The Kingdom of Yugoslavia in World War II. Le Royaume de Yougoslavie dans la Seconde Guerre mondiale

of 24
195 views
PDF
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Document Description
Miloslav Samardzic The Kingdom of Yugoslavia in World War II Miloslav Samardjic Le Royaume de Yougoslavie dans la Seconde Guerre mondiale EDITION RAVNA GORA BOOK 36 COLLECTION RAVNA GORA LIVRE 36 Editorial:
Document Share
Document Transcript
Miloslav Samardzic The Kingdom of Yugoslavia in World War II Miloslav Samardjic Le Royaume de Yougoslavie dans la Seconde Guerre mondiale EDITION RAVNA GORA BOOK 36 COLLECTION RAVNA GORA LIVRE 36 Editorial: Miloslav Samardzic Slobodan Kostadinovic Mr Dragan Krsmanovic Alexandar Dincic Veroljub Maletic Equipe éditoriale: Miloslav Samardjic Slobodan Kostadinovic Dragan Kersmanovic Aleksandar Dintchic Verolioub Maletic Miloslav Samardzic The Kingdom of Yugoslavia in World War II Miloslav Samardjic Le Royaume de Yougoslavie dans la Seconde Guerre mondiale Kragujevac, 2013. Miloslav Samardzic The Kingdom of Yugoslavia in World War II Publisher: News Publishing Company Pogledi, Kragujevac, Serbia, 2013 INFORMATION AND ORDERS: NIP Pogledi Cetinjska 3, Kragujevac, Serbia Tel GMikS SAS 7 C, Place du Dôme Immeuble Élysées La Défense Paris La Défense Cédex website: Copyright All rights reserved. From the outset of this work, I would like to thank all who helped me in obtaining a large number of photographs and documents from the archives and museums in Serbia, Germany and America. Special thanks go to the editors and reviewers, the experts in this field. However, the book would not have seen the light of the day had it not been for a team of translators as complex military terms requested so. The book was translated into English by Branko Petrovic from New York while brothers Nenad and Spiro Vranjesh from Oxford, who were born and educated in England, explicated the details. Slobodan Kostadinovic, who was born in Paris and holds a MS in Economics from there, translated the book into French; his relatives, who are linguists have adjusted the details. Special thanks to Slobodan's father Miodrag Mikan who recently passed away, who was born in Kraljevo and lived most of his life as an emigrant in Paris, and was a valued contributor from the beginning 20 years ago. Miloslav Samardzic Miloslav Samardjic Le Royaume de Yougoslavie dans la Seconde Guerre mondiale Edité et distribué par: NIP Pogledi Cetinjska 3, Kragujevac, SERBIE téléphone: courrier électronique: site internet: GMikS SAS 7 C, Place du Dôme Immeuble Élysées La Défense Paris La Défense Cédex site internet: courrier électronique: Pogledi Editions, Tous droits réservés. Le Code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L , 2e et 3e a., d une part, que les «copies ou reproductions strictement réservées à l usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective» et, d autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d exemple et d illustration, «toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l auteur ou de ses ayants droit ou ayant cause est illicite» (art. L ). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon, sanctionnée par les articles L et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Au commencement de cet ouvrage, je souhaiterais remercier tout ceux qui m ont aidé à retrouver un grand nombre de photographies et de documents des archives et musées de Serbie, d Allemagne et des Etats-Unis. Je remercie aussi l équipe éditoriale et les critiques, bons connaisseurs de la thématique étudiée. Toutefois, cet ouvrage n aurait pas vu le jour sans l équipe de nombreux traducteurs, car le vocabulaire militaire s est avéré particulièrement complexe. La traduction en anglais de cet ouvrage a été réalisée par Branko Petrovic de New York, tandis que les frères Nenad et Spiro Vranjesh d Oxford ainsi qu Alexandre Radjenovic de Peterborough, nés et diplômés d Université en Angleterre se sont souciés à peaufiner les détails. La traduction en français a été réalisée par Slobodan Kostadinovic, né en France et diplômé de l Université du Panthéon, les détails ayant été confiés à de proches parents linguistes. J ai une pensée toute particulière pour le père de Slobodan - Miodrag «Mikan», originaire de Kraliévo ayant vécu plusieurs décennies à Paris et récemment disparu, pour la qualité de notre collaboration entamée il y a 20 ans, sans laquelle cet ouvrage non plus n aurait pas vu le jour. Miloslav Samardjic Note importante : Les noms propres des personnes et toponymes de lieux dans les Balkans ont été pour la plupart retranscrits sous forme phonétique quand nécessaire, comme c était le cas dans les ouvrages en français traitant des Balkans au début du vingtième siècle, afin de faciliter la lecture. Vous trouverez à la fin de ce livre l équivalence de cette retranscription telle que dans le langage d aujourd hui. CONTENTS Introduction Chapter 1 Understanding Events up Until the Summer of Chapter 2 The Independent State of Croatia and the Uprising of the Serbian People Chapter 3 The Germans and the Uprising of the Serbian People Chapter 4 Communists and the Civil War Chapter 5 The Anti-Communist Volunteer Militia Chapter 6 King Peter II and the World Leaders Chapter 7 In Hollywood Chapter 8 Serbia and Himmler Chapter 9 Mihailovic and Rommel Chapter 10 The New German Retaliations Chapter 11 The Largest Anti-Axis Operation Chapter 12 General Mihailovic Chapter 13 Yugoslav Army: Commanding Officers Chapter 14 Chetniks: The Largest European Guerrilla Chapter 15 Yugoslav Army Weapons Chapter 16 The Pecanac Chetniks Chapter 17 The Nedic Forces Chapter 18 The Ljotic Forces Chapter 19 The Russian Protection Corps Chapter 20 The 1 st Cossack Division Chapter 21 The Partisans Chapter 22 Selected Photos Geographical Terms Name Index Sources A Note About the Author SOMMAIRE Avant propos Les événements jusqu à l été Le soulèvement serbe contre la NDH Le soulèvement serbe contre les allemands Action communiste et guerre civile Milice de volontaires anticommuniste Le Roi Pierre II avec les dirigeants de ce Monde A Hollywood Himmler en Serbie Mihaïlovic contre Rommel Nouvelles représailles allemandes L opération la plus massive contre l Axe Le Général Mihaïlovic Les officiers de l Armée Yougoslave La guérilla la plus massive d Europe L armement de l Armée yougoslave Les Tchetniks du Voïvode Kosta Petianatz Les Unités de Nedic Le Corps d armée de Liotic Le Corps de Protection Russe La Première Division Cosaque Les Partisans communistes Quelques photos en épilogue Carte des toponymes utilisés Index des noms cités Index des noms propres et toponymes dans leur transcription actuelle Sources A propos de l`auteur PREFACE On January 25th 2006, the Council of Europe Parliamentary Assembly promulgated Resolution 1481 that, in its final passage, calls on the post-communist countries of Eastern Europe to reassess the history of communism and their own past as freedom of conscience, thought and expression In much of Eastern Europe, during the communist era, this process could not exist before the fall of the Iron Curtain. Communist governments prevented objective historical account of the time (especially during WWII). The document was sent out to historians throughout the world to continue their research aimed at the determination and objective verification of what took place. However, for different reasons many countries did not welcome the Resolution as. - Firstly, after the fall of the Berlin Wall coming to power of politicians with potential democratic conviction in the Eastern European countries were not instantaneously visible and a call to review historical events were rarely instigated. Communist parties did not have the distinct adjective (communist) in their names any longer, but the fundamentals of the doctrine remained. Apart from that, they won the first multi-party elections as key members of the newly established democratic parties and were conspicuously influential in the former totalitarian communist system in which they held high offices or were senior academic lecturers in Marxist studies. - Secondly, communist veterans in every eastern European country continued to strengthen achievements of national liberation struggle either directly, or through their own offspring in other political parties. - Thirdly, the historiography of the socialist countries, especially Yugoslavia, during the past decades, not only influenced their own public, but the historiography of the Western Countries also. Western scholarly literature, often quoting Communist books and adopting the views of their authors, can be seen as the indisputable testimony. It is intriguing that a small number of western historians studied documents in the Yugoslav archives; none of the researchers focused on the relatively longer works, bearing in mind the language barrier (Cyrillic alphabet) and the high cost of translation. Ultimately it can be perceived that the Western Historiography coincided with the Easter European Historiography counterpart to a somewhat large extent as the East, and West were allies in WW II, and that in turn brought about the unique view of Yugoslavia. What is worth mentioning is certainly the absence of almost any difference between the arguments of the official British History of World War II, in the multiple-volume Grand Strategy and the historical account of the Broz regime. This could be explicated by the British background in the overthrow of King Peter II and in bringing Broz to power. However, Heather Williams and the contemporary generation of British historians attempt to reformulate the Grand Strategy view. This work, making no huge claims, is an attempt to more closely explicate the core of the key events that shook the occupied Yugoslav Kingdom from 1941 until Unlike the clear front lines of WW I, in World War II 22 formations were active on the soil of the occupied Yugoslav Kingdom. These formations had their own and very often covert interests, even if they were on the same side. Unfortunately, interests of the three great power blocks (the West, Germany and the Soviet Union) clashed on this terrain and the