramique tournant!» Aussitôt dit, aussitôt fait. Il convainc son ami le maire, et tous deux se mettent au travail. Le Phare de la Méditerranée prend corps. Pour le parc du Levant, «je me suis inspiré du Jardin des Plantes de Béziers, où ma femme allait promener les petits.» La cascade aux palmiers est née à Atlanta La Grèce et l Égypte Infatigable, Albert Edouard, l homme aux mille facettes, poursuit sa quête du toujours plus, et en perfectionniste redessine «sa» ville en la sculptant. Après Le pêcheur au filet sur le port de plaisance, le buste de son ami, le célèbre matador, El Cordobès, aux Arènes, c est un Neptune géant qui veille sur le cœur de la cité. Alors heureux monsieur le premier adjoint? «Oui. J ai la chance de pouvoir voyager avec Gisèle, ou en famille avec nos trois enfants et nos sept petits- enfants. J aime les États-Unis, mais les pays qui m ont le plus touché, sont la Grèce et l Égypte.» VIVIANE JOURDAN Adjointe déléguée aux Affaires Sociales, famille, logement,banque alimentaire, maison de retraite, Ccas. Douce et énergique à la fois, Viviane Jourdan a la philosophie du sourire et de la bonne humeur. Attachée aux bonnes manières, celle qui ouvre grand son cœur pour venir en aide aux plus démunis. Analyste-programmeur Un an et demi plus tard, en 1959, Viviane regagne Montpellier, toujours dans les Chèques postaux, jusqu en «Je suis sélectionnée pour être analyste-programmeur à France Télécom, avec obligation d effectuer des stages à Paris.» Vu sous cet angle, Paris lui était agréable! Un mariage et trois enfants Philippe, Christophe et Frédéric puis cinq petitsfils, malgré ses multiples activités, Viviane est une mamie attentive et dévouée. «Je m organise». Un bac moderne Née à Lansargues, charmante commune viticole qui, du 13 au 18 e siècles, faisait partie des «villettes» composant la Baronnie de Lunel, Viviane est attachée à ces paysages baignés de douceur, à ces vignes qui rougissent aux vendanges «J y ai fait ma communale, puis une 7 e à l Immaculée Conception de Montpellier, et c est au lycée de Lunel que j ai passé un Bac moderne.» Paris seulement en vacances La jeune fille passe des concours, est admise au PTT, «mais il me faut aller travailler à Paris, aux Chèques Postaux.» Elle y arrive en décembre. La neige, le verglas, le froid, la foule «toujours pressée et vous bousculant si vous ne suivez pas le rythme J étais à mille lieux de mon bout de campagne!» Bref, «je ne m y suis jamais habituée. Paris c est magnifique, mais pour y aller en vacances!» Une école d abnégation Palavasienne d adoption, elle l avoue «ma vocation, c est d aider ceux qui sont dans la détresse.» Elle s est formée au Secours Catholique, «une excellente école d abnégation et de courage», a mis en place la Banque alimentaire et en 1992 s investit dans les Restos du Cœur. «La Banque alimentaire, il faut le savoir ça fonctionne toute l année. Avec Jacky Plot, qui en était le directeur, nous avons beaucoup travaillé.» Du social pas de la politique En 1995, à la demande de Christian Jeanjean, Viviane Jourdan intègre l équipe. «Il savait que je faisais du social, et moi je connaissais son humanisme, et j avais suivi de près son premier mandat. Sa démarche sociale correspondait à mon éthique. Je me suis lancée, en lui précisant clairement que je ne voulais pas faire de la politique.» Passionnant Le maire lui confie la délégation du CCAS, et le suivi du projet d implantation de la Maison de Retraite. «J étais
Similar documents
View more...
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks