Société de loisir ornithologique de l Estrie Le Jaseur, hiver JoJoyeuses fl

of 43
9 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
Le Jaseur, hiver 2010 JoJoyeuses fl 1 Le Jaseur, hiver 2010 (SLOE) C.P. 1263, Succursale 50, Place de la Cité, Sherbrooke (Québec) J1H 5L7 Répondeur téléphonique : Courriel :
Document Share
Document Transcript
Le Jaseur, hiver 2010 JoJoyeuses fl 1 Le Jaseur, hiver 2010 (SLOE) C.P. 1263, Succursale 50, Place de la Cité, Sherbrooke (Québec) J1H 5L7 Répondeur téléphonique : Courriel : Site internet : La (SLOE) est un organisme à but non lucratif qui regroupe des personnes qui s intéressent à l observation des oiseaux dans leur milieu naturel et assure le développement et la pratique du loisir ornithologique en Estrie. Principaux objectifs : Promouvoir le loisir ornithologique par l observation des oiseaux. Favoriser le regroupement des personnes intéressées à l ornithologie et à la nature en général. Soutenir l étude et la protection des oiseaux. Veiller à la protection et à la mise en valeur des sites présentant un intérêt particulier pour les oiseaux en Estrie La cotisation annuelle donne le droit de : Participer à plus d une trentaine d excursions guidées par année. Assister à des conférences, des causeries et des présentations audiovisuelles. Accéder à notre service de renseignements en tout temps. Recevoir notre bulletin saisonnier d information et de sensibilisation, Le Jaseur. Participer à notre réseau électronique OrnithoSLOE, un service réservé aux membres et permettant de recevoir tous les messages de la SLOE : rappel des activités, oiseaux rares et communications inter-membres. Obtenir des rabais à l achat de certains articles pour les oiseaux chez plusieurs marchands. Le conseil d administration de la SLOE Johanne Boisvert Lise Turgeon Sylvie Thiboutot Francine Beausoleil Sylvain Latulippe Jean-Pierre Gilbert Alain Perras Présidente Vice-présidente Secrétaire Trésorière Administrateur Administrateur Administrateur Autres collaborateurs Banque de données ÉPOQ: Lina Corriveau, Sylvain Latulippe Recensement de Noël : Camille Lessard RAP AILES : Nicole Charbonnier Comité des activités : Benoît Turgeon, Daniel Labbé Comité du bulletin Le Jaseur Rédactrice en chef Camille Dufresne Mise en page Sylvie Thiboutot Publicité Claudette Bégin Correction et révision des textes Mathilde Auger, Jean-Pierre Charuest, Camille Dufresne, Sylviane Praud, Sylvie Thiboutot, Benoît Turgeon Collaborateurs pour ce numéro Claudette Bégin, Johanne Boisvert, Lucie De Serres, Louise Drouin, Camille Dufresne, Daniel Labbé, Claudia Lascelles, Sylvain Latulippe, Camille Lessard, Suzanne Philips-Nootens Michel Pilon, Richard Smith, Sylvie Thiboutot Antoine Turcotte-Van de Rydt, Christophe Turcotte-Van de Rydt, Benoît Turgeon Le bulletin Le Jaseur est un outil de communication et de sensibilisation permettant à chacun des membres de partager ses expériences et ses connaissances en ornithologie. L équipe du bulletin vous invite donc à lui faire parvenir des textes, dessins, photos, commentaires ou questions. Votre contribution aidera à rendre plus vivant notre bulletin. Les articles dans Le Jaseur sont publiés sous la responsabilité exclusive de leurs auteurs. On suggère que les articles se limitent à mots, soit environ 3 pages. Les textes soumis sont envoyés à la rédactrice en chef à l adresse courriel cidessus mentionnée. La SLOE se réserve le droit de ne pas publier un article ou d y apporter des modifications, avec le consentement de l auteur. La reproduction des articles est autorisée à condition de mentionner la source. Le Jaseur est distribué exclusivement aux membres de la. L adhésion à la SLOE, et, par conséquent, l abonnement au Jaseur est de 25$ par année. Dépôt Légal 4 e trimestre 2010 ISSN XP Bibliothèque et archives nationales du Québec Bibliothèque et archives Canada Impression : Multicopie Estrie Papier intérieur : 100% de fibres post consommation Couverture : 50% de fibres post-consommation Envoi postal par le bureau du député Serge Cardin. Page couverture : Grand Pic, Yves Guillot 2 Le Jaseur, hiver 2010 SOMMAIRE Éditorial 4 Mot de la présidente 5 Chronique étymologique Quelques changements taxonomiques 6 À vol d oiseau Le pélican brun de retour sur la liste des oiseaux menacés? 