Western politics had undergone a radical shift in political affiliation turning from the Monarchy to the Communists. Bearing all this in mind the best approach would be to show a chronological record of events illustrated by photos and maps. Main Events refer to the formations, their leaders, the war objectives, the actions, the victims, the international factor and the weapons. In Kragujevac, Serbia January Miloslav Samardzic 8 AVANT PROPOS La résolution numéro 1481 de l Assemblée parlementaire du Conseil de l'europe adoptée le 25 janvier 2006 a appelé les pays post-socialistes d Europe de l Est à «étudier de nouveau l Histoire du communisme et leur propre passé», puisque avant la chute du mur de Berlin, la «liberté de pensée et d expression» n y existaient pas, et par conséquent écrire l Histoire objectivement n y était pas concevable. Dans le dernier point de cette résolution, une sorte d appel a été envoyé «aux historiens du Monde entier à continuer leurs recherches axées sur la détermination et la vérification objective des événements du passé». Dans beaucoup de pays, l appel du Conseil de l Europe n a pas reçu d accueil favorable, et cela pour plusieurs raisons. Tout d abord, la chute du mur de Berlin ne signifiait pas pour autant l arrivée au pouvoir des pays d Europe de l Est d hommes politiques aux convictions réellement démocratiques. Ces derniers étaient, en réalité, des exceptions. Sur la scène politique, les partis communistes subsistaient, se faisant juste rebaptiser, généralement en partie socialiste ou social-démocrate. Ironie du sort, c étaient eux qui sortaient victorieux aux premières élections libres. En plus de ces derniers, des partispolitiquesnouvellement constituésne juraient que par la démocratie,maisleurs cadresaussi étaient issus du système totalitaire communiste, pour lequel ils étaient praticiens (fonctionnaires) ou théoriciens (enseignants d une branche du marxisme). Ensuite, chaque pays disposait d un nombre important de vétérans de guerre communistes, qui cultivaient avec soin les «acquis des luttes de libération populaire», soit directement ou par le biais de leurs descendants encartés dans les divers partis politiques. En outre, l historiographie des pays socialistes, en particulier de la Yougoslavie, durant les décennies passées, n a pas seulement eu d influence sur sa propre opinion publique, mais aussi sur l historiographie des pays occidentaux. Cela peut d abord se voir en examinant la liste des références utilisées dans les ouvrages d auteurs occidentaux. Ils citent plus que souvent les livres écrits par les communistes et adoptent leurs points de vue. Malgré que le nombre d historiens occidentaux qui ont étudié les documents des Archives yougoslaves soit relativement symbolique, absolument personne n y a consacré d étude sérieuse et approfondie, tout d abord du fait de la barrière de la langue, mais aussi certainement pour une raison de coûts importants. Enfin, même l historiographie occidentale concorde dans les grandes lignes avec l historiographie en Europe orientale concernant la Seconde Guerre Mondiale, pour la simple raison que l Est et l Ouest étaient durant cette guerre alliés contre les puissances de l Axe. En particulier, cette concordance des thèses principales approchait les cent pour cent lorsqu il est question de la Yougoslavie. L Histoire officielle britannique en plusieurs volumes, «Grand Strategy», tire les mêmes conclusions que les historiens de Josip Broz Tito à Belgrade. L explication de cette symétrie est à chercher dans le rôle des britanniques dans le renversement du roi Pierre II Karadjordjevic et l installation de Tito au pouvoir. Ce n est que la génération contemporaine d historiens britanniques, avec pour chef de file Heather Williams, qui écrira sensiblement différemment de «Grand Strategy». Cet ouvrage n a en apparence pas de grandes prétentions, ayant seulement pour but de présenter les principaux événements, tels qu ils se sont déroulés, sur le territoire du Royaume de Yougoslavie occupé entre 1941 et Ce «seulement» serait synonyme de simplicité si il s agissait de la Grande Guerre, durant laquelle les lignes de fronts étaient clairement délimitées. Cela n a pas été le cas durant la Seconde Guerre Mondiale avec pas moins de 22 formations armées agissant sur le sol du Royaume de Yougoslavie. Parmi elles, beaucoup avaient des buts personnels précis, quand bien même faisaient elles partie du même camp avec d autres formations. De plus, sur ce terrain se sont affrontés les intérêts des trois grands blocs occidental, allemand et soviétique. En outre, le bloc occidental a, en plein milieu de la guerre, radicalement changé de politique, passant du soutien à la Monarchie à celui des communistes. Dans ce contexte,il semble que la meilleure solution soit d appliquer la méthode qui a déjà fait ses preuves : brève énumération des principaux événements selon la façon dont ils se sont déroulés, documentée avec le plus possible de photographies et cartes géographiques. Les principaux évènements impliquent des données sur les formations armées, leurs