8 Des nouvelles du parc du Mont-Orford Le pic aux Corbeaux 9 Observations saisonnières 12 Été 2010 Les jardins d oiseaux Histoire de mangeoires 16 Clin d œil 18 Plumage et ramage Le Grand Pic 19 Atlas des oiseaux nicheurs du Québec Quoi de neuf en Estrie? 21 Le congrès des ornithologues amateurs du Québec Conte Le serin est mort 24 Des nouvelles de nos membres Passage d un Coulicou à bec jaune à Sherbrooke 24 À vol d oiseau Audubon pose des gestes concrets pour sauver le Pélican brun 25 Les saisons au bois Beckett 26 Faire une boule de Noël pailletée 27 Plaisir surprise des oiseaux Un Pélican d Amérique chez nous au lac Boivin 28 Récit de voyage Un voyage au bout du monde 29 Anecdotes de mon jardin Le retour des demoiselles 32 Observer les oiseaux dans les Cantons-de-l Est Parc du Mont-Bellevue 33 Pour en savoir plus Quelques idées de cadeaux 35 Des nouvelles du Parc écoforestier de Johnville 36 Bande dessinée Les aventures du Jaseur 38 Recette Pain d épices des fêtes 39 À vol d oiseau Marée noire : des centaines d espèces animales en péril 40 Excursions et activités Hiver À vol d oiseau Le refuge faunique Marguerite- D Youville sous protection 43 3 Le Jaseur, hiver 2010 ÉDITORIAL Au moment d écrire ces lignes, nous sommes en novembre. Une journée humide, pluvieuse et sombre qui invite au «cocooning», et c est bien comme cela! En effet, la fin de l automne est pour moi une période de transition où mon corps et mon esprit doivent s adapter au manque de chaleur, de soleil et de lumière. Tranquillement, j adopte le rythme de la nature qui se prépare à hiberner. En attendant l hiver, la neige et sa lumière vive, je profite de ce répit dans mes activités à l extérieur pour consacrer enfin du temps à la lecture! Que de moments agréables en vue, bien au chaud devant un feu de foyer! C est avec plaisir que je vous invite à prendre une pause vous aussi, pour découvrir le contenu de ce bulletin Le Jaseur, concocté par notre équipe de rédacteurs dévoués. Au menu, nous vous proposons le récit d un voyage en Argentine; la découverte d un oiseau rare à Granby, une histoire de mangeoires et le retour des demoiselles. Des membres racontent leur participation aux activités de la SLOE, le tout accompagné de photos. Une nouvelle chronique voit le jour. Intitulée «Plumage et ramage», elle vous fera connaître un nouvel oiseau du Québec à chaque numéro. Pour souligner le temps des fêtes, l équipe vous suggère enfin un bricolage et une recette de biscuits pour accompagner votre lecture! J espère que ce menu varié et original saura vous plaire et vous distraire en cette période de froidure. Installez-vous confortablement et bonne lecture! Camille Dufresne Rédactrice en chef 4 Le Jaseur, hiver 2010 MOT DE LA PRÉSIDENTE Quel automne! De la pluie, il en tombe pour ce que nous n avons pas reçu cet été. Malgré tout, nous pouvons toujours observer les oiseaux en migration. En septembre se tenait le colloque du Regroupement QuébecOiseaux à Victoriaville et 33 membres de la SLOE étaient présents. Nous sommes très représentatifs. Le conseil d administration travaille à la planification du 30 e anniversaire de la Société de loisir ornithologique. Tout au long de l année 2011, nous soulignerons cet anniversaire. Lors de notre dernière campagne de financement «Le souper migratoire» 2010, nous avons offert à l Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie (UQROP) un montant de 500 $. Avec ce don, nous avons parrainé la remise en liberté de trois oiseaux réhabilités. Il s agit d une Petite Buse, d un Balbuzard pêcheur et d un Urubu à tête rouge. Vous pourrez lire dans les pages de cette édition une invitation au souper migratoire de la Société de loisir ornithologique de l Estrie. Nous sommes en pleine évolution et nous désirons connaître vos goûts et vos disponibilités. Un comité a été formé pour mettre à jour un questionnaire que vous recevrez au moment de votre renouvellement. Nous vous invitons à y répondre puisqu un tirage vous donnant droit à un an d abonnement à la Société de loisir ornithologique sera fait parmi tous les formulaires compilés tout au long de l année. Un nouveau responsable pour les oiseaux en détresse SOS- POP sera nommé sous peu, car Richard Smith quitte après plusieurs années de travail. Les activités hivernales ne manquent pas, l équipe étant toujours aux aguets pour nous tenir occupés et mettre en pratique notre mémoire visuelle lors de l observation des oiseaux. J espère vous rencontrer lors du recensement des oiseaux de Noël. En terminant, au nom de tous les membres du conseil d administration, j aimerais vous souhaiter un bon temps des fêtes. Johanne Boisvert Bienvenue aux nouveaux membres Membres familiaux Manon Lainet et Annie Mercier Andréanne Poirier et Richard Albert Richard Lussier et Constance Gosselin Shirley Fortier et Mario Lambert 5 Le Jaseur, hiver 2010 CHRONIQUE ÉTYMOLOGIQUE Quelques changements taxonomiques Texte et photos de Michel Pilon Le 18 décembre 2009, la famille des Fringillidae a vécu quelques modifications taxonomiques, notamment pour les Sizerins flammés (anciennement Carduelis flammea) et les Tarins des pins (anciennement Carduelis pinus). En fait leurs sous-genres ont été promus au rang de genre. Ils deviennent donc respectivement Ancathis flammea et Spinus pinus. Ce qui justifie une révision étymologique pour ces deux espèces. Tarin des pins (Spinus pinus) «grant piece devant le jour M'esveilla li dous rossignos, Qui jolis estoit et mignos, Li tarins avec l'alouette, Le chardonnerel, la linnette, Le papegaut, la salemendre, Et le dous chant de la calendre (MACH., D. Lyon, 1342, 160).» À cette époque, tarin était associé à une variété de chardonneret. Le mot «tarin» venait de la racine onomatopique tar-, dont la consonne explosive «t» marque le commencement d'un bruit, tandis que le «r» final, strident, donne l'impression d'une fin indéterminée. Buffon notait au sujet du tarin : «Petit oiseau à bec conique et pointu, et à plumage verdâtre; c'est un chardonneret, fringilla spinus, L. Le serin, la linotte, le tarin, le bouvreuil semblent être naturellement musiciens, BUFF. Morceaux choisis, p. 288.» On retrouve le mot «tarin» (ou ses variantes) dans quelques écrits du passé tels : Au XIV e siècle: «Vous l'avez atrapé com on prent le tarin ; Bien a esté trahi Pietre par faux couvin,» Guesclin. «Et le [la] vit-on [la montagne] en l'air volant comme tairin ; Demie liewe et plus, ala outre un gradin», Baud. de Seb. XII, 594. Le tarin pousse, en volant, un petit cri aigu et traînant «tirrli, tirrli», d'où, avec un peu de bonne volonté, les étymologistes ont fait dériver le mot tarin. Quant à son nom latin spinus (prunier sauvage), il vient de ce que, en hiver, quand ces oiseaux ont dépouillé de leurs semences les aulnes et les sycomores, ils se rabattent sur les pruniers et les épines noires (prunelliers) dont ils aiment également les fruits. L'espèce pinus signifiant «pin» en latin fait référence à l'habitat où on les voit souvent. La première mention rapportée du nom tarin fut en 1342 par Guillaume de Machaut, le plus célèbre compositeur et écrivain français du XIV e siècle: Au XVI e siècle : «Elle [la femme du duc de Savoie] s'en alla de là les monts ; luy [le duc], comme un bon tarin, luy courut après, et jamais depuis ne revint à Geneve» BONIVARD, Anc. et nouv. police de Genève, p. 18. En 1853, le philologue Friedrich Diez, à cause de la forme tairin, propose, avec doute, de le tirer de l'adjectif picard «tère» signifiant tendre : le tarin serait un oiseau délicat. D'autres pensent qu'il a été ainsi nommé à cause de son chant qui semble dire «tarin tarin». Dans la 1 re édition du dictionnaire de l'académie française (1694) : TARIN. s. m. Sorte de petit oyseau qui chante bien, & qui est de plumage gris jaune, tirant sur le vert. 6 Le Jaseur, hiver 2010 Puis dans la 4 e édition (1762) : TARIN. s.m. (Page 802) TARIN. s.m. Sorte de petit oiseau qu'on apprivoise aisément, dont le