meneurs et leurs buts de guerre, ensuite sur les opérations militaires, les victimes et le facteur international ainsi que sur l armement. A Kragouïevatz, Janvier 2013, Miloslav Samardjic 9 By the end of 1941 the World had learned about the Commander of the Yugoslav Guerillas The Chetniks, General Drazha Mihailovich (1893, Ivanjica, Serbia 1946, Belgrade). Mihailovich was an officer in the Balkan Wars and WWI (left: Mihailovich at Salonika Front). After the War he continues schooling in Belgrade and in France. He taught Strategy and Tactics at the Military Academy. He formulated a new form of military Strategy a Guerilla or Chetniks warfare and prior to this guerrilla was considered to have only a tactical role. He was teaching and writing that guerilla bases have to be established in mountainous regions, unreachable to German tanks. As well as De Gaule, general Mihajlovich criticized fortifications such as the Maginot Line, believing that Germans could easily outflank them. Jusqu à la fin de 1941, le Monde avait appris l existence du commandant de la guérilla yougoslave les tchetniks - le colonel Dragolioub Draza Mihailovic (1893 Ivanjitsa 1946 Belgrade). Pendant les guerres balkaniques et la Première guerre mondiale, Mihailovic a été un Officier de l Armée Serbe (à gauche, photo prise lors du front de Salonique). Après la guerre, il poursuit ses études à Belgrade et en France. Il avait enseigné la Stratégie et la Tactique à l Académie militaire de Serbie. Il a développé un nouvel aspect de la stratégie la guérilla, ou «guerre tchetnik». Avant lui, la guérilla était considérée n avoir qu un trôle tactique. Il disait et écrivait qu il était nécessaire d établir des bases dans les hautes montagnes, inaccessibles aux chars allemands. Comme de Gaulle, il avait critiqué la construction de fortifications type «ligne Maginot», considérant que les allemands pouvaient facilement les contourner. As an intelligence officer, Mihailovich was the Military Attache in Bulgaria and Czechoslovakia. Here he is accompanied by colleagues from other countries (second from the right). En tant qu officier de renseignement, Mihailovic a été attaché militaire du Royaume de Yougoslavie en Bulgarie puis en Tchécoslovaquie. Il est ici en compagnie d homologues d autres pays (deuxième en partant de la droite). A silver cigarette-case which colleagues gave him as a gift when Mihailovich left Prague. Etui à cigarettes en argent qu ont offert ses homologues attachés militaires d autres pays, lors de son départ de Prague. 24 In 1943, the World heard about the leader of the Yugoslav communist guerillas, Josip Broz Tito (1892, Kumrovec, Croatia 1980 Ljubljana, Slovenia). In WWI Broz was a corporal of the Austro-Hungarian Army in the notorious Evil s Division, known by its crimes committed against Serbian civilians. By profession he was a blacksmith s apprentice often changing jobs. In 1924 he joined the Communist Party of Yugoslavia, which was banned as a party because of terrorist ideology and practice. He was arrested many times and sentenced once to five months and once to five years of hard labor. Broz went to Moscow for the first time in 1934 during the Stalinist purges, where he denounced his comrades (even his own wife) to the secret police. On one night in 1938 he turned grey, thinking that Stalin s liquidators would pick him up too. However, they spared him and in 1940 he was appointed head the Communist Party of Yugoslavia. Du chef des communistes yougoslaves, Josip Broz Tito (1893, Kumrovec, Croatie 1980, Ljubljana, Slovénie), le Monde a eu connaissance en Durant la Grande Guerre, Broz était Caporal dans l Armée austro-hongroise. Dans le civil, il a été aide serrurier, mais avait changé plusieurs fois d emploi jusqu à son adhésion au Parti Communiste Yougoslave (PCY) en 1924 qui avait été interdit du fait d actes terroristes. Arrêté plusieurs fois, il a été condamné une fois à cinq mois et une autre à cinq ans de prison. Il se rend à Moscou la première fois en S est mis en avant dans les purges staliniennes en dénonçant ses plus proches collaborateurs, dont faisait partie sa propre épouse. Ses cheveux sont devenus blancs en une nuit en 1938, parce qu il était convaincu que les liquidateurs de Staline étaient venu pour lui aussi. Mais ils l ont épargné et en 1940 le mettent à la tête du PCY. Communist party welcomes and unreservedly supports the Ustashi Movement of Lika s and Dalmatian peasants The text in the main paper of CPY, Proleter, number 28 from (source: National Library of Serbia, Belgrade). Croatian Nazis Ustashi and Communists, among the most numerous of whom were Croats, become friends in prisons. «Le Parti Communiste salut le mouvement oustachi des paysans de Dalmatie et de la Lika et se met entièrement à ses côtés», proclame l article du comité central du PCY le «Proleter», n 28 paru en 1932 (source : Bibliothèque Nationale de Serbie, Belgrade). Les Nazis croates les oustachis, et les communistes, au sein desquels les plus nombreux étaient
Search Related
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x