ramage est un peu aigre, & qui est de plumage gris-jaune tirant sur le vert. Je me demande ce que signifie un «ramage un peu aigre»? Et finalement en 1832 dans sa 6 e édition on peut lire : TARIN. s. m. (Page 2:817) TARIN. s. m. Petit oiseau à bec conique et pointu, et à plumage verdâtre. Apprivoiser un tarin. Sizerin flammé (Acanthis flammea) Quelle est donc l'origine de cet Acanthis? En fait, son origine, comme dans bien des noms de genres et d'espèces provient de la mythologie grecque : Acanthis, dotée d'une grande beauté, est la fille d'autonous et de sa femme Hippodamia (qui ont également 4 fils : Anthus, Erodius, Schoeneus et Acanthus). Acanthis était aussi connu sous le nom de Acanthyllis. La famille possédait une ferme sur une grande terre. Mais cette terre n'était pas très fructueuse puisqu'ils ne la travaillaient pas. Cette terre était plutôt recouverte de chardons et de joncs. Ceci était approprié pour les noms de 2 des garçons puisque Schoenus et Acanthus signifie en grec «joncs» et «chardons». Leur principale occupation consistait à élever des chevaux et ils avaient l'habitude de laisser paitre leurs juments dans les herbes des marais. Un jour Anthus vint pour ramener les juments a l'écurie mais celles-ci refusant d'arrêter de brouter, se soulevèrent avec colère et tombèrent sur lui l'écrasant a mort. La famille entière fut si bouleversée par cette mort affreuse que Zeus et Apollon, pris de pitié face a leur grande douleur, les changèrent en oiseaux. Autonous devint un Butor, Hippodomia, une Alouette huppée et Anthus, Erodius, Schoeneus, Acanthus et Acanthis, des oiseaux d'identification non connue, qui furent appelés par leur nom. Acanthis et Acanthus devinrent probablement une variété de «Goldfinch» (maintenant nous savons qu'ils sont devenus des Sizerins), et Erodius, probablement un héron. L'espèce flammea est le mot latin pour «flamme» ou «feu», faisant ainsi allusion à la visible tache rouge sur la tête de l'oiseau. Je termine en partageant avec vous cet extrait de l'histoire Naturelle de Buffon concernant le sizerin : «M. Brisson appelle cet oiseau petite linotte de vignes. Je ne lui conserve point le nom de linotte, parce qu il me semble avoir plus de rapport avec le tarin, et que d ailleurs son ramage est fort inférieur à celui de la linotte. Gesner dit qu on lui a donné le nom de tschetscherle, d après son cri qui est fort aigu ; il ajoute qu il ne paroît guère que tous les cinq ou tous les sept ans comme les jaseurs de Bohème, et qu il arrive en trèsgrandes troupes (tout ce qui n est point ordinaire, produit des erreurs encore plus extraordinaires. Les uns ont dit, que l apparition des troupes nombreuses de sizerins annonçoit la peste; d autres, que ce n étoit autre chose que des rats qui se métamorphosoient en oiseaux avant l hiver, et qui reprenoient leur forme de rat au printemps : on expliquoit ainsi pourquoi il n en paroît jamais l été). On voit, par le témoignage des Voyageurs, qu il pousse quelquefois ses excursions jusqu au Groënland. M. Frisch nous apprend qu en Allemagne, il passe en octobre et en novembre, et qu il repasse en février. J ai dit qu il tenoit plus du tarin que de la linotte, c étoit l avis de Gesner, et c est celui de M. le docteur Lottinger, qui connoît bien ces petits oiseaux. M. Frisch va plus loin, car selon lui le tarin peut servir d appeau pour attirer les sizerins dans les pièges au temps du passage, et ces deux espèces se mêlent et produisent ensemble. Aldrovande a trouvé au sizerin beaucoup de ressemblance avec le chardonneret, et l on sait qu un chardonneret approche fort d un tarin qui auroit du rouge sur la tête. Un Oiseleur qui a beaucoup de pratique et peu de lecture, m a assuré, en voyant la figure enluminée du sizerin, qu il avoit pris plusieurs fois des oiseaux semblables à celui-là pêle-mêle avec des tarins auxquels ils ressembloient fort, mais surtout les femelles aux femelles; seulement elles ont le plumage plus rembruni et la queue plus courte. Enfin, M. Linnæus remarque que ces oiseaux se plaisent dans les lieux plantés d aunes, et Schwenckfeld met la graine d aune parmi celles dont 7 Le Jaseur, hiver 2010 ils sont friands; or, on sait que les tarins aiment beaucoup la graine de cet arbre, ce qui est un nouveau trait de conformité entre ces deux espèces : d ailleurs les sizerins ne mangent point de navette comme la linotte, mais bien du chenevis, de la graine d ortie grieche, de chardons, de lin, de pavots, les boutons des jeunes branches de chêne, etc. ils se mêlent volontiers aux autres oiseaux; l hiver est la saison où ils sont le plus familiers; on les approche alors de très-près sans les effarouchere; en général ils sont peu défians et se prennent facilement aux gluaux. Le sizerin fréquente les bois, il se tient souvent sur les chênes, y grimpe comme les mésanges, et s accroche comme elles à l extrémité des petites branches : c est de-là que lui est venu probablement le nom de linaria truncalis, et peut-être celui de petit chêne. Les sizerins prennent beaucoup de graisse et sont un fort bon manger : Schwenckfeld dit qu ils ont un jabot comme les poules, indépendamment de la petite poche formée par la dilatation de l œsophage avant son insertion dans le gésier; ce gésier est musculeux comme dans tous les granivores, et l on y trouve beaucoup de petits cailloux. Le mâle a la poitrine et le sommet de la tête rouges, deux raies blanches transversales sur les ailes; le reste de la tête et tout le dessus du corps mêlé de brun et de roux-clair; la gorge brune; le ventre et les couvertures inférieures de la queue et des ailes d un blanc-roussâtre; leurs pennes brunes bordées tout autour d une couleur plus claire; le bec jaunâtre, mais brun vers la pointe; les pieds bruns. Les individus observés par Schwenckfeld avoient le dos cendré. Klein raconte qu ayant électrisé au printemps un de ces oiseaux avec un chardonneret, sans leur causer d incommodité apparente, ils moururent tous deux au mois d octobre suivant, et tous deux la même nuit : mais ce qui est à observer, c est que tous deux avoient entièrement perdu leur rouge». Par Sylvie Thiboutot À VOL D OISEAU Le Pélican brun de retour sur la liste des espèces menacées? Drôle de parcours que celui de ce grand oiseau d un mètre de hauteur, de deux mètres d envergure et pesant autour de dix kilos, aussi appelé Grand Gosier! Au début du siècle, on en comptait en Louisiane. Lorsqu il devint, en 1966, l emblème de la Louisiane, il n y avait plus de Pélicans bruns sur la côte, victimes des pesticides. En 1968, des juvéniles provenant de la Floride ont été réintroduits à trois endroits, avec succès. L interdiction du DDT, en 1972, a joué un rôle clé dans la survie de cet oiseau majestueux. En 2008, leur population était d environ En 2009, le pélican a été retiré de la liste des espèces en danger aux États-Unis. Mais la catastrophe écologique du 20 avril dernier dans le golfe du Mexique risque de le voir disparaître à nouveau. Qu adviendra-til de ces oiseaux souillés par le pétrole, parfois nettoyés à grands frais, qui se nourrissent des poissons du golfe, eux aussi contaminés? Sources : gulfaidacadiana.org articleid=487736&channelid=45 8 Le Jaseur, hiver 2010 DES NOUVELLES DU PARC DU MONT-ORFORD Le pic aux Corbeaux: une expérience de gestion concertée pour la nidification du Faucon pèlerin (Falco peregrinus anatum) Par Claudia Lascelles responsable du Service de la conservation et de l éducation parc national du Mont-Orford De la fin des années 1940 jusqu aux années 1960, le Faucon pèlerin (Falco peregrinus anatum) a vu sa population décliner de façon radicale. L exposition aux pesticides organochlorés, en particulier le DDT, fut rapidement ciblée comme étant le principal facteur de la diminution du succès de reproduction de l espèce. L amincissement des coquilles d oeuf résultant de l usage de ces pesticides provoquait leur bris lors de la couvaison. L interdiction de l usage de ces substances au début des années 1970 au Canada et aux États- Unis ainsi que la mise en place de programmes de repeuplement ont depuis contribué à l amélioration de la
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x